1

Thailande : pourquoi donc les expats meurent-ils en tombant des balcons ?

En Thaïlande, les vieux retraités occidentaux, des pervers-détraqués pour la plupart, mais aussi des jeunes en quête d’aventures voluptueuses, les uns et les autres appelés pudiquement « expats », ont la fâcheuse tendance à tomber du balcon.

Il ne se passe pratiquement pas une semaine sans que l’on rapporte la chute d’un de ces dits expats d’un balcon.

Expats falling from balcony in Thailand

On évoque le chiffre de 32 morts par cette méthode en 2015.

Les discussions sur ce sujet durent depuis des décennies en Thaïlande.

Elles ont été relancées fin février dernier quand 2 personnes ont chuté de leur balcon à Pattaya, une ville du sud de la Thaïlande très prisée par les vieux pervers expats et où l’on enregistre le plus de crimes contre ce genre de résidents.

La question n’est pas le suicide, lui-même. Il y a des suicides partout dans le monde. Il est question de la méthode.

Alors, pourquoi le balcon ?

Une explication « morphologique » prend le dessus. Les expats tombent du balcon parce qu’ils sont tous très grands et font plus ou moins deux mètres de haut (Américains, Anglais, Allemands, Australiens…), alors que les barrières sur les balcons (les garde-fous) des immeubles thaïs ne sont pas très élevées. Elles leur arrivent à peine au genou. Si une personne a pris un verre de trop et qu’elle veut regarder ce qui passe en bas de la rue, il y a des chances qu’elle se « précipite » pour voir sur place…

Les Thaïs, eux, ne sont pas grands et sont aussi agiles que des macaques. Un balcon même sans barrières ne les effraie pas. Y’en a, bien sûr, qui sautent dans le vide, mais ils le font exprès…

On cite aussi d’autres facteurs qui peuvent causer ces chutes d’expats, comme la consommation excessive d’alcool, la dépression, la solitude, les ruptures relationnelles, la vieillesse, une maladie en phase terminale, des problèmes d’argent, l’impossibilité de pouvoir retourner chez soi et de se sentir rejeté par les siens…

D’aucuns pensent que les gens qui chutent des bacons ont peut-être reçu un « coup de pouce ».

Une jalousie ou juste une volonté de se débarrasser d’un mari encombrant.

Les jeunes Thaïlandaises acceptent allègrement de se mettre au bras d’un vieillard occidental. On peut voir une jeune Thaïlandaise de 20 ans accompagnant un vieux schnock de 80. Ce phénomène ne choque pas la société thaïlandaise. Au contraire, ces filles sont appréciées parce qu’elles se sacrifient pour aider leur famille. On sait que ces expats, appelés « Farangs » en Thaïlande, apportent de l’aide aux familles. Aider sa famille est une chose primordiale dans la société thaïlandaise.

Ce sont des femmes fidèles et loyales malgré la différence d’âge. Mais il arrive qu’il y ait des « dérapages ».

Il faut dire qu’une chute d’un balcon est tout de suite répertoriée être un suicide ou un accident par les autorités judiciaires et policières. Il n’y a pas d’enquête qui s’ensuive.

On réalise le saut final dans les immeubles d’habitations. Mais pas seulement. Certains préfèrent l’aéroport principal de Bangkok (Suvarnabhumi, le 11e par son trafic en Asie et le 17e dans le monde).

C’est le cas d’un Finnois en octobre 2019.

Dix personnes sont mortes dans des circonstances similaires depuis l’ouverture de l’aéroport en 2006, dont beaucoup d’expats. Les autorités aéroportuaires ont entrepris en 2013 d’installer des cloisons vitrées dans les zones vulnérables afin de prévenir de tels drames.

Mais les incidents ont continué à se produire depuis, avec plus de fréquence.

On cite le cas d’un Irlandais qui a été arrêté par la police et placé en garde à vue en novembre 2015 après avoir échoué dans sa tentative de suicide dans l’aérogare.

