1

Yassine Bellattar, le guignol islamiste de l’info, le clown des médias !

Monsieur Yassine Belattar au sommet de sa bêtise ! Ce ne serait pas trop grave s’il n’était pas un proche d’Emmanuel Macron qu’il appelle « son frère » !

Nous avons connu des comiques de génie en France  comme les Fernandel, Bourvil, de Funès, etc. Des humoristes fabuleux comme Coluche, Desproges, le Luron, et plus proche de nous, les Blandine Gardin, Sandrine Sarroche, etc.

Qui connaît l’humour de l’islamiste Bellattar ? Qui fait-il rire ? À qui provoque-t-il de l’émotion ? L’homme prétend faire rire et susciter la réflexion politique ! Il n’a aucune humilité et donc, il est triste à mourir ! De là à le faire avec une ceinture explosive autour de la taille, il faudrait que le candidat soit encore plus idiot que l’animateur !

Il refuse l’assimilation, affirmant qu’il ne mangera pas de porc, ne boira pas d’alcool, pratiquera donc sa religion et qu’au lieu de l’assimilation, il revendique la banalisation, autrement dit, l’islam banalisé, ce qui serait une hérésie de première puisque jamais l’islam n’acceptera d’être banalisé dans un pays dans lequel il prétend à terme, être majoritaire !

Yassine Belattar au rassemblement contre « l’islamopobie » : « Nous ne sommes pas dans un projet d’assimilation »

Cet homme fonctionne comme un Frère musulman ! Il fait du Canada-Dry ! Tout l’apparence du Français de base, mais sans les rillettes, le saucisson et le pinard ! Je vous le dis comme je le pense, un Français ne peut pas l’être tout à fait, sans aimer ce qui est constitutif de la culture culinaire française. Comme Coluche le disait: le pinard, c’est obligatoire ! (sourire)

Alors il nous sort le couplet de son grand-père qui s’est battu pour la France, de son père qui l’aurait bâtie, et lui qui la revendique !

Donc, pour Bellatar, la France est libre du fait des Bellatar qui se sont battus pour elle, et puis elle s’est bâtie, parce qu’il y avait pleins de Bellatar sur les chantiers, les autoroutes, les barrages, les usines, les champs, les vignes (?), dans les élevages (de porcs ?), les charcuteries (halal ?), etc. On se demande vraiment ce que foutaient les Martin et autres Dupont ! Quelles feignasses ces Français de souche, n’est-ce pas !

Ce serait drôle si ce Bellatar ne croyait pas à cette fable !

S’il n’était pas reçu complaisamment sur les antennes de télévision et dans les salles de spectacles ! Un Éric Zemmour lui a déjà répondu sur ces antennes. Il a déjà démonté ses arguments fallacieux concernant l’apport des militaires issus de l’immigration qui ont effectivement fait partie des soldats débarquant en Italie, en Provence, mais n’ont jamais, au grand jamais, été les éléments d’une grande armée majoritaire ou quelques Français blancs auraient participé incidemment ! C’est la légende des libérateurs africains, qu’ils soient noirs ou arabes, que nous servent les Bellatar, Debbouze, Sy, et compagnie.

Pour mémoire : Le débarquement de Provence

Au sein de l’armée française dite Armée B forte de 260 mille hommes. On estime qu’environ la moitié était des combattants provenant de toutes les possessions françaises d’Afrique du Nord, (et) d’Afrique subsaharienne, (et aussi) des Antilles, des territoires français du Pacifique, d’Indochine, et de jeunes Français évadés de métropole…

Sans nier l’importance de la présence des Bellatar, Sy, et Debbouze, il faut dire qu’il y avait dans cette moitié, des hommes qui n’étaient pas des Africains ! On peut facilement retrouver le nombre de morts français parmi les soldats combattants, et si les Français n’ont pas eu autant de morts qu’en 14/18, ce ne sont pas les Africains qui ont eu le plus de victimes, et loin de là !

Sur 60 millions de morts, la France a eu 217 000 soldats tués y compris les soldats d’Afrique, de Madagascar, du Pacifique, de l’Indochine, etc., et 350 000 civils, soit en tout, 567 000 morts ! (Source) Pour plus de détail ! (Source)

Donc, les Bellatar du Maroc existaient bien, même si on ne sait pas si un soldat Bellatar avait, à lui tout seul, libéré Paris !

