1

USA : le recul du COVID-19 n’est absolument pas dû à la vaccination

Ne pouvant plus nier le succès des Etats-Unis contre le Covid depuis maintenant près de six mois, les médias et des experts proches des laboratoires tentent de nous faire croire qu’il serait dû à la vaccination pour nous inciter à accepter ces traitements expérimentaux inutiles et dangereux.

Il s’agit d’une contre-vérité totale : la décrue des infections aux USA a commencé en janvier 21, alors que personne n’avait reçu deux doses et le taux actuel de vaccinés est trop faible pour atteindre l’immunité collective.

La baisse des contaminations se confirme chaque jour depuis 6 mois

La courbe des contaminations publiée par l’OMS est démonstrative : la chute des contaminations a commencé début janvier 2021

 

La chute des contaminations a précédé la vaccination

Début janvier 2021, moins de 2% des Américains avait été vacciné et aucun n’avait reçu une vaccination complète. La vaccination ne pouvait donc exercer aucune action efficace. Le recul de l’épidémie est vraisemblablement spontané, lié à la saisonnalité comme la grippe ou à d’autres facteurs environnementaux.

La couverture vaccinale faible ne peut expliquer le recul de l’infection

Pour inciter les Français à se vacciner, les apôtres de ces traitements expérimentaux nous répètent à chaque instant qu’il faut atteindre une couverture vaccinale d’au moins 70% pour obtenir l’immunité collective.

Actuellement aux USA, le taux de vaccinés plafonne autour de 40%. Les vaccinolâtres cohérents avec leurs croyances ne peuvent donc pas prétendre que la vaccination a joué un rôle dans l’évolution épidémique favorable des USA.

Les prétendues mesures sanitaires ne servaient à rien

Le gouverneur du Texas, Greg Abbott, a supprimé début mars, par décret, toutes les restrictions prétendument sanitaires [1].

Greg Abbott s’est ainsi attiré les foudres des experts dont Fauci qui lui a prédit une catastrophe sanitaire et les injures des covido-terroristes dont le gouverneur de Californie, Gavin Newsom, affirmant que cette décision était « absolument irresponsable », de Beto O’Rourke qualifiant le parti républicain « parti du « culte de la mort », de Joe Biden estimant la décision de « pensée néanderthalienne », et de Keith Olbermann répétant que « le Texas a décidé de rejoindre le camp du virus ».

Depuis l’évolution favorable dans cet état a démontré qu’elles ne servaient à rien et que tous ces covidoterroristes se sont trompés.

Au Texas, la vie est redevenue normale sans aucune restriction, et l’usage du pass sanitaire est interdit et passible d’amende.

L’exemple du Texas a fait tache d’huile. Les restrictions prétendument sanitaires ont été abolies dans une large majorité d’états dont l’obligation des masques à l’intérieur sans que l’épidémie ne reparte.

La vie a donc repris presque normalement aux USA sauf dans quelques états gouvernés par des démocrates têtus qui ne parviennent pas à d’admettre leurs erreurs. Mais l’opinion publique s’en désolidarise de plus en plus comme à New York.

Quelles conséquences pour la France ?

L’épidémie régresse depuis début avril 21 comme chez nos amis américains, mais avec 3 mois de retard.

En France, comme aux USA, cette régression ne peut pas être en relation avec la vaccination puisque chez nous, le taux de couverture vaccinale complète ne dépasse pas 16%.

Après deux mois de régression continue de l’épidémie, nous sommes exactement dans la situation du Texas lorsque son gouverneur Greg Abbott a libéré son état avec succès.

Au lieu de continuer à baser leur politique sur une propagande mensongère terrorisante et des mesures coercitives antidémocratiques pour nous imposer des pseudo-vaccins expérimentaux dangereux et inefficaces, nos gouvernants devraient suivre l’exemple des USA pour que les Français puissent enfin revivre, nos enfants apprendre et la France pouvoir retravailler.

Gérard Delépine

[1] dont l’obligation emblématique du port de masque




New York stoppe l’obligation de tests PCR pour fréquenter l’école

Grande victoire : sous pression, New York met fin aux tests Covid obligatoires dans les écoles [1]

À quand une décision du même ordre en France ? Ce résumé vise à informer le Président qui prend volontiers les mêmes décrets que nos amis américains.

Cette victoire fait suite à un procès intenté par Children Health Defense [2] l’organisation présidée par Robert F. Kennedy Junior, et huit parents d’élèves de New York contestant l’obligation des tests Covid et l’exclusion des récalcitrants des écoles de New York.

 Énorme victoire pour les jeunes Newyorkais

Le département de l’Éducation de l’État de New York a publié une lettre le 16 février informant toutes les écoles publiques de l’État que le consentement des parents aux tests Covid-19 pour leurs enfants n’est pas requis pour l’enseignement présentiel, ni pour la participation à des activités scolaires, y compris des activités parascolaires.

La lettre ne s’applique qu’aux écoles publiques, et fait suite à une plainte contestant la fermeture des écoles de New York et les tests obligatoires pour les élèves.

La plainte a été déposée le 16 décembre 2020 par huit parents de New York et children’s Health Defense (CHD) contre le département de l’Éducation de la ville de New York et le maire Bill de Blasio. Les parents étaient représentés par les procureurs James Mermigis, Ray L. Flores II, Robert F. Kennedy, Jr., président du CHD et conseiller juridique en chef, et Mary Holland, présidente du CHD et avocate générale.

La lettre du 16 février de Kathleen R. Cataldo, commissaire adjointe, Bureau des services de soutien aux étudiants, dit :

« Le Ministère a reçu des rapports selon lesquels certains départements scolaires exigent le consentement des parents au nom de leurs enfants, au test Covid-19 comme condition d’activités scolaires, y compris l’enseignement présentiel et les activités parascolaires.

Par la présente, le Ministère précise que le consentement des parents et des tuteurs pour le dépistage du Covid-19 des élèves ne peut pas être une condition pour l’enseignement présentiel ou autres activités scolaires. »

La décision illégale du maire de New York a privé certains enfants d’enseignement sur place (présentiel dit-on maintenant).

Depuis le 19 novembre 2020, les enfants de la 6e à la 12e année ont été complètement exclus de toute éducation en établissement scolaire. La ville de NY n’a fourni aucune date précise à laquelle ces élèves pourraient être de retour à l’école.

« Depuis le début de décembre, les élèves de la maternelle à la 5e année et des élèves ayant des besoins spéciaux peuvent suivre des « mixtes d’enseignement », habituellement de seulement 1 à 2 jours par semaine, mais seulement s’ils se soumettent à des tests à l’école (PCR) pour covid-19. Si les parents refusent, le ministère de l’Éducation relègue leurs enfants à l’enseignement à distance pendant au moins les 10 mois suivants ».

Notons que cette décision à long terme paraît particulièrement aberrante, ne tenant aucun compte de l’évolution de l’épidémie dont nous voyons actuellement la disparition spontanée indépendamment des mesures prises dans les différents pays, rappelant l’histoire naturelle des deux précédents coronavirus. Le SRAS et le Mers en début de siècle ont disparu en quelques mois avant même qu’un vaccin ait pu être mis au point (tant le virus mutait…).

La décision prise pour le long terme démontre, s’il en est besoin, que les mesures sanitaires extravagantes prises dans une partie du monde et singulièrement à NY n’ont pas de véritable objectif sanitaire, mais bien politique et économique, visant à appliquer les confinements successifs et privations de liberté, dans le cadre de l’application du plan Davos 2021 bien décrit par Klaus Schwab.

Ce plan est en passe d’échouer en raison de la prise de conscience de plus en plus de citoyens dans le monde de la très faible létalité du covid-19 et de la disparition accélérée et spontanée du virus. Les nombreuses conséquences psychologiques après un an de panique et de mesures liberticides, et les répercussions économiques avec de multiples faillites sont néanmoins devant nous.

Les écoles de New York ont été rouvertes à tous les élèves de septembre à la mi-novembre, même si les familles avaient la possibilité d’opter pour un enseignement à distance. Le maire de Blasio a de nouveau fermé les écoles prétextant une augmentation du taux de positivité PCR à l’échelle de la ville. Il est invraisemblable que malgré les démonstrations scientifiques des fraudes du test PCR depuis janvier 2020 et les procédures allemandes, américaines, canadiennes entre autres (dont la condamnation au Portugal de décisions de quarantaine reposant sur les seuls tests PCR) que certains politiques puissent prendre des décisions aussi lourdes de conséquences sur la foi de tels tests.

C’est malheureusement aussi souvent le cas en France où, malgré les procès qui se préparent, des entreprises ou écoles continuent trop souvent à exiger la pratique de tests. Rappelons que ces demandes ne s’appuient sur aucun texte légal et que si les personnes subissant l’injonction résistent et demandent le texte de loi, on leur répond que c’est seulement « conseillé ».

 Dans cette plainte new-yorkaise, les tests PCR sont pointés du doigt

« Comme les experts des demandeurs l’ont déclaré dans leur poursuite, les tests PCR ne diagnostiquent pas l’infection covid, même si NY a prétendu qu’ils le faisaient. Les tests PCR génèrent de nombreux résultats faussement positifs, ce qui entraîne isolement et quarantaine perturbateurs et coûteux » affirment les demandeurs.

Les Centers for Disease Control and Prevention des États-Unis stipulent que le dépistage à l’école sans consentement volontaire est « contraire à l’éthique et illégal ».

Il n’est pas possible de considérer comme un acte volontaire des parents, de les contraindre par la menace d’une exclusion, allèguent les demandeurs, et que le ministère de l’Éducation agit au mépris flagrant des directives fédérales en matière de santé publique.

Pertes de chance des enfants privés d’école

Comme l’a souligné le procès, l’enseignement à distance nuit de façon disproportionnée à ceux qui n’ont pas les moyens d’accéder à la technologie moderne, y compris internet haute vitesse, ordinateurs, tablettes, imprimantes, scanners et plus encore.

En outre, la plupart des étudiants à New York sont noirs et hispaniques, et de nombreux parents se méfient de soumettre leurs enfants à des procédures médicales sans leur surveillance. Ils se demandent ce qui se passe vraiment avec les résultats des tests de leurs enfants et les échantillons d’ADN.

