1

Après les savants, les docteurs, voici les diplômés de lecture du Coran !

Comment faire l’important? En se faisant passer pour des « savants » des « docteurs », des « diplômés »! Les fables de Jean de la Fontaine sont nombreuses à traiter ces travers humains en utilisant les animaux pour ne pas choquer les puissants du moment.

Cela relève me semble-t-il d’un complexe plus profond et nécessiterait une analyse approfondi chez des analystes! Mais comment analyser 1,5 milliard d’individus?

En islam, il ne suffit pas d’avoir appris à lire l’Arabe, il faut aussi être « diplômé de lecture » du Coran. Un diplôme obtenu par 12 musulmans  (rien à voir avec les 12 apôtres) à « Institut Européen des Sciences humaines » qui n’a d’institut que le nom et de science humaine que l’aptitude à apprendre par coeur le Coran. C’est tout dire!

Pourtant, dans le Coran lui-même, on apprend qu’il  est simple de lecture pour justement permettre aux croyants d’avoir un guide de tous les jours! Car il faut savoir que le Coran est un mode d’emploi comportemental autant que donneur d’ordres! L’individu ne compte pas. Sa liberté individuelle n’existe pas, même sur sa manière de manger où d’aller aux toilettes!

En conséquence et toute bonne logique, soit le Coran est plus compliqué qu’on ne le dit, auquel cas le bédouin d’hier,  était bien plus intelligent et plus subtil que le croyant d’aujourd’hui pour le comprendre, soit le Coran s’est compliqué au fil du temps et alors je me demande pourquoi, puisqu’il est incréé et inchangeable et venu en droite ligne du bureau d’Allah nous a-t-on dit. Il y a donc quelque chose que je ne saisis pas. Mais il est vrai que je suis un horrible laïc non croyant qui plus est.

Pour ma part, je pense qu’ils feraient bien ces braves gens, d’apprendre à lire tout simplement et d’avoir la curiosité de connaître le monde qui les entoure plutôt que d’être fascinés par un « paradis » et avoir peur de « l’enfer »! Je n’ai jamais compris comment des êtres en bonne santé pouvaient à ce point penser à la mort.

Bref, entre les « docteurs » de la loi, les « savants » de l’islam et maintenant les « diplômés » de lecture du Coran, il y a vraiment de quoi se poser des questions sur cette volonté de mettre des mots autant honorifiques que grandiloquents et qui soulignent de fait le ridicule du propos si ce n’est de l’objet.

A ce demander si finalement ce n’est pas une vaste fumisterie volontaire ou non, afin de déguiser la pauvreté du sujet! Il est vrai que les savants, les docteurs et autres diplômés occidentaux, se sont penchés et se penchent encore plus facilement sur la science des matières, sur la philosophie, les sciences humaines, la technologie, l’espace, et j’en passe et bien plus rarement sur la lecture de la bible au point d’en être « diplômés ».

Les mots sont importants et se donner des « titres » ronflants a sans doute cette utilité qui est de vouloir être quelque chose alors même qu’ils ne sont que des ânes apprenant par coeur un livre! Ou est la science la dedans?

Est-ce du foutage de citoyens, de l’escroquerie du musulman de base, des pitreries pour demeurés du bled?  En aucun cas, on ne peut considérer que ces « diplômes de lecture » soient une avancée majeure pour l’humanité! Pitoyable donc.

Pour mémoire, c’est devant cet « institut » que c’est fait casser la tête un journaliste lors d’une interview! Probablement parce qu’il ne savait pas lire…

Gérard Brazon

(Puteaux-Libre

****

Château-Chinon (France) , 12 Muharram/26 nov. (IINA)- L’Institut Européen des Sciences Humaines (IESH) dans la ville de Château-Chinon, en collaboration  avec  l’Assemblée Mondiale pour la Mémorisation du Coran, a organisé une cérémonie de remise des diplômes aux 12 candidats dans les sciences coraniques. (…) 

 




Musulmane américaine, Asra Nomani demande : « Quand va-t-on se réveiller ? »