Comme vous l’avez deviné, cet homme est ridicule et navigue bien sûr sur l’ignorance de ses contemporains et est hélas entendu par des gamins et autres, issus de l’immigration, prêts à croire à n’importe quelle fadaise !

La France des années 1960 avait déjà été en grande partie reconstruite ! L’immigration au début des années 1970 a été une volonté du patronat qui, sous Pompidou, rêvait de faire descendre le coût du travail, comme il cherche à le faire encore aujourd’hui !

La seule différence notable, c’est qu’à l’époque, ce qui s’appelait la gauche était vent debout contre cette immigration, alors qu’aujourd’hui, elle l’approuve, du moins, les partis politiques dits de gauche !

Ce qui fait dire aux patriotes de gauche comme de droite que les partis politiques comme le PC, le PS, le NPA, les Insoumis de Mélenchon, et les confédérations syndicales CGT, CFDT, SUD,CFDT, sont les complices objectifs  du patronat, et qu’ils sont en train de flinguer la France, ses outils de travail, son économie et ses travailleurs, au nom d’un humanisme et d’un islamisme qui sont fondamentalement tueurs de la souveraineté nationale et de son indépendance !

Gérard Brazon




SNCF : et la CGT prétend défendre le service public et les usagers !

La CGT égale à elle-même déclenche des grèves-surprise ! Qu’importent les raisons, la grève est l’arme fatale et plus il y a de victimes, de voyageurs déçus, empêchés de circuler, plus la CGT crie victoire.

Rappelons tout de même que la CGT,  globalement, a appelé à voter Emmanuel Macron, et dans tous les cas, n’a pas voulu s’engager dans une bataille antimondialiste, anti Union européenne, et n’a nullement protesté contre les propos indignes de ce candidat comme d’affirmer que la France aurait commis un crime contre l’humanité, qu’il n’y avait pas de culture française, et j’en passe, de ces manquements et autres lâchetés quotidiennes, si ce n’est face à l’islamisme dans ses rangs et parmi ses dirigeants locaux, et départementaux !

Rappelons les critiques, voire les propos dégueulasses de la CGT lors des tous premiers mouvements sur les ronds-points des Gilets jaunes, réduits par elle à n’être que des factieux, à défaut des fâcheux qui marchaient sur les plates-bandes d’un syndicalisme moribond ! La CGT n’a fait que rejoindre ses propres militants, revêtus d’un gilet jaune, bien plus tard, trop tard !

Il n’y a pas plus conservateur que la CGT et ses satellites. Quand c’étaient des gouvernements de socialistes, j’ai pu, alors que j’étais un permanent syndical, un élu à la RATP, et un des très rares à s’affirmer de droite, j’ai pu disais-je, constater les complicités qu’il y avait avec le ministère des Transports de l’époque !

La CGT est riche, possède plusieurs châteaux, les fait entretenir par les salariés des entreprises qu’elle domine à travers les Comités d’entreprises ! Ce n’est pas faute d’avoir alerté ces salariés lors de campagnes électorales pour renouveler les instances, comme nous avons essayé de le faire lors des DP, CDEP, CHSCT, CE, mais il faut croire que c’est comme pour les élections nationales, les électeurs concernés n’entendent rien, ne voient rien et continuent à voter pour les femmes et les hommes qui les trahissent, les volent, et se moquent d’eux !

Vous me direz sans doute qu’ils votent de moins en moins, et c’est justement de cela qu’ils profitent car ce n’est pas le nombre d’électeurs qui compte, mais le pourcentage au premier et surtout au second tour ! Il n’est pas rare d’avoir des députés élus avec moins de 15 % des inscrits sur les listes !

La CGT, tout comme FO, SUD, CFDT et CFTC sont gangrenés de l’intérieur par les islamistes.

