Tariq Ramadan devrait être déchu de la nationalité suisse

Publié le 1 janvier 2016 - par - 11 commentaires - 5 392 vues
Share

Pierre Cassen a voulu finir l’année en menant un nouvel entretien, cette fois avec notre ami Uli Windisch, fondateur du site suisse « Les Observateurs », qui nous explique, entre autres, les raisons du succès stupéfiant de son site, lancé en 2012. Il évoque également le prédicateur « suisse » Tariq Ramadan…

TariqRamadanRiposte Laïque : Tu es le fondateur du site de réinformation suisse « Les Observateurs ». D’autre part, Wikipedia te présente comme un sociologue et un essayiste. Peux-tu en dire davantage à nos lecteurs ?

Uli Windisch : Ma formation de base est sociologique avec une thèse sur la politique villageoise valaisanne qui ressemble beaucoup par l’importance des clans familiaux à la politique corse, les morts en moins ! Par observation participante. Premier contact avec les médias : la TSR a fait un film avec moi en 1976 à partir de mon travail (3 mois avec eux sur le terrain). Impact incroyable et version commerciale de ma thèse, rééditée plusieurs fois. Beaucoup de travaux de recherche ensuite sur le système politico-culturel suisse (la démocratie directe et le pluralisme culturel suisse ; pourquoi avec toutes ces différences culturelles, linguistiques, religieuses, régionales, etc., on ne s’entretue pas en Suisse ? Le symbole de la liberté – je possède un vrai petit musée de tout ce que l’on a fait avec Guillaume Tell, collection que je prête volontiers pour des expositions également à l’étranger). Quinze livres publiés jusqu’à ce jour, avec Le Modèle suisse, en Poche Suisse, éd. l’Age d’homme, 2007. (Liste des livres en annexe).

Très tôt, dès les années 1970, j’ai travaillé et publié sur l’immigration, la xénophobie, le racisme, l’interculturel et montré que les dits xénophobes étaient en réalité et en premier lieu profondément patriotes et très minoritairement réellement xénophobes (plusieurs livres sur le sujet, voire la liste en annexe)

Enseignant à l’Université de Genève pendant plus de 40 ans, création d’un Master en Communication, médias et journalisme. Contacts intenses et multiples interventions dans les médias, jusqu’à la création du site de Réinformation Lesobservateurs.ch en février 2012. Dès ce moment-là, boycott inavoué, des médias à cause de notre attitude critique envers eux. Actuellement notre succès étant énorme, contrairement à la prévision très pessimiste des médias, ils ne savent plus quelle attitude adopter à notre égard, car ni le silence, ni la critique, ni le dénigrement ne sont efficaces. Au contraire.

En revanche, bien des acteurs médiatiques et politiques furieux de notre succès et de notre attitude critique souhaitent maintenant légiférer sur les sites ! Sans doute la plus grave des atteintes à la liberté d’expression et à la démocratie suisse.

Ma carrière à l’Université a toujours été difficile parce que je ne suis pas de gauche, avec plusieurs tentatives de la part des socialistes d’obtenir des sanctions, voire mon exclusion de l’Université, alors que je n’ai jamais tenu de propos extrémistes et n’ai jamais eu de reproches sur la qualité de mes enseignements. De même, mes 16 livres ne sont en rien orientés idéologiquement, contrairement à la plupart des travaux des sciences dites humaines et sociales. Un livre explique cette longue lutte contre le gauchisme universitaire intolérant : L’Affaire UW, Ed l’Age d’Homme, 2010, Lausanne-Paris.

Riposte Laïque : La réalité médiatique de la Suisse est-elle semblable à celle de la France, avec une omniprésence du politiquement correct et la diabolisation de quiconque n’est pas dans la bien-pensance ?

