1

3 ou 6 millions : La France première colonie de peuplement de l’Algérie

Scène ordinaire de rue à Paris avec les algériens qui vivent en France. Sont-ils 3 ou 6 millions comme l’affirmait en juin 2022 le président de la République d’Algérie ?

La presse algérienne dénonce les 4200 expulsions et 88 000 titres de séjour retirés à des algériens vivant en France.

Le poids des mots, le choc des photos. Dans la presse diplomatique internationale et dans les médias algériens…. A lire nos confrères, la France est devenue la première colonie de peuplement de l’Algérie.

Selon Pierre Daum, dans le Monde diplomatique de mai 2008 (page 17), « sur le million de Français que comptait l’Algérie coloniale (pour neuf millions et demi de musulmans), cent cinquante mille sont partis avant 1962 et six cent cinquante et un mille pendant l’année 1962. Que sont devenus les deux cent mille pieds-noirs encore présents en Algérie en 1963 ?…. « . Et l’auteur tente de répondre à sa propre question, en citant une chercheuse qui fait référence : « Selon la chercheuse Hélène Bracco, ils étaient encore trente mille en 1993. Puis la guerre civile larvée de la « décennie noire » a fait fuir un grand nombre de ceux qui étaient devenus des « Algériens d’origine européenne », particulièrement visés par les menaces des islamistes ». Certains sont néanmoins restés. On se souvient des sept moines de Tibhirine enlevés par les islamistes dans la nuit du 26 au 27 mars 1996 puis assassinés.

Mais en rentrant sur le sol français, ils ont été confrontés à d’autres islamistes terroristes ayant investi la France comme base arrière. Et ils ont connu, sur notre sol, des attentats encore plus violents que ceux perpétrés en Algérie par le GIA.

Selon le journal algérien Djalia du 7 décembre 2022, qui fait référence de l’autre côté de la Méditerranée, « La France est le pays qui abrite la plus importante communauté algérienne à l’étranger avec presque 3 millions algériens sur le sol français…. ».  Des chiffres visiblement inférieurs à la réalité si on en croit les déclarations du président algérien Abdelmadjid Tebboun, qui avance le chiffre de 6 millions. Et les présidents algériens connaissent bien la France pour s’y faire soigner gratuitement dans les meilleurs cliniques.

http://ripostelaique.com/exclusif-bouteflika-hospitalise-a-nos-frais-etat-de-siege-a-grenoble.html

18 juin 2022 · Le président algérien Abdelmadjid Tebboun déclare ainsi en 2020 que « près de 6 millions d’Algériens vivent en France ».

La communauté algérienne en France pourrait encore s’étoffer si on se réfère à certaines études prospectives.

Vers l’arrivée, en France, de 10 à 15 millions d’Algériens

Il explique que plusieurs centaines de cadres et de diplômés cherchent déjà à fuir l’Algérie, via l’Espagne, pour rejoindre la France. Mais, en cas de crise politique majeure, ce sont plusieurs …

Et nos confrères de Djalia et  de la presse algérienne, soucieux de soigner leur lectorat et le pouvoir en place durcissent le ton et écrivent : « En France, 4200 expulsions et 88 000 titres de séjour retirés. D’après les statistiques de l’intérieur Français concernant l’immigration, 3500 étrangers constituant une menace pour l’ordre public ainsi été éloignés du territoire français depuis 2020, s’ajoutant au 700 étrangers radicalisés expulsés depuis 2017, et au 88000 titre de séjour retirés ou refusés pour motif d’ordre public. »

Ils ajoutent : « Après les restrictions imposées sur les demandes de visa vers la France. Les autorités françaises durcissent les règles contre les titulaires de cartes et titre de séjour.  Voir aussi : Visa Schengen : le cauchemar continue  .En effet, les obligations de quitter le territoire français se multiplient contre les ressortissants algériens et les autres membres de la communauté étrangère en France qui représentent un danger pour la société française….. ».

Les auteurs de cet article fournissent même des informations que la presse française bien-pensante n’ose aborder : « Il faut dire que l’alarme à été sonnée depuis plusieurs années déjà, c’est le cas de l’Ile-de-France, une des régions les plus touchées par le phénomène des sans-papiers algériens notamment les femmes enceinte ou avec des enfants , où les services sanitaire en appellent a << réduire la mortalité infantile et périnatale >> devenue intense…. ».

Dont acte. Selon la presse algérienne il y donc bien de nombreux sans papiers algériens en France, et notamment en Ile-de-France. Ce média confirme donc les informations de Riposte Laïque.

A ce stade, il convient de poser la bonne question : qui colonise qui ? Il y a 3 fois plus ou 6 fois plus d’Algériens « officiels » qui vivent en France (3 millions) que de Français qui vivaient en Algérie avant 1962 (1 million). Et les médias algériens sont les premiers à écrire que « La France est le pays au monde qui abrite la plus importante communauté algérienne à l’étranger avec presque 3 millions d’algériens sur le sol français…. ».