Certains, comme à SUD, le revendiquent clairement et organisent des « camps de racistes anti-Blancs ». Qu’importent les raisons, elles sont de facto obsolètes comme l’esclavagisme, dont aucun Noir ou métis ne peut prétendre avoir souffert en France depuis des centaines d’années ! Contrairement au Maroc, en Mauritanie, en Libye, en Arabie saoudite, Qatar, etc.

De même pour le colonialisme : n’importe quel Français un peu curieux peut constater, s’il le souhaite, que les pays autrefois colonisés ne brillent pas par leurs avancées technologiques et démocratiques ! Bien au contraire, pour certains, ils se sont enfoncés dans la misère !

Les aéroports de la région parisienne sont sous le contrôle des islamistes. Il y a plus de 15 ans, Roissy était dominé par la CFTC à majorité musulmane ! Ce syndicat, à l’origine d’obédience chrétienne, a fait l’impasse sur le C de chrétien, pour valoriser le C de constructif ! C’est tout dire…

Toute honte bue, elle nie son passé de plus vieux syndicat de France qui était celui de la compassion, de l’aide, du combat contre la misère et contre la violence des patrons de l’époque ! C’est le socialisme qui le fit éclater et créa un autre syndicat de travailleurs, la CFDT qui, lui, ne nie pas son passé de socialiste ouvrier ! Idem pour Force Ouvrière qui se fit éclater par les communistes !

Toute notre histoire syndicale est née de ce terreau à la fois social-chrétien et socialo-communiste ! Bien loin du monde syndical des Allemands !

Aujourd’hui, l’ensemble du monde syndical est noyé dans un magma politicien qui fait la part belle à l’islam ! Les militants islamistes font de l’entrisme à la manière des trotskistes du début du XXe siècle ! Ils investissent toutes les associations, syndicales, politiques et autres associations sportives ! En face, ils ne trouvent que lâcheté, compromissions et collaboration ! La France est un grand corps malade…

La CGT est une de ces institutions les plus sclérosées, les plus handicapées. Elle a le cerveau qui se vide, son histoire, ses raisons, son combat, ses luttes n’ont plus rien à voir avec le monde des labeurs ! Comme Force Ouvrière, elle vendra ses calendriers de l’hégire, souhaitera un « bon ramadan » à ses militants, acceptera le mouton égorgé à vif, en fera ripaille devant les portes des usines occupées, celles qui restent surtout, car le porc, le jambon-beurre, le saucisson-pinard ne sont plus à la fête les jours de grève de la CGT ! Vive la merguez halal et le couscous !

Nous sommes le peuple de France ! Nous avons beaucoup souffert durant les siècles passés, nous avons beaucoup donné, nous avons été gigantesques, la première nation du monde occidental, la première puissance militaire, nous avons été le phare de l’Europe, notre langue était parlée dans toutes les cours royales, et certes, nous avons sûrement fait beaucoup d’erreurs, mais nous n’avons pas mérité d’avoir des dirigeants aussi veules, aussi compromis qui nous traitent de si méchante façon !

Nous n’avons pas mérité d’avoir des journalistes baragouinant une sorte « franglais misérable« , pas mérité des pubs incompréhensibles, où les sous-titres deviennent la norme, d’entendre des rappeurs attardés, au langage violent et malsain qui n’a plus grand chose à voir avec « le temps des cerises » ou plus près de nous, « foule sentimentale » ! Pauvre France.

Quel dommage que ce peuple soit castré aujourd’hui, et qu’il accepte d’être dirigé par ses subordonnés, comme disait Platon, à force de laisser faire ! Au loin pourtant, on entend des femmes qui interpellent et nous disent de nous lever ! Souvent ces femmes viennent d’ailleurs, et elles nous rappellent, comme Nadia Meradna, Leïla Slimani, Zineb El Rhazoui, Jeannette Bougrab, et bien d’autres, qu’elles avaient espéré trouver en France la liberté, alors qu’elles n’y trouvent que des émasculés ou des vendus !

Gérard Brazon




RATP : Sud, le syndicat qu’il vous faut pour remplacer les Rouges par les Verts

SUD est un syndicat issu de l’extrême gauche qui a connu une progression fulgurante dans le monde syndical. Craint par le Patronat, il signifie en général des tombereaux d’emmerdes pour l’entreprise qui récupère ce type de virus qui peut très vite devenir mortel. La bonne santé de l’entreprise est la dernière des préoccupations de ce Syndicat.

