1

Macron le pire fossoyeur de la France : le réquisitoire du Lt-Colonel Guillemain

Ce livre de 200 pages, confié aux éditions Riposte Laïque, sans bla-bla, parfaitement argumenté, sans concession, dénonce une idéologie aussi trompeuse que mortelle, mais aussi la supercherie de la mondialisation. L’officier supérieur d’aviation met en garde contre « la menace existentielle qui plane sur une France millénaire », comme l’avait fait Philippe de Villiers voici quelques temps.

Ce pilote de chasse, qui « bombarde » Macron et l’Élysée, a le mérite de rechercher les racines du mal, dès le chapitre 1. Intitulé « Macron à l’Élysée, un coup d’État des juges et des médias », ce premier chapitre analyse l’effondrement de François Hollande, les révélations téléguidées du « Canard Enchaîné », la mise en examen de François Fillon et de sa femme Pénélope.

Jacques Guillemain décrypte une justice à deux vitesses. D’un côté, il y a le « massacre à la tronçonneuse » du candidat LR François Fillon. De l’autre, des juges qui classent à tour de bras les soupçons de financements irréguliers de la campagne d’Emmanuel Macron. Chiffres à l’appui, déclaration de patrimoine d’Emmanuel Macron en renfort.

Dans ce livre facile à lire et chiffré page après page, le pilote de chasse passe le « mur du son » lorsqu’il analyse l’outil industriel surbradé par Emmanuel Macron (chapitre 14) et les conséquences désastreuses pour la France, et le « tsunami migratoire » favorisé par un président de la République qui « accélère le Grand Remplacement » (chapitre 15), contrairement à ses engagements de campagne de 2017.

Jacques Guillemain a le mérite de rappeler aux lecteurs « qu’au moment de la crise des Gilets jaunes, ce sont 600 policiers et gendarmes qui protégeaient le Président tétanisé, terré dans son bunker élyséen. »

L’officier supérieur ne croit pas aux candidatures des généraux à la retraite. En l’absence d’une tête nouvelle à la présidentielle de 2022, dans le camp des patriotes, il recommande de voter Marine Le Pen. Mais, pour lui, point de salut sans une candidature d’Éric Zemmour, décrit par Jacques Guillemain comme l’homme providentiel.

« Verrons-nous un Zemmour se jeter dans l’arène pour nous préserver du naufrage ? Et redonner des couleurs à la France. Mais, le voudra-t-il ? » interroge « l’officier stratège » Jacques Guillemain, dans un discernement de dernière chance.

Francis GRUZELLE
Carte de Presse 55411
Journaliste et écrivain

https://lesobservateurs.ch/2021/04/29/macron-le-pire-fossoyeur-de-la-france-le-requisitoire-du-lt-colonel-jacques-guillemain/

quantité
1 livre €14,00 EUR
2 livres €20,00 EUR
3 livres €25,00 EUR
titre du 4eme livre

Chèques à adresser à Riposte Laïque, BP 32, 27140 Gisors

RIB : écrire à redaction@ripostelaique.com




Trappes : le maire fraudeur Ali Rabeh éjecté par les juges pour achat de voix

Scène ordinaire sur le marché de Trappes dans les Yvelines, site où on rencontre moins de français qu’à Marrakech !

 

L’élection du nouveau maire de Trappes désigné en 2020, Ali Rabeh (Génération.s) vient d’être annulée par le tribunal administratif.

Les « Trappistes » vont devoir retourner aux urnes. Pas les moines qui fabriquent de la bière dans les Abbayes. Mais les habitants de Trappes, dans les Yvelines, submergés par des migrations massives. Dans cette ville, où il semblerait qu’il y ait moins de français de souche qu’à Marrakech, le nouveau maire de Trappes élu en 2020, Ali Rabeh (Génération.s), n’avait pas déclaré tous ses comptes de campagne. Le tribunal administratif et républicain a donc annulé son élection obtenue « au rabais ».

Mardi dernier, Le tribunal administratif de Versailles (Yvelines) a constaté les fraudes et a donc annulé  l’élection municipale de juin 2020 à Trappes, à la suite d’un recours déposé par la liste d’opposition « Engagement Trappes Citoyens ».

https://www.leparisien.fr/elections/municipales/resultats/2020-trappes-78190.php

Car l’ancien poulain de Benoît Hamon, Ali Rabeh, qui avait récolté 40 % des suffrages au second tour des élections municipales a commis des manquements importants aux règles du code électoral. Alors qu’il était qualifié pour le second tour, le candidat Ali Rabeh (Génération. s) a mené des actions auprès de personnes fragiles pendant le confinement, en utilisant l’association « Cœurs de Trappes qu’il présidait à l’époque ».

Ali Rabeh, qui conduisait la liste « La gauche unie pour que Trappes respire » a acheté les électeurs en leur distribuant des colis alimentaires.