Les syndicats d’enseignants défendent les mesures liberticides médicalement infondées à New York comme en France

On se demande vraiment pourquoi. Théoriquement, ce sont des gens instruits, capables de lire les publications internationales référencés dans la base de données PubMed qui rassemble des millions d’articles de toutes provenance. Ces articles issus de grandes universités affirment que les enfants et adolescents  ne risquent rien de covid-19 (sauf les grands immunodéprimés) et que lorsqu’ils sont contaminés (par leurs proches en confinement) ils ne transmettent jamais le virus ni aux autres enfants ni aux adultes. La fermeture des écoles, comme les mesures liberticides lorsqu’elles sont ouvertes, n’ont rigoureusement aucune justification sanitaire et relèvent de décisions politiques à visée psychologique. Est-ce pour cela que les syndicats d’enseignants ont ces prises de parole aberrantes contre l’intérêt des enseignants et des enfants et/ou jeunes adultes ?

« L’United Fédérations of Teachers (UFT), le New York City Teachers Union a publié un communiqué selon qui la lettre de l’État contredit un plan convenu par les écoles et le syndicat. « Nous nous battrons pour que ces protocoles restent en place », selon un communiqué sur la page Facebook de l’UFT. »

NY Teachers for Choice a répondu à l’UFT avec une lettre ouverte au président de l’UFT Michael Mulgrew décrivant pourquoi NY Teachers for Choice soutient les nouvelles orientations. La lettre se termine par :

« Pratiquement tous les autres districts scolaires de New York et de tout le pays n’obligent pas à tester le personnel ou les élèves pour le covid, parce que cela est illégal. Je comprends et je respecte le fait que vous essayez de faire ce que vous croyez être le mieux et le plus sûr pour votre association. Toutefois, l’UFT ne devrait pas se tenir du côté de ceux qui forcent à appliquer une pratique illégale sous sa surveillance.

Veuillez accepter les nouvelles directives de NY et l’étendre pour s’assurer que les droits des enseignants et du personnel sont également respectés ».

La poursuite intentée par CHD et les parents de New York se poursuivra jusqu’à ce que le problème de fermeture de l’école soit résolu.

Les commentaires suivants cette information du CHD sont violents.

 Quelques extraits 

« Merci CHD ! Nous devons continuer à nous battre face aux pertes, ne jamais abandonner contre le quatrième Reich ! Ils ont renversé notre pays et le monde de bas en haut avec des taupes dans les départements de la santé, les districts scolaires et les gouvernements locaux avec gauleiters régionaux des deux côtés de l’allée. Si nous exposons les dirigeants du coup d’État Covid, nous pouvons les vaincre et arrêter le coup d’état Covid basé sur des tests et des recherches pour asservir et euthanasier l’humanité ! »

« Tout le monde doit retirer ses enfants de l’école publique dans un effort conjoint pour mettre fin à cette folie et à la maltraitance des enfants consistant à leur imposer des masques. J’ai mes enfants à la maison et ils se plaignent tous les jours de leur programme scolaire en ligne, mais il n’y a aucun moyen que je les envoie à l’école avec des masques ou d’être soumis à des tests COVID.

Ce ne devrait pas être mon travail à temps plein d’être l’enseignant non rémunéré de mes enfants, mais il n’y a pas d’autres alternatives viables »

« Bonne question. Peut-être faire un dossier au SCOTUS et au Sénat ? Sinon, je ne sais pas. Ou tout simplement encourager les gens du Massachusetts et même d’autres États à pétition et exiger ici l’affaire de verrouillage. Nous avons besoin de nombreux groupes de personnes qui protestent contre les vaccins COVID, l’obligation des masques et contre les confinements. Beaucoup en Californie et ailleurs ont protesté contre Gavin Newsom. Enfin, l’affaire a été portée devant le SCOTUS en raison de l’exigence de confinement extrême de Newsom. J’espère que la même chose se produira avec les autorités et le gouverneur du Massachusetts. Je ne sais pas si cela aide, mais oui, désolé que vous soyez devenu arrogant et peut-être même communiste régissant le Massachusetts via le PCC qui a envoyé espions, assassins, et leurs politiciens partout dans le monde à gauche et à droite. »

« Les tests covid obligatoires ne doivent être effectués nulle part. Tout comme les masques obligatoires, la distanciation sociale et les fermetures d’entreprises. Mais, qu’est-ce qui les empêchera de venir avec d’autres tests obligatoires, masquage, distanciation sociale, etc. pour une autre étrange nouvelle jamais vu la grippe, le froid, l’infection par la pneumonie ?

 Jetez un œil au procès qui se passe dans l’Ohio, porté par l’avocat Tom Renz. L’objectif du procès n’est pas seulement de se débarrasser des obligations actuelles mais, aussi d’empêcher que de futurs tyrans puissent les mettre en œuvre à l’avenir.

 Comment les gens peuvent-ils faire confiance pour leurs enfants avec les enseignants qui soutiennent cela ? Ils devraient tous être jugés en vertu de Nuremberg II. »

Il est clair qu’aux USA comme en France et partout dans le monde, la prise de conscience de la mascarade Covid-19 basée sur les tests PCR progresse, et que la révolte gronde. Espérons que la sagesse et l’humanité l’emporteront contre le transhumanisme prôné par quelques milliardaires qui souhaitent réduire le reste du monde à un vaste champ d’esclaves « heureux » devant leur télé et les jeux, et à leur service pour un salaire universel.

Les tenants du Nouvel Ordre mondial ont simplement oublié que les hommes ne sont pas des robots et qu’ils sauront s’adapter pour trouver des solutions capables de sauver leur liberté, leur intelligence, leur autonomie et leur créativité. Le seul problème est le temps que cela prendra et les victimes intercurrentes.  Cela dépend de nous tous.

Que les habitants de la ville de la naissance de la statue de la liberté regagnent enfin la leur.

Nicole Delépine

[1] Huge Victory : Under Pressure, New York Ends Mandatory COVID Testing in Schools • Children’s Health Defense

[2] Children’s Health Defense • Help Children’s Health Defense and RFK, Jr. end the epidemic of poor health plaguing our children.



Chèques à envoyer à Riposte Laïque, BP 32, 27140 Gisors

Pour virements ponctuels ou mensuels, nous demander notre RIB IBAN à redaction@ripostelaique.com



Et si le vaccin Pfizer augmentait la mortalité du Covid ?

i24NEWS 12 janvier 2021. Israël : 4.500 personnes infectées au covid 19 après avoir reçu la première dose de vaccin

Signal d’alerte fort venant d’Israël

Les médias sacrent Israël, le champion de la lutte anti covid19 par le vaccin Pfizer. Superbe opération financière pour Pfizer qui a obtenu un bonus de prix de 40% pour cette priorité accordée à Israël. Depuis le 20 décembre, en 24 jours, plus de 20% des Israéliens (deux millions de personnes) ont été vaccinés.

Mais depuis cette date, selon les chiffres de l’OMS, les nombres quotidiens de contaminations et de morts attribuées au Covid19 explosent. Les contaminations quotidiennes sont ainsi passées de 1886 cas le 21/12 à 9416 cas le 12 janvier21. Le Dr Sharon Elrai-Price, responsable des services de santé publique au ministère israélien a averti le 12/1/2021 qu’une seule dose du vaccin contre le coronavirus n’offrait pas une protection suffisante contre l’infection par le virus.[1] Elle a ajouté que 17% des patients gravement malades qui sont actuellement hospitalisés sont des patients qui ont reçu une première dose du vaccin avant leur hospitalisation. Les données montrent qu’à cette date, 4.500 personnes ont été diagnostiquées positives au coronavirus après avoir reçu la première dose de vaccin, dont 375 ont été hospitalisées en raison de la maladie. Parmi les personnes hospitalisées, 244 l’ont été dans la première semaine suivant leur vaccination, 124 au cours de la deuxième semaine, et 7 plus de 15 jours après avoir reçu le vaccin.

« Le nombre de cas confirmés a atteint un nouveau sommet, nous avons passé la barre des 9.000 tests positifs. Il n’y a jamais eu un tel chiffre

 

Et la mortalité journalière est passée de 18 le 20 décembre à 50 le 17 janvier conduisant le gouvernement à prolonger le 3ème confinement du pays pour une durée indéterminée.

Signal d’alerte fort en Grande-Bretagne depuis la vaccination

La Grande-Bretagne est le second pays dans la course à la vaccination qui a débuté le 4 décembre avec le vaccin développé par Pfizer et BioNTech.

Depuis cette date, le nombre de contaminations quotidiennes a explosé de 14898 le 4/12/2020 à 68063 le 9 janvier 2021.

Et malheureusement aussi la mortalité Covid19, qui après une augmentation de près de 300% (414 le 4/12 à 1564 le 14/2021) dépasse de 27% celle observée en mars-avril 2020 (pic maximal 1224 le 22 avril 2020).

Inquiétudes aux USA

Depuis cette date, la mortalité Covid19 a augmenté de près de 200% (1296 le 28/12 à 3557 le 17/2021)  et dépasse la moyenne des décès quotidiens observés en mars-avril 2020.

Ces augmentations considérables et simultanées des incidences journalières des contaminations et des décès après la première dose de vaccin Pfizer dans les trois pays à la couverture vaccinale les plus élevées sont très inquiétantes et constituent des signes d’alarme forts.

Alerte en Norvège pour les personnes fragiles

La Norvège, vient d’émettre le 15/1/2021 une alerte après la constatation de 23 décès liés au vaccin Pfizer[2] [3] chez des personnes âgées en Ehpad. Parmi ces décès, 13 ont été autopsiés, les résultats suggérant que les effets secondaires courants pourraient avoir contribué à des réactions graves chez les personnes âgées fragiles. Selon l’Institut norvégien de santé publique « Pour les personnes les plus fragiles, même des effets secondaires relativement légers peuvent avoir des conséquences graves. Pour ceux qui ont une durée de vie restante très courte de toute façon, les avantages du vaccin peuvent être marginaux ou non pertinents » et l’Institut national de santé publique a modifié le guide de vaccination contre le coronavirus, y ajoutant de nouveaux conseils de prudence sur la vaccination des personnes âgées fragiles.