L’Irlandais expliquait aux policiers ne pas pouvoir se permettre un vol de retour dans son pays. Il a été laissé libre pour une pause cigarette après avoir convaincu les policiers que sa tentative de suicide n’était qu’une défaillance temporaire. Il a profité de cette « pause » pour re-tenter son suicide. Il l’a réussi. Dans son deuxième essai. Comme au rugby.

Un peu plus tôt, en mars de la même année, c’est un touriste allemand, Michael Walter, qui a sauté par-dessus bord comme un nageur plongeant dans une piscine. Il a piqué un sprint et a plongé…

En février 2019, c’est un homme russe qui a escaladé le mur de verre nouvellement installé à l’aéroport et a sauté dans le vide.

On le constate, il y a des Allemands, des Russes, des Australiens qui adoptent la méthode du balcon pour dire adieu au monde. Mais ce sont, semble-t-il, les Britanniques qui sont les plus touchés par ce phénomène.

Il a été rapporté que pas moins de trois mille Britanniques tombent du balcon chaque année à l’étranger.

C’est ce qui a poussé le Foreign Office et la British Tourist Authority à lancer, en 2012, une campagne de sensibilisation des Britanniques à l’étranger contre les accidents de balcon après la mort de trois personnes chutant d’un balcon à l’étranger, cette année-là.

« Veuillez utiliser votre balcon de manière raisonnable et en toute sécurité pour vous assurer que la vue que vous voyez ne sera pas la dernière », était-il dit dans cette campagne. Les deux institutions organisatrices de cette campagne rappelaient que « des dizaines de vacanciers britanniques meurent ou sont gravement blessés chaque année à la suite d’un comportement inapproprié sur les balcons, souvent après avoir bu quelques verres ou pris de la drogue ».

Cette histoire fait surtout penser (aux « complotistes » de mon genre) à cette pratique islamique qui veut qu’on balance les homos du haut d’un balcon.

Pattaya et d’autres villes de Thaïlande sont des villes de rencontres des vieux schnoks occidentaux avec ce que l’on appelle de jeunes ladyboys…

Comme quoi, en Thaïlande, l’un des pays préférés pour les retraités (la Thaïlande a été classée meilleur endroit en Asie et cinquième meilleur endroit au monde pour les retraités), il arrive que le séjour dans le « pays du sourire » finisse par un vol plané du haut d’un immeuble.

Avec un coup de pouce d’Allah…

Messin’Issa

 




AstraZeneca : Véran et sa clique inculpés pour mise en danger de la vie d’autrui ?

La liste des pays qui prohibent, totalement ou partiellement, le vaccin AstraZeneca continue de s’allonger.

Quatre pays européens, le Danemark, la Norvège, l’Islande et la Bulgarie, ont décidé dans le courant de la semaine dernière d’interrompre toute utilisation du vaccin anglo-suédois sur leur territoire.

Sept autres pays du Vieux Continent : l’Autriche, l’Estonie, la Lituanie, la Lettonie, le Luxembourg, l’Italie et la Roumanie, viennent de retirer des lots d’AstraZeneca, sans cependant interrompre totalement leur campagne de vaccination avec ce produit.

En cause : depuis le début de la campagne de vaccination par AstraZeneca en Europe, 30 personnes ont été victimes de thromboembolie dans les heures ou les jours qui ont suivi leur vaccination. Le dernier accident a eu lieu ce week end

Selon une étude menée en 2010 en France par l’Institut de veille sanitaire, 15 000 personnes sont décédées en milieu hospitalier du syndrome veineux thromboembolique, lequel regroupe la thrombose veineuse et l’embolie pulmonaire. Rapporté aux quelque 55 000 patients hospitalisés pour cette pathologie, cette maladie présente donc un taux de létalité de 27%. Il s’agit en conséquence d’une urgence médicale.

