1

Les USA sont-ils vraiment nos amis et alliés ? Certainement pas !

Best-Buds-Hollande-ObamaEst-il possible en France de lancer un coup de gueule contre les USA sans se faire insulter ? Parfois, j’en doute tellement il est difficile de dire que les Etats-Unis sont, et à tous points de vue, de grands emmerdeurs qui plus est envahissants ! Le dire sans passer pour un ringard et un demeuré franchouillard.

Les américains sont des grands enfants dit-on. Ce que l’on sait c’est qu’ils ont une histoire très courte. Une histoire qui les rend myopes et leur interdit de facto d’avoir une profondeur historique, celle des grands peuples comme la France, l’Angleterre, la Russie et la Chine.
Ils donnent l’impression de vivre l’instant et d’exercer la puissance d’aujourd’hui. Pour être tout à fait clair, je n’ai rien contre les citoyens américains mais franchement, la politique des USA est véritablement à vomir tant hier qu’aujourd’hui.
Nous voilà avec les Etats-Unis d’Amérique qui sont bien les responsables du chaos au Moyen-Orient, avec le compère anglais. Ah, ces anglo-saxons, ennemi de toujours depuis la guerre de Cent ans.
Car enfin, ce sont bien les Etats-Unis qui ont manipulé les médias, menti à l’ONU, vendu des armes, fait des guerres d’insurrections partout en Amérique du Sud, ils ont créé les talibans en Afghanistan pour faire la pige aux Russes soviétiques, créé des djihadistes pour s’assurer les débouchés pétrolifères, soutenu des dictatures du Moyen-âge comme l’Arabie Saoudite et le Qatar, etc. Quel est l’américain imprégné d’histoire et en conscience, accepterait ces faits sans rien dire ? Aucun, mais hélas, ils ignorent la plupart du temps, qu’en dehors de leur pays-continent, il existt d’autres peuples ayant des aspirations différentes de la « grande Amérique » !
Souvenons-nous: ils ont menti pour se payer la peau Saddam Hussein et de l’Irak, ils ont fait tuer des milliers de leurs soldats, ils recommencent avec la Syrie en cherchant à l’éclater et en utilisant sans vergogne des ordures islamistes, après avoir utilisé les andouilles françaises, les « idiots utiles » Sarkozystes en Libye comme Juppé et BHL. Ils cherchent des noises aux Russes de Poutine en fomentant des « révolutions » en Ukraine avec des néonazis, et ils trouvent encore le moyen, de donner des leçons de maintien à l’Europe et à Israël. A vomir; vous dis-je…
Qui un jour, aura la force de dire à ces Etats-Unis d’Amérique, comme a su le faire le général De Gaulle: « Basta », dégagez de chez nous ! Allez faire vos guerres chez vous, sur votre territoire si cela vous chante, mais stop, pas chez nous ! C’est quand la dernière fois que vous avez connu un bombardement comme à Dresde ou Hiroshima ? Jamais !
Cessez de nous prendre pour des imbéciles, arrêtez de venir vous servir, de nous occuper, de nous envahir, de nous interdire de dire et de faire par votre politiquement correct, de nous noyer culturellement ! Rentrez chez vous et laissez le reste du monde tranquille, car depuis que vous êtes en Europe et partout dans le monde, vous êtes vraiment envahissants et sur tous les plans !
Alors on me chantera, « si les Américains n’étaient pas là », on serait tous en Germany « ! Pas si sûr !
C’est oublier les forces de la vie, les évolutions politiques, le caractère français, les révolutions ou révoltes des peuples. Et puis, je rappelle à tout hasard que les États-Unis ont pris leur temps  pour « nous sauver » et que ce ne fut pas gratuit, loin de là ! A commencer par une entrée en guerre mondiale en 1917 pour la première, juste le temps que les trois puissances en guerre (civile?) se soient totalement épuisées et saignées à blanc. Et seulement en 1943, malgré les appels du pied des Anglais et pour les mêmes raisons, et ainsi asseoir définitivement la prédominance américaine sur l’Europe. Sans compter la dette des peuples d’Europe et singulièrement celle de la France qui mit des années avant de pouvoir demander aux USA de plier bagages dans les années soixante. Pourtant, c’est encore son règne qui dure aujourd’hui et se fait jour dans cette Europe atlantiste et liberticide !
Nous leur devons probablement beaucoup aux USA, mais ils nous doivent bien plus depuis qu’ils nous ont interdit de bouger et d’être nous-mêmes.
C’était mon coup de gueule de la semaine.
Gérard Brazon (Le Blog)