« Camarades » et autres « Travailleurs » de la base sont les cibles premières!  Plus les cibles sont faibles, plus ce type de syndicat progresse. En fait, SUD est bien plus virulent que la CGT qui a comme base, le discours habituel des communistes: « A bas le patronat, les riches dans la friche, Tous ensembles, tous ensembles, ouais, ouais, et puis, un petit tour Place de la République et on s’en va.

Il ne faut pas oublier que La CGT est très riche de par ses comités d’entreprises multiples et qu’elle a à sa tête, un vrai patron… Habillé en peuple certes, mais avec chauffeur.  Faut pas déconner camarade! Je fume des cigares mais de La Havane, du camarade Castro, le plus grand humaniste des îles antillaises.

Mais SUD est le petit dernier des syndicats qui a assis sa réputation sur l’outrecuidance, la violence ordurière, l’insulte ras du slip, la révolte si ce n’est la révolution.

Dans mon ancienne entreprise, la RATP, la première fois que SUD est arrivé dans la surface de jeu syndical ce fut la panique à bord! C’était dans un centre bus, celui de Créteil. Les militants de ce petit syndicat qui avait percé, étaient les rebuts de tous les autres syndicats ! Les virés, les démissionnaires, les révoltés, les non assimilés, les révolutionnaires. Les Frontistes de base côtoyaient sans souci les militants de la Ligue ouvrière de l’extrême gauche! La parole était succinct, l’esprit un peu lourd si ce n’est aviné et il manquait souvent la lumière dans bien des étages!  En fait, pour adhérer, il ne fallait surtout pas avoir un vocabulaire trop important! Pas plus de 400 mots, plus quelques autres d’insultes du type « Patronat-caca » « Direction-t’es con« , sinon vous risquiez d’être assimilé à un intellectuel au service de la direction prêt à trahir le petit peuple!

SUD a prospéré sur la misère intellectuelle de militants qui avaient fini par croire qu’avec SUD, ce serait mieux qu’avec la CGT devenue trop molle et sur la bêtise des Directions locales qui, le plus souvent ont tenté de jouer au plus fin dans le jeu syndical en misant les uns contre les autres. Elles ont fini par se retrouver avec un SUD assez puissant un peu partout pour inoculer le virus à  l’ensemble de l’entreprise et poser bien des tracas à la direction générale.

C’est bien connu, si tu veux foutre le bordel dans une entreprise, tu mets SUD. Dans un service public, tu pourris le service, dans une boîte privé, tu coules la boîte et les « camarades travailleurs » se retrouvent sur le pavé en hurlant contre le salaud de patron!

Aujourd’hui, dans les syndicats, c’est la course au communautarisme. L’islam a le vent en poupe. La CGT fait du halal dans ses cantines. Tout cela avec la complicité de la direction générale qui pensait mettre les petits caïds des cités dans sa poche en les embauchant en priorité et aussi répondre à un cahier des charges sur l’embauche des « issus de la diversité » au point que, les parmi les opérateurs, ce sont les Français de souche qui sont devenus minoritaires (il faut que les conducteurs ressemblent à ceux qu’ils transportent disait Madame Idrac sous un gouvernement de droite.) Cela nous faisait rire car nous nous demandions comment nous allions faire pour mettre les petits blancs qui restaient sur des lignes desservant Neuilly-sur-Seine ou les beaux quartiers de Paris. Bientôt, il faudra un plan d’embauche pour assurer à la RATP son quota de blancs ou de chrétiens. Mais il est vrai que la diversité ne va que dans un seul sens!

Alors forcément, les syndicats s’adaptent. Dans certaines entreprises, ils font des calendriers de l’Hégire pour les camarades musulmans, organisent des fêtes pour les adeptes de Mahomet. Défendent avec des hauts cris les « camarades » fatigués par le Ramadan et qui bien sûr s’arrêtent de bosser (Essayez pour rire, d’obtenir les chiffres du coût pour la Sécurité Sociale du ramadan). Il n’ y a pas une entreprise qui ne subit pas de plein fouet une hécatombe de malades pendant cette période. Mais attention, il ne faut pas le dire. D’autant plus que désormais, les camarades franchouillards rouges ont été remplacés par leurs petits protégés verts. Maintenant, grâce à cet échange, parmi les revendications des « travailleurs » il y a le halal qui, on s’en doute », et particulièrement nécessaire pour assurer de meilleures conditions de travail au camarade. Surtout après le passage par la salle de prières dans les locaux de l’entreprise laïque!