Francis GRUZELLE

Journaliste et écrivain
Carte de Presse 55411

Lire aussi ces articles qui constituent un complément d’information :

http://ripostelaique.com/exclusif-bouteflika-hospitalise-a-nos-frais-etat-de-siege-a-grenoble.html 

Il y 15 ans, la France perdait Conan, visionnaire de l’invasion migratoire

Malgré le rachat de milliers d’entreprises par les Arabes, le made in France survit

Hijab : gauche et Verts complices de l’islamisme au parlement européen

La légende Bigeard : une rage de vaincre rare aujourd’hui – de …

https://www.fnapara.fr/la-legende-bigeard-une-rage-de-vaincre-rare…

Comme Achille dans l’Antiquité grecque fit tomber Hector devant les murailles imprenables de Troie, dès qu’une bataille semblait perdue ou qu’une ville sombrait sous le terrorisme, le …




Belles victoires de Riposte Laïque: Serne et Ghazli déboutés

Pierre Serne a perdu ses procès, alors qu’il exultait sur les réseaux sociaux en déclarant « le fascisme est vaincu ! ».

Figure islamiste ayant infiltré la droite française, l’Islamo-turc Mourad Ghazli est lui aussi débouté par les tribunaux suite aux procédures engagées contre les patriotes français et suisses.

Riposte laïque (RL), site web créé en septembre 2007 avec un journal diffusé par le web et par courrier électronique, traitant principalement de la laïcité et de l’islam, a souvent été poursuivi par la justice française. Certains médias français ont même estimé que le site était harcelé par les juges tant les convocations devant les tribunaux se succédaient à un rythme infernal. Avec, à chaque fois, la condamnation des directeurs de publication, même lorsque ces derniers avaient la nationalité Suisse ou Israélienne.

Certains juges français auraient-ils pris conscience du péril islamique et migratoire qui menace le pays ? Car, en une semaine, Riposte Laïque vient de gagner deux procès contre des figures de proue de l’islam en Europe. Autant dire que le président du site, Guy Sebag, « boit du petit lait » et déclare : « Décidément, les jours se suivent et se ressemblent. Hier, j’avais Maître Pichon qui m’annonçait qu’en appel, notre grand copain Pierre Serne avait perdu, dans sa plainte contre nous, mais qu’il allait en cassation….. ».

Proche de Sandrine Rousseau, Pierre Serne s’est notamment illustré en déposant un recours administratif contre la décision du 16 février 2016 du STIF (aujourd’hui Île-de-France Mobilités), présidé par Valérie Pécresse, de supprimer la réduction solidarité transport de l’aide médicale d’État aux étrangers en situation irrégulière. Cette victoire judiciaire a obligé théoriquement le STIF à redonner la réduction de 50 % aux usagers en question et a occasionné un tollé politique au sein de la droite régionale.

Suite aux articles diffusés sur les dérives de Pierre Serne, Riposte Laïque avait perdu en première instance, lors du procès intenté par Pierre Serne contre le site, condamné à verser 6 000 euros à Serne qui exultait sur les réseaux sociaux en déclarant « le fascisme est vaincu ! ».

https://ripostelaique.com/mais-a-quoi-joue-donc-lislamo-ecolo-gauchiste-pierre-serne.html

https://ripostelaique.com/debat-judiciaire-qualifier-serne-dislamo-fellateur-est-il-homophobe.html

Manque de chance pour Pierre Serne, ardent défenseur de l’islam, il y avait une 2e mi-temps, et la Cour d’Appel a désavoué la 17e Chambre, en relaxant Riposte Laïque. L’avocat du site, Maître Frédéric Pichon pense qu’il a gagné parce qu’il a utilisé une nouvelle jurisprudence, fort intéressante, de la Cour de Cassation, « estimant qu’un directeur de publication ne peut être condamné que s’il est prouvé qu’il a participé à la mise en place de l’article sur le site. A suivre, donc…

Le réfugié Islamo-turc Mourad Ghazli débouté devant la justice française

Autre belle victoire, celle obtenu après dix ans de procédures judiciaires contre le réfugié Islam-turc Mourad Ghazli, ancien syndicaliste de la RATP française, un temps membre des Grandes Gueules, exilé en Turquie, se disant supporter d’Erdogan.

A l’origine, Mourad Ghazli, né le 17 mai 1974 à Aubagne (Bouches-du-Rhône), se dit un homme politique, syndicaliste, entrepreneur et ancien sportif français. Après s’être présenté à la présidence de l’ UMP, élection où il obtient 0,8 % des voix, il est en 2007 membre du bureau exécutif du Parti radical valoisien. Lors de l’élection présidentielle de 2007, il appelle à voter pour François Bayrou lors du premier tour et Ségolène Royal au second.

Lors de l’ élection municipale de 2014 à Thiais, Ghazli, chef de file local de l’UDI choisit de rejoindre la liste d’union de la droite menée par Richard Dell’Agnola (UMP). Il est présent en 13e position et la liste sort vainqueur au second tour. Ghazli est alors élu au conseil municipal où il est nommé maire adjoint à la sécurité et aux transports. En juillet 2016, il fait l’équivalence entre l’« extrémisme laicard » en France et Daesh. Le maire de Thiais, Richard Dell’Agnola, lui retire alors ses délégations en tant qu’adjoint et lui demande de démissionner. L’UDI l’exclut. Il déclare cependant vouloir rester conseiller municipal jusqu’à la fin de la mandature « pour faire ch… le maire ». Pro- Erdogan, il vit depuis en Turquie.

Mourad Ghazli dépose en septembre 2016 sa candidature à la primaire présidentielle des Républicains de 2016 au titre du parti Mouvement pour l’équité et le développement. Elle n’est pas retenue.

Fin juin 2018, à l’occasion de la Marche des fiertés, Ghazli manifeste dans une vidéo violente (puis une série de tweets), sa haine de la communauté LGBT en France, faisant des amalgames entre homosexualitézoophilie et pédophilie.