Musulmane américaine, Asra Nomani demande : « Quand va-t-on se réveiller ? »

Ce n’est pas une blague que Laure Mandeville a publiée  dans le Figaro  le 1er avril, c’est, au contraire, un article fort  intéressant :
Asra Nomani pour un Vatican II de l’islam
Cette journaliste  porte à notre connaissance l’engagement d’Asra Nomani, une courageuse musulmane américaine qui est mise au ban de sa communauté parce qu’elle est trop curieuse et qu’elle critique des versets du Coran. Venue vivre aux USA, dès l’âge de 4 ans, avec ses parents, elle a, sans doute trop bien, intégré les valeurs féministes universelles de son pays d’accueil.
Il y a «une continuité évidente entre l'interprétation littérale très rétrograde de l'islam enseignée dans les mosquées d'Amérique et la capacité d'al-Qaida à recruter sur place des soldats du terrorisme», souligne Asra Nomani.
Sur quoi enquête-t-elle ? Elle s’inquiète que l’on trouve stipulé en toute lettre dans le Coran : «  il ne faut pas prendre pour amis les juifs et les chrétiens.»  Elle note que cette même phrase ne figure pas dans un autre Coran qu’elle utilise, mais qu’on la retrouve dans les sermons fournis en ligne de l’ambassade saoudienne que nombre d’imams américains téléchargent. Elle s’inquiète aussi d’un autre verset, relatif aux «femmes qui doivent être battues si elles ne sont pas obéissantes».  On ne peut que se montrer sceptique de son ignorance de la violence du Coran, sans doute a-t-elle été éduquée avec un livre expurgé, et c’est tant mieux,  mais elle se trompe en pensant que les Arabes Saoudiens falsifieraient le Coran, ils ne se le permettraient pas, ils sont les dépositaires de cet héritage précieux et des lieux saints pour leurs plus grands bénéfices !  Elle devrait savoir que l’on ne peut toucher a rien de cette « sainte » écriture !  Oui hélas dans le Coran figurent tous ces versets qu’elle semble découvrir! Cette petite critique mise à part, tout ce qu’elle entreprend  mérite nos encouragements, car elle a raison de se mobiliser aujourd’hui.
Elle a raison de comprendre que l’éducation religieuse musulmane peut amener les esprits faibles à commettre des actes odieux et que cet endoctrinement là peut se faire tranquillement dans l’incognito des mosquées ! Oui, elle fait bien de partir  en guerre contre la violence des versets qu’elle incrimine ! Oui elle fait bien, aussi, de ruer dans les brancards contre la  violence de l’islam à l’égard des femmes; le New York Times la compare  à  ROSA PARK, l’une des pionnières pour les droits civiques des Noirs. Tout cela est le vrai problème de l’islam et des musulmans ! Réussira-t-elle ce  combat, et qu’est-ce qui, chez elle, a provoqué cette prise de conscience, pourquoi est-elle allée scruter le Coran de si près ?
Journaliste, elle reste traumatisée par l’assassinat de  Daniel Pearl !  Reporter  pour le Wall Street journal, elle enquêtait au Pakistan, avec lui, sur « l’après 11 septembre », quand son collègue et ami fut kidnappé le 23 janvier 2002. On connaît la suite, il fût décapité, acte horrible filmé par de «bons musulmans » faisant sans doute, de leur point de vue,  acte de djihad ( il était juif et Américain)  pour mériter l’accès direct au paradis ! Elle a ensuite enquêté sur cette horreur et sur  les 27 protagonistes de ce crime, et qu’a-t-elle découvert? «  Le fait qu’on ait retrouvé cette vidéo dans une mosquée, ce lieu carrefour de la communauté, où tout se décide et tout converge était capital. C’était bien là que l’idéologie qui avait tué Danny transformait en soldats du terrorisme de jeunes musulmans» dit-elle.