Pour gagner coûte que coûte cette élection, Ali Rabeh a utilisé les mêmes méthodes que « le croissant rouge » dans les pays musulmans.

https://resistancerepublicaine.com/2021/02/08/trappes-une-ville-perdue-a-cause-de-lislam-et-de-limmigration/

 

Pendant les trois mois qui se sont écoulés entre le premier et le second tour, reporté à cause de l’épidémie de Covid-19, les membres de l’association présidée par  Ali Rabeh sont en effet restés mobilisés. Ils ont distribué des colis alimentaires ou encore des masques aux habitants dont ils sollicitaient les votes. Or, ces actions sont « passées à la Trappe » et n’ont pas été chiffrées et déclarées dans les comptes de campagne du candidat Ali Rabeh.

Ali Rabeh et les … 40 votants

La commission nationale de contrôle des comptes de campagne et des financements politiques avait déjà alerté les juges et les autorités en décembre 2020. Les sages de la commission estimaient « qu’Ali Rabeh, toujours en lice pour le second tour et toujours à la tête de Cœurs de Trappes, aurait dû se mettre en retrait de l’association avant le premier tour en adoptant une attitude plus réservée ».

http://www.prechi-precha.fr/eric-zemmour-trappes-cest-lhistoire-de-lente-inexorable-islamisation-dune-terre-francaise-cest-grand-remplacement/

Mais Ali Rabeh ne voulait passer à « la Trappe » et voulait cette mairie, même au « rabais ».

Comme on peut facilement l’imaginer, Ali Rabeh veut rester maire de Trappes six mois de plus, car ça rapporte en terme d’indemnités. il a donc immédiatement fait appel du jugement. En attendant la décision du Conseil d’Etat, qui sera rendue dans les six mois, Ali Rabeh reste maire de Trappes.

Les résultats des élections municipales de Trappes ont aussi montré que les électeurs confessionnels votent pour « ceux qui leur donnent à bouffer ou qui distribuent des masques ». Le programme électoral, l’idéologie, les arguments ne les intéressent pas. Ali Rabeh l’a bien compris, avant ses autres concurrents musulmans ou laïques, de gauche ou non inscrits.

Car le « vent du boulet » a été mis en oeuvre par Othman Nasrou, un correlegionnaire  d’Ali Rabeh, arrivé second le soir du 2 ème tour. Dans les médias locaux, le requérant a démenti les propos de son rival et a affirmé : « Ce n’est pas de l’acharnement de notre part puisque la commission des comptes de campagne avait rejeté les comptes d’Ali Rabeh. »

Othman Nasrou, qui est désormais premier vice-président du conseil régional d’Ile-de-France, protégé de la LR Valérie Pecresse, chargé des relations internationales et des affaires européennes, n’a pas digéré les distributions de colis alimentaires de son concurrent et sa campagne « du couscous contre des voix ». Il rappelle « lors des distributions de colis alimentaires par Ali Rabeh et des actions caritatives de ce dernier, la photo d’Ali Rabeh circulait partout ! Le maire de Trappes a triché de manière massive et délibérée ».

Francis GRUZELLE

Carte de Presse 55411

LIRE AUSSI 

 Municipales à Trappes : un nouveau maire et déjà des frictions

https://resistancerepublicaine.com/2018/05/10/trappes-schiappa-fuit-un-cafe-tenu-par-des-musulmans/




Paris : un vice-président du TGI mis en examen pour proxénétisme

C’est une prostituée d’origine gabonaise qui a révélé cette affaire de proxénétisme impliquant un magistrat à la Brigade de répression du proxénétisme à Paris

L’affaire aurait pu se dérouler à Genève, ville où l’absence d’honnêteté de plusieurs magistrats a été révélée, il y a un peu plus de deux ans, par Sophie Roselli, l’enquêtrice en chef du quotidien « La Tribune de Genève ». Cette journaliste d’investigation a dénoncé pas mal de corruption dans la ville au bord du Léman, dans cette Suisse où les banques lavent plus blanc que blanc. Genève est désormais rattrapée par Paris et les grandes villes françaises.

L’affaire du vice-président du tribunal de grande instance de Paris constitue un épisode de plus dans les dérives des magistrats en France. Selon des informations confirmées par une source judiciaire contactée par téléphone, mais qui souhaite conserver l’anonymat, un vice-président du tribunal de grande instance de Paris est soupçonné d’avoir bénéficié, sur le sol français, des revenus d’une prostituée d’origine gabonaise. Âgé de 58 ans, ce vice-président de la 2e chambre a été mis en examen mercredi 6 janvier 2020 à l’issue de sa garde à vue, puis remis en liberté. Il est néanmoins placé sous contrôle judiciaire. Il n’a pas été suspendu de ses fonctions.

J’ai beaucoup enquêté et écrit sur la prostitution, publiant encore un livre sur le sujet fin novembre.

https://ripostelaique.com/octopus-accuse-macron-il-a-livre-40-000-etudiantes-a-la-prostitution.html

C’est la première fois que je croise médiatiquement un « magistrat proxénète », un « Prosper », qui plus est, dans le principal tribunal de France. Évolution inéluctable de cette justice confiée par Emmanuel Macron à Éric Dupond-Moretti.