Et puis, de fil de pantalon en djellaba, on arrive à des situations impensables il y a seulement une dizaine d’années comme celles-ci révélée dans l’Express :

Sa voix déborde d’émotion lorsque cette Algérienne de 44 ans témoigne de ce qu’elle subissait, le samedi matin, quand elle travaillait, gare du Nord, à l’entretien des TGV ou des Thalys. « Un jour, Mourad (*) a pris ma main pour y introduire son doigt plein de crachat en simulant un coït. Lorsque je me suis baissée pour nettoyer les toilettes, il m’a attrapée par la taille et a frotté son bas-ventre sur mes fesses, puis il s’est caressé devant moi en hurlant comme s’il avait un orgasme. « Halima, elle, affirme avoir vu ce même collègue toucher les seins ou les fesses d’autres salariées. Quant à Boussaïna, elle assure l’avoir entendu crier: « Les femmes du nettoyage, c’est toutes des putes! »

(…) Il a fallu des mois pour que le scandale, révélé ici par L’Express, s’ébruite. Les femmes concernées affirment en effet avoir éprouvé bien des difficultés à se faire entendre de leur employeur, l’agence parisienne de H. Reinier (250 salariés)

Et quid des syndicats pourrait demander l’Express? Et bien devinez?

Mais bien entendu, ce n’est pas le seul souci que l’on peut avoir avec des délégués syndicaux qui commencent à tout confondre, car la base idéologique a fondu comme neige au soleil… du Sahara.

La dictature de l’antiracisme est si virulente que vous ne pouvez même plus dire telle ou telle autre chose sans vérifier l’origine à la loupe si ce n’est à la lunette de vue! Au fond, si ce n’est pas un gaulois pur jus qui est le fauteur de trouble, soyez bien prudent, les chasseurs de l’antiracisme ne sont pas bien loin. Car si vous êtes détenteur d’une autorité dans l’Entreprise comment vous justifier face un acte répréhensible ou un délit, commis par un salarié originaire de la diversité sans que, comme un boomerang, cela vous revienne en pleine gueule? En clair, vous avez tout intérêt à avoir multiplier les preuves et les témoignages par deux! Sinon, laissez tomber… (Il faut le témoignage de deux femmes pour valoir le témoignage d’un homme dans la charia islamique).

Au moins une dizaine d’employés de H. Reinier disent avoir dû remettre à Ahmed Essadek, le délégué Sud-Rail, des sommes en liquide afin d’obtenir ou de conserver un emploi: de 100 euros par mois, pour des contrats à durée déterminée (CDD), à 2000 euros, pour une titularisation en contrat à durée indéterminée (CDI).

Ah, le syndicalisme n’est plus ce qu’il était de mon temps! Cela dit, la vie dans les entreprises non plus car tous nous savions que lorsque l’on intégrait une entreprise qui travaillait 7 jours sur 7, quasiment 24h sur 24h, on ne prenait pas systématiquement son vendredi pour aller à la mosquée et on n’arrêtait pas de travailler pour faire les cinq prières, ni couper les manches  de son pantalon.

On était certain aussi, de rencontrer des syndicalistes qui cassaient du sucre sur le dos du « taulier » mais aimaient leur entreprise! Un autre temps, une autre époque où la laïcité était bien comprise ou même les très rouges communistes fêtaient Noël. C’est tout dire… Tout fout le camp mon brave monsieur et nous le devons à une armée de « Jean foutre » arrivant tout droit des « grandes écoles » bien formaté « droits-de-l ‘hommistes » qui ont démissionné de toutes responsabilités civiques au nom de la rentabilité à court terme!

Je crains que la facture soit élevée in fine.