Terrible réalité, pour cette musulmane américaine,   que de découvrir que ce sont ses propres coreligionnaires qui ont assassiné son ami. Oui le danger est bien là, la mosquée peut être un lieu à hauts risques pour les jeunes musulmans, ce peut être  un lieu de recrutement idéal pour le djihad.  Asra  en a conscience, et elle a raison de s’inquiéter de la teneur des prêches dans les mosquées américaines, comme nous devrions, nous Français, nous inquiéter de la teneur des prêches dans les mosquées de notre pays. N’oublions pas que si l’Afghanistan et le Pakistan ont été les principaux lieux d’entraînement, c’est d’une mosquée d’Hambourg que sont partis les commandos djihadistes du 11 septembre 2001. Les mosquées du Londonistan furent aussi des nids de théorisation et de recrutement au djihad pour bien d’autres attentats et sans doute le sont-ils toujours.  La récente manifestation d’Oxford Street, fin mars,  montre à quel point agit et prospère le groupe Sharia 4, sans que personne n’y trouve à redire.
[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=rq4el7gyPas&feature=player_embedded[/youtube]
Oui la  Grande Bretagne reste la terre européenne privilégiée des islamistes! Comme l’Europe les USA ne sont pas épargnés par cette poussée fondamentaliste et il est important qu’une américaine musulmane   s’en aperçoive et ose poser  la question : « Quand va-t-on se réveiller ? ». Oui, en effet, quand va-t-on se réveiller ?
Asra réussira-t-elle, à faire comprendre aux Américains la nuisance des prêches intégristes?  Pourra-t-elle, elle qui ne porte pas le voile qui a eu un enfant hors mariage, amener les musulmanes vers un avenir plus libérateur en Amérique d’abord et dans le monde musulman ensuite?  Ou bien en la mettant au ban de la société musulmane américaine va-t-on l’obliger à se taire?
Face à la radicalisation de l’islam, en France comme aux USA, certains exigent une réflexion,  mais dans  l’un comme dans l’autre pays il est difficile d’ aborder ce débat  sans faux fuyant, sans langue de bois. Ici comme là-bas, pour l’instant, sous le faux prétexte du risque  de  stigmatisation on  fait l’autruche!  Ce qui est le plus inquiétant, c’est qu’on ne voit pas bien de quel pays, de quelle personne pourrait venir la lumière. Si le monde catholique,  qui a un chef spirituel, a pu,  faire une réflexion de type Vatican II, une telle démarche pourrait-elle se faire avec l’islam? Entre les combats sunnites/ chiites, entre fondamentalistes et modérés, qui décidera un jour de mettre à l’heure de la modernité la pendule de l’islam ?  Quand on voit, dans notre pays, les véritables  conflits  d’influence pour s’accaparer les mosquées françaises, on peut  se demander si l’évolution de l’islam est le souci premier des imams et si ce qui n’a pas été fait, depuis 14 siècles, peut être fait aujourd’hui.    « Débarrasser définitivement, partout de par le monde, l’islam  de la violence entre les divers courants, en finir avec les fatwas, le djihad, la lapidation et  toutes les maltraitances ordonnées dans le texte coranique, permettre aux croyants de prendre de la hauteur par rapport à leur religion, les laisser respirer enfin! », qui prendra la tête de cette modernisation et de ce nécessaire mais improbable aggiornamento?
Chantal Crabère




Islam : et si les lignes bougeaient aux Etats-Unis ?

