1

A St-Étienne, Oussama A. marchait armé d’un couteau en criant “Allah Akbar”

A Saint-Étienne, dans la Loire, les policiers ont arrêté Oussama A., un individu qui marchait dans la rue armé d’un couteau en criant “Allah Akbar”. Il a menacé de mort les agents et fait l’apologie du terrorisme. Il était visé par une OQTF. L’auteur, âgé de 31 ans, est en situation irrégulière et visé par une Obligation de quitter le territoire (OQTF). Il a été placé en garde à vue.

Scène presque ordinaire dans une France à la dérive. Des policiers de Saint-Etienne (Loire) ont interpellé Oussama A., un individu de 31 ans qui marchait dans la rue muni d’un couteau en criant «Allah Akbar». Apologie caractérisée du terrorisme et menace envers une personne dépositaire de l’autorité publique (PDAP) ont motivé l’arrestation de cet individu de 31 ans. Il a été interpellé par des agents de police à Saint-Etienne . L’homme marchant dans la rue armé d’un couteau en criant «Allah Akbar» ,’a pas eu le temps de faire des victimes.

Selon les sources policières, il s’agit d’un certain Oussama A., connu des services de police et faisant l’objet d’une Obligation de quitter le territoire (OQTF).

UN POLICIER BLESSÉ

« La scène s’est déroulée vers 20h40, lorsqu’à l’approche des fonctionnaires venus l’interpeller, l’individu s’est rebellé tout en faisant l’apologie du terrorisme et menaçant de mort les policiers, dont un a été blessé. » confirme un magistrat du parquet de Saint-Etienne joint par téléphone.

Le policier blessé s’est vu attribuer un jour d’incapacité totale de travail.

Le véhicule de police a également été dégradé par des coups de pieds de l’interpellé.

Selon l’article 433-3 du Code pénal, toute personne menaçant de commettre un crime ou un délit dans ce même contexte est susceptible d’écoper d’une amende de 75.000 euros et de cinq ans d’emprisonnement.

Mais, la loi française, très stricte au niveau des textes, sera-t-elle correctement appliquée et rendue pour Oussama A. ?




Darmanin excuse la meurtrière de Lola, les narco font la loi à Nantes et Marseille

Les fusillades des narcotrafiquants dans les grandes villes et les cités témoignent de l’impuissance du ministre de l’intérieur Gérald Darmanin.

A quoi sert le ministre de l’intérieur Gérald Darmanin ?  Le locataire gratuit de la place Beauvau n’avait toujours pas réagi dans la journée de lundi, au meurtre de Lola, pas davantage que le ministre de la justice Éric Dupond-Moretti. Silence radio aussi du président Emmanuel Macron. Le même Darmanin s’était déplacé par avion à Rennes quelques minutes après qu’un tag ait été découvert sur la mosquée. Interrogé par Calvi, Gérald Darmanin ose affirmé que « cela faisait à peine 1 mois que l’Algérienne meurtrière de Lola devait quitter la France ». Il insiste sur le fait qu’elle n’était pas connue des services de police, donc pour lui, « c’est normal qu’une personne qui doit quitter le pays y soit encore un mois plus tard. ». Il insiste aussi sur le fait que l’assassin aurait été victime de violences conjugales, autrement dit « le discours de l’excuse pour justifier l’inaction de l’Etat, voire excuser le crime abominable ».

Et pendant que Gérald Darmanin disserte sur les plateaux de télévision, le narcobanditisme prend ses quartiers à Nantes et à Marseille. Un constat effectué par nos confrères de la rédaction du quotidien Le Monde qui écrivent « Aujourd’hui, on est face à des jeunes qui sont parfois montés très vite [dans le trafic] et qui sont sans foi ni loi »,  en citant un enquêteur de police aguerri. « On voit beaucoup plus de gros calibres, d’armes de guerre. Ça tire à tout-va et parfois même à l’aveuglette. Plus rien ne semble réfléchi. On est dans l’épidermique. Il n’y a même plus de souci de discrétion. »

A Nantes, les innocentes victimes collatérales des narcotrafiquants tombent elles aussi. Ainsi, Esteban, 18 ans, s’est effondré un soir au pied d’un immeuble, dans la cité d’à côté. Rue Théophile-Guillou, à Saint-Herblain, en périphérie de Nantes. Une Audi s’est arrêtée. Deux détonations ont claqué dans la nuit. Le jeune homme a été tué d’une balle dans le dos. Par erreur. Il était au mauvais endroit au mauvais moment.