Gérard Brazon

(Puteaux-Libre)

Lire l’article de l’Express




Duflot et Besancenot : parfaites illustrations de l’indigence culturelle de la gauche de la gauche

Cécile Duflot est secrétaire nationale d’Europe Écologie – Les Verts. C’est donc un personnage politique qu’on écoute, qu’on interviewe, et qui devrait avoir quelques connaissances fondamentales, surtout en écologie.

Alors suite à la catastrophe dans une centrale atomique à Fukushima au Japon, les journalistes interrogent tout naturellement l’écologiste autoproclamée Cécile Duflot. C’est le cas de Ruth Elkrief sur BFMTV (1) qui lui demande si nous pourrions subir en France « des radiations venant de cet accident nucléaire ».

Et là, Cécile Duflot sort une énormité : « A priori, la probabilité en France métropolitaine est faible. Mais on ne peut jamais savoir avec certitude. La météorologie fait que cet accident ayant survenu dans l’hémisphère sud, a priori le système de vents reste dans l’hémisphère sud. »

Notons tout d’abord que Cécile Duflot parle français comme une vache l’espagnol : « ayant survenu ». « Survenir » utilise le verbe « être » et non le verbe « avoir » dans ses temps composés, tout comme « venir ». On apprend ça à l’école primaire.

Mais la bourde énorme, c’est évidemment de placer le Japon dans l’hémisphère sud. Fukushima est situé à 37,8° de latitude nord ! Soit aussi au nord que la Sicile ou Athènes. Et la pointe extrême sud de l’archipel nippon est à 31° nord.

On pourrait excuser cette ignorance crasse si elle provenait d’une autodidacte. Sauf que Cécile Duflot est diplômée de l’ESSEC (École supérieure des sciences économiques et commerciales) et titulaire… d’un DEA de géographie (2) ! Cela donne une idée soit de l’inefficacité de notre système d’enseignement supérieur, soit de la nullité de la patronne des Verts et des doutes qu’on peut avoir sur sa réussite scolaire.

(Notons en passant que Ruth Elkrief ne relève pas la bourde de Cécile Duflot, ce qui en dit également long sur le niveau intellectuel et culturel de la caste journalistique…)

Cécile Duflot est donc totalement discréditée pour parler écologie. Tout comme Dominique Voynet qui était avant elle à la tête du mouvement pseudo-écologique. Je me souviens d’une conversation avec un ami chasseur du Jura, pays de naissance et de résidence de Dominique Voynet avant qu’elle soit parachutée en région parisienne. La chef des Verts faisait alors une visite controversée de terrain dans le Haut-Doubs avec des chasseurs, et ils rencontrèrent un très jeune faon sauvage sur une colline près de Pontarlier. Dominique Voynet s’empressa de caresser l’animal et de le prendre longuement dans ses bras devant les caméras de télévision. Mon ami lui dit : « vous venez de le condamner à mort. » Tout simplement parce la mère biche, à l’odorat très fin, allait rejeter son enfant portant une odeur étrangère à son espèce.

Dominique Voynet n’est certes pas vétérinaire, mais elle est médecin et anesthésiste. Du moins de diplômes, parce qu’à part quelques stages et remplacements, elle n’a jamais exercé ces professions, mais est rentrée dans la « carrière politique » immédiatement après ses études. Et comme « écolo », elle ne connaît même pas l’écosystème et la faune de sa propre région.

Ces « écolos » sont donc des incompétents notoires, politiquement mais aussi écologiquement. Ce sont des purs produits du carriérisme politicien, sans aucune prise avec la réalité des Français dans leurs conditions de vie et de travail, ni avec leur milieu écologique.

Un autre rejeton de la politique spectacle, c’est Olivier Besancenot. De profession, il est facteur à La Poste, et les caméras de télévisions se plaisent à le filmer avec son vélo et son uniforme bleu et jaune de fonctionnaire à Neuilly-sur-Seine.

Le mythe du facteur qui travaillerait à temps partiel et qui ne gagnerait que 1000 euros par mois a du plomb dans l’aile. Tout comme pour les revenus de Jean-Luc Mélenchon, il faut se méfier des rumeurs courant sur internet, mais on imagine mal qu’Olivier Besancenot travaille encore à 80% pour le service public (8) quand on mesure son agenda politique et médiatique.

