1

Conquête : Les dignitaires musulmans annoncent la couleur, et l’occident ne veut pas entendre

Sachant que j’ai été élevé dans un environnement islamique et que je critique l’islam, beaucoup de mes interlocuteurs me posent cette question embarrassante : « Est-il vrai que les musulmans recourent à la dissimulation et au mensonge pour duper leurs interlocuteurs ? ».

Ceux qui m’interpellent s’attendent à une réponse simple du type oui ou non. Or la réalité est ambivalente. D’ailleurs, celui qui pose une telle question a déjà une idée derrière la tête. On peut aisément imaginer qu’il n’est pas aussi dupe, aussi dupé que cela.

La réalité est que bon nombre de musulmans de par le monde, par leurs actes hostiles à l’Occident et dans leurs prêches et discours publics, diffusés à tout-va, proclament clairement, à qui veut les écouter, qu’ils sont toujours fidèles à la prescription coranique du jihad et qu’ils vénèrent par dessus tout Mahomet qui l’avait pratiqué, sabre en main. Ces prêches et ces discours publics en appellent à tous les musulmans pour rester fidèles à la mission qui leur fut confiée par le Coran et par Mahomet : faire en sorte que l’islam triomphe de toute autre religion. Tuer et se faire tuer pour cette cause n’est nullement considéré comme immoral, mais plutôt comme vertu emprunte de courage et d’abnégation méritant récompense auprès d’Allah, honneur, gloire et butin pour les survivants ici-bas ! L’obligation du jihad, dans l’active, est un devoir, jusqu’à atteinte du nombre suffisant de combattants (فرض كفاية).

Face à ces faits, vérifiables par le premier venu qui sait effectuer une recherche sur Internet, on peut être interloqué par la sincérité des musulmans et par la limpidité des mots qu’ils utilisent pour signifier qu’ils sont toujours acquis à un esprit de conquête, dignes héritiers de leurs glorieux prédécesseurs.

Le problème est que face à ces actes, à ces prêches et à ces discours, qui n’ont rien de spécial pour les musulmans, nos compatriotes français et bien des Occidentaux se mettent à inventer des catégories d’excuses pour se persuader qu’il ne s’agit-là que de hurluberlus ou d’extrémistes musulmans, en sommes d’une infime et obscure minorité et n’osent pas, de ce fait, regarder la réalité des votes, si ce n’est plébiscites musulmans.

Finalement, c’est là qu’on se rend compte qu’effectivement nos médias, nos hommes politiques et même nos éminents politologues ont été sérieusement dupés, non seulement par des dirigeants des pays musulmans, mais aussi par des soi-disant musulmans modérés. Ensemble, ils ont réussi à nous  “vendre” l’idée stipulant que l’islam est bien différent de « l’islam politique », de « l’islamisme », du « wahhabisme », du « salafisme » et autres « balivernismes », pour ne pas avouer ce que l’enseignement coranique a toujours produit comme monstres et comme monstruosités, dont l’antisémitisme est l’un des aspects que nos gouvernants successifs ont vainement tenté de cacher sous le tapis de leur hypocrisie.

Je vous invite à écoutez attentivement ce qu’a dit récemment Henri Boulad, un jésuite égyptien, à ce sujet. Rappelons-nous que les Egyptiens (les Coptes) avaient choisi le christianisme bien avant la conquête islamique et, qu’à présent, ils risquent de disparaître définitivement de l’Egypte en quelques décennies. Sarkozy avait bien qualifié ce processus « d’épuration religieuse ».

12 minutes d’entretien avec le père Boulad

Et pour mieux faire comprendre les propos et les avertissements que nous a délivrés ici Henri Boulad, j’ai estimé utile de traduire un discours très clair et très musclé tenu il y a quelques mois par celui qui, entre-temps, est devenu le premier président égyptien sorti des urnes : édifiant !

10 minutes d’un discours du président égyptien

N’allez donc plus vous dissimuler, à vous-même et à vos interlocuteurs, ce qu’un  musulman, démocratiquement élu par des musulmans déclare ici clairement. Le président égyptiens est tout simplement un Frère musulman qui fait reprendre à la foule le credo des Frérots. Il ne manquait à la vidéo de ce discours que le logo historique de la confrérie qui, en quelques mots, un livre et deux épées,  énonce clairement la couleur et le commandement coranique : préparez-vous [au combat].

Logo des Frères musulmans

C’est le premier mot de la sourate 8, verset 60 : « Et préparez contre eux tout ce que vous pouvez comme force et comme cavalerie équipée, afin d’effrayer l’ennemi d’Allah et le vôtre, et d’autres encore que vous ne connaissez pas en dehors de ceux-ci mais qu’Allah connaît. Et tout ce que vous dépensez dans le sentier d’Allah vous sera remboursé pleinement et vous ne serez point lésés. »

C’est ce verset que Geert Wilders a repris en tête de son film vidéo FITNA.