Evolution en France non vaccinée pendant cette période

En France, tant le nombre de nouveaux cas que le nombre de morts quotidiennes ont diminué lentement durant cette période à un niveau beaucoup plus faible (par million) que dans les pays champions de la vaccination.

On est donc frappé par les différences évolutives de l’épidémie Covid19 entre les pays, gagnants de la course à la vaccination et la France plus lente à vacciner.

Cet éloge de la lenteur rappelle qu’il n’y a pas de médicaments ou de vaccin sans risque et qu’ils peuvent paradoxalement augmenter la gravité de la maladie qu’ils sont censés combattre.

Cela a été constaté avec les vaccins prétendument anti-cancers (les vaccins anti-hépatite B censés prévenir le cancer du foie[4] et les vaccins anti-papillomavirus prétendument anticancer du col de l’utérus[5]), quelques candidats vaccins contre le Sida qui ont été abandonnés et plus récemment avec le scandale sanitaire du vaccin contre la dengue aux philippines qui a entraîné plusieurs centaines de morts. Mais les leçons de la catastrophe du Dengvaxia n’ont pas été tirées et la propagande pro vaccin actuelle met en danger ceux qui se font vacciner contre le Covid19.

Peter Doshi[6] avait prévenu dès novembre « attendons de disposer des données complètes des essais » car les communiqués de victoire de l’industrie sont imprécis et incomplets. Il rappelait aussi que les essais n’étudiaient pas le seul critère pertinent, la mortalité[7] mais seulement le nombre de cas basé sur des tests souvent faux : « le monde a tout parié sur les vaccins pour apporter la solution à la pandémie, mais les essais ne sont pas centrés sur la démonstration qu’ils le seront »

La cause de ces résultats paradoxaux : les anticorps facilitateurs ?

Après vaccination les anticorps peuvent entraîner une aggravation paradoxale de la maladie. Ce phénomène immunologique particulier est appelé anticorps facilitateurs (en anglais Antibody-dependent enhancement ADE).

Chez l’homme un tel phénomène a été observé dans les essais de vaccins contre le virus respiratoire syncytial[8] (VRS) et lors de la campagne de vaccination contre la dengue[9] [10] entraînant plusieurs centaines de morts aux Philippines en 2017, l’arrêt de la vaccination et une cascade de procès en attente de jugement.

Chez le chat le vaccin contre le coronavirus responsable de la péritonite virale féline[11] a été abandonné à cause de ce mécanisme [12] Chez les macaques vaccinés contre le SARS-COV spike protéine, les infections post vaccinales ont été marquées par l’aggravation de la pathologie pulmonaire. Lors d’essai de vaccin contre le coronavirus du Mers les lapins développent des anticorps mais leur pathologie pulmonaire est aggravée.

L’apparition de tels anticorps facilitateurs est favorisée par la persistance d’un taux d’immunité insuffisante. Le risque individuel d’aggravation par « anticorps facilitants » doit être évoqué quand l’infection survient chez une personne ayant un faible taux d’anticorps neutralisants[13]

Sur le plan collectif, l’obtention d’une couverture vaccinale élargie, mais fragilisée par un faible niveau d’immunité, constitue un terrain favorable pour sélectionner l’émergence d’un ou de plusieurs variants échappant à l’immunité induite par la vaccination

 Je ne suis ni pro ni anti-vaccin, mais fermement opposé pour l’instant à la généralisation d’un vaccin insuffisamment évalué.

Contrairement à ce que prétendent les décodeurs /déconneurs liés à l’industrie pharmaceutique, je ne suis pas contre la vaccination. Je suis pro-vaccin lorsqu’un vaccin est efficace, sans danger et qu’il permet d’éviter une maladie grave.  Je suis contre un vaccin lorsqu’il est inutile comme pour les maladies transmises uniquement par l’eau (polio, typhoïde, choléra) dans les pays à l’hygiène publique disposant d’eau potable et de traitement des eaux usées ou lorsqu’il n’a pas été correctement étudié et évalué : vaccin contre la dengue (qui a causé des centaines de morts), vaccin Gardasil (qui augmente paradoxalement le risque de cancer du col).

L’indication de n’importe quel traitement ou vaccin doit reposer sur l’évaluation de sa balance avantages/ risques.

On ne peut espérer aucun avantage individuel à vacciner contre le covid les moins de 65 ans, puisque la maladie est chez eux plus bénigne que la grippe ; cette population ne peut donc rien espérer des vaccins anti-covid si ce n’est des complications. Et l’argument sociétal (on se vaccine pour protéger les autres) n’est pas non plus pertinent puisqu’il n’est pas démontré que le vaccin soit capable d’empêcher ou de ralentir les transmissions virales.

En l’état actuel des connaissances, la vaccination des plus âgés présentant des facteurs de risques (population où un vaccin efficace et sans danger pourrait être utile) n’a pas été correctement évaluée, car les essais refusent d’inclure cette population à risques.

Le principe de précaution soulevé par l’alerte norvégienne justifie de ne pas les vacciner systématiquement, tant qu’on ne disposera pas de données transparentes en nombre suffisant affirmant l’efficacité et l’absence de toxicité en population réelle.

En conclusion :

Il faut féliciter le gouvernement de la lenteur qu’il met à généraliser la vaccination anti covid. Les résultats actuels du vaccin Pfizer dans les populations israélienne et britannique laissent en effet craindre un possible catastrophe sanitaire vaccinale.

Remercions par avance les Français volontaires pour se faire vacciner : ils constituent les cobayes de l’essai phase 3 que le laboratoire n’a pas pris le temps de faire. Grâce à eux et aux risques qu’ils prennent, nous pourrons dans quelques mois avoir une plus juste idée des avantages et des inconvénients en population réelle.

Gérard Delépine

[1] Israël/Covid-19 : 4.500 personnes infectées après avoir reçu la première dose de vaccin i24NEWS12 janvier 2021

[2] La Norvège lance une alerte après la découverte de 23 décès liés au vaccin Pfizer Businessman 15/1/2021 https://fr.businessam.be/la-norvege-lance-une-alerte-apres-23-deces-possiblement-lies-au-vaccin-pfizer/

[3] Norway Warns of Vaccination Risks for Sick Patients Over 80 https://www.infobae.com/en/2021/01/15/norway-warns-of-vaccination-risks-for-sick-patients-over-80/

[4] La vaccination anti hépatique B a été suivi en occident par une multiplication de 2 à 4 de l’incidence des cancers du foie ;

[5] les vaccins anti HPV ont été suivi d’une augmentation de 30 à 200% de l’incidence des cancers invasifs dans les groupes d’âge les plus vaccinés.

[6] Peter Doshi : Pfizer and Moderna’s “95% effective” vaccines—let’s be cautious and first see the full data November 26, 2020  https://blogs.bmj.com/bmj/2020/11/26/peter-doshi-pfizer-and-modernas-95-effective-vaccines-lets-be-cautious-and-first-see-the-full-data/

[7] Peter Doshi associate editor Will covid-19 vaccines save lives ? BMJ 27 10 2020 Current trials aren’t designed to tell us : BMJ 2020 ;371 :m4037 http://dx.doi.org/10.1136/bmj.m403 .

[8] . Polack, F. P. Atypical measles and enhanced respiratory syncytial virus disease (ERD) made simple. Pediatr. Res. 62, 111–115 (2007).

[9] Dejnirattisai, W. et al. Cross-reacting antibodies enhance dengue virus infection in humans. Science 328, 745–748 (2010).

[10] Sridhar, S. et al. Effects of dengue serostatus on dengue vaccine safety and efficacy. N. Engl. J. Med. 379, 327–340 (2018)

[11] Vennema, H. et al. Early Death after feline infectious peritonitis virus challenge due to recombinant vaccinia virus immunisation. J. Virol. 64,1407–1409 (1990).

[12] Hohdatsu, T., Nakamura, M., Ishizuka, Y., Yamada, H. & Koyama, H. A study on the mechanism of antibody-dependent enhancement of feline infectious peritonitis virus infection in feline macrophages by monoclonal antibodies. Arch. Virol. 120, 207–217 (1991).

[13] Académie de médecine Communiqué de l’Académie du 11 janvier 2021 : Élargir le délai entre les deux injections de vaccin contre la Covid-19 : quels risques pour quels avantages ?




Marion : enfin le retour ?

“Marion revient par Washington”, nous dit Sophie de Ravinel dans le Figaro.

Voilà qui va mettre du baume au cœur chez les fans de la belle Marion.

On sait depuis longtemps combien la politique est une drogue tenace, résistant à toutes les cures de désintoxication dès lors qu’on y a goûté.

Personne n’a vraiment cru au renoncement définitif de Marion  à la politique, et son retour plus ou moins proche n’a donc rien d’étonnant.

A 28 ans, celle qui fut la benjamine de l’Assemblée Nationale à 22 ans, a encore toute la vie devant elle pour faire son come-back et imposer sa marque.

Partie par dépit, lassée par les rapports tendus qu’elle entretenait avec sa tante, peu reconnaissante du travail accompli par Marion, celle qui défendait la branche la plus conservatrice du FN ne devrait plus tarder à revenir sur la scène politique.

Le désastre du débat Marine-Macron fut l’ultime bonne raison pour Marion de quitter le navire FN, sérieusement secoué par une fin de campagne ratée.

Pour l’instant, il s’agit d’une prise de parole à Washington, le jour de l’ouverture du conclave du conservatisme américain, Conservative  Political  Action Conférence, qui débute jeudi. Mais beaucoup y voient le signal d’un retour imminent.

Marion s’exprimera après le vice-président des Etats-Unis, et à la veille de l’intervention de Donald Trump.

Cette CPAC date de 1970, époque où il  fallait redonner un peu d’élan à un esprit conservateur jugé vacillant. On se souvient en effet  du mouvement contestataire hippie qui espérait répandre son contre-modèle de société dans le monde entier…

Tous les marginaux avaient cru pouvoir déplacer le centre du monde à Katmandou. Mais leur rêve d’un monde facile et insouciant les conduisit dans une impasse.

En France, ce fut l’ère du pacifisme et de la célèbre chanson de Boris Vian, “Le déserteur”, qui fit le tour du monde.

“Monsieur le président…je ne suis pas sur terre pour tuer les pauvres gens…”

Mais le “make love, not war” n’aura pas résisté bien longtemps au fracas des bombes. La guerre du Vietnam a vite englouti  les délires gauchistes des hippies.