Uli Windisch : Je pense que c’est pire en Suisse, surtout en Suisse romande car en Suisse alémanique il y a des quotidiens et des hebdomadaires de droite, en fait de tendance libérale et très ouverte. Les journalistes n’ont pas l’habitude d’être critiqués et le supportent très mal. Ils vont devoir s’y faire, cela d’autant plus que le public supporte lui aussi de plus en plus mal le gauchisme des médias. On peut aussi souligner que jusqu’à il y a peu la formation des journalistes, déjà scandaleusement rudimentaire, était entre les mains d’une direction très à gauche. Je voulais pallier cette situation en créant un master spécifique en Journalisme à l’Université de Genève, mais cette direction gauchiste a réussi à l’empêcher en faisant des pressions incroyables sur la direction de l’Université et mon projet a été refusé à une voix par le Conseil de l’Université ! Alors même que j’avais obtenu après de très nombreuses démarches plus d’un million de francs de la part d’une Fondation extérieure à l’Université pour mettre sur pied cette formation.

Quant à la diabolisation, elle est bien sûr aussi présente. La tentative habituelle de situer tout ce qui n’est pas de gauche à droite, très à droite, voire pire, est courante. Mais la retenue est déjà un peu plus grande, car j’ai averti et décidé de présenter de manière très négative et insultante tout journaliste qui se livrerait à ce jeu. Ma riposte sera systématiquement cinglante et publique et maintenant nos lecteurs en rajoutent en des termes encore plus négatifs. Une véritable révolte publique anti-médias prend une ampleur inattendue. Mais salutaire, j’espère. Le parti pris idéologique de nombre de journalistes cache aussi une inculture crasse doublée d’une prétention et d’une arrogance insupportables.

Nuance, nuance toujours : il y a des journalistes qui font un travail remarquable, mais ils sont hélas trop rares.

Les journalistes radio deviennent souvent de simples répétiteurs récitant les nouvelles des agences de presse chaque demi-heure ou alors excitent de pseudo débats entre deux personnes parmi les plus opposées, enclenchant souvent une mécanique pauvre et prévisible.

Des mises en cause profondes du service public médiatique vont avoir lieu pendant de nombreux mois à la suite d’une redéfinition politique prévue de ce service public et d’une initiative populaire proposant l’abolition de la taxe obligatoire pour les médias. Nous interviendrons de manière appuyée pour montrer le manque de pluralisme médiatique et la soumission de bien des chercheurs à ces organismes qui les subventionnent massivement. Ces divers acteurs liés aux médias veulent faire croire que sans le service public le pays et l’identité nationale seraient menacés. Une plaisanterie, cela d’autant plus que le pays existe depuis 700 ans ! Ce sont surtout leurs propres intérêts qui pourraient être menacés, raison pour laquelle ils vont orchestrer une immense campagne de propagande et de désinformation. Hélas, les politiques, sauf ceux de l’UDC, soutiennent massivement et inconditionnellement ce service public craignant sans doute d’être boycottés en cas de critiques trop marquées et dures.

Riposte Laïque : Parle-nous des Observateurs. Ce site existe depuis 2012. Pourquoi l’avoir créé et quel était l’objectif principal ?

Uli Windisch : Comme dit, la principale raison apparaît déjà clairement d’après les propos ci-dessus : la bien-pensance généralisée des médias, le manque de pluralisme, la situation monopolistique incroyable du service public médiatique dans un pays dit démocratique et pluraliste, la présence massive des invités du même bord, le traitement inacceptable des personnes qui sont par exemple plutôt à droite.

L’arrogance de certains journalistes est également inacceptable : ils pensent pouvoir ne tenir aucun compte des critiques et poursuivent comme si de rien n’était.

Donc, faire contrepoids à toutes ces tendances. Et notre immense succès montre que nous visons juste (entre 20.000 et 50.000 visiteurs uniques par jour avec parfois des pointes d’audience encore plus spectaculaires, ce qui est énorme pour un site de Suisse romande, seulement 1,5 millions de personnes francophones, avec, il est vrai, un large dépassement notamment sur les autres pays francophones).

