Terreur islamiste : l’Institut Montaigne rend un rapport bien modéré

Publié le 13 septembre 2016 - par - 3 commentaires - 785 vues
Share

refonderlasecuritenationaleQuand une soixantaine d’auditions de militaires, de chefs d’entreprise, d’universitaires, de hauts fonctionnaires et de juristes converge vers le terrorisme, ça donne un rapport de 200 pages et 12 recommandations pour L’Institut Montaigne. Focus sur les certitudes et les errements du think thank qui se veut indépendant, en posant son état de lieux, des cartes et des chiffres révélateurs.

L’étendue des dégâts  

L’Institut Montaigne diffuse actuellement un rapport de 200 pages intitulé « Refonder la Sécurité nationale », pour appeler les pouvoirs publics à repenser la sécurité nationale et européenne.

« … La France se situe aujourd’hui au troisième rang mondial des nations les plus frappées par le terrorisme islamique en dehors des zones de guerre ouvertes… la France et l’Europe se sont révélées très insuffisamment préparées alors que les signaux d’alertes se multipliaient. L’absence de contrôle des frontières intérieures et extérieures comme les lacunes béantes de la coopération en matière de renseignement, de police et de justice ont une responsabilité certaine dans les attentats de Paris et Bruxelles… La guerre est devenue hybride, à la fois civile et inter étatique, intérieure et extérieure, bouleversant en profondeur les démocraties, leurs valeurs et institutions… » 

A l’appui de ces affirmations une très intéressante cartographie mondiale des attentats et des zones de conflits.

L’ennemi connaît bien les populations ciblées et les points faibles de nos sociétés, et pour cause, il en est très souvent issu

« … La France, en raison de son histoire, de ses valeurs et de ses engagements constitue une cible privilégiée pour l’État islamique. Elle est le théâtre d’opérations majeures et le premier vivier de recrutement de djihadistes sur le continent européen. Avec quelques 1 700 djihadistes dans les rangs de l’Etat islamique, la France est le plus gros pourvoyeur européen de combattants en Syrie et en Irak devant la Belgique (470), le Royaume-Uni et l’Allemagne (environ 760 chacun). L’idéologie djihadiste s’enracine ainsi au cœur des sociétés développées, s’adapte aux contextes locaux et cherche à enclencher une logique de guerre civile au sein des démocraties… »

« L’ennemi qui frappe aujourd’hui l’Europe connaît bien les populations ciblées et les points faibles de nos sociétés ou de nos modes d’organisation, et pour cause il en est très souvent issu. L’ennemi n’est pas seulement à l’intérieur, il est intérieur… » (Ndlr JC : on y vient, petit à petit…)

« Tout citoyen souhaitant vivre en paix et en démocratie, selon la devise « liberté, égalité, fraternité », est aujourd’hui désigné comme un ennemi à abattre. » C’est dit.

Les 12 propositions

Si pour la plupart, elles ne sont qu’une énième déclinaison du verbiage dont aiment à se gargariser les multiples officines, officielles ou pas, qui glosent Défense et Sécurité, elles ont le mérite de faire suite au constat exposé en tête de cet article. Et il faudra donc bien, un jour proche, dans l’urgence vraisemblablement, aller bien au delà de ces 12 mesurettes (qui font déjà l’objet de querelles de plate-bandes) et s’attaquer véritablement à l’avancée islamique en France. Sous toutes ses formes.

Commençons par commenter quelques chiffres annoncés : en France, les effectifs de sécurité avoisinent le million de personnes, dont 350 000 dans la sécurité privée. Sécurité privée dont on ferait bien de se préoccuper de la qualité, des critères de recrutement et des directives concrètes donnée et appliquées, en matière de lutte anti-terrorisme islamique.

La Police nationale alignerait quelques 145 000 fonctionnaires, mais sans précision d’affectations réelles sur le terrain.

Les polices municipales regrouperaient 27 000 agents, dont on ne connaît nullement le taux d’armement individuel et les prérogatives exactes. La France disposerait de 16 000 douaniers et 97 000 personnels pour la Gendarmerie nationale. Avec les même imprécisions d’affectations. Le chiffes des armées :  110 000. Faible chiffre initial encore affaibli par les besoins de l’opération Sentinelle inadaptée et la projection insensée des soldats sur de trop nombreux théâtres d’opérations extérieures.

« … Mais qu’il s’agisse des phases de prévention des crises, des phases de gestion des crises ou des phases de stabilisation (post-crises), nos institutions échouent à fédérer et coordonner des actions relevant de la sécurité intérieure et de la sécurité extérieure, comme l’exige pourtant aujourd’hui la lutte contre le terrorisme islamique… »  Plus précisions et de ventilations figurent dans les infographies du rapport.

Un Conseil de sécurité nationale

Cette instance de préparation des décisions du président de la République réunira des décideurs publics et pourra accueillir des experts extérieurs. Elle aura pour mission de faire émerger une pensée stratégique et d’assurer la coordination de la sécurité intérieure et extérieure.

