1

Macron le pire fossoyeur de la France : le réquisitoire du Lt-Colonel Guillemain

Ce livre de 200 pages, confié aux éditions Riposte Laïque, sans bla-bla, parfaitement argumenté, sans concession, dénonce une idéologie aussi trompeuse que mortelle, mais aussi la supercherie de la mondialisation. L’officier supérieur d’aviation met en garde contre « la menace existentielle qui plane sur une France millénaire », comme l’avait fait Philippe de Villiers voici quelques temps.

Ce pilote de chasse, qui « bombarde » Macron et l’Élysée, a le mérite de rechercher les racines du mal, dès le chapitre 1. Intitulé « Macron à l’Élysée, un coup d’État des juges et des médias », ce premier chapitre analyse l’effondrement de François Hollande, les révélations téléguidées du « Canard Enchaîné », la mise en examen de François Fillon et de sa femme Pénélope.

Jacques Guillemain décrypte une justice à deux vitesses. D’un côté, il y a le « massacre à la tronçonneuse » du candidat LR François Fillon. De l’autre, des juges qui classent à tour de bras les soupçons de financements irréguliers de la campagne d’Emmanuel Macron. Chiffres à l’appui, déclaration de patrimoine d’Emmanuel Macron en renfort.

Dans ce livre facile à lire et chiffré page après page, le pilote de chasse passe le « mur du son » lorsqu’il analyse l’outil industriel surbradé par Emmanuel Macron (chapitre 14) et les conséquences désastreuses pour la France, et le « tsunami migratoire » favorisé par un président de la République qui « accélère le Grand Remplacement » (chapitre 15), contrairement à ses engagements de campagne de 2017.

Jacques Guillemain a le mérite de rappeler aux lecteurs « qu’au moment de la crise des Gilets jaunes, ce sont 600 policiers et gendarmes qui protégeaient le Président tétanisé, terré dans son bunker élyséen. »

L’officier supérieur ne croit pas aux candidatures des généraux à la retraite. En l’absence d’une tête nouvelle à la présidentielle de 2022, dans le camp des patriotes, il recommande de voter Marine Le Pen. Mais, pour lui, point de salut sans une candidature d’Éric Zemmour, décrit par Jacques Guillemain comme l’homme providentiel.

« Verrons-nous un Zemmour se jeter dans l’arène pour nous préserver du naufrage ? Et redonner des couleurs à la France. Mais, le voudra-t-il ? » interroge « l’officier stratège » Jacques Guillemain, dans un discernement de dernière chance.

Francis GRUZELLE
Carte de Presse 55411
Journaliste et écrivain

https://lesobservateurs.ch/2021/04/29/macron-le-pire-fossoyeur-de-la-france-le-requisitoire-du-lt-colonel-jacques-guillemain/

quantité
1 livre €14,00 EUR
2 livres €20,00 EUR
3 livres €25,00 EUR
titre du 4eme livre

Chèques à adresser à Riposte Laïque, BP 32, 27140 Gisors

RIB : écrire à redaction@ripostelaique.com




Trappes : le maire fraudeur Ali Rabeh éjecté par les juges pour achat de voix

Scène ordinaire sur le marché de Trappes dans les Yvelines, site où on rencontre moins de français qu’à Marrakech !

 

L’élection du nouveau maire de Trappes désigné en 2020, Ali Rabeh (Génération.s) vient d’être annulée par le tribunal administratif.

Les « Trappistes » vont devoir retourner aux urnes. Pas les moines qui fabriquent de la bière dans les Abbayes. Mais les habitants de Trappes, dans les Yvelines, submergés par des migrations massives. Dans cette ville, où il semblerait qu’il y ait moins de français de souche qu’à Marrakech, le nouveau maire de Trappes élu en 2020, Ali Rabeh (Génération.s), n’avait pas déclaré tous ses comptes de campagne. Le tribunal administratif et républicain a donc annulé son élection obtenue « au rabais ».

Mardi dernier, Le tribunal administratif de Versailles (Yvelines) a constaté les fraudes et a donc annulé  l’élection municipale de juin 2020 à Trappes, à la suite d’un recours déposé par la liste d’opposition « Engagement Trappes Citoyens ».

https://www.leparisien.fr/elections/municipales/resultats/2020-trappes-78190.php

Car l’ancien poulain de Benoît Hamon, Ali Rabeh, qui avait récolté 40 % des suffrages au second tour des élections municipales a commis des manquements importants aux règles du code électoral. Alors qu’il était qualifié pour le second tour, le candidat Ali Rabeh (Génération. s) a mené des actions auprès de personnes fragiles pendant le confinement, en utilisant l’association « Cœurs de Trappes qu’il présidait à l’époque ».