Face à l’Islamo-turc Mourad Ghazli, c’est donc une belle victoire juridique de Riposte Laïque et des patriotes Suisses, puisque Mourad Ghazli,
avait déposé plainte contre Danielle Borer, présidente suisse de Riposte Laïque à l’époque (années 2012-2013) et contre Christine Tasin. Il a été débouté de ses
deux plaintes, et et Riposte Laïque et ses dirigeants sont relaxés.

https://ripostelaique.com/refugie-en-turquie-lislamo-ghazli-nous-traine-devant-les-tribunaux-francais.html

Serne et Ghazli déboutés en deux jours par la justice française, deux combats gagnés par l’avocat Frédéric Pichon, cela fait chaud au cœur de tous les patriotes français et suisses.

Dans les deux cas, la loi française, très stricte au niveau des textes, a été correctement appliquée et rendue.

Francis GRUZELLE
Journaliste et écrivain
Carte de Presse 55411




Thaïs d’Escufon persécutée par la Macronie et les juges

Un physique de viking, des arguments imparables, un constat qui glace le sang, des chiffres en millions de migrants accueillis à l’appui, Thaïs d’Escufon dérange les politiques.

Des migrants en train d’être recueillis dans la mer Méditerranée par SOS Méditerranée.

Une manifestation de militants de Génération identitaire avant que l’association ne soit dissoute par les politiques au pouvoir en France.

Depuis lundi, les articles de la presse locale et nationale s’enchaînent pour parler du procès des militants de Génération Identitaire contre SOS Méditerranée. Et avec eux, un flot ininterrompu de mensonges à l’encontre des 22 prévenus et des figures de proue du mouvement dissous,  Thaïs d’Escufon, 23 ans,  et Jérémie Piano, 28 ans, candidat RN aux élections législatives dans les Bouches-du-Rhône en 2015 et aux dernières législatives pour le mouvement d’Éric Zemmour Reconquête. Dix-neuf hommes et trois femmes sont donc jugés depuis lundi à Marseille. Le procès, prévu devant le tribunal correctionnel de Marseille du 10 au 19 octobre, porte sur l’occupation du siège marseillais de  l’association SOS Méditerranée (2) le 5 octobre 2018. Un procès très politique et orchestré par le pouvoir. Ce dernier veut tuer dans l’œuf la révolte d’une jeune élite française qui aime la France, et qui refuse que notre pays soit transformé en Liban d’ici 10 ans.

Cultivée, éduquée, ancienne porte-parole de génération identitaire la France, Thaïs d’Escufon (1)  dérange en France. Comme Christine Tasin, présidente de Résistance Républicaine, elle ose dénoncer le grand remplacement en cours. Elle s’attaque aussi au président Emmanuel Macron qui a signé le pacte migratoire de Marrakech. Pour la faire taire, il y a eu un acharnement médiatique et judiciaire contre la jeune Toulousaine, qui refuse que la France devienne africaine d’ici 20 ans.

Un physique de viking, des arguments imparables, un constat qui glace le sang, des chiffres en millions de migrants accueillis à l’appui, Thaïs d’Escufon dérange les politiques, les juges, les décideurs, Emmanuel Macron et tous les complices d’une immigration de masse.

L’ennui pour tous ses adversaires, c’est qu’elle est redoutablement intelligente et instruite, méritante aussi. Elle est née à Toulouse en 1999 au sein d’une famille catholique de la bourgeoisie française ayant dix enfants. Elle a grandi à Drémil-Lafage, à dix kilomètres de Toulouse, en Haute-Garonne. Elle a obtenu un baccalauréat littéraire au lycée Pierre-Paul-Riquet, à Saint-Orens-de-Gameville, puis décroche en 2016 une licence de langues étrangères à l’Université Toulouse-Jean-Jaurès.

Considérée comme une influenceuse dans le combat contre l’invasion migratoire, les pouvoirs publics français n’ont eu de cesse de la faire taire. Des consignes ont été données par le pouvoir aux médias généraliste subventionnés par l’état via les aides annuelles à la presse. Subitement, et sans raison, les réseaux sociaux l’ont banni. Ils n’ont pas encore osé lui retirer sa carte bancaire !

Comme cela ne suffisait pas, Thaïs d’Escufon a subi un harcèlement judiciaires, les services de la sécurité intérieure traçant ses moindres déclarations au lieu de s’intéresser aux islamistes intégristes qui préparent des assassinat ou des attentats sur le sol français. Car Thaïs d’Escufon doit disparaitre socialement.

Même des juridictions correctionnelles de villes pratiquement inconnues l’ont assigné. L’avant dernière comparution en date remonte à un peu plus d’un an devant la juridiction de Saint-Gaudens ( en Haute-Garonne, pour tous los lecteurs qui ne connaitraient pas cette localité de l’arrière-pays). Le 9 septembre 2021, la jeune femme  a été condamnée à deux mois de prison avec sursis « pour injures publiques », après la publication d’une vidéo anti-migrants.

Mais, Thaïs d’Escufon ne se décourage pas. Elle explique : « le contexte actuel de répression politique de la Macronie à l’encontre des patriotes n’est pas la preuve de la force du pouvoir en place mais au contraire de sa faiblesse. Ils savent que nous progressons chaque jour un peu plus : les victoires populistes comme en Italie et en Suède en sont une preuve. La durabilité du gouvernement Orban, aussi. Et chez nous, un candidat à la présidentielle a pu défendre lors des dernières élections, de façon explicite, une politique de re migration soutenue par la majorité des Français juste avant que le RN ne constitue un groupe historique à l’Assemblée. Bref, les choses changent. Et dans le bon sens. Alors bien sûr, comme tous les Français attachés à leur pays, je suis impatiente que tout se règle au plus vite : mais nous devons faire preuve de patience et ne rien lâcher. Et surtout pas les militants qui, comme les 22 de Marseille, luttent en première ligne…. ».

