Taubira accuse encore la France, cela suffit !

Publié le 13 mai 2013 - par - 4 001 vues
Traduire la page en :

Se démarquant du CRAN, qui réclame des compensations financières en réparation de l’esclavage, madame Taubira prône une politique foncière en  faveur des descendants d’esclaves outre mer. Une fois de plus, notre pays se retrouve sur le banc des accusés, comme s’il avait le monopole du mal. Une fois de plus, madame Taubira veut imposer à la France un éternel repentir pour des crimes que nul ne conteste, mais qui remontent à deux siècles. Mais quand il s’agit d’évoquer la traite arabo-islamique ou la traite inter africaine, son discours est tout autre. Ainsi déclarait-elle en 2012, “Il ne faut pas évoquer la traite négrière arabo-musulmane pour que les jeunes Arabes ne portent pas sur leur dos tout le poids des méfaits des Arabes”. Les jeunes Français, quant à eux, devront expier les crimes de leurs ancêtres jusqu’à la fin des temps. Curieuse conception de l’impartialité que nous sommes en droit d’attendre d’une ministre de la justice ! Et ce n’est pas en attisant la haine que nous réussirons l’intégration et préserverons la cohésion nationale.

La JUSTICE SELON TAUBIRAMais puisque madame Taubira veut réparation, je lui propose beaucoup mieux que de distribuer des terres aux descendants d’esclaves. Je lui propose la liberté totale pour tous nos départements et collectivités d’outre-mer, à savoir l’indépendance pour tous ceux qui se posent en éternelles victimes de la république. Un divorce, donc, mais sans pension alimentaire. Nous verrons alors si madame Taubira, indépendantiste notoire, a le soutien de ceux qu’elle prétend défendre. Car rappelons que ces possessions outre mer sont subventionnées à plus de 80% par la métropole et nous coûtent 12 milliards par an. Et si des milliers de Haïtiens, indépendants depuis 1804, fuient la misère pour venir en Guadeloupe, ou que les Surinamiens affluent en Guyane, c’est que notre république esclavagiste n’a pas que des mauvais côtés. La vérité est qu’aujourd’hui des millions de déshérités à travers le monde, choisiraient volontiers le statut de descendant d’esclaves pour avoir droit au niveau de vie des Français d’outre mer. Alors pourquoi exploiter les souffrances du passé, distiller la haine et diviser la société ? En 2001 la France a reconnu l’esclavage comme étant un crime contre l’humanité, en 2006 elle a fait du 10 mai la journée commémorative de l’esclavage, reconnaissant ainsi sa responsabilité dans cette tragédie. Mais le passé est le passé et tous les sanglots de la terre ne referont pas l’histoire.

Jacques Guillemain

Print Friendly, PDF & Email

Riposte Laïque vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 7 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires injurieux ou diffamants envers les auteurs d'articles ou les autres commentateurs.
  • La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de langage ordurier ou scatologique, y compris dans les pseudos
  • Pas de commentaires en majuscules uniquement.
  • Il est rappelé que le contenu d'un commentaire peut engager la responsabilité civile ou pénale de son auteur

Les commentaires sont fermés.

Lire Aussi