Aujourd’hui, la CPAC est le “rendez-vous  des soutiens du président des Etats-Unis, aussi bien dans son Administration que dans la société civile ou à l’international.”

Selon le magazine “L’Incorrect”, qui a annoncé la nouvelle, Marion devrait faire sensation aux Etats-Unis, où la jeune femme jouit d’une certaine réputation dans les milieux républicains”.

Sarah Palin, ex-candidate à la vice-présidence des Etats-Unis, avait d’ailleurs rendu un vibrant hommage à Marion.

“Quand Marion parle des  siècles d’histoire judéo-chrétienne de la France et de son héritage, ce n’est pas un discours de haine ou xénophobe. Elle parle d’amour, l’amour d’un pays que l’on appelle patriotisme”.

En attendant son retour en politique, Marion travaille actuellement à l’ouverture d’une école de formation à l’engagement politique, qui pourrait ouvrir à la rentrée.

Ce qui montre bien, si besoin était, que là où se trouve Marion, la politique n’est jamais bien loin…

La grande question est de savoir sous quelle forme se fera ce retour.

Pas au FN, puisque Marine y règne toujours sans partage.

Un nouveau parti ? Un rapprochement avec NDA ?

A suivre…

Jacques Guillemain




Aux USA, il y a moins d’intrusions dans les domiciles qu’en France…

17 morts et plusieurs dizaines de blessés, c’est le terrible et affreux bilan de la dernière fusillade dans un collège des Etats-Unis et, avant même d’analyser, on met immédiatement en cause la possession légale d’armes à feu aux USA.

Qu’on se le dise une bonne fois pour toutes, de débat il n’y aura point, n’en déplaise à nos moralisateurs de pacotille, la possession, et même le port d’armes est autorisé, et même conseillé, par la Constitution américaine.

Mais au-delà du débat, qui est toujours remis sur le tapis à coups de statistiques, statistiques qui ne se prononcent jamais sur le nombre de vies sauvées grâce justement à la possession d’une arme à feu.

Aux USA il y bien moins d’intrusions dans les domiciles, les villas, qu’en France notamment, par nombre d’habitants. Pourquoi ?

Parce que les malfaiteurs se méfient justement des résidents armés, qui n’hésiteront pas à les « flinguer ».

Car, aux USA, ce n’est pas du tout comme en France, les « agressés » ne sont pas inquiétés, ni poursuivis, ni jugés, ni condamnés, mais plutôt félicités de s’être défendus !

La justice française, nous l’avons constaté à maintes reprises, frappera plus fort « la victime » qu’elle ne le fera du malfaiteur, de la racaille, à qui elle découvrira toujours une circonstance atténuante.

La possession d’une arme à feu ne signifie nullement l’intention d’un passage à l’acte. D’autant plus que celui qui a l’intention de tuer n’aura aucune peine à s’en procurer une !

La différence entre posséder une arme « pour se défendre, défendre le siens et ses biens, et posséder une arme pour « tuer » est fondamentale. Chez nous, en France, ceux qui possèdent une arme sont ceux qui tuent !

Si demain j’avais le désir de « trucider » une bonne douzaine d’individus, quelque part en France, je n’aurai aucune difficulté à me procurer une Kalachnikov pour 1500 euros. Ne sont-elles pas pratiquement en « vente libre » aussi bien à Paris qu’à Lyon ou Marseille ?

9855 « tués » par armes à feu  aux Etats-Unis, en 2016, pour 320 millions d’habitants, alors que les armes sont en vente libre.

Et en France ?

42 homicides pour 280.000 habitants en Guyane française.

45 homicides pour 400.000 habitants en Guadeloupe française.

Sans comptabiliser les Iles de Mayotte et La Martinique qui ne sont pas loin de ces mêmes chiffres.

Marseille est loin derrière, malgré la « pub » qui lui est faite après chaque nouvelle exécution !

Et tous ces homicides alors que la vente d’armes est interdite. (Pour les citoyens honnêtes bien entendu !)

Est-ce que cette interdiction, décidée il y a des décennies, empêche les exécutions, les meurtres ? Non bien sûr !

Il est nécessaire de relativiser cette vision abstraite des faits que l’on veut nous imposer !

Avec ses 320 millions d’habitants, les Etats-Unis auraient droit à environ 40.000 meurtres annuels, au lieu des dix mille !

La Suisse, où la vente d’armes est relativement autorisée, ne comptabilise que 45 homicides pour 8 millions d’habitants…autant que la  Guyane ou la Guadeloupe (voir ci-dessus) C’est un exemple incontestable !

Manuel Gomez




États-Unis : Comment le Père Noël Trump redresse son pays !

A l’occasion de la fête de Noël, je vais vous parler des États-Unis, dont le président, le remarquable Donald Trump, a décidé de contre-attaquer pour annihiler la « guerre contre Noël » (« war on Christmas ») que son prédécesseur, le toxique Obama, avait lancée ; – et des incroyables cadeaux qu’il a offerts à ses compatriotes pour Noël.

Quand l’islamophile Obama censurait Noël

En 1870, le président américain de l’époque (le fameux général, vainqueur de la Guerre de Sécession, Ulysses S. Grant) signa une loi faisant de Noël une fête fédérale (donc dans tous les États des États-Unis d’Amérique). Depuis cette date, les présidents américains ont pour habitude d’envoyer une carte de Noël officielle aux élus du peuple américain (parlementaires et sénateurs), leur souhaitant « Merry Christmas » (« Joyeux Noël »).

Sur les 8 cartes de Noël officielles d’Obama (de 2009 à 2016), aucune n’utilisait le mot de « Christmas » : sur la première apparaissait la formule « Season’s Greetings » (littéralement « Salutations de saison », mais signifiant « Meilleurs vœux pour les fêtes de fin d’année ») et, sur les 7 suivantes, la formule « Happy Holidays » (« Joyeuses fêtes »). Ce choix était délibéré, car Obama tenait à employer des formules « all-inclusive » (« qui incluent tout le monde »), c’est-à-dire des formules ne faisant aucune mention de nos traditions occidentales afin de favoriser le « vivre-ensemble » « multiculturel ».

Carte de Noël officielle d’Obama pour l’année 2009.

Trump rétablit officiellement Noël

À l’inverse, la carte de Noël officielle du président Trump, pour l’année 2017, utilise la formule traditionnelle « Merry Christmas and a Happy New Year » (« Joyeux Noël et une bonne année »), qui avait disparu depuis 2008.

Carte de Noël officielle de Trump pour l’année 2017.

Pour aggraver son cas, depuis début décembre, Donald Trump ne perd pas une occasion, dans ses discours et dans ses communiqués officiels, de parler de Noël, qui, en anglais, se dit « Christmas », contraction de « Christ’s mass », qui signifie « la messe du Christ ».

Cette façon qu’a Trump de parler, de façon naturelle, avec une ferme joie, de Noël, rend fous furieux les Démocrates et autres gauchistes anti-américains anti-occidentaux anti-chrétiens pro-islam pro-immigration.

La Maison-Blanche, royaume de Noël

Pour Noël, le président Trump a décidé que la Maison-Blanche serait intégralement décorée, extérieurement et intérieurement, en l’honneur de cette fête. C’est sa femme, la « première dame » Melania Trump, qui s’est occupée de dessiner les plans puis de surveiller la réalisation de cette somptueuse décoration.

Rien n’a été oublié : rangée d’arbres de Noël dans les couloirs de la Maison-Blanche, grande crèche dans une pièce du palais présidentiel, grand sapin de Noël touchant presque le plafond dans une salle de réception…

Selon un communiqué officiel de la Première Dame, la Maison-Blanche a été décorée avec 12.000 ornements de Noël et éclairée par 54 kilomètres de guirlandes lumineuses, et ses cuisiniers ont confectionné 31.000 biscuits de Noël recouverts de sucre glace (en forme d’étoiles, de sapins, de bonhommes de neige), pour les enfants que le couple présidentiel recevra à l’occasion de cette fête.

Admirez la vidéo officielle présentant cette féerique décoration de Noël :

Ce n’est pas l’anti-occidental Emmanuel Macron qui répéterait « joyeux Noël » à ses interlocuteurs et aux journalistes, ni qui ferait décorer l’Élysée pour Noël, ni qui ferait installer une crèche auprès d’une cheminée dans une salle de l’Élysée pour ses enfants – mais il est vrai que Macron n’a jamais eu d’enfants (« il boit pas, il fume pas, il baise pas », comme le disait récemment un humoriste) – à l’inverse de Trump, qui en a eu quatre, de trois (jeunes et jolies) femmes différentes…

Non, plutôt que célébrer Noël, l’islamophile Emmanuel Macron a préféré participer à un dîner de rupture du jeûne de ramadan, le 20 juin 2017, lors duquel il a eu le culot de déclarer que « personne n’a le droit de dire que l’islam n’est pas compatible avec la République » ! (1)

L’arrivée de l’arbre de Noël à la Maison-Blanche

Le grand sapin de Noël, qui touche presque le plafond d’une salle de réception, était arrivé à la Maison-Blanche le 20 novembre, sur une ancienne carriole tirée par deux superbes chevaux, et avait été accueilli en grande pompe par Melania Trump et Baron Trump (le fils du président et de Melania), au son d’une fanfare de cuivres jouant des airs de Noël :

La cérémonie de l’allumage de l’Arbre de Noël National

Quelques jours après, le 30 novembre, le président Donald Trump et sa femme participaient à la cérémonie de l’allumage de l’Arbre de Noël National (« National Christmas Tree »), par une soirée qui, selon les météorologues, offrait les meilleures conditions (température clémente, ciel dégagé, pas de vent) des 25 dernières années : même la météo soutient Trump…

Lors de son discours, au pied d’un grand sapin de Noël scintillant de mille feux, le président américain déclara : « Nous célébrons Noël à nouveau », en référence à Obama.

Le message de Noël de Trump à ses compatriotes

Aujourd’hui, 25 décembre 2017, la Maison-Blanche vient de mettre en ligne le message de Noël du président Donald Trump à ses compatriotes américains :

Vive le Père Noël Trump et ses incroyables cadeaux !