Riposte Laïque : Avez-vous un fonctionnement semblable à celui de Riposte Laïque, qui édite une lettre quotidienne, avec une rédaction conséquente, mais aussi des contributeurs ponctuels ?

Uli Windisch : Pas de lettre quotidienne, mais des articles en continu et même au milieu de la nuit afin d’annoncer en premier certaines informations reprises avec beaucoup de retard par les médias officiels, qui, bien sûr, ne nous citent jamais.

Notre équipe de rédaction de base est très réduite : 3-4 analystes-rédacteurs bénévoles pour la plupart, aucun journaliste, délibérément ! Et un ensemble de contributeurs occasionnels, plusieurs dizaines d’intervenants à des fréquences très variables. Parmi eux nombre de personnalités reconnues tant intellectuellement que politiquement. Beaucoup d’auteurs qui ne sont pas publiés par les médias officiels demandent à être publiés chez nous. Ce sont souvent des personnes très compétentes et désireuses d’écrire depuis longtemps mais refusées ailleurs car… pas assez de gauche peut-être ! Les médias tentent d’ailleurs volontiers d’attirer des auteurs de chez nous en leur proposant de les payer, ce que nous ne pouvons pas faire.

Autre avantage très apprécié par nos contributeurs : les articles reçus et acceptés sont publiés très rapidement, parfois dans l’heure, alors que dans les médias traditionnels les auteurs attendent souvent plus d’une semaine, le temps que se présente une « accroche » avec l’actualité.

Riposte Laïque : Si on regarde les référencements, « LesObservateurs.ch » a fait un bond important cette dernière année, étant à présent classé dans les 3500 premiers sites sur Alexa. C’est remarquable pour un pays dix fois moins peuplé que la France. Comment expliques-tu cela ?

Uli Windisch : Une des raisons : ma volonté de ne pas créer un blog personnel de plus mais de construire un véritable courant de pensée de droite, libéral, patriotique, conservateur, anti-politiquement correct au milieu de cet océan de bien-pensance. Sans doute aussi le fait qu’il n’y en a pas beaucoup de ce type et que l’on constate un fort désir dans ce sens. Le fait aussi de ne pas être monomaniaque, centré sur un seul thème ; de permettre à un public de droite de s’identifier, de participer et de développer un courant qui le représente enfin.

Le fait de traiter tout un ensemble de problèmes et des plus divers sous cet angle et en faisant en plus appel à des reprises d’autres médias de même orientation contribue à créer et à renforcer un tel courant.

Un quotidien mainstream offrira certes une fois ou l’autre un article d’une personne de droite mais dans ce cas ce sera essentiellement pour pouvoir dire que ces personnes-là ne sont pas exclues plus que par volonté réelle de pluralisme conséquent.

Rappel : en 4 ans, près de 25.000 articles publiés ou repris dont environ 2500 originaux ; sur 480.000 commentaires, spams, etc seulement 56.821 publiés (la modération est un immense travail).

Riposte LaÏque : Avez-vous de nouveaux projets pour votre site ?

Uli Windisch : Oui. Ils seront dévoilés en temps voulu. Désolé.

Riposte Laïque : Qu’as-tu pensé de la menace de ton compatriote Tariq Ramadan, à l’encontre de Riposte Laïque, via sa juriste, Madame Sambuc ? Oserait-il lancer une telle procédure en Suisse ?

http://ripostelaique.com/leffrayante-menace-de-tariq-ramadan-contre-riposte-laique.html

Uli Windisch : Je ne peux qu’être très bref. S’attaquer à la liberté d’expression quand on en abuse constamment est évidemment un comble mais on sait ce genre de personnage prêt à tout pour tenter d’imposer ses idées tout en collaborant activement avec des pays qui sont d’une intransigeance absolue en empêchant toute liberté d’expression chez eux, et en empêchant, même par la violence, la pratique religieuse aux autres religions ; une attitude scandaleuse, totalitaire, et contre laquelle nos pays chrétiens n’ont même pas le courage d’agir de manière ferme, énergique et RECIPROQUE. Ma demande impérieuse est bien la réciprocité systématique et dans tous les domaines. Aucune concession à l’islam sur aucun point si en retour les Chrétiens dans les pays musulmans n’ont pas les mêmes droits.