Par contre les poursuites judiciaires vont moins vite lorsque Thaïs d’Escufon se fait agresser sexuellement par un migrant à son domicile. En effet, Thaïs d’Escufon a déposé plainte pour agression sexuelle et séquestration le 21 décembre dernier. Un homme s’est introduit chez elle alors qu’elle rentrait d’une séance de sport et avait ses écouteurs dans les oreilles. Selon Thaïs d’Escufon « l’homme se serait présenté à elle comme un migrant d’origine tunisienne ».



La police de la pensée s’acharne contre Christine Tasin : nouvelle plainte!

Christine Tasin lors d’un rassemblement contre l’islamisation de la France, au pied de la Tour Eiffel à Paris

Surnommée « la bouffeuse d’islam » par le quotidien Libération, Christine Tasin, présidente de Résistance Républicaine, a été interrogée, jeudi 6 octobre 2022, dans les locaux d’une gendarmerie de province, suite à ses écrits où elle a allumé la porte-parole de la préfecture de police, prise en flagrant délit de mensonge, par ailleurs à la piteuse élocution.

https://resistancerepublicaine.com/2022/05/31/qui-a-nomme-la-menteuse-enfumeuse-begayeuse-loubna-atta-porte-parole-de-la-prefecture/

Christine, femme extraordinaire, ancien professeur agrégé, mène un combat contre l’islam depuis de nombreuses années. Du coup, elle a été arrêtée des dizaines de fois, dans cette France qui protège la religion musulmane, et a subi de multiples gardes à vue. Que dire des demandes de prison ferme, demandées par des procureurs de la République, des insultes des avocats « antiracistes », des attitudes parfois hostiles de certains juges, et de plusieurs condamnations à des peines de prison avec sursis, et à de lourdes amendes. Autant d’épreuves physiques et intellectuelles qui ne l’ont pas découragée, mais ont renforcé sa détermination dans un combat de civilisation qu’elle estime juste, pour « sauver la France d’un péril ».

Convoquée des dizaines de fois devant les cours de justice pour ses écrits, Christine Tasin a notamment été relaxée par la Cour d’Appel de Versailles pour avoir écrit « l’islam est une saloperie ». Devant cette cour de justice, les conseillers avaient été impressionnés par ce petit bout de femme, vêtue de rouge, qui leur avait répété, droit dans les yeux, « l’islam est une saloperie », en revendiquant la liberté d’expression et d’écrit dans cette France qui condamne plus les patriotes que les musulmans fichés S qui appellent au jihad.

Le combat de Christine Tasin s’inscrit dans la défense de la France et ses racines, le refus de se soumettre à l’islam conquérant, le refus du grand remplacement, le refus d’une immigration de masse.

Dans cette France à la dérive, qui se suicide, il faudrait des milliers de Christine Tasin, pour réveiller la conscience collective, comme avait tenté de le faire notre ami le colonel Pierre Chateau-Jobert, alias “Conan” dès 1976.

Il y 15 ans, la France perdait Conan, visionnaire de l’invasion migratoire

Comme Christine Tasin, “Conan” était animé par cet amour de la France et par deux qualités essentielles que possède Christine : la loyauté et le courage pour défendre ses idées et ses concitoyens.

Francis GRUZELLE

Journaliste et écrivain
Carte de Presse 55411




Tapis rouge à l’OSCE pour Elias d’Imzalène un salafiste français fiché S

Elias d’Imzalène, « une chance pour la France ».

L’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (souvent désignée par son sigle OSCE) est une organisation régionale de sécurité qui a succédé en 1995 à la Conférence sur la sécurité et la coopération en Europe. L’OSCE traite de questions relevant de la coopération entre ses États participants en matière de sécurité et de dimension humaine, telles que la maîtrise des armements, le terrorisme, la bonne gouvernance, la sécurité énergétique, la traite des êtres humains, la démocratisation, la liberté des médias et les minorités nationales. Cette instance internationale vient de dérouler le tapis rouge à Elias d’Imzalène, reçu avec les mêmes égards qu’un chef d’état.

Pour nos lecteurs qui ne connaitraient pas Elias d’Imzalène, cet islamiste intégriste haineux est à l’origine du collectif Stop Zemmour. Elias d’Imzalène est aussi le fondateur du site “Islam et info”, fiché S. Agitateur contre notre France, cet activiste appelle clairement à la sécession des musulmans de France.

Qui est Elias d’Imzalène, à l’origine du collectif StopZemmour

https://www.valeursactuelles.com/clubvaleurs/societe/qui-est-elias…

L’OSCE est un acteur essentiel de la sécurité paneuropéenne, en sa qualité de seule institution où la Russie, les États-Unis, le Canada, tous les pays d’Europe et d’Asie centrale, peuvent dialoguer directement dans un cadre multilatéral et sur un pied d’égalité. Quel intérêt pour cette organisation diplomatique de recevoir, avec les égards dus à un chef d’état le salafiste français fiché S Elias d’Imzalène ?