L’incroyable avancée de l’islam, l’aveuglement obstiné devant son caractère monstrueux, la censure omniprésente sur ses méfaits, tout cela n’est pas dû à quelques bisounours post soixante-huitards un peu déconnectés de la réalité. Si tel était le cas, Riposte vaincrait sans péril et s’exposerait à triompher sans gloire. Non, c’est plus haut dans les sphères du pouvoir politique et économique que les complicités doivent être cherchées. C’est pourquoi j’ai énormément apprécié l’article de Frédéric Feltrin, dans le numéro de la semaine dernière, qui analyse les connexions profondes entre les différentes administrations américaines et l’islam :
« Islamisme et impérialisme américain sont les deux mâchoires du même étau qui broie la raison issue des Lumières. Ce serait une grave faute que de croire qu’on peut les opposer… Tous les dirigeants des « républiques islamiques  » ( !), quel que soit les discours qu’ils peuvent tenir à l’endroit des USA et qui ne sont que des artifices oratoires destinés à se concilier les bonnes grâces de leurs peuples fanatisés contre Israël et son soutien américain, ne se maintiennent en place que grâce au soutien logistique, matériel et militaire des USA (voir Moubarak en Egypte , et même Kadhafi !). »
http://www.ripostelaique.com/Sarkozy-ne-fait-que-poursuivre-la.html
On pourrait parler aussi de l’incroyable soutien fourni à ceux qui allaient devenir les Talibans d’Afghanistan au temps où ils combattaient les Russes. De la complaisance vis à vis du Pakistan et de l’Arabie saoudite. De la façon dont l’Irak de Saddam Hussein, au départ laïc, a été choisi entre tous pour recevoir les foudres de l’oncle Sam.
Même les attentats du 11 septembre ne provoquèrent qu’une réaction limitée. Ils incitèrent, il est vrai, les Etats-Unis à combattre enfin « le terrorisme », mais sans jamais dire qui était derrière.
Mais en ce moment, j’ai l’impression que nous sommes dans une période tournante, et que les lignes sont peut-être en train de bouger vraiment en Amérique. Je prendrai deux exemples : les prises de positions anti-islamistes de l’homme d’Etat Newt Gingrich, et les investigations qui multiplient les découvertes majeures sur l’islam dit « modéré », en marge de la révolte populaire contre le projet de mosquée de Ground Zero.

NEWT GINGRICH S’ENGAGE CONTRE LA CHARIA

Commençons par parler de Newt Gingrich. C’est un républicain, et un ancien président de la chambre des représentants au Congrès. On dit qu’il pourrait être candidat à la présidence des États-Unis.. Nommé homme de l’année par TIME en 1995, il est un des principaux responsables de la « révolution républicaine » dans la chambre, mettant fin à quarante années de majorité démocrate. Il représenta pendant plusieurs années l’opposition du Parti républicain face à Bill Clinton. Il a déjà fait bouger les lignes de la politique américaine, et pas dans le sens qui me plait : il a ancré bien à droite (encore plus à droite qu’avant) le parti républicain et a conforté son assise électorale en contribuant à y faire entrer toute une mouvance sudiste qui, auparavant, pour des raisons historiques, cohabitait bizarrement avec une « gauche » rose très pâle au sein du parti démocrate.
Quand je pense qu’aux prochaines élections présidentielles américaines, les femmes seront peut-être obligées de voter Gingrich pour éviter un président encore pire qui ferait avancer la charia, cela donne une idée du terrain perdu. Bien belle pourrait être la part du feu … En religion, Gingrich est un baptiste du Sud. Si nous apprenons qu’il soutient le droit à l’avortement, ce sera un scoop. Mais n’en veuillons pas à Gingrich, qui ne fait que défendre ses idées. Ceux qui méritent le sort des traitres sont souvent à gauche.

