Teddy Riner fait mettre à pied une serveuse après l’avoir faussement accusée de racisme

Monsieur Riner,

J’apprends avec consternation votre attitude méprisante aux relents paranoïdes qui a eu pour conséquence la mise à pied d’une jeune serveuse.

Le Buddha Bar, ce haut lieu de la boboïtude parisienne dans lequel il est de bon ton de poser sa frime, son célèbre séant et les clés de son 4×4, accueille tout le monde sans distinction de couleur (personne ne vous en a refusé l’entrée n’est-ce pas ?). On pourrait d’ailleurs s’étonner longuement de la présence du gros Bouddha doré supposé attendre de vous que vous laissiez votre ego à la porte…

Manifestement, le vôtre semble avoir pris quelque emprise sur l’état naturel de votre esprit pour avoir osé malmener une jeune serveuse qui n’a fait que son boulot, et poliment en plus, en suivant les directives de son employeur, à savoir demander la carte bancaire des clients quittant leur table, afin qu’ils ne laissent pas une inélégante ardoise à la serveuse qui doit sinon s’en acquitter.

Vous avez beau être célèbre, cela ne vous place pas au-dessus des règlements ni des individus. Et encore faudrait-il se souvenir de votre visage, a fortiori sous des lumières tamisées…

Du haut de votre renommée, de votre argent, de vos 2 m passés et de votre virilité, rien ne vous autorise à vous considérer comme supérieur à une serveuse, même d’1m60. De même, la tonalité de votre pigmentation ne vous dispense pas de faire comme les citoyens ayant une tonalité différente de la vôtre. Par conséquent, si une serveuse vous réclame votre carte pour éviter que les clients partent sans payer, vous êtes comme tout le monde tenu de la lui donner sans lui répliquer « appelle-moi le patron, ta gueule, va te faire foutre ! ».

Le plus curieux dans cette histoire c’est que vous évoquiez le racisme, comme si vous-même aviez été interpelé par la couleur de peau de cette serveuse, car si celle-ci avait été noire, quelle aurait été votre déduction à sa demande ? Il semble donc bien que ce soit vous qui ayez un problème de racisme, non ?

Un client présent ce soir-là dément vos accusations dénonçant votre attitude pour le moins indigne sur le compte Twitter du patron du Bouddha Bar : « je suis de Strasbourg et était dans votre établissement vendredi soir. Ce champion olympique est un mytho ».

Si vous voulez retrouver un peu de crédibilité et de la sympathie que vous venez brutalement de perdre, il ne vous reste plus qu’à reconnaître l’affabulation et de contacter le siège social du Buddha Bar (01.55.35.36.80) en exigeant que le responsable réintègre immédiatement cette jeune femme, à qui vous ne manquerez pas de faire expédier un bouquet de fleurs en guise d’excuse, c’est le moins que vous puissiez faire pour elle. Comportez-vous en type bien et cessez d’utiliser des accusations largement éculées dont plus personne n’est dupe.

Et soyez assez aimable de poster la photo du bouquet sur votre compte Twitter, vos fans déçus vous en seront reconnaissants. 

Caroline Alamachère

image_pdfimage_print