Sous couvert de religion, ce genre de personnage propage en réalité une idéologie politique proche des idéologies les plus totalitaires et, plus surprenant et scandaleux encore, avec des invitations constantes de nos médias bien-pensants à exposer ses « analyses ». Ce sinistre individu est passé maître en diffamation de ceux qui le critiquent. Pour ma part, je ne verrais pas d’obstacle à ce que ce genre de personnage soit déchu de la nationalité suisse s’il possède une double nationalité. Je ne vois rien de suisse en lui ; au contraire, en incitant constamment les jeunes musulmans à « être eux-mêmes », en fait il les encourage à ne pas s’intégrer à nos sociétés et à nos valeurs. Avec toutes les conséquences possibles.

Son discours, en fait son double, triple… discours, a été maintes fois décortiqué. Mais rien n’y fait, les médias semblent en raffoler, même lorsqu’il propose un moratoire au sujet de la lapidation.

Il faudrait aussi réussir à publier les rapports des experts compétents de sa thèse présentée à l’Université de Genève et sur la base de laquelle il a ensuite été nommé pour des enseignements universitaires. Jean Ziegler, par exemple, sans être du tout spécialiste, a fortement milité et fait pression pour qu’il obtienne sa thèse.

On peut aussi rappeler ici que le gouvernement britannique vient de classer les Frères Musulmans parmi les mouvements terroristes.

J’aimerais bien connaître le dossier des services de renseignement suisses sur ce personnage et son frère Hani, exclu lui de l’enseignement genevois, mais pas non plus des médias, alors que n’importe quel adepte d’une idéologie totalitaire serait immédiatement censuré.

Une grande déception encore : qu’Edgar Morin, un ami de très longue date, ait accepté tout récemment de faire un livre avec Tariq Ramadan.

Lui en faisant le reproche en précisant qu’il y avait là tout de même un adepte d’un système idéologique totalitaire, Edgar Morin me rétorque : tu crois, documente-moi !

J’espère que si je parviens à un âge aussi avancé que Edgar Morin, je n’accepterais pas n’importe quelle proposition afin qu’on continue à parler de moi.

Riposte Laïque : Quels sont vos rapports avec l’UDC ?

Uli Windisch : Mes rapports sont des plus clairs alors même que les médias cherchent constamment à nous présenter comme membres de l’UDC. Je n’ai jamais été membre d’aucun parti politique et ne le serai pas plus demain qu’hier (alors que plusieurs partis parmi les plus opposés m’ont proposé des postes politiques au cours de ma carrière).

Je partage néanmoins assez souvent les prises de position de l’UDC, mais pas en totalité ; j’apprécie le fait qu’il y ait un tel parti réellement patriotique, conservateur, inconditionnellement suisse, ce qui est son plus grand mérite, et c’est le seul parti qui produit toutes les semaines des analyses politiques remarquables et courageuses sur les problèmes les plus brûlants, que je n’hésite pas à reprendre si je les partage. J’en ferai de même avec celles des autres partis bourgeois si elles existaient, ce qui arrive aussi parfois.

Nous ne reprenons pas les socialistes et leur parti puisqu’ils sont déjà partout et en masse, et je considère ce parti comme étant souvent anti-suisse ; il a aussi voulu à plusieurs reprises mettre fin à ma liberté de pensée et d’expression à l’Université. Le plus grave étant que ce PS veut toujours dans son programme abolir l’armée, entrer dans l’UE et dépasser le capitalisme, tout en en profitant au maximum, etc. Les gens de gauche tentent régulièrement de noyauter notre site et s’insurgent de ne pas être publiés. Encore une fois pourquoi les reprendre puisqu’ils sont déjà partout.