Les parents de la victime Stéphanie et David Le Costevec crient leur désespoir. Stéphanie et David Le Costevec n’en savaient rien, mais ce petit quartier discret, qui ne porte même pas vraiment de nom, abritait l’un des trente points de deal alors recensés dans l’agglomération nantaise. « On a toujours su que notre fils s’était trouvé au mauvais endroit au mauvais moment », dit aujourd’hui Mme Le Costevec. Esteban, jeune garçon « sans histoire », intérimaire en maçonnerie, a été pris à son insu dans ce qu’ils appellent « une guerre de territoires »… 

 A Marseille, la guerre de la drogue tue des hommes de plus en plus jeunes

Encore trois jeunes hommes, âgés de 24 à 27 ans, connus de la justice pour avoir été mêlés à des affaires de drogue pour l’un, de violences avec arme pour le deuxième, et de transport d’arme pour le dernier, ont été interpellés mi-septembre au terme de minutieuses investigations, menées par la Direction territoriale de la police judiciaire (DTPJ) de Nantes. Le mobile paraît se confirmer : visés par une bande rivale lors d’une précédente fusillade en juin 2019 dans un autre quartier nantais, Bellevue, les suspects auraient tiré ce soir-là « en réponse ».

Pendant que Gérald Darmanin est aux abonnés absents, à Marseille la guerre de la drogue tue des hommes de plus en plus jeunes. Trente-cinq règlements de comptes, qui ont fait vingt-quatre morts et de nombreux blessés, ont déjà eu lieu au cours des neuf premiers mois de l’année dans la cité phocéenne. Sans susciter de réaction particulière de la part du même Gérald Darmanin.

Heureusement, à défaut d’un ministre de l’intérieur compétent, les policiers Marseillais disposent de performantes écoutes téléphoniques.

« Et moi, je vais l’éclater. Il faut trouver la moto. J’ai les soldats, des gens vaillants, j’ai les armes, j’ai une guitare [kalachnikov]. Tu fais mon pilote, si je l’éclate à lui ? Et on récupère toi et moi le charbon [plan de revente de drogue]. A 180 000 [euros] dans le mois, tu gagnes des sous là ! Toutes les semaines, tu as ton enveloppe. Nous, on monte pas au quartier. Quand y a un problème, on rafale, on tire, on les massacre ! » Lorsqu’ils captent cette conversation, le 14 avril 2020, grâce à un micro dissimulé dans le véhicule d’un homme qu’ils soupçonnent d’être un trafiquant, les policiers n’en croient pas leurs oreilles. Ils ont là les préparatifs d’un règlement de comptes destiné à reprendre le point de vente de stupéfiants de la cité marseillaise du Petit Séminaire (13e arrondissement).

 A Marseille, l’extrême violence se banalise chez les jeunes impliqués dans le trafic de drogue

Selon un commissaire de police de la cité phocéenne, joint par téléphone, « Bon nombre de ces fusillades sont qualifiées de tentatives d’assassinat, cela étant dû à la « maladresse » des auteurs ou à l’usage d’armes qui s’enrayent, signatures d’un certain amateurisme aux yeux des policiers. Dans une ville où même les médias tiennent la comptabilité morbide des règlements de comptes, la police judiciaire et les magistrats chargés de la lutte contre le narcobanditisme redoutent que le chiffre final soit, en 2022, plus élevé qu’en 2021, déjà une année noire, avec trente-cinq règlements de comptes et trente morts, marquée par un pic durant l’été, avec dix-neuf règlements de comptes ».

Gérald Darmanin oublie une chose : tous les français ne sont pas favorables aux égorgements dans les rues, aux fusillades du grand banditisme, au grand remplacement et à une immigration de masse.