Méprisant les criailleries hystériques des médias et des politiciens et des juges et des activistes, gauchistes et immigrationnistes, ainsi que les hurlements de la « communauté internationale » et ses stupides condamnations, le président Donald Trump applique son programme, décision après décision, décret présidentiel après décret présidentiel, loi après loi, succès après succès.

Grâce à lui, les États-Unis regagnent rapidement le terrain perdu pendant les deux désastreux mandats d’Obama.

C’est ainsi que le père Noël Trump offre à ses compatriotes les cadeaux suivants :

1) La plus grande baisse d’impôts de toute l’Histoire : le taux de l’impôt sur les sociétés passe de 35% à 21% pour toutes les entreprises américaines, et chaque foyer fiscal américain va payer en moyenne 2000 dollars d’impôts de moins en 2018.

2) Le chômage au plus bas depuis 17 ans (seulement 4,1%).

3) Le taux de confiance des particuliers et le taux de confiance des entrepreneurs à leurs plus hauts niveaux depuis les années 1990.

4) Plus de 181 milliards de dollars économisés grâce à la suppression de 400 normes et réglementations liberticides créées par l’administration Obama.

5) Le taux de croissance annuel du PIB en augmentation constante (4% pour le dernier trimestre 2017, contre 2% sous Obama).

6) La suppression de l’obligation d’acheter une assurance maladie, introduite par l’Obamacare, en 2010, qui avait obligé de nombreux Américains de la classe moyenne à s’endetter (à cause de l’explosion des coûts provoquée par la réforme d’Obama).

7) Le strict contrôle des frontières, avec une interdiction indéfinie d’entrer aux États-Unis pour les ressortissants de neuf pays, dont sept sont des dictatures musulmanes (Syrie, Libye, Soudan, Somalie, Yémen, Iran, Tchad, Corée du Nord et Venezuela), validé à trois reprises par la Cour Suprême des États-Unis, malgré les tentatives de torpillage par des juges d’extrême-gauche à des échelons inférieurs.

8) La baisse de 30% des passages de clandestins à la frontière avec le Mexique.

9) La suppression de leur statut de réfugiés et l’expulsion de 60.000 Haïtiens vers leur pays d’origine.

10) La suppression du programme DACA (Deferred Action for Childhood Arrivals) (« Action différée pour les arrivants mineurs »), mis en place en 2012 par Obama, qui permettait aux mineurs étrangers, entrés illégalement aux États-Unis, de ne pas être expulsés, d’obtenir des aides et même un travail au détriment des citoyens américains.

11) La baisse de 50% des crimes commis par les gangs hispaniques de trafic de drogue, et une augmentation des arrestations de leurs membres de 30%, dont ceux du plus criminel d’entre eux, le MS-13.

12) L’augmentation la plus importante du budget de la défense depuis plus de 30 ans (il passe de 604 à 700 milliards de dollars, soit une augmentation de 16%), et l’enrôlement de 20.000 soldats de plus.

13) Le retrait des États-Unis hors du « Pacte mondial sur les migrants et réfugiés » de l’ONU.

14) Le retrait des États-Unis hors du désastreux « Accord de Paris sur le climat » de l’ONU, qui aurait détruit 6 millions d’emplois américains et aurait coûté 3000 milliards de dollars à ce pays jusqu’en 2040.

15) Le retrait des États-Unis hors de l’Unesco (Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture), en raison de ses nombreuses résolutions anti-israéliennes, antisémites et négationnistes, niant 4000 ans de présence juive en Israël.

16) Le transfert à Jérusalem de l’ambassade des États-Unis en Israël, comme les élus du peuple américain l’avaient voté à la quasi-unanimité en 1995, et que les présidents précédents n’avaient pas eu le cran de faire – Jérusalem, la ville de Jésus, qui est, depuis 3000 ans, la capitale du peuple juif.

Vive le Père Noël Trump !

Maxime Lépante

Notes :

1) Macron veut un islam compatible avec la République

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2017/06/21/01016-20170621ARTFIG00001-macron-veut-un-islam-compatible-avec-la-republique.php




Ramadan, immigration : Trump montre à Macron comment lutter contre l’islam !

On vient d’apprendre que le président des États-Unis, Donald Trump, a accepté l’invitation du président de la France, Emmanuel Macron, à assister au défilé militaire du 14 juillet sur les Champs-Élysées. (1)

Lors de ce défilé, qui commémorera le centenaire de l’entrée des États-Unis dans la Première guerre mondiale, des soldats américains descendront la célèbre avenue aux côtés des soldats français. (2)

Gageons que l’un des buts de Macron est de s’afficher en public aux côtés de l’homme le plus puissant de la planète, pour tenter de paraître moins impuissant.

Les leçons de Trump à l’incompétent Macron

Macron a aussi beaucoup à apprendre de Trump, et cela dans tous les domaines.

Le 1er juin, Trump avait déjà donné une magistrale leçon à Macron, en retirant les États-Unis du stupide « Accord de Paris sur le climat », qui a pour but de siphonner l’argent des pays développés pour l’envoyer aux pays en voie de développement, et d’étouffer les industries des pays occidentaux sous les normes et les taxes. (3)

Plus récemment, Trump vient de donner deux nouvelles leçons à Macron, cette fois dans le domaine capital de la lutte contre l’islam.

Leçon 1 : Trump montre à Macron comment refuser le ramadan

Acte 1 : Macron participe au ramadan

Le 20 juin, Macron s’est rendu, avec le ministre de l’Intérieur, Gérard Colomb, à une « rupture du jeûne de ramadan » organisée par les dirigeants islamistes du CFCM (Conseil Français du Culte Musulman). (4)

A cette occasion, il a déclaré que « l’islam est compatible avec la République », alors que, dans un arrêt du 3 juillet 2001, la Cour Européenne des Droits de l’Homme a statué que la charia (loi islamique sur laquelle est basé l’islam) est incompatible avec la démocratie et les droits de l’homme. (5)

Cela faisait plus de 10 ans qu’un président de la République française ne s’était pas rendu à une telle cérémonie de ramadan, que ne pratiquent que les plus intégristes et extrémistes des musulmans.

Cette participation de Macron à une cérémonie musulmane intégriste constitue une violation flagrante de la loi de 1905, qui interdit toute immixtion de la religion dans la sphère publique, et un inacceptable soutien apporté à l’islam, alors mêmes que les terroristes musulmans multiplient les attentats en France !

Acte 2 : Trump refuse de participer au ramadan

Le 24 juin, à l’inverse du soumis Macron, l’insoumis Trump a refusé qu’un dîner célébrant la fin du ramadan soit organisé à la Maison Blanche, mettant ainsi fin à une pratique de 20 ans.

« Pour la fin du ramadan, qui avait lieu le 24 juin, le président américain Donald Trump s’est contenté d’un simple communiqué, publié samedi après-midi, là où ses prédécesseurs organisaient un véritable dîner de fin de jeûne de ramadan. Interrogée par plusieurs médias américains, la Maison Blanche a confirmé qu’elle n’accueillerait pas de dîner. »

« Bill Clinton, George W. Bush et Barack Obama avaient organisé chaque année une telle cérémonie, qui avait été instaurée par Hillary Clinton, alors Première dame, en février 1996, en accueillant 150 personnes pour une réception à la Maison Blanche à l’occasion de l’Aïd el-Fitr, la fête de fin du ramadan. » (6)

Déjà, fin mai, lors du commencement du mois du ramadan, sur ordre de Trump, le Secrétaire d’État américain (ministre des Affaires étrangères), Rex Tillerson, avait refusé d’héberger au Département d’État (ministère des Affaires étrangères) un événement célébrant le ramadan, mettant fin à une pratique constante de près de 20 ans, qui avait été inaugurée en 1999 par la Secrétaire d’État de Bill Clinton, Madeleine Albright.

« Depuis 1999, les secrétaires d’État américains, républicains et démocrates, ont presque toujours organisé l’iftar, le repas qui marque chaque soir la rupture du jeûne, ou une réception pour l’Aïd el Fitr, qui clôt la longue période d’ascèse à laquelle s’astreignent les musulmans pratiquants. »

« En refusant d’organiser la moindre réception au cours du mois de ramadan, Rex Tillerson adresse le message selon lequel « il n’est pas primordial de dialoguer avec les musulmans », a estimé Farah Pandith, ancienne diplomate américaine. » (7)

Trump l’insoumis donne une leçon à Macron le soumis.

Leçon 2 : Trump montre à Macron comment refuser l’immigration musulmane

Acte 1 : Macron veut accueillir plus de musulmans en Europe

Le 23 juin, à Bruxelles, lors de la clôture du Conseil européen, Macron a déclaré : « Nous devons accueillir des réfugiés, car c’est notre tradition et notre honneur. (…) Nous devons faire preuve de solidarité quand un de nos voisins fait face à des arrivées massives de réfugiés ou de migrants. » (8)

Or, selon les données de l’Union Européenne, ces « réfugiés » ou « migrants », qui sont en réalité des clandestins, sont à plus de 95% des musulmans.

Ainsi, alors que les attentats musulmans ensanglantent l’Europe, Macron avoue qu’il veut faire entrer encore plus de musulmans en France !

Acte 2 : La Cour suprême des États-Unis valide le décret de Trump interdisant l’immigration depuis 6 pays musulmans

Le 26 juin, la Cour Suprême des États-Unis, dans un avis unanime, a autorisé Donald Trump à appliquer son décret contre l’immigration musulmane provenant de 6 pays musulmans (Syrie, Iran, Yémen, Somalie, Soudan, Libye), qui avait été illégalement suspendu par des juges d’extrême gauche, en violation de la Constitution américaine. (9)

« Cinq mois après sa première publication, le décret de Donald Trump suspendant la délivrance de visas aux ressortissants de six pays à majorité musulmane va pouvoir entrer en vigueur presque intégralement. »

« La plus haute juridiction des États-Unis a contredit les arguments de plusieurs cours fédérales qui avaient jusqu’ici empêché son application. Estimant que « l’intérêt de préserver la sécurité nationale est un objectif urgent de la plus haute nécessité», la Cour considère qu’ « empêcher le gouvernement de poursuivre cet objectif en appliquant (la suspension des visas) aux ressortissants étrangers sans lien avec les États-Unis nuirait significativement à (nos) intérêts ». »

« Donald Trump s’est félicité de cette décision de la Cour suprême. « En tant que président, je ne peux laisser entrer dans notre pays des gens qui nous veulent du mal », a-t-il déclaré dans un communiqué. « La décision rendue à l’unanimité par la Cour suprême est une victoire nette pour notre sécurité nationale ». »

« Trump a annoncé que le décret entrerait en vigueur 72 heures après avoir reçu l’approbation définitive de la justice – soit jeudi 29 juin. » (10)

Trump le vainqueur donne une nouvelle leçon à Macron le perdant.