A ces risques thromboemboliques, l’Astrazeneca ajoute des risques de choc anaphylactique lequel, rappelons-le, est « une réaction allergique exacerbée, entraînant dans la plupart des cas de graves conséquences et pouvant engager le pronostic vital ».

Vendredi 12 mars dernier, les ministres de la Santé du Royaume-Uni, de la Suède, de la Finlande, des Pays-Bas et de la France ont décidé la poursuite de la campagne de vaccination par AstraZeneca, estimant que « les données disponibles ne remettaient pas en cause la balance bénéfice/risque du produit. ».

Une application élémentaire du principe de précaution eût commandé l’arrêt immédiat de la vaccination par AstraZeneca, et des études approfondies sur l’implication de ce produit dans l’apparition de troubles thromboemboliques et/ou de chocs anaphylactiques.

S’il s’avère que l’AstraZeneca produit ou aggrave de tels symptômes, au point de mettre en danger la vie des patients, les ministres de la santé des cinq pays susnommés (dont le Français Olivier Véran) ont assurément endossé de lourdes responsabilités.

Dans cette vidéo du 10 mars dernier :

le Pr Alain Fischer, président du Conseil d’orientation de la stratégie vaccinale, malgré les signaux inquiétants sur l’innocuité déclarée de l’Astrazeneca, se fait encore le thuriféraire du vaccin anglo-suédois, « objet d’une polémique injuste, non scientifiquement fondée ».

Alain Fischer assure que les effets secondaires de l’AstraZeneca sont « transitoires et non graves (…) et surtout [que] ça peut se prévenir en grande partie avec le Paracétamol ». Le Paracétamol est décidément devenu la potion magique de tout ce petit monde… Rappelons qu’il s’agit d’une molécule hautement toxique, souvent utilisée par les suicidaires pour passer à l’acte. De plus, on ne voit vraiment pas son utilité en cas d’apparition de troubles thromboemboliques ou anaphylactiques

La publicité faite par Alain Fischer à l’AstraZeneca est en parfait accord avec la promotion de ce vaccin par le ministre Véran qui, lors de sa vaccination-spectacle au centre hospitalier de Melun le 8 février dernier, a déclaré :

« Je continue de recommander la vaccination par le vaccin AstraZeneca, qui protège contre 99 % des virus qui circulent sur notre territoire ».

Par parenthèse, on admirera les jongleries de la Haute autorité de santé (HAS) qui, après avoir au début de la campagne de vaccination en France déconseillé l’AstraZeneca pour les plus de 65 ans, vient de le recommander à ces mêmes plus de 65 ans… souffrant de co-morbidités.

De son côté, la Thaïlande a décidé d’ajourner sine die le lancement de la campagne de vaccination avec ce produit pharmaceutique, qui devait débuter vendredi dernier.

La République démocratique du Congo vient également de reporter « par mesure de précaution » le début de sa campagne de vaccination utilisant le vaccin AstraZeneca.

Rappelons que, AstraZeneca ayant été jugé largement inefficace contre le variant sud-africain par une étude réalisée par l’université du Witwatersrand à Johannesburg, l’Afrique du Sud – qui avait justement choisi d’administrer le vaccin suédo-britannique à sa population – a décidé début février de suspendre sine die sa campagne de vaccination dans l’attente d’une hypothétique version améliorée.

Samedi 13 mars, les autorités sanitaires norvégiennes faisaient part d’un autre effet délétère lié au vaccin AstraZeneca : l’apparition d’hémorragies cutanées chez des personnes « relativement jeunes » ayant reçu ce vaccin. Ces hémorragies cutanées, non graves en soi, peuvent être le signe avant-coureur de troubles circulatoires de type thromboembolique.