Scandale : les dysfonctionnements du Fonds de garantie des victimes de terrorisme




11 septembre : tentative de détournement d’un avion obligé de se poser à Lyon

L’homme, présent dans l’allée centrale, a tenté de forcer le cockpit et menaçait les passagers d’un vol Nice-Paris, dimanche 11 septembre

On apprend seulement aujourd’hui qu’un homme a tenté de forcer le cockpit d’un avion se dirigeant vers Paris, le 11 septembre dernier (qui correspond à un anniversaire funeste). Le vol a dû être dérouté d’urgence à Lyon. On en sait plus ce mercredi. L’incident s’est déroulé sur un vol easyJet Nice-Paris qui a été dérouté en urgence à Lyon en fin de matinée, dimanche 11 septembre 2022. En cause : le comportement suspect d’un passager qui a menacé le personnel de bord pour tenter d’entrer dans la cabine de pilotage.

Les autorités ont refusé de fournir l’identité de l’auteur de cet acte. On sait seulement que, dès le décollage, l’homme assis dans l’avion est très agité. « Il a demandé à voir le pilote », indique l’une des passagères, contactée par téléphone plusieurs jours après les faits. La situation empire alors dans les airs. L’homme, très menaçant, circule dans alors l’allée. Il divague, menace, insulte les passagers et les hôtesses du vol à destination de Paris.

La tension monte alors au point que l’homme se rue vers le cockpit et tente de forcer la porte de celui-ci. « Heureusement, une hôtesse s’est interposée », indique une passagère, et il semblerait que la cabine de pilotage ait été verrouillée…

Arrêté et transféré à l’hôpital psychiatrique Le Vinatier

Le pilote contacte alors la tour de contrôle de Lyon et annonce à la radio que l’avion va être dérouté à l’aéroport de Lyon Saint-Exupéry. À l’atterrissage, en fin de matinée, les gendarmes des transports aériens ont interpellé l’individu.

Selon les informations fournies ^par la préfecture de région du Rhône, « l’homme a ensuite été placé en garde à vue, mais cette dernière a été levée sur décision médicale ». Ben voyons…

Toujours selon les autorités qui ont refusé d’indiquer le prénom et le nom de l’auteur (ce qui peut laisser supposer qu’il ne serait pas français), l’individu « souffrirait de troubles d’ordre psychologique, ce qui expliquerait son comportement excessif dans l’avion ». Il a été conduit à l’hôpital psychiatrique Le Vinatier, à Bron, dans la banlieue de Lyon.

Une question se pose désormais aujourd’hui : avec tous les anciens terroristes libérés (plus d’une centaine par an) des prisons françaises, la sécurité est-elle assurée dans les transports aériens ?

Francis GRUZELLE
Journaliste et écrivain
Carte de Presse 55411

Lire ces articles qui constituent un complément d’information : 

44 000 attaques au couteau par an en France, et l’Etat ne fait rien !

Avec Dupond-Moretti, la justice favorable aux musulmans : trois preuves

Islam et assassinats : perpétuité pour Salah Abdeslam

Exclusif : 100 terroristes libérés chaque année de prison, et après ?




44 000 attaques au couteau par an en France, et l’Etat ne fait rien !

Il y a 7 ans, la France était sous le choc  : le chef d’entreprise Hervé Cornara était décapité par un islamiste et sa tête accrochée au grillage d’enceinte de son entreprise. Depuis, les attaques au couteau mortelles se sont banalisées.

« L’Etat Macron » n’a cessé de restreindre la vente et la possession des armes à feu, au motif que celles-ci seraient dangereuses. Pourtant, la plupart des meurtres commis dans notre pays sont perpétrés à l’aide d’un couteau. Les chiffres sont là, même si la presse quotidienne, toujours aux ordres d’un pouvoir aux abois, passe sous silence les nombreux égorgements de français, et lorsqu’elle le fait, passe sous silence les prénoms et noms des auteurs.

Lundi 29 août, peu de médias ont relaté cette attaque au couteau, survenue avenue Bujault, non loin du bas de la Brèche à Niort. Pourtant, dimanche, peu avant 20 heures, deux hommes sont agressés à coups de couteau par un troisième qui tente de prendre la fuite. L’un d’eux, Ammar, 49 ans, va succomber, poignardé à plusieurs reprises. Le principal suspect Abbas sera interpellé peu après par la police de Niort, encerclé par de nombreux témoins qui ont assisté à la scène.

