Têtes de porc à la mosquée de Montauban : est-ce vraiment si grave, messieurs les journaleux ?

Publié le 2 août 2012 - par - 4 329 vues
Share

Il y a des jours comme celà, ou l’on ne peut que bouillir devant tant d’aplat-ventrisme et de trahison de nos « Journaleux », j’utilise le terme « Journaleux », car ils ne sont pas dignes du terme de journaliste.

Voici les termes du journaleux (AFP sûrement)  :  « Les fidèles de la mosquée de Montauban ont fait une terrible découverte mercredi matin en arrivant sur leur lieu de culte. Deux têtes de porc avaient été déposées et du sang, vraisemblablement de cochon, avait été versé à l’entrée de l’édifice. » 

Première remarque : il y a quelques jours, une église a été brûlée à Villefranche-sur-Saône, dans un quartier dit-sensible, et cela n’a pas fait réagir ces belles âmes. Donc, selon nos journaleux, une action blasphématoire qu’on peut certes juger d’un goût contestable, mais qui laisse intacte la mosquée, serait plus grave que la destruction criminelle d’une église. 

Deuxième remarque : nous sommes à Montauban, encore sous le choc des tueries d’un pieux musulman, un certain Merah, mais il n’est  pas question de pouvoir critiquer cette si belle religion et ses dérives systématiques (pas d’amalgame) dont les ravages abominables sont patents partout sans exception, il n’est pas permis de critiquer… de se rebeller dès qu’il s’agit d’islam, car la police veille, aidée des « kapos » que ce sont les journaleux acquis jusqu’à l’os à la cause du fascisme islamique. 

Cette inversion des valeurs de notre caste médiatique ne date pas d’hier, car ils ont toujours choisi, presque comme un seul homme le camp des oppresseurs et exterminateurs : Staline, Mao, Pol Pot, Castro, le Che, les « révolutions arabes » et j’en passe, et aujourd’hui, le pire de tout : l’islam, dont la tolérance, la paix et l’amour ou la compatibilité avec la civilisation, n’existe que dans leur imaginaire de « gôche ». 

J’oserai pourtant poser quelques questions simples : 

En quoi une tête d’animal, pardon, deux, posées devant un quelconque édifice, concerne-t-elle la police ? N’a-t-elle pas des choses plus urgentes à faire, à moins de vouloir trouver le criminel qui a tué ces deux braves cochons? Mais je ne crois pas que tuer des cochons soit un délit. Ou alors nous sommes revenus au moyen-âge ? 

En quoi est-ce horrible ? Sauf erreur la France n’est pas encore une République islamique, mais vu la vitesse à laquelle nos journaleux et politiques font avancer la cause de l’islam, ce sera rapide… et si on est pas d’accord, ce sera la lapidation ou l’exil ! Voyez le Mali. 

Il est parfaitement légitime de s’attaquer à n’importe quelle religion et n’importe quand, cela s’appelle le droit au blasphème. Celles-ci n’ont pas de privilège de respect, et le respect, ça se mérite, ce qui est très  très loin du comportement de l’islam. 

La critique des religions est à la base des Lumières et de la totalité de nos progrès dans tous les domaines. C’est parce que nos ancêtres ont osé cette démarche que nous vivons aujourd’hui dans un pays désacralisé. Nos journaleux n’ont aucune culture, aucune profondeur de réflexion ! Ils bafouent les bases de la libre critique et pensée dès que l’on touche à leur sacro saint islam et son moyen-âge.

Nous journaleux n’hésitent pas bouffer du curé ou du pape, mais alors dès qu’il s’agit  d’islam, ils sont béats : ah les lapidations, excisions, vitriolages, voiles, burquas, madrassas, exécutions d’honneur, bombes humaines, exécuteurs d’enfants comme Mérah , polygamie, barbus moyen âgeux, créationisme, fanatisme de masse, menaces de mort, haine des juifs et des non-musulmans, hallal, ramadan… comme c’est beau ! Vite détruisons notre civilisation et la raison,  pour instaurer cette merveille.

En quoi est-il raciste de dénoncer la pire religion qui ait jamais existé ? Une religion n’est pas une race. Il est vrai que l’islam, c’est-à-dire les populations sous le joug de cette peste obscurantiste, n’a jamais compris, découvert ou fait quelque progrès que ce soit en génétique, anthropologie et en fait dans aucune science.

En quoi est-ce une profanation ? En quoi cela concerne quelque personne politique, comme le maire dhimmi de Montauban, en quoi une créature supposée créée par le même dieu – le porc – peut générer ainsi des émeutes, des attitudes débiles à ce point? Nous ne sommes plus à l’âge des pires stupidités religieuses… sauf bien sur en ce qui concerne l’islam, scotché au moyen-âge. Mais c’est bien ce que veulent nos journaleux et polticards : nous imposer ce moyen-âge.

En quoi la police est-elle concernée ? Y a-t-il eu agression de personnes ? La mosquée est-elle endommagée ? S’agit-il de nouvelles lois basées sur la charia,  et comme au Maroc, en Tunisie, en Egypte et dans tous les pays musulmans, un simple tweet critiquant par exemple le criminel sérial killer violeur pédophile qui leur sert de prophète et qu’ils admirent tant, vous mènera directement en prison pour des années ou à la peine de mort : vous apprécierez, si, si, messieurs les journaleux, puisque vous n’aspirez qu’à celà  par votre total et constant aveuglement.  

Il est vrai que pisser sur un livre ou le brûler devient un délit, uniquement s’il s’agit de l’ignoble Coran. Imagine-t-on pareil cinéma pour la Bible, ou le Capital, de Karl Marx ? Ah la, tout le monde s’en fout, comme pour toute acte contre une église par exemple. 

Enfin, le tweet d’un autre journaleux illuminé par l’islam, au lendemain des assassinats de Merah, à Montauban, « putain j’aurai tant voulu que ce soit un « facho » et qui d’avance avait exonéré les membre de la religion de paix et de tolérance ( idéologie d’exonération systématique de l’islam et contre toute évidence… et réalité partout dans le monde ), n’a eu à souffrir d’aucune sanction ou critique..  Mais que fait la police ?

Avec tout mon dégoût, messieurs les journaleux….

Jack Lucent

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.