Une doctrine de sécurité nationale

Elle donnera une cohérence nouvelle entre défense et sécurité intérieure et permettra de définir une doctrine d’intervention (jusqu’aux modalités de sortie de crise et des effets attendus).

Un Centre permanent des opérations de sécurité intérieure

Le CPOSI aura pour mission de traiter l’ensemble des crises recensées sur le territoire. À cet effet, sa composition, variable, pourra si nécessaire intégrer des experts extérieurs à l’administration.

Il sera activé de façon permanente afin de gérer l’urgence mais aussi le long terme – la stratégie, dans le cadre défini par le CSN. Il permettra une réelle prise en compte des retours d’expérience, développera les fonctions d’anticipation et de prévention des crises, analysera les mesures post-crises et fera des propositions pour renforcer la résilience de la nation.

Réorganiser le renseignement

Regrouper au sein d’un même service de renseignement intérieur :

  • Direction générale de la Sécurité intérieure (DGSI) et les Services du renseignement territorial (SRT) fusionnés en une Direction centrale du renseignement intérieur et territorial (DCRIT) ;
  • Sous-direction de l’anticipation opérationnelle (SDAO) de la Gendarmerie et bureau de Renseignement de l’Administration Pénitentiaire, désormais placés sous autorité du ministre de l’Intérieur.

Créer un lien fonctionnel entre le ministère de l’Intérieur et la Direction Nationale du Renseignement et des Enquêtes Douanières (DNRED, rattachée au ministère de l’Économie et des Finances).

Au niveau central, un coordonnateur dédié, placé au sein du CPOSI (cf. proposition n°3), assurera la liaison de l’ensemble des remontées territoriales et la coordination des services de renseignement intérieur.

Regrouper les GIGN, RAI, BRI dans une force d’intervention nationalement compétente

Cette Force sera placée sous l’autorité d’une Direction des Opérations, rattachée directement au CPOSI du ministère de l’Intérieur.

Un parquet national anti-terroriste et des relais territoriaux 

  • Réserve et maillage territorial : utiliser la réserve comme force d’appoint pour la sécurité.
  • Mobilisation des entreprises : sans créer de mécanisme contraignant, inciter les entreprises qui en ont les moyens à prendre leur part dans l’effort de la nation.
  • Renforcer la réserve
  • Valorisation du temps de service des réservistes : le temps et l’investissement consacrés aux périodes de réserve pourraient être compensés par des jours de retraite équivalents au temps de réserve effectué. Les périodes de réserves pourraient également être éligibles au temps de formation, à la valorisation de l’expérience et à son objectivation, via un passeport de compétences inspiré du modèle britannique.
  • Jeunesse, armée et réserve : créer un lien armée-jeunesse dès l’école primaire, et jusqu’aux universités et aux  grandes écoles.
  • Recentrer les missions du secrétariat défense et sécurité en cohérence des ressources
  • S’assurer de la cohérence des ressources avec l’évolution des menaces et de la société.
  • S’assurer de la cohérence entre l’ensemble des ressources concourant à la sécurité du territoire national : établir une doctrine d’emploi claire des différentes forces participant à la sécurité du territoire afin de garantir l’égalité des citoyens devant la sécurité.

Une loi d’orientation et de programmation

Elle validera un budget de la sécurité nationale à hauteur de 3 % du PIB à l’horizon de 2025, dont 2 % du PIB alloués à la défense (hors pension) et 1 % du PIB affecté à la sécurité intérieure. Elle inclura également des éléments de programmation pour la justice, qu’il s’agisse de l’organisation et du fonctionnement des tribunaux ou de l’indispensable programme de construction de nouvelles prisons et de création de centres de déradicalisation.

Une union européenne pour la sécurité

Avec pour missions prioritaires la lutte contre le terrorisme, la protection des infrastructures essentielles et le contrôle des frontières extérieures de l’Union, notamment par la mise en place d’un dispositif intégré de surveillance de la Méditerranée et d’une politique de développement coordonnée en direction des pays de l’Afrique et du Moyen-Orient. Acter cette nouvelle ambition et la stratégie de sécurité de l’Union dans un Livre Blanc sur la défense et la sécurité européennes.

Transformer Frontex en vraie police des frontières

Elle sera dotée d’outils juridiques adéquats, de moyens propres et d’effectifs permanents. Sa mission prioritaire sera le contrôle des frontières extérieures de l’Union.

Consolider l’industrie militaire européenne sous la forme d’un Buy Européen Act (sans plus de détails)

A noter qu’aucune allusion n’est faite quant à véracité, ou non, du Plan RONCES évoqué dans quelques nébuleuses, suite à la page 36 du livre de Eric Zemmour  Un quinquennat pour rien   http://www.europe-israel.org/2016/09/video-eric-zemmour-larmee-francaise-planifie-avec-tsahal-la-reconquete-des-quartiers-islamises/

Intégralité du rapport 2016, des cartes et des mesures sur : http://www.institutmontaigne.org/fr/publications/refonder-la-securite-nationale

Quand la Commission Défense nationale et forces armées et la tête de l’Etat sont noyautées par des islamo-collabos