Et nos confrères d’Ouest France distillent le charabia habituel : « ​Mis en examen pour assassinat, Abbas, 42 ans, vivait depuis plusieurs années dans les Deux-Sèvres. Il travaillait, louait un appartement, ses papiers étaient en règle. Ceux qui le connaissent ne comprennent pas…. ». Ben voyons, un brave mec, subitement déséquilibré !

Meurtres : actualités en direct – Ouest-France.fr

https://www.ouest-france.fr/faits-divers/meurtres
Un autre exemple le 1 er septembre 2022 :

Essonne : un homme de 42 ans tué d’un coup de couteau, sa …

https://www.francebleu.fr/infos/faits-divers-justice/essonne-une-femme…
Pourtant les chiffres officiels (minorés ?) sont terribles. Chaque jour, 120 français sont attaqués au couteau dans les rues de nos villes et de nos campagnes.

120 attaques au couteau ont-elles lieu chaque jour en France

https://www.tf1info.fr/justice-faits-divers/120-attaques-au-couteau-ont-elles-lieu..
Ce chiffre est fourni par la sénatrice LR Valérie Boyer qui affirme « qu’il y a 120 attaques au couteau chaque jour en France ». « La France orange mécanique », conclut la sénatrice des Bouches-du-Rhône dans un tweet, faisant le décompte des derniers faits divers de ce type. L’élue de la République égrène les assassinats survenus sur une courte période de 48 h « Toulouse un blessé, Loriol S/Drome un mort, Metz un mort, Amiens un mort, Angers 3 morts… Ces tragédies sont classées/cachées à la rubrique faits-divers alors qu’il s’agit de faits de société ! ».

Le choc des chiffres, le poids des mots. Déjà le 7 juillet 2022, dans une question écrite au Sénat, la sénatrice LR Valérie Boyer déclare à propos de l’assassinat d’Alban Gervaise à Marseille, le 10 mai dernier : « Les résultats de la dernière étude de 2020 de l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales sont édifiants. Elle estime que le nombre de victimes d’agressions à l’arme blanche monte à 44.000 entre 2015 et 2017, soit plus de 120 victimes par jour en moyenne. » Car l’état français n’a pas eu le courage de publier des chiffres plus récents, afin de ne pas affoler la population.

La sénatrice Boyer avait déjà tiré la sonnette d’alarme un an plus tôt, toujours au palais du Luxembourg, cette fois après la mort de Théo, 18 ans, poignardé à Claye-Souilly. Valérie Boyer renvoie donc à l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP), organisme rattaché à l’Intérieur et dissout en 2020. Ses missions ont été reprises en partie par le service de statistiques du ministère.

Des calculs tiré de l’Insee et réalisés par « Le Figaro »

Les rapports mentionnant les armes blanches ne sont pas une vue de l’esprit, car les chiffres sont bien puisés dans les bilans du ministère de l’intérieur. Publiés une première fois en novembre 2019, ces chiffres reviennent sur les « violences physiques hors ménage » à partir des données que l’Insee produit tous les ans pour son enquête « Cadre de vie et sécurité (CVS) ». C’est ici que l’on peut lire que « chaque année entre 2015 et 2017, 1,3% des personnes de 14 ans et plus déclarent avoir été victimes de violences physiques de la part d’une personne ne vivant pas avec elles au moment des faits, soit en moyenne 653.000 personnes par an ». Parmi ces 653.000 victimes, « 18% déclarent avoir été violentées avec au moins une arme ». Et sur « ces victimes de violences armées, 37% évoquent une arme blanche ». 

Les données sont simplement transcrites en pourcentage. Le calcul, lui, a été fait par Le Figaro un article de février 2020, titré « Plus de 120 agressions à l’arme blanche ont lieu chaque jour en France », reprend l’enquête de l’ONDRP : « Sa dernière étude, (…) estime le nombre de victimes d’agressions à l’arme blanche à 44.000, soit plus de 120 victimes par jour en moyenne ! Ce chiffre correspond, en effet, à 37% des 118.000 personnes ayant déclaré, chaque année, en moyenne, avoir subi des violences physiques armées ». Ces statistiques se retrouvent citées telles quelles dans la presse, au Sénat par Valérie Boyer ou encore à l’Assemblée nationale, en 2020, par l’ex-député non-inscrit José Evrard.