Ce n’est pas une blague que Laure Mandeville a publiée  dans le Figaro  le 1er avril, c’est, au contraire, un article fort  intéressant :
Asra Nomani pour un Vatican II de l’islam
Cette journaliste  porte à notre connaissance l’engagement d’Asra Nomani, une courageuse musulmane américaine qui est mise au ban de sa communauté parce qu’elle est trop curieuse et qu’elle critique des versets du Coran. Venue vivre aux USA, dès l’âge de 4 ans, avec ses parents, elle a, sans doute trop bien, intégré les valeurs féministes universelles de son pays d’accueil.
Il y a «une continuité évidente entre l'interprétation littérale très rétrograde de l'islam enseignée dans les mosquées d'Amérique et la capacité d'al-Qaida à recruter sur place des soldats du terrorisme», souligne Asra Nomani.
Sur quoi enquête-t-elle ? Elle s’inquiète que l’on trouve stipulé en toute lettre dans le Coran : «  il ne faut pas prendre pour amis les juifs et les chrétiens.»  Elle note que cette même phrase ne figure pas dans un autre Coran qu’elle utilise, mais qu’on la retrouve dans les sermons fournis en ligne de l’ambassade saoudienne que nombre d’imams américains téléchargent. Elle s’inquiète aussi d’un autre verset, relatif aux «femmes qui doivent être battues si elles ne sont pas obéissantes».  On ne peut que se montrer sceptique de son ignorance de la violence du Coran, sans doute a-t-elle été éduquée avec un livre expurgé, et c’est tant mieux,  mais elle se trompe en pensant que les Arabes Saoudiens falsifieraient le Coran, ils ne se le permettraient pas, ils sont les dépositaires de cet héritage précieux et des lieux saints pour leurs plus grands bénéfices !  Elle devrait savoir que l’on ne peut toucher a rien de cette « sainte » écriture !  Oui hélas dans le Coran figurent tous ces versets qu’elle semble découvrir! Cette petite critique mise à part, tout ce qu’elle entreprend  mérite nos encouragements, car elle a raison de se mobiliser aujourd’hui.
Elle a raison de comprendre que l’éducation religieuse musulmane peut amener les esprits faibles à commettre des actes odieux et que cet endoctrinement là peut se faire tranquillement dans l’incognito des mosquées ! Oui, elle fait bien de partir  en guerre contre la violence des versets qu’elle incrimine ! Oui elle fait bien, aussi, de ruer dans les brancards contre la  violence de l’islam à l’égard des femmes; le New York Times la compare  à  ROSA PARK, l’une des pionnières pour les droits civiques des Noirs. Tout cela est le vrai problème de l’islam et des musulmans ! Réussira-t-elle ce  combat, et qu’est-ce qui, chez elle, a provoqué cette prise de conscience, pourquoi est-elle allée scruter le Coran de si près ?
Journaliste, elle reste traumatisée par l’assassinat de  Daniel Pearl !  Reporter  pour le Wall Street journal, elle enquêtait au Pakistan, avec lui, sur « l’après 11 septembre », quand son collègue et ami fut kidnappé le 23 janvier 2002. On connaît la suite, il fût décapité, acte horrible filmé par de «bons musulmans » faisant sans doute, de leur point de vue,  acte de djihad ( il était juif et Américain)  pour mériter l’accès direct au paradis ! Elle a ensuite enquêté sur cette horreur et sur  les 27 protagonistes de ce crime, et qu’a-t-elle découvert? «  Le fait qu’on ait retrouvé cette vidéo dans une mosquée, ce lieu carrefour de la communauté, où tout se décide et tout converge était capital. C’était bien là que l’idéologie qui avait tué Danny transformait en soldats du terrorisme de jeunes musulmans» dit-elle.
Terrible réalité, pour cette musulmane américaine,   que de découvrir que ce sont ses propres coreligionnaires qui ont assassiné son ami. Oui le danger est bien là, la mosquée peut être un lieu à hauts risques pour les jeunes musulmans, ce peut être  un lieu de recrutement idéal pour le djihad.  Asra  en a conscience, et elle a raison de s’inquiéter de la teneur des prêches dans les mosquées américaines, comme nous devrions, nous Français, nous inquiéter de la teneur des prêches dans les mosquées de notre pays. N’oublions pas que si l’Afghanistan et le Pakistan ont été les principaux lieux d’entraînement, c’est d’une mosquée d’Hambourg que sont partis les commandos djihadistes du 11 septembre 2001. Les mosquées du Londonistan furent aussi des nids de théorisation et de recrutement au djihad pour bien d’autres attentats et sans doute le sont-ils toujours.  La récente manifestation d’Oxford Street, fin mars,  montre à quel point agit et prospère le groupe Sharia 4, sans que personne n’y trouve à redire.
[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=rq4el7gyPas&feature=player_embedded[/youtube]
Oui la  Grande Bretagne reste la terre européenne privilégiée des islamistes! Comme l’Europe les USA ne sont pas épargnés par cette poussée fondamentaliste et il est important qu’une américaine musulmane   s’en aperçoive et ose poser  la question : « Quand va-t-on se réveiller ? ». Oui, en effet, quand va-t-on se réveiller ?
Asra réussira-t-elle, à faire comprendre aux Américains la nuisance des prêches intégristes?  Pourra-t-elle, elle qui ne porte pas le voile qui a eu un enfant hors mariage, amener les musulmanes vers un avenir plus libérateur en Amérique d’abord et dans le monde musulman ensuite?  Ou bien en la mettant au ban de la société musulmane américaine va-t-on l’obliger à se taire?
Face à la radicalisation de l’islam, en France comme aux USA, certains exigent une réflexion,  mais dans  l’un comme dans l’autre pays il est difficile d’ aborder ce débat  sans faux fuyant, sans langue de bois. Ici comme là-bas, pour l’instant, sous le faux prétexte du risque  de  stigmatisation on  fait l’autruche!  Ce qui est le plus inquiétant, c’est qu’on ne voit pas bien de quel pays, de quelle personne pourrait venir la lumière. Si le monde catholique,  qui a un chef spirituel, a pu,  faire une réflexion de type Vatican II, une telle démarche pourrait-elle se faire avec l’islam? Entre les combats sunnites/ chiites, entre fondamentalistes et modérés, qui décidera un jour de mettre à l’heure de la modernité la pendule de l’islam ?  Quand on voit, dans notre pays, les véritables  conflits  d’influence pour s’accaparer les mosquées françaises, on peut  se demander si l’évolution de l’islam est le souci premier des imams et si ce qui n’a pas été fait, depuis 14 siècles, peut être fait aujourd’hui.    « Débarrasser définitivement, partout de par le monde, l’islam  de la violence entre les divers courants, en finir avec les fatwas, le djihad, la lapidation et  toutes les maltraitances ordonnées dans le texte coranique, permettre aux croyants de prendre de la hauteur par rapport à leur religion, les laisser respirer enfin! », qui prendra la tête de cette modernisation et de ce nécessaire mais improbable aggiornamento?
Chantal Crabère