1

Tant que ce ne sera pas le juge qu’on décapite, le député qu’on égorge…

« Tant que ce ne sera pas le juge qu’on décapite, la ministre qu’on viole, le député qu’on égorge… »

Tant que ceux qui nous trahissent impunément et nous abandonnent aux barbares depuis des décennies ne subissent pas eux-mêmes le châtiment divin de « la miséricordieuse religion de paix et d’amour », rien ne nous sera épargné.

Après le prêtre, la blogueuse, les journalistes, la joggeuse, les caricaturistes… Aujourd’hui c’est le professeur d’école qui a été décapité parce que nos institutions nationales, notre monde de la culture, nos assos « anti-racistes », notre intelligentzia parisienne, nos philosophes de plateaux télés, nos « Hanounas » et autres bouffons médiatiques… appellent abjectement mais communément : une énième « chance » pour la France.

Nos juges rapatrient et libèrent ces djihadistes.

Nos gouvernements n’osent plus dire : « Séparatisme islamique »

Nos églises brûlent…

Nos flics crament…

Nos filles sont violées et calcinées dans des caves.

Notre France s’éteint sous nos yeux.

Nos anciens nous ont légué la FRANCE ÉTERNELLE en héritage, afin que nous puissions à notre tour, fièrement, transmettre cet inestimable trésor à nos propres enfants.

Devant notre lâcheté et notre renoncement, ils ne recevront que des ruines, du sang et des larmes.

Notre pays se meurt sous nos yeux ébahis et défaits, abîmés par la laideur qui nous ceinture, tétanisés par la violence qui nous enclave.

Notre nation est méconnaissable.

Défigurée, souillée, déshonorée.

Si un homme qui ne défend pas sa femme n’est pas digne,

Si une femme qui ne protège pas son enfant est indigne,

Alors qu’est-ce qu’un Français qui a renoncé à la France ?

L’ennemi avance non masqué, non dissimulé.

Il ne s’embarrasse jamais des précautions sémantiques élaborées par nos cloportes intellectuels gavés de subventions.

Biberonnés à l’utopie gauchiste la plus dogmatique.

L’ennemi n’est ni fou ni déséquilibré, il est cohérent.

L’ennemi meurt pour sa cause, son djihad, son prophète.

L’islamisation de la FRANCE n’est pas une question de politique, c’est une question d’HISTOIRE.

Et nous,

Sommes-nous encore capables de nous lever pour notre destin ?

Sommes-nous encore vivants pour défendre notre terre ?

Sommes-nous encore ce que nous croyons être ?

Sommes-nous encore des hommes ?

Loin, depuis la guerre qui s’abat sur l’Arménie,

il y a mon cœur qui bat pour la FRANCE éternelle.

Documentaire Djihad judiciaire :

https://www.youtube.com/watch?v=k1dfwzajARU

Gérard Boyadjian