Francis GRUZELLE
Journaliste et écrivain
Carte de Presse 55411

 




Valérie Boyer en est encore à différencier islam et islamisme

Madame la sénatrice Valérie Boyer

Le parti politique de madame Valérie Boyer, « Les Républicains » n’est pas ma tasse de thé, mais j’apprécie en petit comité le discours de celle-ci sur l’islam.

Particulièrement lorsqu’elle avait été invitée à un colloque du CIGPA à la Maison de la chimie comme le samedi 29 février sur « La dérive panislamiste et néo-ottomane d’Erdogan ». 

Madame Valérie Boyer n’a pas mâché ses mots sur ce sujet, et n’a pas été tendre avec l’islamisme et l’islam en général en appuyant les propos de l’excellent Alexandre Del Valle sur cet islam par essence totalitaire. Mais madame Boyer, sur les médias, fait son discours de politicien en séparant islam et islamisme. C’est insupportable compte tenu de ce qu’elle sait.

Les politiques sont souvent schizophrènes dès que l’on aborde en public l’islam et les musulmans. Tout d’abord, ils font des distinctions curieuses en dissociant l’islam de l’islamisme, « les » musulmans modérés d’avec « des » musulmans radicaux.

Dans tous les pays musulmans, cela n’existe pas. De quel droit ces politiques s’autorisent-ils à classifier les musulmans et à nier leur religion ?

Est-ce qu’il y aurait des catholiques modérés ou radicaux en France ?

Des juifs modérés ou radicaux ?

Des protestants, des bouddhistes, des indouistes, des sikhs modérés et d’autres radicaux en France ?

Cela s’adresse uniquement aux musulmans. Ces précautions oratoires sont minables, au mieux, mais surtout suspectes !

L’islam, c’est l’islamisme au repos et l’islamisme, c’est l’islam en mouvement. C’est une seule et même affaire nous dit Ferhat Mehnni et pour cause, car comme le dit l’érudit égyptien Henri Boulad, qui lui, le définit comme étant un fondamentaliste à travers les Frères musulmans, les salafistes et autres. Ce même Henri Boulad précise même les trois caractéristiques qui font de l’islam un ensemble, que les politiques français ne peuvent dissocier.

  • Le Coran est considéré comme incréé (donc intouchable) ;
  • Les versets médinois (belliqueux et fermés) remplacent les versets mecquois (mystiques et ouverts !) ;
  • L’interdiction du libre examen en matière religieuse (fermeture de la porte de l’ijtihâd au Xe siècle.).

Madame Valérie Boyer et tous ces politiques venant des diverses droites, tant européistes que nationales comme le Rassemblement de madame Le Pen, se plantent totalement sur l’islam. Il n’est pas soluble, il n’est pas compatible. Mais le pire, c’est qu’ils le savent. Alors pourquoi ces précautions oratoires jugées comme une faiblesse par l’islam qui méprise justement les faibles ?

Je passe sur la bêtise congénitale de la gauche socialiste ou de l’extrême gauche mélenchoniste, indigéniste, et autres, qui eux, sont et ont toujours été et de tous temps des collabos.

Il n’y a pas de distinction possible et aucun musulman croyant ne peut s’autoriser une critique de l’islam sans être taxé d’apostat par sa propre famille, par ses amis proches, et par ses coreligionnaires.

L’islam est basé sur un livre qui se nomme le Coran et ses sourates appellent au meurtre des infidèles (juifs, chrétiens, etc.), des mécréants (athées) et des homosexuels. Un Coran raciste de fait, puisqu’il sépare les musulmans du reste du monde à travers la sourate 3 verset 110 : « Vous êtes la meilleure communauté qu’on ait fait surgir pour les hommes. Vous ordonnez le convenable, interdisez le blâmable et croyez à Allah. Si les gens du Livre croyaient, ce serait meilleur pour eux, il y en a qui ont la foi, mais la plupart d’entre eux sont des pervers ». Nous sommes donc des pervers selon l’islam. 