Il faudra pourtant s’interesser à Gingrich, car c’est le seul homme politique de cette carrure qui ait pris des positions extrèmement claires face à l’islam. Ecoutons le :
« L’une de nos plus grosses erreurs dans les suites du 11 septembre a été de qualifier notre réponse aux attentats de « guerre contre le terrorisme » au lieu d’identifier clairement les islamistes radicaux (et l’idéologie islamiste radicale sous-jacente) comme cibles de notre campagne. Cette erreur est responsable d’une confusion perpétuelle quant à la nature de la menace idéologique et matérielle qui pèse sur le monde civilisé et quant au niveau de la réponse, qui n’est pas adapté. »
« La charia est utilisée dans de nombreux pays musulmans pour justifier des actes d’une barbarie épouvantable comme la lapidation, l’exécution des homosexuels, et la soumission des femmes.. La charia n’autorise pas la liberté de conscience, elle interdit aux musulmans de renier leur foi musulmane ou de se convertir à une autre religion. Elle ne soutient pas la liberté religieuse, elle traite les non-musulmans en inférieurs et ne leur accorde pas la même protection qu’aux musulmans. Dans tous ces cas, et dans bien d’autres, la charia va explicitement à l’opposé des valeurs américaines et occidentales essentielles. Elle constitue un rejet explicite de la liberté de conscience et de la liberté religieuse, ainsi que du principe d’égalité des citoyens devant la loi.
Ainsi, les efforts des islamistes radicaux pour imposer la charia dans le monde entier constituent-ils une menace directe contre tous ceux qui croient aux libertés garanties par notre système constitutionnel.
http://www.postedeveille.ca/2010/07/usa-newt-gingrich-sur-lislam-politique-la-charia-et-la-mosqu%C3%A9e-de-ground-zero.html#more

LES INVESTIGATIONS DE STEVE EMERSON SUR LES PROJETS DE L’ IMAM RAUF

Par ailleurs, l’indignation autour du projet de mosquée à Ground Zero a conduit les journalistes d’investigation à s’intéresser à l’imam supposément modéré qui est derrière.
Steve Emerson, président du Investivatige Project, est un expert reconnu du contre-terrorisme. Dans une entrevue à l’émission de radio animée par Bill Bennet, il a annoncé qu’il dévoilerait le contenu explosif d’enregistrements de l’imam Rauf récemment découverts.
Steve Emerson a découvert 13 heures d’enregistrement audio de l’imam Rauf. Emerson et son équipe d’enquêteurs ont passé les quatre dernières semaines à les analyser. Rauf est un « religieux extrémiste radical, un loup en habit d’agneau ». Les déclarations suivantes de Rauf font partie du matériel mis à jour :
Il défend le wahhabisme, une version puritaine de l’islam pratiquée en Arabie saoudite
Il appelle à l’élimination d’Israël en plaidant pour un état d’une seule nation, ce qui signifie qu’il n’y aurait plus d’état juif
Il justifie la violence de Ben Laden.
Les preuves démontrent que cet homme est beaucoup plus qu’un simple religieux;
Le Investivative Project on Terrorism a établi une corrélation entre les foyers de terrorisme aux États-Unis et la présence de mosquées radicales. 80 pour cent des mosquées aux États-Unis sont contrôlées par des wahhabites qui propagent un islam extrémiste.
http://www.postedeveille.ca/2010/08/usa-les-enregistrements-explosifs-de-limam-rauf.html

LES INVESTIGATIONS DU SITE BIG PEACE

Le média américain Big Peace a réalisé un remarquable travail d’investigation mettant en évidence que la promotion de la Charia sera la principale raison d’être du projet de mosquée à Ground Zero soutenu par la gauche américaine (New York Times, Newsweek, Parti démocrate…), par le biais d’islamistes notoires Iraniens, Pakistanais, Afghans, le tout avec la collaboration de l’International Institute of islamic Thought (IIIT), institut notoirement lié aux Frères Musulmans. En France, l’IIIT devient l’Institut international de la pensée islamique.
En particulier, un projet nommé Sharia Index Project se donne pour but de suivre pas à pas, cartes en mains, l’avancée de la charia dans le monde. Ce sujet porté par (IIIT) mérite un article spécifique, que nous proposons en parallèle à celui-ci.
http://www.islamisation.fr/archive/2010/08/19/le-projet-de-mosquee-a-ground-zero-est-islamiste-les-preuves.html
La présence de l’IIIT en France avait été dénoncée dès 2007 par l’Observatoire de l’islamisation :
http://www.islamisation.fr/archive/2007/12/27/l-institut-international-de-la-pensee-islamique-iiit-lance-u.html
Catherine Ségurane