Conclusion : Trump est un vrai dirigeant, Macron est une carpette

Ainsi, Macron passe son temps à faire acte d’allégeance aux musulmans dont l’idéologie, l’islam, prône la destruction de tous les pays non-musulmans et l’extermination de tous les peuples non-musulmans – alors que Trump prend toutes les mesures nécessaires pour protéger le peuple américain contre l’islamisation et contre l’invasion musulmane.

Chaque jour, Macron démontre pourquoi il est une lamentable carpette, soumise aux pires ennemis de la France et du peuple français – et chaque jour, Trump démontre pourquoi il est un grand dirigeant qui se préoccupe du sort de son peuple et de la défense de l’Occident contre ses ennemis.

Le grand Trump (1m88) à côté du petit Macron (1m73 sans ses talonnettes) : Trump a une tête de plus que Macron, et un cerveau de plus aussi.

Trump est un véritable dirigeant et un homme digne de ce nom – Macron est un dirigeant incompétent et un ridicule freluquet.

Tel Jupiter, Trump est puissant et intelligent – tel l’âne de Jupiter, Macron est peureux et stupide.

Arsène Rouletabille

Notes :

1) 14 juillet : Trump accepte l’invitation de Macron

https://www.lesechos.fr/monde/etats-unis/030415791665-celebration-du-14-juillet-trump-accepte-linvitation-de-macron-2098249.php

2) Entrée des États-Unis dans la Première Guerre mondiale

https://fr.wikipedia.org/wiki/Entr%C3%A9e_des_%C3%89tats-Unis_dans_la_Premi%C3%A8re_Guerre_mondiale

3) « L’accord de Paris s’est fait sur le dos des travailleurs américains. Il aurait obligé nos entreprises à réduire leur production. Dès aujourd’hui, les États-Unis vont cesser de mettre en œuvre l’accord de Paris, qui pourrait nous faire perdre 2,7 millions d’emplois d’ici 2075 », a déclaré Trump.

Trump décide le retrait des États-Unis de l’accord de Paris

http://www.bfmtv.com/international/trump-decide-le-retrait-des-etats-unis-de-l-accord-de-paris-1177146.html

4) Emmanuel Macron rompt le jeûne de ramadan avec des responsables musulmans :

http://www.rtl.fr/actu/politique/emmanuel-macron-affirme-la-compatibilite-de-l-islam-et-de-la-republique-7789051414

5) En 2001, la CEDH déclarait la charia incompatible avec la démocratie :

https://ripostelaique.com/y-a-15-ans-cedh-declarait-charia-incompatible-democratie.html

6) Donald Trump abandonne la tradition du dîner de fin du ramadan à la Maison Blanche

http://www.bfmtv.com/international/donald-trump-abandonne-la-tradition-du-diner-de-fin-du-ramadan-a-la-maison-blanche-1194829.html

7) États-Unis : pas de repas de rupture du jeûne au secrétariat d’État

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2017/05/27/97001-20170527FILWWW00021-etats-unis-pas-de-repas-de-rupture-du-jeune-au-secretariat-d-etat.php

8) Conseil européen : « Nous devons accueillir des réfugiés », insiste Emmanuel Macron

http://www.france24.com/fr/20170623-migrants-conseil-europeen-macron-merkel-refugies-crise

9) Voir l’article très complet de Maxime Lépante sur le décret de Trump :

Décret contre l’immigration musulmane : Trump ne fléchit pas !

http://ripostelaique.com/ce-que-les-medias-vous-cachent-sur-le-decret-anti-immigration-de-trump.html

10) Suspension des visas : la Cour suprême donne largement raison à Trump

http://www.lefigaro.fr/international/2017/06/26/01003-20170626ARTFIG00296-suspension-des-visas-la-cour-supreme-donne-largement-raison-a-trump.php




Première victoire de Donald Trump : le discours de vérité paie !

DonaldTrumpLes personnes déterminées, ambitieuses, qui ont du succès ont coutume de dire que « rien ne résiste à la volonté ». Donald Trump, corrobore cette maxime en lui donnant toutefois un complément : « rien ne résiste à la vérité ».

Depuis le début de sa campagne, Donald Trump, en homme plein de bon sens, n’a jamais hésité à dire tout ce qu’il pensait, et à apprécier chaque sujet, chaque situation, chaque problème avec réalisme, pour bien les définir, et pouvoir trouver une solution pragmatique, au mieux des intérêts des Américains.

Ce qu’il propose aux Américains, ce n’est pas de se coucher devant leurs difficultés, au profit d’une caste de caciques et de privilégies, mais d’en sortir par le haut, en redonnant l’énergie, l’espoir et l’envie de se battre aux millions d’Américains désillusionnés par la politique du crypto musulman Barack Hussein Obama.

Il n’a pas eu peur du « qu’en dira t’on » des médias, quatrième pouvoir, habitué à lyncher ou à encenser, et qui d’ailleurs n’entend pas lâcher sa proie d’ici les élections, et probablement même après.

Pour triompher de la médisance du redoutable ennemi médiatique, Donald Trump n’a pas hésité à l’affronter frontalement, bille en tête et sabre au clair.

Foin de retenue, de pseudo dignité, et autres foutaises, qui font qu’en gros, on vous demande de vous laisser insulter, dénigrer, délégitimer, juger, et calomnier à longueur de pages et de déclarations, et de la fermer, si ce n’est pour dire que c’est formidable et extraordinaire que « la Démocratie » permette d’écrire autant de mal sur vous…spécialité médiatique, et souvent aussi judiciaire…

Il n’a pas non plus eu peur de se mettre à dos, toute la «gentry » républicaine, qui vit dans l’entre soi, entre les somptueuses limousines, maisons de campagnes, soirées mondaines et autres joyeusetés, et qui craint de devoir perdre, ou lâcher au profit « d’autres », tous ces privilèges qu’elle détient depuis si longtemps.

C’est un peu comme si les fonctionnaires européens, ou des députés en fonction depuis des années, choyés et gavés aux frais des contribuables, et qui n’ont jamais créé la moindre richesse, devaient subitement découvrir le monde impitoyable du travail et de la vraie vie. Quel calvaire se serait pour eux !

« Make America Great Again » – Refaire une grande Amérique. est le slogan de campagne et l’objectif de Donald Trump.

Il sait ce que son pays a été, ce qu’il représente, quelles sont ses forces, ses atouts, et ses valeurs, qui lui ont permis d’être la première puissance mondiale, tant économique, que technologique et militaire, et il connait les virus gauchistes qui l’attaquent de tous les côtés pour la détruire en sapant tous ses principes, et en la privant de son système de défense : celle de résister.

C’est en tout ça qu’il est un vrai leader et qu’il fera, j’en suis, sur un excellent président américain.

Quel est aujourd’hui le politique français, qui a comme slogan et comme projet « Refaire une France grande », en s’appuyant sur son histoire millénaire, sa culture judéo-chrétienne et gréco-romaine, ses valeurs, ses traditions, son peuple, sans les laisser par pervertir par un droit-de-l’hommisme mortifère et criminel, qui encourage et habitue les français à passer leur temps, le doigt sur la couture du pantalon, à s’excuser d’être Français, chrétiens, voire blancs, ou d’avoir des valeurs de droite.

Donald Trump prouve que les Américains, que pourtant l’intelligentsia française aime à qualifier de débiles et de Red Necks arriérés (équivalent de nos « beaufs »), savent reconnaitre le bon sens et la vérité quand on la leur présente.

Il n’y a aucune raison pour que les Français qui partagent également la culture occidentale et l’amour de leur liberté, n’aient pas cette même saine réaction si quelqu’un sait la réveiller chez eux, ou plutôt si quelqu’un sait déboucher la source de toutes leurs envies d’exister à nouveau, c’est-à-dire la force de vie.

Donald Trump prouve que rien ne résiste à la vérité à condition que cette vérité soit portée avec conviction, détermination et passion, sans se laisser impressionner par le jargon et les insultes de tous les charognards islamo-gauchistes qui n’utilisent ces méthodes que par lâcheté, au regard de l’inanité de leurs arguments.

Au-delà, c’est la vérité qui vous porte. A Riposte Laique, nous le savons bien.

Albert Nollet




Trump a raison : Pas de musulmans chez nous !

Trump

Empêcher les musulmans d’entrer dans nos pays occidentaux est une première étape dans la lutte contre l’islam.

Depuis les attentats du 13 novembre dernier, lors desquels des terroristes djihadistes ont assassiné 130 personnes à Paris, les musulmans continuent à massacrer les non-musulmans sur toute la planète, comme ils le font depuis 14 siècles. (1)

La semaine dernière, ce sont San Bernardino (une ville de l’immense conurbation de Los Angeles) et Londres qui ont été frappées par le terrorisme musulman.

Les États-Unis, cible de choix pour les terroristes musulmans

Après les attentats du 11 septembre 2001, les Américains avaient été efficacement protégés par la politique antiterroriste agressive du président républicain George W. Bush, grâce au Patriot Act, grâce au camp de Guantanamo, grâce aux enlèvements d’islamistes par la CIA et grâce aux méthodes d’interrogatoire renforcées, mesures qui avaient permis de déjouer d’innombrables attentats musulmans, tant aux États-Unis qu’en Europe, et de sauver la vie de milliers de civils occidentaux. (2)

Mais, depuis l’élection, en 2008, du démocrate Barack Hussein Obama, opposé à toutes ces mesures efficaces, les terroristes musulmans réussissent de plus en plus d’attentats sur le territoire américain, en raison du sabotage des services de sécurité américains par la Maison-Blanche.