Il n’y a aucune porte de sortie autre que définitive de l’islam. Pas d’autres possibilités que de devenir un apostat avec les risques encourus dans le monde musulman qui seraient la mort au Pakistan, en Afghanistan, au Yémen, et dans les pays du golfe, ou des années de prison en Afrique, y compris du Nord. Il n’y a pas de modération en islam. Pas de compassion, de pardon.

Certes, tous les musulmans ne sont pas des individus qui auraient le couteau entre les dents, prêts à assassiner le voisin qui ne le serait pas. Du moins celui qui reste dans les barres d’HLM des cités et qui rase les murs ou cherche à fuir sa cité.

De là à les qualifier de modérés ? De là à en faire des croyants qui acceptent naturellement les lois de la République comme étant supérieures aux lois islamiques, à la charia, c’est méconnaître les réalités historiques. Voir le dernier sondage auprès des jeunes musulmans de 18 à 24 ans qui à 74 %, considèrent la charia comme supérieure aux lois de la République. (Source)

En fait, madame Valérie Boyer pratique une forme de taqîya à l’envers. Elle sait qu’elle ne peut pas affirmer sa propre croyance chrétienne et de fait, critiquer l’islam totalitaire qui tue des chrétiens partout dans le monde, et politiquement, elle sait qu’elle ne peut pas dire la réalité sur cet islam en France sans se suicider auprès de son parti politique.

Pour autant, lors du colloque cité plus haut, elle avait dit avec force ce qu’elle pensait de l’islam en général, celui validé par Erdogan, en ayant fait une rétrospective accablante du génocide arménien, des liens entre tous les génocides, y compris celui des chrétiens grecs en Turquie, et dans les îles grecques comme à Chios ! Elle a su rappeler une citation d’Hitler qui se moquait de la mémoire des peuples en affirmant que « personne ne se souvenait du génocide arménien » ! On aura pu voir, hélas, lors de la dernière guerre dans le Haut-Karabakh, qu’Hitler avait raison. Aucun pays de culture judéo-chrétienne n’est intervenu pour défendre les chrétiens arméniens. On sait aussi que des mairies de gauche, collabos, refusent d’adopter une définition claire sur ce qu’est l’antisémitisme, mais financent des associations tenant des discours sur la prétendue « islamophobie » des amoureux de la liberté.

Je suis contre la lapidation, celle des politiques, et donc, je ne jetterai pas la première pierre sur madame Valérie Boyer. Je regrette surtout la pusillanimité de ces politiques se disant de droite, qui connaissent les réalités et ne veulent pas agir. Pour autant, j’apprécie le combat des sénateurs pour modifier en profondeur, en le durcissant, un texte gouvernemental sur les méfaits de l’islam. Je sais d’avance que les députés croupions de LREM et autres serpillères descendront en flèche hélas, tout ce travail sénatorial.

Gérard Brazon

Réalités de l’islam. 

« Tout ce que fait Daech est permis par la jurisprudence musulmane : brûler, démembrer des combattants, réduire des femmes yézidies en esclavage, précipiter des homosexuels du haut d’un immeuble… Tout cela est dans le fiqh (la jurisprudence musulmane) », ne cesse de répéter le théologien français Mohamed Bajrafil. « Même l’attentat de Nice peut trouver une justification chez certains auteurs classiques : pour certains jurisconsultes, les musulmans doivent faire au moins un combat par an contre des non-musulmans, pour les convertir ou les soumettre. » 

**************************

Et ce que pensent d’autres apostats sur cette séparation impossible. (Source)

« Tous les enfants apprennent l’islam au début de leur scolarité, et sont ainsi immergés dès leur plus jeune âge dans la violence véhiculée par le Coran. A défaut de laisser les enfants libres de ne pas étudier l’Islam, au moins pourrait-on mieux expliciter les textes appelant à tuer les non-musulmans, afin de ne pas générer de nouveau kamikazes. Mais ce système éducatif ne craint pas de fabriquer des générations entières acquises à l’Islam dans sa forme la plus radicale. » (Waleed Al-HusseiniBlasphémateur !, Grasset, 2015)