Nous les soupçonnons aussi d’être parmi ceux qui se livrent régulièrerment à des attaques informatiques massives contre notre site, attaques qui coûtent très cher. Sans doute leur conception de la liberté d’expression.

Il y a cependant plusieurs de nos contributeurs remarquables qui sont membres de l’UDC, contrairement à moi, de même qu’il y en a d’autres de partis bourgeois.

Je tiens aussi à souligner mon admiration pour l’énorme travail politique qu’effectue par exemple Oskar Freysinger pour la Suisse. Il faudrait une dizaine de personnalités de ce type pour empêcher que la Suisse soit soldée par exemple à l’UE et devienne de plus en plus socialisante.

Riposte Laïque : Sentez-vous qu’en Suisse, le débat n’est pas encore judiciarisé, comme en France ? Ou bien l’inquiétude vous gagne-t-elle également ?

Uli Windisch : Oui, nous allons de plus en plus dans ce sens catastrophique. Le pire, comme dit, c’est cette volonté nouvelle par exemple de vouloir légiférer sur les sites de la Réinformation, et cela même de la part de certains partis bourgeois.

De même, on veut de plus en plus brider la démocratie directe au nom d’arguments juridiques et de soumission à des règles internationales. Sans doute le pire danger actuel pour le système politique suisse tant admiré et souhaité pourtant dans nombre d’autres pays. Un comble absolu.

Le thème politique actuel le plus fréquent chez nombre de politiques et de responsables de la haute administration suisse dans leurs interventions dans l’espace public et médiatique : dire que l’on trouve notre système politique formidable, exemplaire même, tout en cherchant de manière plus ou moins déguisée à limiter les pouvoirs du peuple et donc ceux de la démocratie directe.

La pianiste socialiste et présidente de la Confédération en 2015, S. Sommaruga, en est le meilleur exemple, le mauvais exemple par excellence.

Propos recueillis par Pierre Cassen

Ouvrages publiés par Uli Windisch, professeur honoraire de l’Université de Genève

Professeur en sociologie, communication et médias

  • Chermignon , la politique au village, Ed. L’Age d’Homme, Lausanne, 1976,

366 p. Réalisation d’un film avec   la Télévision Romande à partir de ce livre (« Cabales à Chermignon » Temps présent du 20 janvier 1977).

  1. Le Jura incompris, Ed. Delta, Collection sociologie en Suisse, Vevey,

1976, 194 p. (en collab).

  1. Xénophobie? Analyse sociologique du discours des partisans et des adversaires des mouvements xénophobes, Editions L’Age d’Homme, Lausanne, l982, 128 p. (en collab).
  2. Pensée sociale, langage en usage et logiques autres, Editions L’Age d’Homme, Lausanne, l982, l28 p.
  3. Le raisonnement et le parler quotidiens, Editions L’Age d’Homme, Lausanne, l985, 24O p. (en collab.) Trad.anglaise Speech and Reasoning in everyday Life, Cambridge Univ.Press,1990. 228 p.
  4. Le K.O. verbal, la communication conflictuelle, Editions L’Age d’Homme,

Lausanne, 1986, 152 p. Trad.allemande: Der Verbale K.O., Die Konfliktäre   Kommunikation am Beispiel von Leserbriefen, Seismo Verlag, Zürich,1993,

164 p.

  1. Guillaume Tell au quotidien, (traduction allemande: Tell im Alltag),

Ed. M, Zurich, 1988, 248 p. (en collab).

  1. Le prêt-à-penser, les formes de la communication et de l’argumentation quotidiennes, Editions L’Age d’Homme, Lausanne-Paris, 1990, 228 p. (en collab).
  2. Les relations quotidiennes entre Romands et Suisses allemands, les cantons bilingues de Fribourg et du Valais, Editions Payot, Lausanne, 1992, 2 vol.,

618 p. et 540 p. (en collab).