Henri Dubost




De retour de Thailande, petit mot amical à Pierre Cassen

30juinPierreCassen
Je viens tout juste de rentrer de Thaïlande et me voilà déjà emporté par une colère noire. Non seulement Riposte Laïque est agressée sauvagement par les tenants d’une justice qui ne mérite pas ce nom, au moins en attendant le résultat de l’appel, mais le  fondateur de Riposte Laïque Pierre Cassen se retrouve comme un vulgaire voyou sur le banc de l’infamie.

Au gnouf la grande gueule, on va te la faire fermer pour de bon. Tu fais chier le mahométan, tu emmerdes aussi le bobo-mécréant, tu vomis le monde d’Allah, et tu fais suer le burnous de Mahomed.

Mais qu’est-ce que cela peut te foutre qu’Aïcha se soit fait sauter à neuf ans? T’étais pas là ? Bon, elle a dû pleurer c’est sûr, mais c’était il y a 14 siècles ! Qu’est-ce que tu emmerdes le Français lambda avec ton halal qui serait pas bon pour la santé, tes bestiaux qui seraient égorgés façon barbare du désert ?  En quoi cela te gonfle de savoir que l’islam n’aime pas les femmes. Qu’elles sont pas nature, plus douées pour l’enfer que pour le paradis. C’est pas tes oignons ! En quoi ça te concerne que nous les hommes on puisse se goinfrer la plus grosse part de l’héritage. Qu’elles ne sont pas nos égales, puisque elles n’ont pas nos baloches à trimballer? Ce n’est pas d’hier quand même, et tu le sais bien. T’as pas lu le Coran mon pote. Tu sais, le bouquin sacré tombé du bureau d’Allah sur la tronche de notre Mahomet. 

Nous, on n’aime les femmes que lorsqu’elles se taisent, lorsqu’elles nous font gonfler la merguez. On les aime silencieuses, obéissantes et soumises sinon, c’est la baffe, la taloche comme le dit le Coran. Dis-toi bien qu’en terre d’islam à Bobigny ou Villepinte, pour faire hurler la mouquère, il faut lui mettre une bonne taloche pour commencer si elle ne veut pas faire le radada après la prière du soir. En clair, tu la sautes vite fait suivant les préceptes d’Allah et pour être sûr qu’elle va hurler,  tu t’essuies  après les rideaux.

Bon je déconne…

Mais ma parole Pierrot, arrête-tes conneries. Qu’est-ce que cela peut te foutre de te convertir. Tu t’imagines un peu le truc? T’aurais le droit d’avoir quatre gonzesses à la maison. Toutes à poil, rien qu’à toi. Tu pourrais en sept jours t’éclater tranquille la chambre à air. Bien organisé, tu les colles enceintes, elles te font des moutards et tu touches le gros lot en plus des nibards.

Évidemment, faut éviter de les mettre en cloque toutes les quatre en mêmes temps car là, avec la montée des hormones, tu vas te retrouver en levrette à supplier Allah qu’elles te lâchent les burnes.

Bon, il est vrai qu’il va falloir te les coltiner tes abruties de gonzesses. Il faudra que tu leur fasses prendre l’air. Mais t’es pas obligé de leur mettre un collier. De plus, si tu les fais pisser avant, elles vont pas t’emmerder. Il faudra aussi que tu portes une robe jusqu’aux chevilles, l’avantage est que tu peux rester à poil en dessous. Demander à l’une des quatre de te gratter si cela te démange. Quoi d’autre? Ah oui, il faudra que tu te tapes la prière cinq fois par jour, que tu te farcisses  les sempiternelles conneries à la mosquée. Mais l’avantage est que tu seras entre mecs. Hé oui, pas de gonzesses à la mosquée. Tu pourras même mater le cul de ton voisin de devant. Même s’il pues des pieds. Fais gaffe à tes arrières. Surtout si tu es à poil. Une main baladeuse n’est pas exclue. A toi de voir ! Bref, tes nanas resteront cantonnées à l’arrière, et toi tu fais ce que tu veux. Tranquille pour une heure…

Qu’est-ce que je pourrais te dire d’autres. Ah oui, la bouffe est bouillie. Que du ragoût. Tu n’as pas droit au cochon même si tu en rêves. Tu ne peux pas avoir tous les avantages. Vivre à Bobigny, toucher des allocations familiales, plus les indemnités de femmes seules aux foyers des trois dernières femmes, le RSA, l’APL et goûter au plaisir du Restaurant du cœur local. D’autant qu’il est halal depuis qu’il refuse le porc dans les dons.