Devant les représentants des différents pays, tel Yasser Arafat devant l’ONU à une certaine époque, Elias d’Imzalène a porté les accusations suivantes : « L’islamophobie en France n’est pas nouvelle. En effet de nombreuses lois islamophobes ont été votées. La récente loi sur le séparatisme de 2021 constitue un moment clé dans l’histoire de la discrimination en France, en ce qu’elle pourrait être désignée comme une radicalisation de l’islamophobie en France. La loi anti-séparatisme est une politique pour contrôler la présence musulmane, une entreprise de démantèlement systématique des associations musulmanes ou de l’expression musulmane en général. Elle approuve ou légalise la persécution systématique des communautés musulmanesLa France représente avec l’Autriche, le fer de lance de l’islamophobie en Europe. Pour de nombreux gouvernements islamophobes comme la Chine ou l’Inde, la France est un exemple à suivre. »

On croit rêver en entendant le discours de cet agitateur salafiste que notre généreuse France conserve sur son sol, comme s’il s’agissait d’une pépite indispensable à la vie de nation. Quel autre pays européen ou musulman tolérerait un tel comportement, des discours aussi nuisibles ? Où s’arrêtera le suicide français dénoncé par notre ami Eric Zemmour ? Va-t-on prochainement décerner la légion d’honneur, en grande pompe à l’Elysée, à Elias d’Imzalène ?

Francis GRUZELLE

Journaliste et écrivain
Carte de Presse 55411

Lire aussi ces articles qui constituent un complément d’information :




Scandale : les dysfonctionnements du Fonds de garantie des victimes de terrorisme

Fort de plusieurs centaines d’agents administratifs, le SARVI est-il réellement à l’écoute des victimes et des personnes ?

Créé en 1986 pour indemniser les victimes de terrorisme, fort de plusieurs centaines d’agents administratifs, le Fonds de garantie des victimes des actes de terrorisme et d’autres infractions (FGTI) a vu, en théorie ses missions étendues, en 1990, à l’indemnisation des victimes d’infractions de droit commun et, en 2008, à l’aide au recouvrement des dommages et intérêts obtenus par une décision de justice (SARVI). L’ennui, c’est que cet organisme public s’autofinance sur le dos des victimes. En effet, lorsqu’il récupère les sommes dues aux victimes de terrorisme ou d’infractions pénales, cet organisme prélève et conserve 40 % des sommes recueillies. Au passage, il élimine certains dossiers ou certaines demandes de victimes sans se justifier.

Pourtant, les textes de départ sont clairs : »Les victimes d’acte de terrorisme, blessées ou choquées, dès lors qu’elles se trouvaient au moment de l’attentat dans la zone de danger et les proches des victimes décédées peuvent être indemnisées…. Le FGTI est chargé d’assurer la réparation intégrale des dommages résultant d’une atteinte à la personne. A ce titre, il indemnise les préjudices physiques, moraux et économiques et le préjudice exceptionnel spécifique des victimes d’actes de terrorisme.

« Le FGTI prend également en charge les frais d’obsèques et les frais liés, aux choix des familles, soit directement auprès de la société de pompes funèbres, soit en remboursant aux familles les sommes versées (cercueils, crémations, cérémonies, transports, etc.). ». Ça, c’est la théorie chère à tous les ministres de la justice et notamment à Éric Dupond-Moretti.

Dans la réalité, le ministère de la justice se fait du gras sur le dos des victimes, en prélevant 30 ou 40 % des sommes recueillies pour s’autofinancer, et sans fournir de décomptes précis aux victimes des actes de terrorisme ayant obtenu une indemnisation devant la justice. Ou en accordant une somme forfaitaire bien inférieure aux décisions de justice.

Souvent le SARVI paie aux victimes une avance égale à 30% du montant total, avec un minimum de 1 000 euros et un maximum de 3 000 euros. Cette somme leur est réglée dans un délai de deux mois à compter de la réception de leur demande d’aide au recouvrement, si le dossier est complet. Par la suite, le Sarvi ne verse plus rien car il ne parvient pas à récupérer le moindre sesterce auprès des auteurs islamistes incarcérés, libérés de nos prisons ou en fuite.

Le Service d’Aide au Recouvrement des Victimes d’Infractions (SARVI …

Différents témoignages sont là pour corroborer les dysfonctionnements du Sarvi. Ainsi, Madame L. nous explique : « En octobre 2017, se déroulait le procès de deux prévenus dont je faisais partie des victimes. Ils s’agissait de deux mineurs qui avaient pénétré dans le garage de notre immeuble pour y casser les voitures. Lors du procès l’un (le plus âgé) était présent avec sa mère, l’autre (le plus jeune), ne s’est pas présenté, ni même sa mère, et sont sans domicile connu. J’ai saisi la SARVI pour être indemnisée pour mon conjoint, mes enfants et moi-même, tout comme les autres victimes puisque nous avions le droit à des indemnités et que les mères des prévenus étaient insolvables.

« J’ai envoyé exactement les mêmes documents que les autres victimes (puisque nous avons fait les démarches ensemble) contenant certificat de non appel et de non opposition. Sur ceux-ci ils est précisé signifié à parquet pour le mineur et sa mère qui n’étaient pas présent et sans domicile connu.

« Aujourd’hui, les autres victimes ont été indemnisées avec ces documents, c’est à dire les même que j’ai envoyé pour mon conjoint, mes enfants et moi-même. Hors mon dossier à moi n’est pas validé ! Pourquoi ? Parce que la SARVI me demande à moi, une signification à personne !