« La frontière est très perméable entre le musulman pieux, l’islamiste militant et le terroriste islamique. Ils se nourrissent du même livre. » (Waleed Al-Husseini,15/11/2015)

« L’islam est à l’islamisme ce que l’alcool est à l’alcoolisme. » (Hamed Abdel-SamadLe Fascisme islamique, 2014)

« Le fait est qu’il y a beaucoup de musulmans qui souhaitent le pluralisme, la tolérance et la démocratie. Mais ils sont déchirés entre leur appartenance à la Ummah – la communauté mondiale des musulmans – et les attraits du mode de vie occidental. Ils sont déchirés entre les codes culturels de l’Occident et ceux qu’ils partagent avec leurs coreligionnaires. Et quand il s’agit de prendre position publiquement, leur fidélité va trop souvent au Coran et à la charia. » (Howard Bloom, 2017, interview par Grégoire Canlorbe)

Pour le philosophe Rémi Brague, la distinction entre islam et islamisme est fausse, au vu des sources islamiques et du comportement violent du Prophète.




Alexandre Del Valle nous dit tout sur la dérive panislamiste et néo-ottomane d’Erdogan

Samedi dernier, le 29 fevrier, je me suis rendu à l’invitation d’Alexandre Del Valle à un colloque du CIGPA à la maison de la chimie à Paris. Son titre était : La dérive panislamiste et néo-ottomane d’Erdogan.

Cette présence dépassa mon espérance quant aux sources d’informations, mais aussi bouscula sérieusement mes effarements habituels quant au contenu de ces informations ! Je dis bien effarement, tant le citoyen de France est si peu informé par ces « experts » en tous genres de ce qui se passe dans le monde, et surtout, de ce que nos gouvernements lui ont caché, et lui cachent encore.

Il y avait, outre Alexandre Del Valle, auteur et géopoliticien qui nous a fait une explication historique de l’Empire ottoman, ses ambitions, ses massacres et mises en esclavage des Blancs du Caucase, ses alliances et sa perte ! Il y avait d’imminents représentants français comme le général de brigade Jean Bernard Pinatel, l’impétueuse députée Valérie Boyer au service des chrétiens d’Orient qui nous a fait une rétrospective accablante du génocide arménien, des liens entre tous les génocides, y compris celui des chrétiens grecs en Turquie, et dans les îles grecques comme à Chios ! Elle a rappelé une citation d’Hitler qui se moquait de la mémoire des peuples en affirmant que « personne ne se souvenait du génocide arménien«  ! À ce propos, les dirigeants de la République française ne veulent toujours pas assumer le génocide vendéen, eux qui ne cessent de parler de « crimes contre l’humanité » !  Il y avait aussi Alain Rodier, ancien officier du renseignement français, etc. (voir la liste en fin d’article).

 Nous étions nombreux dans cette salle, et tous très attentifs lorsque, pour beaucoup d’entre nous, nous découvrions peu ou prou les lâchetés européennes et la nuisance de la Turquie et de son dictateur Erdogan. 

Nous savions le danger que représente la Turquie aux mains d’un Frère musulman, mais je découvrais les méandres et les inquiétudes d’hommes et de femmes dont certains vivent dans ces pays sous la menace de la Turquie, comme des Libyens, des Syriens présents parmi les invités et les conférenciers !

Des militaires turcs à Hazano, à proximité d’Idleb (image d’illustration).  https://francais.rt.com/international/71689-ankara-neuf-soldats-turcs-tues-attaque-armee-syrienne

Je ne découvrais pas le décalage entre les discours médiatiques des Gouvernements français avec la réalité. Je sais les mensonges des dirigeants de Nicolas Sarkozy à Emmanuel Macron sur la Libye, leurs liens avec le Qatar, l’Arabie saoudite, leurs intérêts sur les champs gaziers et pétrolifères en Méditerranée, mais je reste toujours surpris par la duplicité du monde journalistique, celle des patrons de chaînes de radio-télévisions qui nous abreuvent aujourd’hui, nous noient sous le coronavirus, et nous masquent les risques de conflits bien réels entre la Russie et la Turquie, entre la Turquie et la Grèce, entre cette même Turquie avec la Syrie qui auront, s’ils se déclarent vraiment, bien d’autres effets qu’une grippe, même puissance quatre !