Bon je déconne…

Il n’empêche l’ami Pierrot que si tu continues sur ta lancée, tu vas te retrouver au mitard avec des gentils frères qui vont t’expliquer comme on fait lorsqu’il n’y a plus quatre gonzesses pour se soulager. Et comme il parait qu’il n’y a pas de rideaux aux fenêtres… tu ne vas pas pouvoir hurler.

Bon je déconne…

Au fond, je suis d’humeur noire en ce jour. Je croyais que pendant trois semaines en Thaïlande, je ne verrais plus une de ces abruties de femelles voilées. À Bangkok, j’en ai vu très peu. Mieux, il semble que la mode soit aux shorts très courts. J’ai donc vu de jolis fessiers bien sympathiques. Pas bon pour le cœur, mais excellent pour le moral. Il est vrai qu’il faisait entre 38 et 40°. En cas d’effort, coups de suée assurés.

En allant au Nord, à Chang Maï et pour mon malheur, je me suis retrouvé au milieu d’un nid avec une mosquée pas loin qui me fit entendre le muézin local cinq fois par jour. C’est dans cette ville que j’ai vu une niqabée. Elle était sur une mobylette transporteur avec sa fille voilée également. Je me suis enfui sur Chang-Raï  pour me remettre de cette violente agression.

Là aussi, j’y ai vu quelques femmes voilées. Quelques unes en version Arabique. Alors donc, contrairement à ce que l’on me disait, l’Islam est présent dans le nord de la Thaïlande. Le pire est que toutes la gente féminine musulmane que j’ai croisé est voilée, y compris les petites filles.

Finalement, ce n’est que dans l’île de Koh Chang, à cinq heures de route de Bangkok dans le Sud, que l’islam m’a foutu une paix royale. Pourtant, c’est dans le Sud de la Thaïlande que la population musulmane est la plus nombreuse. L’islam c’est 10% de la population pour 90% de bouddhistes très attachés à leurs traditions. De plus, les musulmans ne sont pas en odeur de sainteté et ils le savent. En gros, ils se tiennent peinards. Nous, c’est la situation inverse…

Tout cela pour te dire, mon cher Pierre, que le combat contre le fascisme islamique, le nazislamisme est un combat qui est loin d’être terminé de par le monde. Pour notre malheur, il y a chez nous, en cette terre de France, de profonds abrutis de gauche, chrétiens ou non, humanistes de droite débiles, des imbéciles culpabilisés, des ignorants qui vont s’ingénier à trouver normal que tous les islamophobes soient considérés comme des délinquants.

En écoutant la radio hier, j’ai pu entendre, à travers l’émission d’Eric Brunet sur, peut-on encore rire sur n’importe quel sujet, une réaction d’un auditeur qui m’a mis en rage: la volonté d’interdire la libre expression au nom de la notion qu’il ne faut pas stigmatiser. Il semble que les ravages du politiquement correct ont atteint des niveaux jamais égalés. Là j’ai vraiment peur pour demain.

Dernière chose, j’ai l’intention de faire le signe de croix devant toute voilée qui me croisera. Je ne suis pas croyant mais pour autant, je trouve que faire ce signe de croix devient un geste de combat révolutionnaire.

Haut les cœurs les amis.