Les autres victimes et nous-même avons la même gestionnaire de dossier à la SARVI. Une conseillère me dit au téléphone que sa collègue a dû faire preuve de laxisme sur les autres dossiers puisqu’il faut en effet la signification à personne. Hors pourquoi à ce moment-là tout le monde n’est pas traité sur le même tableau ? Pourquoi à nous on nous demande plus ? Je rappelle que l’un des mineurs était lui présent au procès avec sa mère alors en quoi est-ce que ça bloque ?  La SARVI ne me répète que toujours la même chose. Je trouve qu’il y a une injustice….. ».

On peut citer des milliers de cas comme celui-ci.

De plus, se pose le problème de l’indemnisation des vraies victimes d’actes de terrorismes perpétrés par des islamistes. Comment récupérer les sommes allouées par la justice auprès de ces derniers ? Les textes législatifs régissant le fonctionnement du Sarvi précisent (à l’article Article L422-2) : « Le fonds de garantie est tenu, dans un délai d’un mois à compter de la demande qui lui est faite, de verser une ou plusieurs provisions à la victime qui a subi une atteinte à sa personne ou, en cas de décès de la victime, à ses ayants droit, sans préjudice du droit pour ces victimes de saisir le juge des référés.

« Pour procéder à l’examen médical de la victime mentionnée à l’article L. 126-1, le fonds de garantie choisit un médecin spécialisé en évaluation des dommages corporels inscrit sur les listes des experts judiciaires dressées par les cours d’appel.

« Le fonds de garantie est tenu de présenter à toute victime une offre d’indemnisation dans un délai de trois mois à compter du jour où il reçoit de celle-ci la justification de ses préjudices. Cette disposition est également applicable en cas d’aggravation du dommage…. ».

Il semblerait aussi que le Fonds de garantie des victimes des actes de terrorisme et d’autres infractions soit plus prompt à récupérer les sommes dues pour l’indemnisation des victimes auprès des auteurs français et affiche une crainte et une mollesse pour récupérer les sommes allouées aux victimes auprès des auteurs islamistes. Là est tout le problème, car l’immense majorité des actes terroristes sont perpétrés par des islamistes. On l’a vu avec la tuerie du Bataclan, les attentats au stade de France, le massacre de Nice, etc.

Et il ne faut pas compter sur l’actuel ministre de la justice Éric Dupond-Moretti pour améliorer le fonctionnement du Sarvi et pour corriger ses actuelles dérives.

Francis GRUZELLE
Journaliste et écrivain
Carte de Presse 55411

 




11 septembre : tentative de détournement d’un avion obligé de se poser à Lyon

L’homme, présent dans l’allée centrale, a tenté de forcer le cockpit et menaçait les passagers d’un vol Nice-Paris, dimanche 11 septembre

On apprend seulement aujourd’hui qu’un homme a tenté de forcer le cockpit d’un avion se dirigeant vers Paris, le 11 septembre dernier (qui correspond à un anniversaire funeste). Le vol a dû être dérouté d’urgence à Lyon. On en sait plus ce mercredi. L’incident s’est déroulé sur un vol easyJet Nice-Paris qui a été dérouté en urgence à Lyon en fin de matinée, dimanche 11 septembre 2022. En cause : le comportement suspect d’un passager qui a menacé le personnel de bord pour tenter d’entrer dans la cabine de pilotage.

Les autorités ont refusé de fournir l’identité de l’auteur de cet acte. On sait seulement que, dès le décollage, l’homme assis dans l’avion est très agité. « Il a demandé à voir le pilote », indique l’une des passagères, contactée par téléphone plusieurs jours après les faits. La situation empire alors dans les airs. L’homme, très menaçant, circule dans alors l’allée. Il divague, menace, insulte les passagers et les hôtesses du vol à destination de Paris.

La tension monte alors au point que l’homme se rue vers le cockpit et tente de forcer la porte de celui-ci. « Heureusement, une hôtesse s’est interposée », indique une passagère, et il semblerait que la cabine de pilotage ait été verrouillée…

Arrêté et transféré à l’hôpital psychiatrique Le Vinatier

Le pilote contacte alors la tour de contrôle de Lyon et annonce à la radio que l’avion va être dérouté à l’aéroport de Lyon Saint-Exupéry. À l’atterrissage, en fin de matinée, les gendarmes des transports aériens ont interpellé l’individu.

Selon les informations fournies ^par la préfecture de région du Rhône, « l’homme a ensuite été placé en garde à vue, mais cette dernière a été levée sur décision médicale ». Ben voyons…

Toujours selon les autorités qui ont refusé d’indiquer le prénom et le nom de l’auteur (ce qui peut laisser supposer qu’il ne serait pas français), l’individu « souffrirait de troubles d’ordre psychologique, ce qui expliquerait son comportement excessif dans l’avion ». Il a été conduit à l’hôpital psychiatrique Le Vinatier, à Bron, dans la banlieue de Lyon.

Une question se pose désormais aujourd’hui : avec tous les anciens terroristes libérés (plus d’une centaine par an) des prisons françaises, la sécurité est-elle assurée dans les transports aériens ?

Francis GRUZELLE
Journaliste et écrivain
Carte de Presse 55411

Lire ces articles qui constituent un complément d’information : 

44 000 attaques au couteau par an en France, et l’Etat ne fait rien !

