TGV : Robert Ménard déclenche la grotesque hystérie des incultes Schiappa, Apathie et Cie

Publié le 12 décembre 2017 - par - 84 commentaires - 3 689 vues
Share

Le 11/12/2017, les internautes habitués des réseaux sociaux ont pu assister en direct à ce qu’il convient d’appeler une campagne de dénigrement en bonne et due forme du maire de Béziers, Robert Ménard, avec ceci de particulier qu’elle a abouti en quelques heures à l’ouverture d’une enquête contre le premier magistrat de la Ville, en quelques tweets…

En cause : l’interprétation pour le moins subjective d’une affiche (parmi d’autres) d’une campagne de communication de la municipalité visant à dénoncer les lenteurs de l’avancement du dossier relatif à la mise en place d’une ligne de train à grande vitesse.

Affiche de campagne de la Mairie de Béziers

Cette affiche, reproduisant le cliché hollywoodien de la femme ligotée sur des rails, a immédiatement suscité des indignations plus que suspectes, certaines d’entre elles allant jusqu’à affirmer sans preuve qu’il y avait une analogie volontaire avec un fait divers datant du mois de juin dans un autre département, d’autres voyant en cette affiche une apologie des violences faites aux femmes.

Il n’en fallait pas plus pour que des membres du gouvernement, Marlène Schiappa en tête, ne s’érigent en shérif, et demandent ouvertement au préfet de l’Hérault d’agir. Ce dernier, en bon soldat, s’est donc empressé de saisir le procureur de la République de Montpellier, lequel a immédiatement ouvert une enquête.

Voir dans cette chronologie une quelconque volonté de nuire à un opposant politique ne serait pas totalement fortuit…

Plus sérieusement, il est scandaleux de constater la judiciarisation systématique de certains courants d’opinion, en particulier avec une telle mauvaise foi, comme si nos institutions n’avaient d’autre but que de servir les intérêts d’une oligarchie loin d’être irréprochable. Rappelons en effet que Marlène Schiappa, aujourd’hui secrétaire d’Etat à l’égalité entre les femmes et les hommes, avait elle-même été l’objet d’une polémique liée à ses propos pour le moins irrespectueux à l’égard des femmes rondes, dans son ouvrage intitulé « Osez l’amour des rondes », paru en 2010, où elle faisait état de clichés pour le moins douteux, qui eux n’avaient rien d’hollywoodien.

L’image de la femme en détresse ligotée sur des rails, d’ailleurs sauvée systématiquement par un héros, appartient à la culture populaire, au point que de nombreux modèles la reproduisent régulièrement, sans soulever la moindre indignation. Le chanteur Henri Salvador l’avait d’ailleurs reprise dans le clip de sa célèbre chanson « Zorro est arrivé« . N’importe qui peut facilement le vérifier.

Il aura suffit que la Ville de Béziers détourne ce cliché pour que l’hypocrisie se mette « en marche »… Avec nos impôts, bien entendu.

Sébastien JALLAMION

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
louis

imaginez certains sketches des inconnus aujourd’hui ! ils seraient deja en taule ,pauvre france c’est vraiment vol au-dessus d’un nid de coucou !

Éliane
Reconquista

Imaginez ce sketch aujourd’hui: la Licra le lait cru Lustucru et autre associations bouffeuses de subventions et donc de l’argent public lui tomberaient sur le dos et pourtant que de vérité dans ce sketch …

Chantal
Fifi

Quand M. Leeb dit dans l’article : « On ne peut plus rire de rien », « Mais ça fait rire des Noirs ! (des Arabes, des gays, des femmes…) », c’est exactement ce que je pense : les humoristes ne peuvent plus faire de sketchs aujourd’hui, en France . Aujourd’hui, certains accusent M. Leeb de racisme. A l’époque, ç’aurait été impossible. Les sketchs de Michel Leeb faisaient rire tout le monde. A ce rythme-là de censure (ciblées sur les mêmes catégories de personnes car les rappeurs haineux et racistes sont protégés par l’Etat), plus de films, de sktechs, de… lire la suite

Fifi

Donc l’Etat est en train d’opérer une censure énorme contre des catégories de gens bien précises. Et en plus, les films, les sketchs, les séries, les blagues, tout ça, c’est de la fiction et l’Etat montre qu’il n’y a plus de différences entre la fiction et le réel, il réagit donc et apprennent les gens (ceux réceptif à cette propagande faite de censure) à réagir comme les enfants en bas âge (de 5/6 ans) quand ils regardent un film et qu’ils ne savent pas faire la différence entre les deux.

Fifi

Correction : « réceptifs ».

Olivia

Pour une fois, Sébastien, je ne suis pas d’accord avec vous. Cette affiche est aussi stupide que déplacée. Il y en a vraiment MARRE que les femmes soient les victimes désignées : films, séries, etc… Sans oublier la triste réalité des femmes victimes de violences toutes plus insupportables les unes que les autres.
Puis, vous trouvez que c’est un moyen pertinent de faire passer le message pour revendiquer le passage du TGV à Béziers ?
C’est nul !

Razibus Zouzou

Mais Olivia, vous ne pouvez nier que pour certaines Marie Couche toi là, il n’y a que le train qu’est pas passé dessus, sauf que là, ben y’en a des qui… J’image bien la pétasse Chiapas à poil dans cette posture…. et BREUM !!!!

jpass60

Un peu style « éléphant dans un magasin de porcelaine » je trouve cette affiche. L’efficacité à défaut d’élégance… Mais de là à soulever l’indignité pour que la sphère « chienne de garde tout terrain » se mette en branle….

Yvon

Quand la Marlène écrivait des livres érotiques, elle avait le c.l moins serré.

DURADUPIF

Saucissonnée sur une voie ferrée, un comble archi connu, mais une femme archi-comble. Mais alors que dire de la machine à vapeur lancée à toute vapeur… Pauvre Denis Papin, Pour stigmatiser la lenteur de la vitesse de la venue du petit train à grande vitesse ver la gare de Béziers il eusse mieux valu faire appel à l’I.noui. Réponse en quelques secondes d’années lumière.