Ali Rabeh, qui conduisait la liste « La gauche unie pour que Trappes respire » a acheté les électeurs en leur distribuant des colis alimentaires.

Pour gagner coûte que coûte cette élection, Ali Rabeh a utilisé les mêmes méthodes que « le croissant rouge » dans les pays musulmans.

https://resistancerepublicaine.com/2021/02/08/trappes-une-ville-perdue-a-cause-de-lislam-et-de-limmigration/

 

Pendant les trois mois qui se sont écoulés entre le premier et le second tour, reporté à cause de l’épidémie de Covid-19, les membres de l’association présidée par  Ali Rabeh sont en effet restés mobilisés. Ils ont distribué des colis alimentaires ou encore des masques aux habitants dont ils sollicitaient les votes. Or, ces actions sont « passées à la Trappe » et n’ont pas été chiffrées et déclarées dans les comptes de campagne du candidat Ali Rabeh.

Ali Rabeh et les … 40 votants

La commission nationale de contrôle des comptes de campagne et des financements politiques avait déjà alerté les juges et les autorités en décembre 2020. Les sages de la commission estimaient « qu’Ali Rabeh, toujours en lice pour le second tour et toujours à la tête de Cœurs de Trappes, aurait dû se mettre en retrait de l’association avant le premier tour en adoptant une attitude plus réservée ».

http://www.prechi-precha.fr/eric-zemmour-trappes-cest-lhistoire-de-lente-inexorable-islamisation-dune-terre-francaise-cest-grand-remplacement/

Mais Ali Rabeh ne voulait passer à « la Trappe » et voulait cette mairie, même au « rabais ».

Comme on peut facilement l’imaginer, Ali Rabeh veut rester maire de Trappes six mois de plus, car ça rapporte en terme d’indemnités. il a donc immédiatement fait appel du jugement. En attendant la décision du Conseil d’Etat, qui sera rendue dans les six mois, Ali Rabeh reste maire de Trappes.

Les résultats des élections municipales de Trappes ont aussi montré que les électeurs confessionnels votent pour « ceux qui leur donnent à bouffer ou qui distribuent des masques ». Le programme électoral, l’idéologie, les arguments ne les intéressent pas. Ali Rabeh l’a bien compris, avant ses autres concurrents musulmans ou laïques, de gauche ou non inscrits.

Car le « vent du boulet » a été mis en oeuvre par Othman Nasrou, un correlegionnaire  d’Ali Rabeh, arrivé second le soir du 2 ème tour. Dans les médias locaux, le requérant a démenti les propos de son rival et a affirmé : « Ce n’est pas de l’acharnement de notre part puisque la commission des comptes de campagne avait rejeté les comptes d’Ali Rabeh. »

Othman Nasrou, qui est désormais premier vice-président du conseil régional d’Ile-de-France, protégé de la LR Valérie Pecresse, chargé des relations internationales et des affaires européennes, n’a pas digéré les distributions de colis alimentaires de son concurrent et sa campagne « du couscous contre des voix ». Il rappelle « lors des distributions de colis alimentaires par Ali Rabeh et des actions caritatives de ce dernier, la photo d’Ali Rabeh circulait partout ! Le maire de Trappes a triché de manière massive et délibérée ».

Francis GRUZELLE

Carte de Presse 55411

LIRE AUSSI 

 Municipales à Trappes : un nouveau maire et déjà des frictions

https://resistancerepublicaine.com/2018/05/10/trappes-schiappa-fuit-un-cafe-tenu-par-des-musulmans/




Recep Tayyip Erdogan, futur maire de Vénissieux par procuration ?

 

L’agitateur islamiste Yalcin Ayvali, associé du député LREM Yves Blein pour les municipales de Vénissieux, est le représentant du Président turc Erdogan dans la région de Lyon. Vénissieux bientôt jumelée avec Ankara ?

