1

Taubira : un sexisme décomplexé, au service du racisme anti-blanc

Madame Christiane Taubira est devenue une antiquité politique. Elle avait été aussi, une dérive indépendantiste guyanaise. Madame Taubira est, à elle seule, une barque échouée sur une plage de Guyane, une de ces femmes qui continuent de gémir alors même qu’elle aura tant fait souffrir.

La victoire d’une haine anti France assumée

Je n’ai aucune sympathie pour cette femme, et ce n’est pas du fait qu’elle soit une femme noire, car je sais que celles-ci savent être douces, amoureuses, et sublimes en amour comme en amitié. Pour avoir eu la chance d’en rencontrer dans ma vie d’homme, y compris africaine, je sais qu’elles sont capables d’élan, de générosité, de dons d’elles-mêmes, mais aussi de violence et de rancune si l’objet de leur attention est incapable ou refuse de céder ! En tant que blanc, je n’ai jamais eu à m’en plaindre.

Je n’ai aucune sympathie pour des femmes, blanches ou noires, qui utilisent leur féminité, leur sexe à des fins de destructions massives des hommes qui les entourent pour leur plaisir ou leurs intérêts.

Sur le fond, ces femmes se détestent elles-mêmes, et rivalisent avec les hommes en utilisant toutes les techniques pour se faire. « L’expérience de la minorité aiguise les défenses mais développe aussi la solidarité parce que la survie, quand on est en minorité, dépend de la capacité à faire corps ensemble. Il faut bien saisir la société pour bien la servir. Dans ce contexte, l’expérience de la minorité est enrichissante, elle élève. »

Bien sûr que la minorité élève. Saisir la société pour bien la servir ! Quelle audace tout de même ! Comment faire autrement pour la saisir, lorsque l’on a du caractère, à moins de s’étaler, se coucher, ou s’aplatir. Pas besoin d’être femme pour ressentir l’humiliation, le ressentiment, la volonté de grandir et de se démarquer ! « Pour bien la servir ? Elle le sait si bien elle, qui a su utiliser toutes les opportunités sociales et politiques pour obtenir tout ce qu’elle voulait. Elle avait du charme autrefois, bien du talent, du bagout et de la culture. Aucun homme dans son entourage indépendantiste, puis chez les radicaux de gauche, n’aurait pu la surpasser. Par politesse, par conviction, par charme personnel, elle a fait tout ce qu’elle a voulu, sauf servir la France ! Elle l’aura détruite dans ses fondamentaux culturels !

Alors, c’est avec un ton pleurnichard sur sa misère passée, due aux hommes bien sûr, à ces méchants qui lui auraient fait payer sa féminité, son rôle de femme. Je pense que ce n’est que du vent. « Dans ma vie, j’ai plus souvent été victime de racisme que de sexisme, même si la masculinité sournoise des institutions et des comportements m’a été perceptible en de nombreuses circonstances. 

Combien de Guyanaises, de Martiniquaises, de Guadeloupéennes, Réunionnaises ont pu réussir son parcours pourtant louvoyant. Combien de mensonges, d’impostures et de postures pour obtenir les premiers postes ? Sur combien de femmes et d’hommes a-t-elle marché pour avancer ? C’est au marteau pilon qu’elle a fonctionné, à commencer par son combat pour l’indépendance qui s’est fini par un poste de ministre de la Justice. Plus tordue en politique que Madame Taubira, il n’y en pas beaucoup.

Ces mensonges qui se traduisent par sa loi de la honte déclarant crime contre l’humanité, l’esclavage déterminé par la géographie et le temporel. Celui commis par les négriers blancs qui pourtant achetaient leurs prisonniers aux tribus noires qui les avaient capturées. Rien sur les esclavagistes arabes, celui des noirs eux-mêmes, etc.

Un crime contre l’humanité taillé sur mesure pour les cons de blancs de la métropole, salués par les débiles gauchistes énamourés de la dame noire ! Quelle farce, quelle rigolade. Elle en rit sûrement encore, cette descendante d’esclaves qui finalement, grâce à l’affreux destin de ces ancêtres, n’aura pas connu la vie tribale, les viols, l’excision, les mômes à 12 ans, bref, les malheurs des petites africaines ! Elle a pu étudier, et devenir cette femme politique pleine d’une haine incompréhensible, et de revanche, si ce n’est de racisme anti-blanc. Comme quoi, l’on peut être instruit, cultivé, diplômé et limité en même temps ! Comme le dirait Emmanuel Macron.

Captifs africains en Libye vendus comme esclaves par les arabo-musulmans

C’est Madame Taubira qui a dit : « il ne faut pas trop évoquer la traite négrière arabo-musulmane pour que les « jeunes Arabes ne portent pas sur leur dos tout le poids de l’héritage des méfaits des Arabes »

Alors que les blancs, les Français de souche ont l’échine solide ! D’ailleurs, il faut tout faire pour que cette échine se courbe ! C’est à quoi Madame Taubira s’est employée à tout faire pour qu’enfin, ces salauds de blancs plient l’échine, et qu’importe si parmi ces blancs, plus de la moitié sont des femmes. Alors non, Madame Taubira, je ne crois pas une seconde à votre discours féministe. Votre action n’est rien d’autre qu’une volonté d’abaisser un peuple de blancs, le même qui vous aura tout donné sur votre terre guyanaise.

Vous avez aimé cet article de Riposte-Laïque, Alors cliquez et partagez avec vos amis.

Gérard Brazon (Libre Expression)