Gérard Brazon (Liberté d’expression)




La famille du délinquant Sofiane a osé demander des sous aux Français

billetsSofiane après son petit boulot de voleur en France, est parti se reposer quelques temps en Thaïlande. Normal dans ces milieux. Il apporte à l’économie thaïlandaise les économies subtilisées à des Français qui ne lui demandaient rien.

Ceux qui connaissent Phuket savent que cette ville est le lieu privilégié des petits loubards des cités de France. C’est dans cette ville qu’ils s’éclatent. Les trottoirs raisonnent des « zyva » et autres « nique ta mère » sans compter les hurlements des branleurs sur le siège arrière qui invectivent au passage d’autres branleurs « Ta mère, sur le coran » et autres « fils de pute« . Tout ce petit monde n’a pas de casque et s’entraîne en Thaïlande pour mieux aller briser les vitres arrières des bagnoles à Nice, à Paris et ailleurs.

Tout touriste Français de souche ou non, ayant un peu de respect pour l’image de son pays se sauve en courant de cette ville balnéaire mal fréquentée. Ces loustics sont la honte de la France. Ils ont donné aux Français une mauvaise réputation aux yeux des Thaïlandais du cru.

Sofiane s’est planté la tronche sur un scooter. Tombé dans le coma, il vient de décéder. Sa famille a sûrement compris qu’à la place des houris, du miel et du lait, il allait se faire bouffer par les vers. Les vers de Thaïlande n’ont rien à envier à ceux de France. Ils bouffent et ne font aucune des cinq prières obligatoires, ne croient pas un prophète fou, ne porte pas le voile, ne s’essuient pas le cul avec des pierres, ne boivent pas la pisse de chameau pour se soigner, ne frappent pas leurs femelles et ne font surtout pas chier les abeilles qui bossent chaque jour pour ramener de quoi faire tourner la ruche familiale.

Pourtant, du temps où il avait toutes ses capacités de nuisances, entre deux violences et voies de faits en France, il ne se posait pas la question des conséquences sur ses victimes. Sa famille, inadaptée à promouvoir une éducation responsable, respectueuse et honnête, estime que: Oui, il a eu des petits soucis avec la justice. Mais c’est un être humain. On arrive bien à rapatrier des prisonniers, pourquoi pas lui. Et s’il a un problème avec la justice, il le réglera plus tard. Est-ce que ce fils prodige se posait la question que ses victimes étaient des êtres humains?

Pour eux donc, un otage capturé par des ordures islamistes, libéré par une France généreuse qui paie une rançon, relève du même cas de figure qu’un branleur qui fait le con sur un scooter et se vautre la gueule sur le bitume thaïlandais. Cette famille estime que les prix des soins en Thaïlande sont de l’abus, voire du racket, tellement elle est habituée à la gratuité en France. Nous sommes en pleine confusion des esprits. Hélas, cela ne date pas d’aujourd’hui!

De qui parle-t-on enfin: d‘un Sofiane qui a eu maille à partir  à de nombreuses reprises avec la justice. En 2013 et 2014, il aurait notamment été impliqué dans plusieurs affaires de trafic de stupéfiants et vols avec violences, à Tourcoing. Plus récemment, révèle le quotidien du Nord-Eclair, il aurait été interpellé dans le cadre d’une enquête sur un important trafic de voitures. Mais surtout, le jeune homme est actuellement recherché par les policiers belges dans le cadre d’une affaire de trafic de drogue. (Source). C’est un délinquant multinational ! Son cas aurait ému « des Français« . Des Français appelés à faire un don à la famille qui trouve tout à fait anormal que la France tout entière ne se mobilise pas pour sauver Sofiane, l’enfant, le frère chéri.

Nous sommes en pleine hypocrisie car voilà un type qui part en vacances grâce au produit de ses forfaits, a une famille qui exige que toutes les possibilités du Ministère des Affaires étrangères soient mises au service de ce soudard.

