Téteghem : le maire défend sa jungle et ses clandestins

Clandestins-Teteghem

Cela fait maintenant sept années que la commune de Téteghem regorge de clandestins désireux de se rendre dans une Angleterre qui ne veut pas d’eux. Ils étaient une quarantaine à l’origine pour atteindre un pic de près de deux cents personnes en 2014. Ils seraient aujourd’hui environ quatre-vingts, aidés par les associations assoiffées de subventions et n’ayant aucun intérêt financier à voir s’arrêter l’exploitation d’êtres humains.
Des journalistes anglais et un député européen de l’UKIP, désireux de transmettre ses informations au gouvernement britannique et au parlement européen, alléchés par les coûteuses voitures des passeurs qui viennent là chaque semaine en BMW ou Jaguar intérieur cuir d’une valeur de plus de 100 000 euros, se sont précipités à Téteghem afin d’en savoir plus sur cet étrange trafic. Car les passeurs sont anglais et agissent depuis la Grande-Bretagne.
Tout ce petit monde a été accueilli comme il faut, avec des cailloux jetés sur les voitures par des passeurs peu désireux qu’on les observe de trop près et menaçant de raccourcir la vie du député avec un « si tu dégages pas, on te tire dessus ». Ils ont également proposé à une journaliste de faire plus ample connaissance avec elle en lui promettant que « si tu pars pas dans trois minutes, je te viole ». Par malchance, il se trouve que les associations féministes se trouvent probablement en villégiature dans des lieux éloignés de la civilisation où l’information n’arrive pas puisqu’on ne les entend pas protester. Quant aux Femen, M. Soros a dû les envoyer en stage estival de peinture sur peau, ce qui les empêche elles aussi de protester contre cette menace de viol. Il faut comprendre, ces dames ne peuvent pas être à la fois à l’église et à la jungle.
Le maire Franck Dhersin, des Républicains, qui propose dans les écoles de sa ville des menus sans porc, dont les appels d’offres mentionnent les « vacances de neige » au lieu du traditionnel « vacances de Noël », et dont le site de la ville arbore sur sa bannière une église dont on a supprimé la croix, aime bien ses petits clandestins et entend les garder égoïstement pour lui seul.
Au point même de s’accrocher avec un passeur revendiquant ses prérogatives sur ce territoire qui manifestement lui appartiendrait, avec un « c’est ma jungle », à quoi l’élu contrarié réplique vertement que « non, c’est moi le chef de cette jungle » ! Dire qu’on pensait qu’il était juste le chef de la ville, dites donc…
Il avait même fait installer pour ses petits protégés une citerne d’eau de 3 000 litres et leur avait également fourni un kit de survie. A côté de cela, la population a été incitée à économiser l’eau en prenant en compte les volumes consommés et la composition des foyers. On ne sait pas si les illégaux présents depuis sept ans ont été invités eux aussi à économiser cette eau payée par les habitants de la commune ou si ces mesures restrictives ne concernent que les habitants légaux.
A un journaliste lui demandant pourquoi il se refuse à détruire le camp, M. Dhersin, sur la défensive, répond que les clandestins ont dans sa commune « des conditions de vie décentes » qu’ils n’auraient pas ailleurs, et que de toute façon le problème « ce ne sont pas les migrants, mais les passeurs ».
L’an dernier déjà, le maire avait protesté contre une évacuation du camp par la police : « Je n’ai jamais demandé l’évacuation du camp, j’ai toujours réclamé que l’on partage la misère ». Une supplique appuyée par le président de l’association Terre d’Errance : « personne n’en veut, c’est scandaleux ».
Si quelqu’un désire adopter un ou plusieurs clandestins appartenant au maire de Téteghem, alias « le chef de la jungle », moyennant la fourniture de nourriture et d’eau gratuite, qu’il se manifeste directement auprès des services idoines de la mairie : http://www.villedeteteghem.fr/component/artforms/?formid=3
Caroline Alamachère

image_pdf
0
0

5 Commentaires

  1. Christian hutin députer maire de la ville de saint pol sur mer, et le vrais responsable. il ordonne a Dunkerque , il n’y a pas que Téteghem qui subit la bêtise des politique….

  2. et combien il touche le « chef de la jungle » pour chaque migrant venant sur son territoire???

  3. Donc,cela fait 7 années que ça dure ! J’en déduis qu’aux municipales 2014 les habitants étaient favorables à ce camps ,bien on verra aux régionales s’ils maintiennent leur accord !!

  4. La photo du site me donne l’impression de revoir la banlieue d’Oran comme quoi la « culture » arabo-musulmane est bel et bien en train de construire la France
    Mais ne vous inquiétez pas le néo FN va assimiler tout ça et pas de rouspétance sinon goulag

Les commentaires sont fermés.