Il me semble que si certains musulmans tentent de présenter l’islam sous un beau jour, ce sont aussi les Occidentaux qui essayent de se dissimuler, à eux-mêmes, d’évidentes réalités que l’islam et les musulmans leur ont toujours donné à comprendre.

Pascal Hilout, né Mohamed




Ramadan-Chalghoumi : même combat même djihad !

Il ne peut y avoir de musulmans rationalistes, progressistes ou modernes tant qu’ils n’auront pas décidé de dénoncer le djihad islamique, bel et bien prescrit par le Coran et mis en pratique par Mahomet. Les razzias et les massacres perpétrés par Mahomet, resteront à tout jamais une grosse arrête bien installée au travers de la gorge des musulmans. Ils ne s’en libéreront que le jour où ils auront décidé de cracher le morceau, de dénoncer le Coran, l’expansion géographique de Mahomet, de ses Califes tout autant qu’ils osent dénoncer les djihadistes qui, génération après génération, prennent Mahomet pour LE bel exemple. Mohamed Merrah est l’un de ces djihadistes bel et bien musulmans.

Mahomet a prescrit le qitâl (du verbe qatala = tuer) à ses adeptes et il l’a pratiqué. Voilà l’incontournable vérité historique. Mais voilà que les musulmans soi-disant éclairés et républicains, comme Chalghoumi & Associés, tiennent toujours à préserver leur Coran et leur Mahomet plutôt que de faire le choix de la dignité : dire la vérité à leurs concitoyens et voisins. Leur seule chance de sauver leur moralité. Mais le fait est là : ils choisissent toujours le louvoiement, les ruses du langage plutôt que la droiture. Ils croient pouvoir tromper leur monde, alors qu’ils se trompent tout seuls.

Preuve par l’image

Le 29 avril 2012, place de la Bastille à Paris, une trentaine d’associations  selon l’AFP, une quarantaine d’après l’Est Républicain, se sont réunies pour organiser une « Marche Citoyenne des Musulmans de France pour la Tolérance et la Paix« . La centaine de personnes (chiffre donné par l’AFP) que ces associations ont su mobiliser a choisi de proclamer ceci :

Encore une tentative de redéfinir le Djihad

D’autres avaient montré le chemin

Rappelons pour ceux qui ne lisent pas les musulmans dans le texte que Frère Tariq Ramadan avait déjà théorisé ce que nous voyons là. Il avait redéfini le Djihad en distinguant le Grand Djihad du petit. Le Grand Dji est le combat que le musulman doit mener contre lui-même et le petit dji  est celui que les musulmans ont de tout temps mené pour faire triompher la cause de l’islam.

A l’aide d’une extraordinaire pirouette langagière, Chalghoumi & Confréries mènent devant nos yeux ébahis les deux combats à la fois. Sur les marches de l’Opéra Bastille, ils ont réussi à mettre en musique le livret composé par Tariq pour mieux nous duper : ainsi, leurs oripeaux et leurs drapeaux permettent de présenter  l’islam aux Français comme pouvant être une Religion d’Amour de Tolérance et de Paix. But : conquérir les cœurs sans qu’aucun des participants à cette grande œuvre d’illusionnistes n’ait renoncé auparavant à un ιοτα du Coran ni à ses enseignements immondes confirmés par la pratique historique et géographique de Mahomet. Aussi bien Tariq Ramadan, Chalghoumi que les Confréries qui s’y associent continueront donc de propager la même vénération inconditionnelle du Coran et de Mahomet ; jamais dénoncés ni remis en question.

Et le tour nous est joué ! Du moins le croient-ils.

Aucune des associations réunies autour de M. Chalghoumi, imam de la mosquée de Drancy, n’a osé afficher une simple vérité. Si ces musulmans étaient un tant soit peu courageux, s’ils osaient enfin la sincérité, ils auraient pu ajouter juste une petite précision, comme celle-ci :

 

Notre Djihad n'est pas celui de Mahomet

Conclusion

Françaises, Français, de toute confession ou conviction

Il est grand temps de dire NON à tous ces charlatans, tout autant qu’aux tenants de la terreur et à leur idéologie commune parée d’oripeaux religieux. NON à l’islam, c’est à dire à la vénération du Coran et de Mahomet qui a démontré par a+b, tout au long de l’histoire, qu’elle est capable de nous engendrer aussi bien des djihadistes que des illusionnistes, dealers d’opium auprès du peuple,  qui ne se soucient pas de la sincérité mais des ruses et astuces qui leur permettent de faire avancer la cause de l’islam. Ç’en est assez de toutes ces tartuferies !

Pascal Hilout, né Mohamed