Avec Dupond-Moretti, la justice favorable aux musulmans : trois preuves

Islam et assassinats : perpétuité pour Salah Abdeslam

Exclusif : 100 terroristes libérés chaque année de prison, et après ?




Islam et assassinats : perpétuité pour Salah Abdeslam

Le procès de Salah Abdeslam vient de montrer des hommes ignorants de la société occidentale, de son mode de vie, voulant imposer en Europe un islam par la violence.

Le (premier ?) chapitre du procès des attentats du 13-Novembre doit se refermer ce mercredi 29 juin 2022. Après dix mois d’audience, après le cirque habituel durant tout le procès de Salah Abdeslam, le verdict est attendu. Salah Abdeslam, seul membre encore vivant du commando qui a perpétré les sanglantes attaques sur les terrasses de la capitale et dans la salle de spectacle du Bataclan le 13 novembre 2015, devrait connaître ce jour la peine de prison qu’il devra purger. Les réquisitions du Parquet national antiterroriste sont lourdes. Très lourdes. Si les juges les suivent, c’est une condamnation rare et historique qui sera prononcée à l’encontre du terroriste de 32 ans, de « nationalité française ». Mais une condamnation bien moindre que celles prononcées dans les pays musulmans à l’encontre des terroristes. C’est bien là le paradoxe.

Après le cirque des auditions du  principal prévenu et des 19 autres accusés au procès des attentats du 13 novembre 2015, les médias français ont fait « leurs choux gras » avec le réquisitoire devant la cour d’assises spéciale de Paris. Les peines réclamées contre les vingt accusés vont de cinq ans à la perpétuité incompressible, la plus lourde à l’encontre de Salah Abdeslam, « au regard de l’immense gravité des faits qui lui sont reprochés ». C’est le moins qu’on puisse dire. Après les plaidoiries de la défense, tous les Français attendent le verdict. Et après, que restera-t-il de ce procès « historique » aux yeux du monde ? Rien ou pas grand-chose. Si ce n’est la longue liste des innocentes victimes.

Qui se souvient du procès du tueur de l’ancien Président égyptien Anouar el-Sadate ? Plus grand monde ! Si, moi. Car j’avais été tétanisé par les échanges, rapportés à l’époque dans le quotidien Le Monde, entre le président du tribunal égyptien et le frère musulman qui avait tiré sur Sadate.

Le juge a demandé au tueur de l’ancien Président égyptien Anouar el-Sadate : « Pourquoi avez-vous tué le Raïs Sadate ? »

Le meurtrier lui a répondu : « Parce qu’il était laïc ! »

Le juge a alors questionné :  « Que signifie laïc ? »

Le tueur a dit : « Je ne sais pas ! »

Dans le cas d’un autre procès, suite à la tentative d’assassinat du défunt écrivain égyptien Naguib Mahfouz, le juge a demandé à l’homme qui a poignardé Naguib Mahfouz : « Pourquoi l’avez-vous poignardé ? »

Le terroriste a déclaré : « À cause de son roman Les enfants de notre quartier. »

Le juge lui a  alors demandé : « Avez-vous lu ce roman ? »

Le criminel a dit: « Non ! »

Lors d’un troisième procès, toujours en Égypte, le président du tribunal a demandé au terroriste qui a tué l’écrivain égyptien Faraj Fouda : « Pourquoi avez-vous assassiné Faraj Fouda ? »

Le terroriste a répondu : « Parce que c’est un infidèle ! »

Le juge lui a alors demandé : « Comment saviez-vous qu’il était infidèle ? »

Le terroriste a répondu : « D’après les livres qu’il a écrits. »

Le juge a alors insisté : « Lequel de ses livres vous laissait croire qu’il était infidèle ? »

Le Terroriste a lâché : « Je n’ai pas lu ses livres ! »

Le juge a haussé le ton et crié : « Comment ? »

Le terroriste a alors répondu : « Je ne sais ni lire ni écrire ! »

Le juge égyptien, consterné, a lancé cette mise en garde : « La haine ne se propage jamais par la connaissance. Elle se propage toujours par ignorance. »

Le procès de Salah Abdeslam vient de montrer des hommes ignorants de la société occidentale, de son mode de vie, voulant imposer en Europe un islam par la violence.

Difficile de croire que l’accusé ait, le soir du 13 novembre, comme il l’a confié lors de l’un de ses interrogatoires, renoncé « par humanité » à se faire exploser dans un café du 18e arrondissement de Paris, même si son avocat, à l’émission « Quotidien » du 6 juin, a estimé que « c’est quelqu’un de très humain, c’est quelqu’un avec lequel on peut discuter et c’est quelqu’un avec lequel on peut construire quelque chose ».

Certes, dans les démocraties occidentales, tout homme a le droit d’être défendu. Mais, il y a des limites à l’indécence. Là, on est tombé dans la tragédie, la décadence et l’imposture ! On peut néanmoins espérer que le verdict suivra les réquisitions et souhaiter que Salah Abdeslam finisse ses jours en prison. On doit bien cela à toutes les victimes des attentats du 13-Novembre.

Francis GRUZELLE
Journaliste et écrivain
Carte de Presse 55411

Dernière minute : Abdeslam condamné à perpétuité.

https://www.lepoint.fr/societe/proces-du-13-novembre-abdeslam-condamne-a-la-perpetuite-incompressible-29-06-2022-2481544_23.php




Le dernier des survivants est en grand péril !

Décidément les macronistes sont très mauvais en com ! Après leur ridicule Bingo de Noël, les voilà de retour avec une affiche sinistre et stupide. 