« Nous voulons récupérer nos îles » : des milliers de Grecs manifestent contre la présence de migrants

Les situations conflictuelles tout autour du bassin méditerranéen sont bien réelles, la volonté d’Erdogan de se moquer des lois maritimes et des frontières sont patentes, à commencer avec l’occupation d’une partie de Chypre, de son espace maritime, de celle de la Grèce en Crète, et la volonté manifeste de ré-occuper les îles grecques à sa frontière comme Chios, Kos, etc. !

L’utilisation des clandestins pour envahir ces îles et les pays des Balkans comme la Bulgarie, la Roumanie, le Monténégro, l’utilisation des minorités musulmanes en Bosnie et des pays à majorité musulmane, comme l’Albanie et le Kosovo  ! Ce dernier fut une création et une trahison faite par l’Otan et la France de Jacques Chirac à la Serbie chrétienne !  

Il y aurait tant à dire et ma foi, je ne le peux pas, car je ne peux pas résumer chaque intervention de ces imminents spécialistes qui, tout comme moi, ne comprennent pas ce que fait l’Union européenne avec sa volonté de s’élargir à des pays islamistes, en croyant sans doute qu’elle pourra contrôler quoi que ce soit ! L’esprit de Munich est présent à Bruxelles, une capitale déjà en partie islamisée ! Cet esprit de Munich règne en France dans les différents gouvernements depuis 40 ans, avant même l’élection de François Mitterrand en 1981.  

Le nouveau fascisme est islamiste, le nouveau visage de la dictature s’appelle Erdogan, et celui-ci vit et prospère en Turquie !

Erdogan nous tient le même discours d’espace vital que les nazis en occupant une partie de la Syrie, il souhaite, après Chypre, occuper les îles grecques et si demain nous ne faisons rien, comme nous n’avons rien fait en 1938 avec Hitler, il envahira les Balkans sous couvert de ses ressortissants à qui il a interdit, comme en France, de s’intégrer aux pays d’accueil ! À ceux-ci, il leur a dit que s’intégrer, c’était commettre un « crime contre l’humanité », rien que ça ! L’humanité étant pour lui composée uniquement de musulmans face aux mécréants !  En cela, il est fidèle au Coran qui stipule bien la supériorité du musulman sur le non musulman considéré lui, comme un dhimmi s’il est de la religion du livre (juifs, chrétiens, etc.). Les autres sont bons à passer au fil de l’épée et du couteau ! (Sourate 2 v 191) Nous le vivons en Europe par des soi-disant « déséquilibrés », « jeunes mineurs », violeurs, etc. 

Sourate 3 verset 110 : « Vous êtes la meilleure communauté qu’on ait fait surgir pour les hommes. Vous ordonnez le convenable, interdisez le blâmable et croyez à Allah. Si les gens du Livre croyaient, ce serait meilleur pour eux, il y en a qui ont la foi, mais la plupart d’entre eux sont des pervers ».

Pour exprimer son « opposition aux flux continus d’immigration », des nationalistes ont organisé un barbecue au porc à proximité d’un camp grec de réfugiés. Une initiative dénoncée par la gauche grecque et les ONG de défense des droits de l’homme.

Nous sommes à la veille d’élections municipales ! Il y a parmi les candidats des femmes et des hommes qui sont compromis, parfois vendus à l’islamisme pour quelques postes, quelques sièges, quelques mairies et autres départements, et régions ! Ils ont prouvé, par leur candeur, leur stupidité d’idiots utiles, qu’ils trahissent vos intérêts de citoyens, et ils ont accepté de se mettre au service d’associations islamiques en leur allouant des terrains, des subventions pour construire des mosquées, de véritable écoles coraniques où l’égalité des sexes n’existe pas, comme la liberté de penser !

Je ne donne pas de consignes de vote, vous êtes assez grands et matures, mais évitez de voter pour des traîtres à la France qui se trouvent à droite comme à gauche, il vous suffit juste de regarder leurs actions dans vos villes respectives !

Gérard Brazon