Les dessous du projet de la mosquée de Ground Zero

L’INSTITUT INTERNATIONAL POUR LA PENSEE ISLAMIQUE, LA MOSQUEE DE GROUND ZERO, LA CORDOBA INITIATIVE, ET LE SHARIA INDEX PROJECT

L’International Institute of islamic Thought (IIIT), institut notoirement lié aux Frères Musulmans, est présent en France. L’Observatoire de l’islamisation lui a consacré un article dès 2007 :
institut-international-de-la-pensee-islamique-iiit-lance-u.html
Actuellement, c’est aux Etats-Unis qu’il défraie la chronique en liaison avec le projet de mosquée à Ground Zero, encore appelé Cordoba Initiative, en référence au califat de Cordoue, qui voyait chrétiens et juifs vivre « paisiblement » en tant que dhimmis sous l’autorité musulmane.
Le média américain Big Peace a réalisé un remarquable travail d’investigation mettant en évidence que l’imposition de la Charia sera la principale raison d’être du projet initié par des islamistes notoires de toutes origines et de toutes écoles, tant sunnites que chiites (ce qui permet au passage de relativiser la portée de leurs rivalités internes). L’immeuble planifié à Ground Zero aurait à cet égard beaucoup plus de surface que nécessaire au fonctionnement d’une mosquée et de ses annexes habituelles, et devrait servir de quartier général aux activités de la Cordoba Initiative. Cette initiative, en cours d’élaboration depuis 2006, impliquant de nombreux islamistes haut placés, tendrait à imposer la charia mondialement, et à suivre, pas à pas et cartes en main, l’avancée de ce projet. Ce travail, que nous allons résumer ci-après, a été relayé par Poste de Veille et par l’Observatoire de l’islamisation :
ground-zero-mosques-hidden-websites-follow-the-shariah/
ground-zero-et-le-projet-dindex-de-la-charia-de-limam-rauf.html
le-projet-de-mosquee-a-ground-zero-est-islamiste-les-preuves.html

LA TENEUR DU PROJET CORDOBA D’INSTALLATION DE LA CHARIA

La teneur du projet est parfaitement expliquée par un écran, capturé par Big Peace, qui faisait partie d’un ancien site du projet Cordoba (depuis, les sites internet du projet ont été nettoyés de leurs aveux trop francs) :
arkdev__qcontent_shariah-index-project.pdf
Nous pouvons y lire le nom du site (Cordoba Initiative), son slogan (Imagine: a Perfectly Islamic State) et son but (Goal: To define, interpret and implement the concept of the Islamic State in modern times.) .