Olivier Besancenot est titulaire d’une licence d’histoire de l’université Paris X. Donc un bac + 2. Mais quand Jean-Jacques Bourdin lui demande « combien font 9 x 8 », le patron du NPA reconnaît qu’il est « nul » et qu’il ne connaît pas la réponse (5).

Olivier Besancenot n’a donc même pas le niveau du défunt certificat d’étude, qui ouvrait la porte à de nombreux Français modeste à des carrières publiques… comme celle de facteur aux PTT.

Dès lors, quel crédit accorder à cet ignare quand il nous sort de grands chiffres sur tel ou tel aspect de l’économie française ? Quelle compétence a Olivier Besancenot pour proposer aux Français des solutions politiques à leurs problèmes ?

On peut reprocher à l’UMPS leur système désastreux de caste déconnectée du peuple, produit de l’ENA et dont 30 ans de gouvernance ont montré l’incompétence et la catastrophe que nous payons chaque jour de notre vie. Mais à la gauche de la gauche, c’est la même chose : nous ne voyons à sa tête que des carriéristes encore plus incultes et encore plus dangereux, qui ne possèdent même pas la culture marxiste et idéologique de leurs aînés.

On comprend par contre que Cécile Duflot et Olivier Besancenot caressent dans le sens du poil les barbus et les voilées de l’islam politique. Quand on est nul en géographie et en calcul, on doit l’être aussi en histoire et en religion. Un idiot utile est d’autant plus efficace qu’il est idiot tout court.

Roger Heurtebise

(1) http://www.fdesouche.com/189911-cecile-duflot-ecologiste-et-accessoirement-meteorologue-geographe

(2) http://fr.wikipedia.org/wiki/C%C3%A9cile_Duflot

(3) http://fr.wikipedia.org/wiki/Dominique_Voynet

(4) http://fr.wikipedia.org/wiki/Olivier_Besancenot

(5) http://www.dailymotion.com/video/xgtr23_olivier-besancenot-combien-font-9-fois-8-y_news




Duflot et Besancenot : parfaites illustrations de l'indigence culturelle de la gauche de la gauche