Voici la liste des attentats musulmans qui ont frappé les États-Unis depuis 2008 :

le 1er juin 2009, un terroriste musulman assassine 1 soldat américain devant le centre de recrutement de Little Rock (Arkansas). (3)

le 5 novembre 2009, un terroriste musulman assassine 13 soldats américains dans la base de Fort Hood (Texas). (4)

le 15 avril 2013, deux bombes déposées par deux terroristes musulmans tuent 3 personnes et en blessent 264 lors du marathon de Boston (Massachusetts). (5) (6)

le 3 mai 2015, deux terroristes musulmans ouvrent le feu sur le centre de conférence Curtis Culwell de Garland (une ville de la conurbation de Dallas, au Texas), dans lequel a lieu une exposition de caricatures de Mahomet, blessant un policier, avant d’être abattus. (7)

le 16 juillet 2015, un terroriste musulman assassine 5 soldats américains devant deux centres militaires de Chattanooga (Tennessee). (8)

San Bernardino : l’islam frappe à nouveau les États-Unis

Le 2 décembre dernier, à San Bernardino (Californie), un couple de terroristes musulmans fait irruption dans une fête de Noël du département de la santé de cette ville et y ouvre le feu, tuant 14 Américains et en blessant 17 autres. Les deux assassins sont abattus par la police. (9)

Terroristes-musulmans-de-San-Bernardino

Dans la voiture de ces terroristes, la police découvre deux fusils d’assaut, deux pistolets semi-automatiques et 1600 cartouches ; et dans leur maison, 12 bombes artisanales et 4500 cartouches de plus. (10)

Depuis, l’enquête a révélé que ce couple de tueurs musulmans avait effectué un pèlerinage à La Mecque en 2014 ; que la femme avait fréquenté une école coranique au Pakistan pendant plusieurs années ; que l’homme priait au moins trois fois par semaine dans la mosquée de San Bernardino ; ce qui prouve, une nouvelle fois, que plus les musulmans sont pratiquants, plus ils sont dangereux pour les non-musulmans. (11)

Enfin, il est établi qu’avant de commettre cet attentat, la tueuse a publié son serment d’allégeance à Abu Bakr al Baghdadi, le « calife » autoproclamé de l’État Islamique, sur une page Facebook ouverte sous un nom d’emprunt. (12)

Muslim-Killers-New-York-Post-03-12-15

« Tueurs musulmans » : la Une du « New York Post » du 3 décembre 2015, consacrée à l’attentat de San Bernardino.

Londres frappée par le terrorisme musulman

Trois jours après l’attentat de San Bernardino, c’est Londres qui est frappée par l’islam, lorsqu’un terroriste musulman blesse grièvement un passant dans le métro en tentant de l’égorger. (13)

Selon les témoins, l’agresseur a d’abord violemment frappé sa victime, avant de sortir une lame et de faire « des mouvements de va-et-vient » sur son cou, comme s’il voulait la décapiter. (14)

Dans le téléphone portable de ce terroriste musulman, les policiers ont découvert des images du groupe djihadiste État Islamique.

Cet attentat n’est pas sans rappeler l’assassinat, le 22 mai 2013, d’un citoyen britannique, Lee Rigby, décapité en pleine rue par deux terroristes musulmans d’origine nigériane, dans la ville de Woolwich (agglomération de Londres). (15)

Il rappelle aussi la décapitation de notre compatriote Hervé Cornara, le 26 juin 2015, à Saint-Quentin-Fallavier (Isère), par un terroriste de l’État Islamique. (16) (17)

Nous ne sommes nulle part en sécurité

Ces attentats, qui se multiplient dans tous les pays occidentaux, prouvent, une fois de plus, que nous ne sommes nulle part en sécurité, tant qu’il y a des musulmans à proximité de nous. N’importe quand, n’importe où, un musulman peut se ruer sur nous et tenter de nous décapiter, ou nous tirer dessus à l’arme automatique, ou faire exploser la bombe qu’il porte sur lui. (18)

Obama le traître islamophile

La 6 décembre, quatre jour après l’attentat de San Bernardino, le président américain, Barack Hussein Obama, a prononcé un discours depuis la Maison-Blanche, au sujet de la lutte antiterroriste.

Tout comme les traîtres islamophiles que sont Hollande, Valls et Cazeneuve, Obama a prétendu que « le groupe État Islamique ne parle pas au nom de l’islam », puis a demandé aux Américains de « ne pas stigmatiser les musulmans » et de les considérer comme des alliés. (19)

Ce qui est aussi intelligent que de demander aux Juifs de ne pas stigmatiser les nazis et de les considérer comme des alliés…

C’est donc sans surprise que, selon un sondage de CNN rendu public juste avant l’allocution d’Obama, 60 % des Américains désapprouvent la façon dont leur président traite la question du terrorisme. (20)

La contre-attaque de Trump

Le lendemain de ce lamentable discours de Barack Hussein Obama, le milliardaire américain Donald Trump, en tête de la course des primaires républicaines pour la présidentielle américaine de 2016, publie un communiqué dans lequel il appelle à interdire aux musulmans d’entrer aux États-Unis. (21)

Trump-2

Dans ce communiqué, Donald Trump prône « l’arrêt total et complet de l’entrée des musulmans aux États-Unis jusqu’à ce que les élus de notre pays comprennent ce qui se passe ». Citant un sondage réalisé auprès de musulmans vivant aux États-Unis, il affirme que de nombreux musulmans entretiennent de la haine pour les Américains.

« D’où vient cette haine, et pourquoi, nous devrons le déterminer. Jusqu’à ce que nous soyons capables de déterminer et de comprendre ce problème et la menace dangereuse qu’il représente, notre pays ne peut pas être victime d’attaques horribles de la part de gens qui ne croient qu’au jihad et n’ont aucun respect pour la vie humaine ». (22)

Trump persiste et signe

Évidemment, ce communiqué de Donald Trump, a entraîné un tollé chez les démocrates, les journalistes, les gauchistes du monde entier et autres donneurs de leçons bien-pensants. Mais, à l’inverse des girouettes et des lâches que sont la majorité des dirigeants occidentaux actuels, Trump ne s’est pas laissé impressionner.

Valls-tweet-Trump-08-12-15

Manuel Valls, responsable, par son inaction, de la mort de 130 personnes à Paris, le 13 novembre dernier, prétend faire la leçon à Donald Trump.

En meeting en Caroline du Sud, quelques heures après la publication de son communiqué sur la fermeture des frontières américaines aux musulmans, Donald Trump a déclaré : « J’ai des amis musulmans, ce sont des gens très bien, mais ils savent qu’il y a un problème, et on ne peut plus le tolérer ».

Citant un récent sondage du Center for Security Policy, qui montre que 25 % des musulmans vivant aux États-Unis sont d’accord avec l’idée que la violence contre les Américains est justifiée, le milliardaire a dénoncé le fait que de nombreux musulmans sont favorables au djihad violent contre les Américains et qu’ils préfèrent vivre en vertu de la charia (loi islamique) plutôt que de la Constitution américaine. (23)

«La haine dépasse l’entendement», a encore déclaré Donald Trump, évoquant le couple de tueurs de San Bernardino et les auteurs des attentats de Paris. «Cela ne fait qu’empirer, et on va avoir un autre World Trade Center», a-t-il prévenu.

Après ce meeting, le directeur de campagne de Trump, Corey Lewandowski, a précisé, auprès d’Associated Press, que cette mesure s’appliquerait à « tout le monde », c’est-à-dire à tous les musulmans qui voudraient entrer aux États-Unis, que ce soit pour y faire du tourisme ou pour y immigrer. (24)

Les Américains plébiscitent la proposition de Trump

Tout comme, en France, le peuple soutient les hommes libres qui préfèrent dire la vérité sans se laisser impressionner par les hurlements des bien-pensants – aux États-Unis, le peuple américain soutient de plus en plus Donald Trump. (25)

Selon un sondage réalisée par l’institut Zogby, après sa déclaration sur la nécessité d’interdire aux musulmans d’entrer aux États-Unis, le milliardaire américain creuse l’écart avec ses rivaux républicains en se classant à la première place avec 38 % des voix, devant Ben Carson (13 %), Marco Rubio (12 %), Ted Cruz (8%) et Jeb Bush (7 %). (26) (27)

Un autre sondage, réalisé par Purple Stategies Pulse Polls et publié par Bloomberg, montre que deux tiers (65 %) des républicains partagent l’idée de Donald Trump sur la nécessité d’empêcher les musulmans de franchir les frontières américaines, contre 18 % du côté démocrate. (28)

Defense-d-entrer

D’abord fermer les frontières, ensuite expulser les musulmans !

Au fur et à mesure que les attentats musulmans se multiplient dans nos pays occidentaux, de plus en plus de gens ouvrent les yeux sur l’idéologie criminelle qu’est l’islam.

La première mesure, pour nous protéger, est, comme le dit Donald Trump, de fermer totalement nos frontières aux musulmans étrangers, quels qu’ils soient.

Ensuite, nous devrons expulser tous les musulmans qui, en ce moment, vivent dans nos pays. (29)

C’est seulement ainsi que nous pourrons mettre fin aux attentats musulmans !