LES ETAPES ET LES ACTEURS DU PROJET

Big Peace a mis au jour plusieurs étapes :
Août 2006 : réunion de planification- Kuala Lumpur; Indonésie
D’après la copie d’écran en lien plus haut, cette réunion fut consacrée au brainstorming, à l’élaboration du projet et à la feuille de route ( » … consisted largely of brainstorming and exploring the idea of creating an index of Islamic governance. At its conclusion, the group presented a vision for the project as well as a roadmap. »). En plus de l’imam Rauf, elle réunit :
Professor Dr. Mahmood Ahmad Ghazi, Pakistan, (Chairman of the Shariah Board for the State Bank of Pakistan and former president of International Islamic University);
Professor Dr. Mohammad Hashim Kamali, Malaysia (Dean of the International Institute of Islamic Thought & Civilization and Former Interim Chairman, Constitutional Review Committee, Afghanistan);
Professor Dr. Tahir Mahmood, India (Founder/Chairman, Amity University Institute for Advanced Legal Studies, New Delhi, and former Dean of the Faculty of Law, Delhi University);
Dato’ Abdul Hamid Mohamad, Malaysia (Judge, Federal Court of Malaysia … Malaysian Supreme Court).
Février 2007 : le projet prend forme
Toujours d’après cette copie d’écran, on accueille de nouveaux membres, venant d’Iran (pour avoir le point de vue shiite), de Turquie, du Pakistan et de Malaisie. On met au point des critères détaillés d’évaluation de l’avancée de la charia dans un pays (« They further refined the Basis for Evaluation document, an exercise that resulted in the creation of two documents: Essential Features of Shariah-Compliant Governance and the first iteration of the Shariah Index, inclusive of seventy-four principles of Islamic governance derived from Islamic law. »), on fixe un calendrier et les tâches, on dresse deux listes, une longue et une courte de « scholars » à approcher en vue d’un soutien.
Octobre 2007 : mise au point d’indicateurs mesurables d’avancées de la charia
Toujours d’après la même capture d’écran, octobre 2007 voit encore arriver de nouveaux membres (Bahrein, Angleterre, Maroc, Liban). On met au point des « measurable principles derived from Shariah »
Août 2008: Finalisation des plans
Toujours d’après la capture d’écran citée plus haut, la réunion d’août 2008 est consacrée à la finalisation des plans.
A l’occasion de cette réunion de finalisation, la journaliste Anne Bayefsky a identifié le participant Iranien du « Sharia index Project » sur une photo de la réunion de 2008, il s’agit de Mohammad Javad Larijani connu pour avoir justifié la torture des dissidents iraniens et les peines corporelles prévues par la Charia.
Novembre et décembre 2008 : lancement du projet avec l’IIIT, mouvement des Frères Musulmans
En novembre 2008, L’International Institute of islamic thought (IIIT) édite le livre de l’imam Rauf ( celui qui pilote le projet de la mosquée du WTC) et organise son lancement. On note la présence du vice président de l’IIITJamal Barzinji . Le livre de Rauf est intitulé « “What is Right with Islam is what is Right for America », comme on peut le voir sur cette capture d’écran :
ArticleType_ArticleView_ArticleID_113_PageID_105_Defaul.pdf
L’IIIT est né en 1981 dans l’état de Pensylvannie, sous l’impulsion de hauts responsables des Frères Musulmans. Son fondateur Abdul Hamid Abu Sulayman, est un séoudien ayant obtenu 3 380 000 dollars de son royaume pour lancer cette institution ayant pour objectif affiché « l’islamisation des savoirs », faisant office de réservoir d’idée et de centre de formation pour intellectuels islamistes, afin de leurs inculquer les méthodes de camouflage en occident. L’ IIIT a fait l’objet d’enquêtes approfondies, aussi bien par le FBI que par des spécialistes de l’islamisme, le mettant en cause dans le financement du djihad international.
Elle présente le projet ainsi dans un écran capturé par Bigpeace (nous ne traduisons pas ; cette présentation confirme celle su site intitulé Cordoba Initiative que nous avons détaillé plus haut) :
« Imam Feisal Abdul Rauf, founder and President of Cordoba Initiative briefed a select group of scholars and IIIT staff on Friday, December 19, 2008 on the Shari’ah Index Project, a pioneering effort which aims at developing an index based on Maqasid al Shari’ah for the purpose of measuring the performance of Muslim countries in relation to the implementation of Shari’ah.
Since its inception in 2006, the Shari’ah Index Project –which is directed out of Kuala Lumpur, Malaysia- has generated the support of many Muslim countries and organizations as well as prominent Muslim scholars and leaders worldwide.
The index itself is being developed through the joint efforts of the prominent scholars and social scientists from different parts of the Muslim world. Upon completion, it will be used primarily in Muslim countries through polling of sampled populations via interviews and surveys to be conducted by Gallup USA. The data then will be analyzed and findings and conclusion will be made available to policy makers, the media and the public at large.
Accompanying Imam Rauf were Dr. Jasser Auda, member of the Advisory Council of Scholars for the Project and expert on Maqasid, Courtney Erving, the Executive Director, and her assistant Irfana Hashimi. Dr. Abubaker al-Shingeiti, Regional Director of IIIT, welcomed the guests and pledged cooperation and support from IIIT to the Project. »
Default.aspx
Décembre 2009: l’imam Rauf rencontre les dirigeants de l’IIIT
Il s’agit de discuter de la finalisation du « Sharia index Project », dans leur siège en Virginie .
Catherine Ségurane