Cécile Duflot est secrétaire nationale d’Europe Écologie – Les Verts. C’est donc un personnage politique qu’on écoute, qu’on interviewe, et qui devrait avoir quelques connaissances fondamentales, surtout en écologie.
Alors suite à la catastrophe dans une centrale atomique à Fukushima au Japon, les journalistes interrogent tout naturellement l’écologiste autoproclamée Cécile Duflot. C’est le cas de Ruth Elkrief sur BFMTV (1) qui lui demande si nous pourrions subir en France « des radiations venant de cet accident nucléaire ».
Et là, Cécile Duflot sort une énormité : « A priori, la probabilité en France métropolitaine est faible. Mais on ne peut jamais savoir avec certitude. La météorologie fait que cet accident ayant survenu dans l’hémisphère sud, a priori le système de vents reste dans l’hémisphère sud. »
Notons tout d’abord que Cécile Duflot parle français comme une vache l’espagnol : « ayant survenu ». « Survenir » utilise le verbe « être » et non le verbe « avoir » dans ses temps composés, tout comme « venir ». On apprend ça à l’école primaire.
Mais la bourde énorme, c’est évidemment de placer le Japon dans l’hémisphère sud. Fukushima est situé à 37,8° de latitude nord ! Soit aussi au nord que la Sicile ou Athènes. Et la pointe extrême sud de l’archipel nippon est à 31° nord.
On pourrait excuser cette ignorance crasse si elle provenait d’une autodidacte. Sauf que Cécile Duflot est diplômée de l’ESSEC (École supérieure des sciences économiques et commerciales) et titulaire… d’un DEA de géographie (2) ! Cela donne une idée soit de l’inefficacité de notre système d’enseignement supérieur, soit de la nullité de la patronne des Verts et des doutes qu’on peut avoir sur sa réussite scolaire.
(Notons en passant que Ruth Elkrief ne relève pas la bourde de Cécile Duflot, ce qui en dit également long sur le niveau intellectuel et culturel de la caste journalistique…)
Cécile Duflot est donc totalement discréditée pour parler écologie. Tout comme Dominique Voynet qui était avant elle à la tête du mouvement pseudo-écologique. Je me souviens d’une conversation avec un ami chasseur du Jura, pays de naissance et de résidence de Dominique Voynet avant qu’elle soit parachutée en région parisienne. La chef des Verts faisait alors une visite controversée de terrain dans le Haut-Doubs avec des chasseurs, et ils rencontrèrent un très jeune faon sauvage sur une colline près de Pontarlier. Dominique Voynet s’empressa de caresser l’animal et de le prendre longuement dans ses bras devant les caméras de télévision. Mon ami lui dit : « vous venez de le condamner à mort. » Tout simplement parce la mère biche, à l’odorat très fin, allait rejeter son enfant portant une odeur étrangère à son espèce.
Dominique Voynet n’est certes pas vétérinaire, mais elle est médecin et anesthésiste. Du moins de diplômes, parce qu’à part quelques stages et remplacements, elle n’a jamais exercé ces professions, mais est rentrée dans la « carrière politique » immédiatement après ses études. Et comme « écolo », elle ne connaît même pas l’écosystème et la faune de sa propre région.
Ces « écolos » sont donc des incompétents notoires, politiquement mais aussi écologiquement. Ce sont des purs produits du carriérisme politicien, sans aucune prise avec la réalité des Français dans leurs conditions de vie et de travail, ni avec leur milieu écologique.
Un autre rejeton de la politique spectacle, c’est Olivier Besancenot. De profession, il est facteur à La Poste, et les caméras de télévisions se plaisent à le filmer avec son vélo et son uniforme bleu et jaune de fonctionnaire à Neuilly-sur-Seine.
Le mythe du facteur qui travaillerait à temps partiel et qui ne gagnerait que 1000 euros par mois a du plomb dans l’aile. Tout comme pour les revenus de Jean-Luc Mélenchon, il faut se méfier des rumeurs courant sur internet, mais on imagine mal qu’Olivier Besancenot travaille encore à 80% pour le service public (8) quand on mesure son agenda politique et médiatique.
Olivier Besancenot est titulaire d’une licence d’histoire de l’université Paris X. Donc un bac + 2. Mais quand Jean-Jacques Bourdin lui demande « combien font 9 x 8 », le patron du NPA reconnaît qu’il est « nul » et qu’il ne connaît pas la réponse (5).
Olivier Besancenot n’a donc même pas le niveau du défunt certificat d’étude, qui ouvrait la porte à de nombreux Français modeste à des carrières publiques… comme celle de facteur aux PTT.
Dès lors, quel crédit accorder à cet ignare quand il nous sort de grands chiffres sur tel ou tel aspect de l’économie française ? Quelle compétence a Olivier Besancenot pour proposer aux Français des solutions politiques à leurs problèmes ?
On peut reprocher à l’UMPS leur système désastreux de caste déconnectée du peuple, produit de l’ENA et dont 30 ans de gouvernance ont montré l’incompétence et la catastrophe que nous payons chaque jour de notre vie. Mais à la gauche de la gauche, c’est la même chose : nous ne voyons à sa tête que des carriéristes encore plus incultes et encore plus dangereux, qui ne possèdent même pas la culture marxiste et idéologique de leurs aînés.
On comprend par contre que Cécile Duflot et Olivier Besancenot caressent dans le sens du poil les barbus et les voilées de l’islam politique. Quand on est nul en géographie et en calcul, on doit l’être aussi en histoire et en religion. Un idiot utile est d’autant plus efficace qu’il est idiot tout court.
Roger Heurtebise
(1) http://www.fdesouche.com/189911-cecile-duflot-ecologiste-et-accessoirement-meteorologue-geographe
(2) http://fr.wikipedia.org/wiki/C%C3%A9cile_Duflot
(3) http://fr.wikipedia.org/wiki/Dominique_Voynet
(4) http://fr.wikipedia.org/wiki/Olivier_Besancenot
(5) http://www.dailymotion.com/video/xgtr23_olivier-besancenot-combien-font-9-fois-8-y_news