Nous nous retrouvons une fois de plus dans cette mécanique incroyable d’inversion des valeurs ! Un délinquant devient un objet d’apitoiement, le responsable de son accident devient une victime de la société Française. Par ce système aberrant de pensée inversée, c’est la Thaïlande qui aurait dû assumer des soins gratuits à un type incapable de se comporter en citoyen et ambassadeur de son pays en visite dans un pays étranger. Mieux, la France est mise en accusation par cette famille, parce qu’elle n’a pas apporté la gratuité des soins en Thaïlande.

En apprenant le décès de Sofiane. Je me dis qu’au moins, il ne fera plus de mal et qu’il ne sera pas, à l’hôpital, à la charge des Français. Je dis à ses amis loubards, la France est un beau pays. Un pays qui a assuré le financement de son éducation, qui a donné à ses parents le gite et le couvert. Qu’ont-ils fait pour ce pays à part lui cracher dessus, lui manquer de respect, et brandir leur drapeau national? Certes, ce Sofiane n’était pas entièrement responsable à l’origine ! L’inconséquence familiale, l’irresponsabilité parentale lui avait enseigné la mise en cause permanente de la main qui  l’a nourri, la haine érigée en règle de vie. Tout cela dit, que je n’ai aucune compassion pour Sofiane, ni même pour sa famille qui ose réclamer encore et encore… Une famille qui parle des droits et oublie des devoirs. C’est tout de même ce Sofiane qui a pissé sur les devoirs depuis sa première agression d’innocents. Je refuse d’être complexé, ni même ému par ce décès qui n’est que la réponse à un état d’esprit, un état de fait, une responsabilité personnelle et familiale.

Après son accident, il ne lui restait dit-on, que 10% de ses facultés intellectuelles. Cela n’aurait pas changer  grand-chose hormis sans doute le fait que s’il avait survécu avec un cerveau amoindri, plus aucune idées folles et violentes n’aurait émergées.

Rappelons des faits incontournables: un voyage aller-retour en Thaïlande n’est pas gratuit, de même les hôtels, les beuveries, la location de scooter, les massages coquins, la fumette et toutes ces petites dépenses du quotidien des délinquants qui pullulent à Phuket en cette période de l’année. Ce n’est pas avec l’argent du RSA qu’il a pu s’offrir ce voyage. Bien des Français n’ont pas les moyens de partir en vacances, et  encore moins d’aller en Thaïlande. Pourtant, sa famille sans honneur, sollicite la générosité en insultant la France qui ne ferait rien dites-elle pour ce fils indigne.

Je voulais faire un article drôle au début. M’amuser à son détriment, sourire de sa situation de coincé qui s’est éclaté ! Je n’ai pas pu,  car ce genre de type ne me fait pas rire, il ne me fait même pas pitié, il me fait gerber comme tous ceux qui profitent de la France et qui crachent dessus et s’éclatent dans tous les sens du terme, avec le produit de leurs délinquances, avec la bénédiction de la justice française qui se fout du travail de la police et des victimes.

Sofiane a passé la rampe, et j’ai un sourire à vous imaginer face à un Mahomet qui, s’il existe, doit soupeser vos maigres qualités humaines et qu’il fera de vous, la « femelle » de ces abrutis, ces tarés de l’islam qui se font sauter la tronche en hurlant Allah Akbar ! Ah, je vous imagine petite frappe, trafiquant, voleur et agresseur, triste pantin, mort de trouille, lavette pris en levrette pour l’éternité. Certes, c’est une image, car au fond, l’abrutissement des uns rejoint la nuisibilité chronique des délinquants. Ce qui m’ennuie le plus toutefois, c’est que vous reveniez un jour sur le sol de France. Dans ce pays auquel votre attitude honteuse est et restera une tache indélébile. J’espère que votre famille aura donc encore assez d’argent, issu de cette « générosité » des Français pour vous faire enterrer chez vous, dans votre pays d’origine !

Relire l’excellent article de Caroline Allamachère sur ce sujet.

Gérard Brazon (Le Blog)