Maxime Lépante
Notes :
1) Sur les attentats de Paris, voir notre article :
Les massacres musulmans à Paris étaient annoncés : islam hors de France !
http://ripostelaique.com/les-massacres-musulmans-a-paris-etaient-annonces-islam-hors-de-france.html
Sur les attentats à venir, voir notre article :
Attentats musulmans : Le pire est à venir !
http://ripostelaique.com/attentats-musulmans-le-pire-est-a-venir.html
2) 11 septembre 2001: La déclaration de guerre de l’islam au Monde Libre
http://ripostelaique.com/11-septembre-2001-la-declaration-de-guerre-de-l%E2%80%99islam-au-monde-libre.html
3) 2009 Little Rock recruiting office shooting
https://en.wikipedia.org/wiki/2009_Little_Rock_recruiting_office_shooting
4) Fusillade de Fort Hood
https://fr.wikipedia.org/wiki/Fusillade_de_Fort_Hood
5) Double attentat du Marathon 2013 de Boston
https://fr.wikipedia.org/wiki/Double_attentat_du_Marathon_2013_de_Boston
6) Sur l’attentat contre le marathon de Boston, lire notre article :
Boston-Merah : Mêmes aveuglements policiers, mêmes mensonges médiatiques !
http://ripostelaique.com/merah-boston-memes-aveuglements-policiers-memes-mensonges-mediatiques.html
7) Curtis Culwell Center attack
https://en.wikipedia.org/wiki/Curtis_Culwell_Center_attack
8) 2015 Chattanooga shootings
https://en.wikipedia.org/wiki/2015_Chattanooga_shootings
9) Fusillade de San Bernardino
https://fr.wikipedia.org/wiki/Fusillade_de_San_Bernardino
Fusillade de San Bernardino (USA) : 14 morts et 17 blessés
http://www.fdesouche.com/676379-etats-unis-fusillade-en-cours-en-californie-au-moins-20-victimes
10) La tueuse de San Bernardino aurait prêté allégeance à l’État Islamique
http://www.lefigaro.fr/international/2015/12/04/01003-20151204ARTFIG00263-la-tueuse-de-san-bernardino-soupconnee-d-avoir-prete-allegeance-a-l-etat-islamique.php
11) Fusillade de San Bernardino : Tashfeen Malik, retour sur une lente radicalisation
http://www.metronews.fr/info/fusillade-de-san-bernardino-tashfeen-malik-retour-sur-une-lente-radicalisation/molg!CJYrgJSB7CVh6/
12) La tueuse de San Bernardino aurait prêté allégeance à l’État islamique
http://www.lefigaro.fr/international/2015/12/04/01003-20151204ARTFIG00263-la-tueuse-de-san-bernardino-soupconnee-d-avoir-prete-allegeance-a-l-etat-islamique.php
13) Attaque au couteau à Londres : des images de Daesh trouvées sur le téléphone de Muhaydin Mire
http://www.fdesouche.com/677655-londres-un-homme-poignarde-dans-une-gare-par-un-individu-criant-cest-pour-la-syrie
14) Attaque au couteau à Londres: L’agresseur avait des images de Daesh dans son téléphone
http://www.20minutes.fr/monde/1745675-20151207-attaque-couteau-londres-agresseur-images-daesh-telephone
15) Sur cet assassinat, voir notre article :
Merah-Boston-Londres : l’islam veut notre mort !
http://ripostelaique.com/merah-boston-londres-lislam-veut-notre-mort.html
16) Sur l’assassinat d’Hervé Cornara, voir notre article :
Seule l’expulsion des musulmans mettra fin aux attentats musulmans
http://ripostelaique.com/seule-lexpulsion-des-musulmans-mettra-fin-aux-attentats-musulmans.html
17) Sur les décapitations musulmanes, voir notre article :
Décapitations : l’histoire sanglante de l’islam, de Mahomet à aujourd’hui (attention vidéos horribles !)
http://ripostelaique.com/decapitations-lhistoire-sanglante-de-lislam-de-mahomet-a-aujourdhui-attention-videos-horribles.html
18) Sur le danger mortel que les musulmans représentent pour les non-musulmans, voir notre article :
Pour les musulmans, nous sommes tous des cibles !
http://ripostelaique.com/pour-les-musulmans-nous-sommes-tous-des-cibles.html
19) Attentat en Californie: Obama s’engage à «vaincre» et à «détruire» Daesh
http://www.20minutes.fr/monde/1745359-20151207-video-etats-unis-temps-forts-discours-barack-obama-terrorisme
20) http://edition.cnn.com/2015/12/06/politics/isis-obama-poll/
21) On peut lire ce communiqué sur le site personnel de Donald Trump :
Donald J. Trump Statement On Preventing Muslim Immigration
https://www.donaldjtrump.com/press-releases/donald-j.-trump-statement-on-preventing-muslim-immigration
22) Donald Trump veut interdire aux musulmans d’entrer aux États-Unis
http://www.leparisien.fr/international/donald-trump-veut-interdire-aux-musulmans-d-entrer-aux-etats-unis-07-12-2015-5349531.php
23) Poll of U.S. Muslims Reveals Ominous Levels Of Support For Islamic Supremacists’ Doctrine of Shariah, Jihad
https://www.centerforsecuritypolicy.org/2015/06/23/nationwide-poll-of-us-muslims-shows-thousands-support-shariah-jihad/
Ce sondage peut être téléchargé ici :
https://www.centerforsecuritypolicy.org/wp-content/uploads/2015/06/150612-CSP-Polling-Company-Nationwide-Online-Survey-of-Muslims-Topline-Poll-Data.pdf
24) États-Unis : tollé général après la proposition de Trump sur les musulmans
http://www.leparisien.fr/international/etats-unis-tolle-general-apres-la-proposition-de-trump-sur-les-musulmans-08-12-2015-5350797.php
25) Après ses propos sur les musulmans, Donald Trump grimpe dans les sondages
http://www.lesoir.be/1066467/article/actualite/monde/2015-12-10/apres-ses-propos-sur-musulmans-donald-trump-grimpe-dans-sondages
26) Trump Leads By 25 Points Over Nearest Rival In New Zogby Poll
http://www.forbes.com/sites/johnzogby/2015/12/09/zogby-analytics-trump-leads-by-25-points-over-nearest-rival/
27) Pour suivre la primaire républicaine pour l’élection présidentielle de 2016 :
2016 Republican Presidential Nomination
http://www.realclearpolitics.com/epolls/2016/president/us/2016_republican_presidential_nomination-3823.html
28) http://fr.scribd.com/doc/292796480/Bloomberg-Politics-Purple-Strategies-Trump-poll
29) Depuis plusieurs années, le dirigeant hollandais Geert Wilders (fondateur et dirigeant du Parti pour la Liberté) prône l’expulsion en masse des musulmans hors d’Europe :
Geert Wilders – Deporting Millions Of Muslims May Be Necessary
http://www.youtube.com/watch?v=_ZDHgQJQXPM
 




Les USA sont-ils vraiment nos amis et alliés ? Certainement pas !

Best-Buds-Hollande-ObamaEst-il possible en France de lancer un coup de gueule contre les USA sans se faire insulter ? Parfois, j’en doute tellement il est difficile de dire que les Etats-Unis sont, et à tous points de vue, de grands emmerdeurs qui plus est envahissants ! Le dire sans passer pour un ringard et un demeuré franchouillard.

Les américains sont des grands enfants dit-on. Ce que l’on sait c’est qu’ils ont une histoire très courte. Une histoire qui les rend myopes et leur interdit de facto d’avoir une profondeur historique, celle des grands peuples comme la France, l’Angleterre, la Russie et la Chine.
Ils donnent l’impression de vivre l’instant et d’exercer la puissance d’aujourd’hui. Pour être tout à fait clair, je n’ai rien contre les citoyens américains mais franchement, la politique des USA est véritablement à vomir tant hier qu’aujourd’hui.
Nous voilà avec les Etats-Unis d’Amérique qui sont bien les responsables du chaos au Moyen-Orient, avec le compère anglais. Ah, ces anglo-saxons, ennemi de toujours depuis la guerre de Cent ans.
Car enfin, ce sont bien les Etats-Unis qui ont manipulé les médias, menti à l’ONU, vendu des armes, fait des guerres d’insurrections partout en Amérique du Sud, ils ont créé les talibans en Afghanistan pour faire la pige aux Russes soviétiques, créé des djihadistes pour s’assurer les débouchés pétrolifères, soutenu des dictatures du Moyen-âge comme l’Arabie Saoudite et le Qatar, etc. Quel est l’américain imprégné d’histoire et en conscience, accepterait ces faits sans rien dire ? Aucun, mais hélas, ils ignorent la plupart du temps, qu’en dehors de leur pays-continent, il existt d’autres peuples ayant des aspirations différentes de la « grande Amérique » !
Souvenons-nous: ils ont menti pour se payer la peau Saddam Hussein et de l’Irak, ils ont fait tuer des milliers de leurs soldats, ils recommencent avec la Syrie en cherchant à l’éclater et en utilisant sans vergogne des ordures islamistes, après avoir utilisé les andouilles françaises, les « idiots utiles » Sarkozystes en Libye comme Juppé et BHL. Ils cherchent des noises aux Russes de Poutine en fomentant des « révolutions » en Ukraine avec des néonazis, et ils trouvent encore le moyen, de donner des leçons de maintien à l’Europe et à Israël. A vomir; vous dis-je…
Qui un jour, aura la force de dire à ces Etats-Unis d’Amérique, comme a su le faire le général De Gaulle: « Basta », dégagez de chez nous ! Allez faire vos guerres chez vous, sur votre territoire si cela vous chante, mais stop, pas chez nous ! C’est quand la dernière fois que vous avez connu un bombardement comme à Dresde ou Hiroshima ? Jamais !
Cessez de nous prendre pour des imbéciles, arrêtez de venir vous servir, de nous occuper, de nous envahir, de nous interdire de dire et de faire par votre politiquement correct, de nous noyer culturellement ! Rentrez chez vous et laissez le reste du monde tranquille, car depuis que vous êtes en Europe et partout dans le monde, vous êtes vraiment envahissants et sur tous les plans !
Alors on me chantera, « si les Américains n’étaient pas là », on serait tous en Germany « ! Pas si sûr !
C’est oublier les forces de la vie, les évolutions politiques, le caractère français, les révolutions ou révoltes des peuples. Et puis, je rappelle à tout hasard que les États-Unis ont pris leur temps  pour « nous sauver » et que ce ne fut pas gratuit, loin de là ! A commencer par une entrée en guerre mondiale en 1917 pour la première, juste le temps que les trois puissances en guerre (civile?) se soient totalement épuisées et saignées à blanc. Et seulement en 1943, malgré les appels du pied des Anglais et pour les mêmes raisons, et ainsi asseoir définitivement la prédominance américaine sur l’Europe. Sans compter la dette des peuples d’Europe et singulièrement celle de la France qui mit des années avant de pouvoir demander aux USA de plier bagages dans les années soixante. Pourtant, c’est encore son règne qui dure aujourd’hui et se fait jour dans cette Europe atlantiste et liberticide !
Nous leur devons probablement beaucoup aux USA, mais ils nous doivent bien plus depuis qu’ils nous ont interdit de bouger et d’être nous-mêmes.
C’était mon coup de gueule de la semaine.
Gérard Brazon (Le Blog)