À quoi leur héros de pacotille a-t-il survécu ? De quelles épreuves a-t-il triomphé ?

Du camouflet australien ?

Aux Gilets jaunes ? Enfermé à l’Élysée, après une reconnaissance de son bunker, avec un hélico prêt au décollage… tant il avait peur… alors que Lallement avait mobilisé d’innombrables forces de police pour cogner sur les manifestants et les empêcher d’approcher du palais prêté à Macron...

Le Brexit ? Quel était le danger ? Il n’était pas véritablement concerné et c’est Michel Barnier qui négociait pour lui.

Le terrorisme ? Tel de Gaulle, il a évité un attentat ? Il s’est juste ramassé une baffe, alors que son arrogance, son mépris, sa présomption en méritaient tellement… mais la France n’a peut-être pas dit son dernier mot…

Le Covid-19 ? Il l’a attrapé et en a profité pour nous offrir une vidéo crépusculaire et lamentable. Si « Les jeunes avec Macron » veulent évoquer sa gestion sanitaire, il est bien trop tôt pour applaudir la réussite et c’est même très périlleux.

Absence de masque, suppressions de lits d’hôpitaux, interdictions de traitements, soignants limogés, vaccins inefficaces ne protégeant pas, des mesures liberticides n’empêchant pas les contaminations…

Enfermé dans ses innombrables mensonges et son invraisemblable propagande Omicron, sa mafia faisant chaque jour la preuve de la situation catastrophique de la France et il n’est pas près de s’en extirper…

 Son  quinquennat fut une suite de calamités… Il a survécu à l’affaire Benalla, aux procès qui vont advenir pour Buzyn, Philippe, Véran, Salomon… aux ministres quittant furtivement son pemier gouvernement, un mois après leur nomination… aux nombreux ministres mis en examen, etc.

Ce type pas fini n’a triomphé de rien et c’est lui qui le reconnaît avec le lamentable bilan de son Bingo.

Il est vrai que résister à de tels désastres communicationnels, dont cette photo avec le nez rouge… est une petite réussite.

« Les jeunes avec Macron » nous annonçant une série, originale… C’est avec impatience que nous attendons la suite et surtout, l’affiche du grand crash, pour vérifier s’il est bien « Le dernier survivant » de ses trois gouvernements calamiteux, dont les membres pourraient effectivement très mal finir. Et lui avec !

Mitrophane Crapoussin




Pour Julie Palmero, la famille ardéchoise moyenne est noire

Dans le quotidien Le Dauphiné Libéré, la journaliste Julie Palmero présente la rentrée scolaire d’une « famille moyenne ardéchoise »….

Jeudi 2 septembre, pour illustrer la rentrée scolaire dans le département de l’Ardèche, la Journaliste du quotidien régional Le Dauphiné Libéré (dont les éditions locales vont des portes de Genève au Vaucluse) Julie Palmero a suivi le quotidien d’une famille Ardéchoise, les Toilibou, dont quatre des enfants sont scolarisés.

Fière d’être accueillie en 2021 dans une famille ardéchoise, la brillante et jeune plumitive écrit : « Avec quatre enfants à la maison, la reprise des cours se fera dans différents établissements pour la famille Toilibou à Annonay… ».

Lors de son immersion au coeur de cette famille ardéchoise, la Journaliste du Dauphiné Libéré Julie Palmero relève : « Mercredi 1er septembre au matin, tout n’est pas encore prêt pour la rentrée mais pas d’inquiétude dans la famille Toilibou, parents et enfants sont rodés. Ils sont sept à la maison et deux grands garçons ont déjà quitté le nid.

« Tasnim, 15 ans, va rentrer en seconde au lycée Boissy-d’Anglas, ce jeudi, en même temps que Fanissi, 9 ans, en CM1, et Naïme, 8 ans, en CE1 à l’école Font-Chevalier. Tasslima, 12 ans, ira en quatrième au collège des Perrières dès ce vendredi. Enfin, Soultoine, 18 ans, retourne à Grenoble pour faire sa rentrée lundi en deuxième année de génie civil. « On est allés acheter les fournitures début août, ce sont les filles qui ont choisi ce dont il y avait besoin », explique Hadhurami, la maman…. ».

Il y a 20 ans, le Dauphiné Libéré gratifiait ses lecteurs de reportages sur la Grotte Chauvet, sur la ligne ferroviaire du Mastrou reliant Tournon-sur-Rhône à Lamastre, sur les gorges de Vallon-Pont-d’Arc, d’une interview de l’inspecteur d’académie et du directeur diocésain de l’enseignement catholique à la veille de la rentrée scolaire.

Mais, les équipes du quotidien régional, le DL, ont changé (en bien ?), les familles ardéchoises se sont renouvelées dans « cette Ardèche sauvage », pour reprendre le slogan de l’office départemental du tourisme.

Croisé devant le restaurant « l’Escabelle » à Annonay, un vieux lecteur, journal à la main, grommelle « Où sont les familles ardéchoises d’hier ? ». Plus dans le Dauphiné Libéré mon cher monsieur ! Dont le Président-directeur-général Christophe Tostain surnommé « le boxeur de ces dames » a été viré et remplacé à la tête du titre par une femme, Noëlle Besnard, ancienne cheffe du service paie (défense de rire….). L’Ardèche, elle aussi, est en train de changer, comme la France entière.

Francis GRUZELLE
Journaliste et écrivain
Carte de Presse 55411