Alors que le rapport de L’Institut Montaigne préconise de : « … prendre appui sur une nation soudée : la mobilisation des citoyens et des entreprises est aujourd’hui indispensable. Cette nouvelle sécurité nationale doit avoir les moyens de sa régénération… », il omet d’évoquer l’aggravante responsabilité des plus hautes sphères de la République : http://ripostelaique.com/scandale-a-commission-defense-nationale-oui-aux-mosquees.html  http://ripostelaique.com/islamo-collabos-de-commission-defense-nationale-doivent-demissionner.html  http://ripostelaique.com/conseil-detat-inconscience-irresponsable-collaboration-lennemi.html  http://ripostelaique.com/lorsque-letat-trahit-la-nation.html        http://ripostelaique.com/le-general-martinez-a-pointe-du-doigt-la-trahison-de-valls-et-des-siens-face-a-lislam.html

Les vraies mesures que le think tank Montaigne n’énumère pas : http://ripostelaique.com/il-faut-des-mesures-radicales-de-desislamisation-de-notre-pays.html  http://ripostelaique.com/expulser-etrangers-delinquants-mettre-fin-a-double-nationalite.html    http://ripostelaique.com/resister-cest-se-defendre-sopposer-force.html  http://ripostelaique.com/nommer-lennemi-fixer-but-de-guerre.html  http://ripostelaique.com/militaire-politique-deux-visions-differentes-de-linteret-de-nation.html http://ripostelaique.com/lasaf-preconise-de-mettre-detat-de-nuire-totalitarisme-islamiste-france.html  http://ripostelaique.com/larmee-debusquer-racaille-a-domicile.html  http://ripostelaique.com/liberation-naime-patriotes-armes-prefere-assassines.html   http://ripostelaique.com/parti-de-france-veut-garde-nationale-de-100-000-volontaires.html  http://ripostelaique.com/salon-eurosatory-larmement-lourd-preservera-t-francais-face-aux-islamistes.html http://ripostelaique.com/larmement-civils-reponse-valable-terrorisme-islamiste.html  http://ripostelaique.com/volontaires-pour-la-france-ce-nest-quun-debut.html

A noter qu’aucune allusion n’est faite quant à la véracité, ou non, du Plan RONCES évoqué dans quelques nébuleuses alcôves-salons, en référence à la page 36 du livre de Eric Zemmour Un quiquennat pour rien   http://www.europe-israel.org/2016/09/video-eric-zemmour-larmee-francaise-planifie-avec-tsahal-la-reconquete-des-quartiers-islamises/

Pour ceux qui veulent approfondir :

http://www.institutmontaigne.org

Le site de l’Institut des Hautes Etudes de Défense Nationale http://www.ihedn.fr  dont  « Les mutations du terrorisme », conférence de Alain Bauer, professeur de criminologie appliquée au Conservatoire national des arts et métiers.

Vidéo de présentation de l’IHEDN : http://www.ihedn.fr/?q=content/l-ihedn-en-video-2011

Liens utiles : http://www.asafrance.fr/dossiers-asaf.html   http://www.defense.gouv.fr/portail-defense/vous-et-la-defense

Jacques Chassaing

 

 

 

 

 

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de

Recrudescence de la misogynie en Angleterre:
Confrontés à une recrudescence de cas de harcèlement envers les femmes, plusieurs comtés ont décidé de bouleverser la classification des crimes haineux.
« Les polices municipales de Devon, Cornwall, Durham et du Lincolnshire, après des enquêtes sur « des milliers de plaintes de femmes répertoriées ces deux derniers mois », ont constaté que le caractère misogyne des incidents était avéré dans un grand nombre de cas. »
http://www.lepoint.fr/monde/au-royaume-uni-la-misogynie-peut-relever-du-crime-de-haine-13-09-2016-2068192_24.php#xtor=CS3-194

Formidable, l’état-ps multiplie les comités ou autres conseils theodules qui ne débouchent sur rien sauf l’inaction. En attendant nos forces de l’ordre et nos soldats restent sans ordre ni consigne et relégués à la simple fonction de plantes vertes plantées devant les lieux de culte ou des écoles avec comme seule régle d’engagement le respect scrupuleux de la légitime défense. Il n’échappera à personne qu’il manque l’essentiel, le primordial , la volonté poltique d’imposer notre volonté à ceux qui ont décidé de semer la mort parmi nous au nom de leur idéologie et cela commence par nommer l’ennemi et ses souteneurs càd l’islam et les pétromonarchies eslavagistes wahhabites.

Francois Desvignes

Ça me fait penser aux savants rapports d’avant guerre pour conjurer la menace hitlérienne : c’est tellement lourd qu’une seule chose est sûre, ce ne sera JAMAIS appliqué.

Il n’y a que juin 40 qui pourrait réveiller nos islamo collabos.

Et encore, comme en juin 40, à la première défaite (inéluctable) ils signeront l’armistice et aussitôt l’armistice signée, verseront dans la collaboration explicite.

Ils nous condamneront pour ne pas être assez islamo-tolérants !

Et c’est à eux que nous adressons des recommandations pour notre défense ?

Il y a des moments où le mouton est encore moins excusable que le loup