  1. La Suisse, clichés, délire, réalité, Ed. L’Age d’Homme, 1998, 214 p.
  2. Violence jeunes, médias et sciences sociales, Ed. L’Age d’Homme, 1999,

214 p. (en collab).

  1. Immigration, quelle intégration ? quels droits politiques ?

Ed. L’Age d’Homme, 2000, 88 p.

13       Suisse-immigrés. Quarante ans de débats 1960-2001 

Ed. l’Age d’Homme, Lausanne/Paris, 2002, 281p.

  1. 14.     Dans les médias et la Cité, l’Age d’Homme , 230 p. 2006.
  2. Le modèle suisse, La démocratie directe et le savoir-faire intercommunautaire

 

 

 

 

 

 

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
Le non silencieux

N’importe quoi au sujet de Ramadan.
Dire qu’il tient un double discours parce qu’il dit aux jeunes » soyez vous mêmes « .

Pascal31

Rame, Adam, si tu nous lis, casse toi et très loin.

kbis

Il vient a Beziers le 20 janvier , je suis au bout du rouleau ,au secours ….

Lia

@kbis

C’est annoncé dans la presse locale ?
Quelle est votre source ?

Je vous pose la question, car
je n’ai plus la télé, et ne lis
plus les canards de la presse officielle.

Je sais que son frère est venu à Stains.
Une semaine après,
l’affaire du salon de la femme
musulmane à Pontoise.

Dernièrement, T.R. a déclaré
qu’il n’était ni Charlie, ni Paris,
mais perquisitionnable.

Je trouve cette attitude odieuse.
Un manque de décence total.

kbis

Info du midi libre ,il vient sur invitation d’une des 5 mosquée officielle de Beziers,a ZingaZanga

Lia

@Kbis Merci de m’avoir répondu. Reste à savoir ce que vaut cette mosquée. Est-elle pro UOIF ou pro CFCM ? Quel imam a invité T.R ? Vous pariez combien, que le sirupeux Mehdi Roland va se pointer… Le frère de T.R. est allé pérorer à Stains. Une semaine après, l’affaire du salon de la femme musulmane à Pontoise. Vous vous rappelez, lorsqu’une femen est montée sur l’estrade… Concernant le frère de T.R à Stains, j’ai écrit aux services du Préfet Galli : pas de réponse. Réponse de la sous- prefecture : ce n’est pas de notre ressort, nous transmettons. Au… lire la suite

Lia

@Kbis Suite de mon post (11h24) D’après Marianne, mais encore au conditionnel : l’émir du Qatar aurait payé la rançon des infirmières bulgares (2007). Une partie de la somme aurait servi au divorce de Sarkozy (3 millions). Or donc, T.R. a obtenu une chaire à Oxford, grâce au Qatar… L’argent du Qatar a coulé à flots sur les banlieues. Je ne m’étonne plus que son frère et lui aient leur entrée en France… Eux et d’autres. Avec toutes les ventes d’armes à des pétromonarchies, qui n’en ont pas vraiment besoin… Qui dit ventes d’armes, dit rétro-commissions pour les politicards… L’emploi… lire la suite

Patrick Lévy

…, Uli Windisch a écrit: aucune concession à l’islam sur aucun point, si, en retour, les Chrétiens, dans les pays musulmans, n’ont pas les mêmes droits. Patrick Lévy.

André

Son père l’un des créateurs des frères musulmans, fut condamné à mort. Sans le secours des chrétiens et des juifs suisses, la peine capitale aurait été exécutée et le Tariq n’aurait pas empoisonné l’humanité. Le Ramadan Tariq a l’art de la manipulation. Revoir ma vidéo:

pauledesbaux

7Thdf et mon commentaire il est passé ou ? à la trappe aussi ….

pauledesbaux

Uhtvbil y a longtemps que celà aurait être fait mais il faut choisir lHONNEUR OU LE FRIC ce n’est pas compatible ALORS QU EST CE QU ON FAIT ?