Contrairement aux premières informations diffusées par le parquet de Nanterre, juridiction où l’affaire a été dépaysée pour éviter les conflits d’intérêts au TGI de Paris, l’affaire repose sur une dénonciation.

https://www.notretemps.com/retraite/un-magistrat-parisien-mis-en-examen-pour-afp-202101,i235012

Une jeune prostituée, qui aura 23 ans en mars prochain, avec laquelle le magistrat était en couple, s’est présentée à la police pour dénoncer le comportement de son ex-compagnon. Elle avait déposé plainte le 13 janvier 2020 auprès de la Brigade de répression du proxénétisme à Paris (*1). Puis la procédure a été transférée au TGI de Nanterre pour éviter tout risque de collision avec les enquêteurs et les magistrats en charge du dossier. Cela a pris beaucoup de temps, près d’une année.

L’enquête et le transfert auraient sans doute été plus rapides pour un « mac ordinaire », un de ceux qui prolifèrent dans les grandes villes. Bien que certains semblent protégés par les services de police.

Ce qui permet aujourd’hui à Me Combles de Nayves, l’avocat du magistrat parisien mis en examen, d’expliquer que, depuis un an, « son client n’est plus avec la jeune prostituée… »

Me Combles de Nayves ajoute : « Mon client est tombé amoureux de cette femme en 2017. Elle est venue habiter chez lui, ils ont eu un enfant ensemble. Il a tout fait pour qu’elle arrête de se prostituer… Le juge a ainsi vendu des biens immobiliers pour financer l’achat d’une maison pour sa compagne dans son pays d’origine, le Gabon. Il lui a versé plus de deux-cent-mille euros durant leur période de vie commune. »

Me Combles de Nayves, l’avocat du magistrat parisien, tente d’expliquer le comportement de son client en le décrivant comme « un magistrat du siège humaniste, passé par plusieurs grandes juridictions de la région parisienne… ». Et le dit très soucieux des droits de l’homme (peut-être moins des droits de la femme) – et notamment des étrangers – et peu friand de la détention provisoire systématique.

Mais aujourd’hui, ce vice-président de la 2e chambre du tribunal de grande instance de Paris va devoir répondre de ses actes devant ses pairs pour des soupçons infamants et aux antipodes des valeurs professionnelles indispensables pour exercer dans la magistrature.

Cinq jours après le dépôt de sa plainte, le 18 janvier 2020, la jeune femme, qui faisait à nouveau « commerce de ses charmes » serait entrée sans y être invitée chez son ex. La rencontre aurait tourné « vinaigre », selon des informations communiquées par le parquet de Nanterre.

https://www.lefigaro.fr/flash-actu/un-magistrat-parisien-mis-en-examen-pour-proxenetisme-20210107

Cette nouvelle affaire impliquant un magistrat de haut rang survient après une série d’affaires troublantes :

https://ripostelaique.com/le-premier-juge-de-france-mis-en-examen-pour-4-agressions-sexuelles.html

https://ripostelaique.com/magistrat-a-privas-le-jour-escroc-internet-la-nuit.html

ttps://www.lefigaro.fr/actualite-france/2008/08/22/01016-20080822ARTFIG00261-un-magistrat-de-montpellier-en-prison-pour-corruption-.php

https://www.ladepeche.fr/2020/06/12/dijon-un-magistrat-mis-en-examen-pour-avoir-propose-des-rapports-sexuels-avec-sa-fille-12-ans-a-des-inconnus-sur-internet,8929709.php

https://www.leparisien.fr/faits-divers/le-haut-magistrat-detenait-plus-de-5-000-images-pedophiles-19-06-2006-2007087953.php

https://fr.wikipedia.org/wiki/Cat%C3%A9gorie:Magistrat_condamn%C3%A9_p%C3%A9nalement_ou_sanctionn%C3%A9_disciplinairement

https://www.lanouvellerepublique.fr/poitiers/poitiers-un-juge-suspendu-et-condamne-pour-des-violences-conjugales

Vu le grand nombre de cas de magistrats qui dérapent et qui franchissent la « border line », il serait temps d’imposer une réforme du système et un suivi psychiatrique de tous les magistrats. Car tous ces juges peuvent, du jour au lendemain, vous priver de liberté. Il serait donc judicieux de leur imposer une expertise psychiatrique chaque année, ou deux fois par an, pour vérifier qu’il n’y a pas de “fusible grillé”.

Francis GRUZELLE
Carte de Presse 55411

(*1) La Brigade de répression du proxénétisme (BRP) est un service spécialisé de la police judiciaire. Son rôle est de lutter contre le proxénétisme et surveiller la prostitution. Elle est également engagée contre l’ensemble des délits d’ordre sexuel, comme les viols et l’exhibitionnisme par exemple.

Les débuts de la Brigade de répression du proxénétisme datent de 1747 avec la création de la première police des mœurs, appelée bureau de la discipline des mœurs. C’est un lieutenant général de police, Nicolas René Berryer, qui en est à l’origine.