Les élections municipales dans la banlieue de Lyon révèlent comment Erdogan tisse sa toile en France et avance ses pions les plus radicaux. À Vénissieux, banlieue rouge du Grand Lyon, le député LREM du Rhône et candidat du parti présidentiel aux municipales, Yves Blein, a fusionné sa liste avec celle de Yalcin Ayvali, islamiste intégriste, idéologiquement proche de Recep Tayyip Erdogan, selon la rédaction du quotidien Le Progrès, qui dévoile courageusement cette information censurée par les médias nationaux.

Le quotidien régional rappelle que « Yalcin Ayvali s’était présenté aux dernières élections législatives sous la bannière du Parti égalité justice (PEJ), considéré comme islamo-conservateur et communautariste. Au programme, notamment, une redéfinition du concept de laïcité. Symbole de la ligne défendue par le candidat, celui-ci retweete régulièrement des messages d’Elias Imzalène, que L’Express définissait, dans un article daté de 2013, d’« agitateur salafiste »… ».

À quelques semaines du deuxième tour des élections municipales, alors que Gérard Collomb est en pleine déroute à Lyon, un protégé de Gérard Collomb, Yves Blein, qui affichait la tête du ministre de l’Intérieur Collomb, avec la mention « soutenu par Gérard Collomb », sur ses tracts de campagne aux législatives de juin 2017, s’allie sans vergogne à un agitateur salafiste, ayant recueilli 5 % des suffrages le 15 mars au premier tour des municipales.

Soumis à la règle du non-cumul des mandats, le député Yves Blein, s’il est élu, devrait conserver son mandat de député (plus intéressant financièrement et intellectuellement) et probablement passer le « flambeau de maire » à son premier adjoint Yalcin Ayvali, « l’homme lige d’Erdogan » (qui s’était présenté dans la circonscription de Vénissieux aux dernières élections législatives sous la bannière du Parti égalité justice (PEJ)…), considéré par tous les observateurs comme un islamo-conservateur et communautariste.

Plusieurs islamistes pro-Erdogan en « position d’adjoints au maire » si la liste gagne

Le député LREM vient de nouer une alliance avec le « diable turc » dans le seul but de ravir la mairie à la communiste sortante Michèle Picard, qui a recueilli 28 % des voix au premier tour. Son faible score pourrait la pénaliser au 2e tour, car elle est sans réserve de voix.

Sur les réseaux sociaux, Yalcin Ayvali, le nouvel allié et colistier du candidat LREM, affiche ouvertement son soutien au Président turc, sur Twitter. Pour mieux « berner » les électeurs de Vénissieux, il s’est néanmoins présenté sans étiquette aux élections municipales, abandonnant donc, pour ce scrutin au moins, les couleurs du PEJ. Et il a finalement recueilli 5 % des voix au premier tour, ce qui ne lui permettait pas de se maintenir au 2e tour.

Mais le député LREM Yves Blein (21 % des suffrages) lui a offert la mairie sur un plateau pour essayer de battre la maire sortante communiste Michèle Picard, qui affiche un bon bilan de mandat et qui est arrivée en tête, le 15 mars, avec plus de 28 % des voix.

L’agitateur turc radical Yalcin Ayvali est la partie visible de l’iceberg des réseaux français d’Erdogan

L’opération du député LREM du Rhône est très simple : faire tomber la maire communiste et laïque Michèle Picard, « bête noire » de Collomb lors des réunions intercommunales du Grand Lyon, en utilisant un islamiste intégriste, qui appartient à la communauté turque, et qui a une forte influence dans sa communauté.

Du premier au second tour des élections municipales, des alliances ont fleuri un peu partout sur le territoire national, certaines plus surprenantes que d’autres. Celle de la LREM à Vénissieux dépasse les pires scénarios. Car cette alliance contre-nature et contre la laïcité propose aux électeurs de Vénissieux de passer du « marteau et de la faucille » au « croissant islamique turc ».

Selon les informations transmises par LREM, le parti présidentiel dénombre, avant le second tour, 76 alliances avec la droite, 33 avec la gauche, 1 avec les islamistes. Notons que ces chiffres concernent les candidats « investis ou soutenus par LREM ».

Un observateur local lâche : « Vénissieux n’a pas vocation à devenir un laboratoire de l’islamisme turc en France. Il faut se prémunir de l’activisme islamo-nationaliste turc en France ». Un avis largement partagé par les familles arméniennes du secteur de Lyon, qui n’ont pas oublié l’extermination de leur communauté par les Turcs voici un siècle !

Francis GRUZELLE

Carte de presse 55411