Thuram reprochait à Pelé de ne pas haïr les Blancs

Au Brésil, même le patelin le plus paumé dispose de sa rue ou de sa place Ayrton Senna.
Foudroyé au sommet d’une ascension fulgurante, les armes à la main pourrait-on dire, ce beau gosse, bien blanc et pas franchement issu de la favela, aura incarné son pays et la fierté d’un peuple bien au-delà du simple milieu sportif.
Pour lui, « ainda bate o coração do Brasil ».

Nul doute que le gigantesque Pelé ne profitera pas à titre posthume de la quasi-déification d’Ayrton, la mort de cet homme âgé et malade n’aura surpris personne.
Immense tristesse, certes, accompagnée de trois jours de deuil national, mais bon, « c’était attendu ».
Trois des cinq étoiles de champion du monde sur le maillot Auriverde, c’est lui.
Nul besoin de revenir sur ses capacités techniques et physiques, ou son intelligence de jeu.
Les images parlent d’elles-mêmes, notamment cet invraisemblable grand pont sur l’infortuné gardien Uruguayen Mazurkiewick, réussi… sans même toucher la balle, qui fera dire au pourtant réservé commentateur britannique : « This man is a genius ! ».

Sa carrière sportive terminée (au Cosmos New-York, quel gâchis !) il apparaîtra souvent en public.
Bonhomme, facétieux, rigolard, les plateaux télé se l’arrachent.
Sans oublier, bien sûr, le passage par l’humanitaire : la vente aux enchères de ses trophées a rapporté quelques 4,4 millions d’euros, pour l’essentiel destinés à une œuvre de charité.

Seulement, voilà : selon d’aucun, il ne s’implique pas assez dans la lutte contre le racisme.
Le « d’aucun » en question, vous l’aurez compris, deviné, anticipé : c’est Lilian Thuram.
Lequel déclarait, en 2018, et qui plus est à une télé brésilienne (les cons ça ose tout) que « O Rei » ne s’était jamais positionné sur les problématiques du racisme au Brésil.
Après avoir expliqué que, pour ces mêmes raisons, Pelé ne figurait pas dans son bouquin « mes étoiles noires », ça commence à faire beaucoup.
Parce qu’à l’évidence, tous les footballeurs noirs de la création devraient partager les névroses obsessionnelles de ce brave Lilian ;
Parce que pour entrer dans le Panthéon des grands sportifs noirs, il faudrait tendre le poing sur le podium, militer chez les Black Panthers et arborer le badge « I love Malcolm X ».

Mais le plus navrant : au Brésil, le racisme est une réalité. Mais une réalité spécifique, qui ne connaît d’équivalent ni eu Europe ni aux US. Bref, qui se vit, s’appréhende et éventuellement se combat avec les outils confectionnés sur place. Mais ça, un esprit étriqué, replié sur lui-même et totalement ethnocentré ne peut en avoir conscience.
En tout cas, à ce qu’il semble, on l’a échappé belle : la progéniThuram – les deux fils, Marcus et Kephren – semblent pour l’instant ne pas marcher sur les traces de leur géniteur.
Qui a oublié son fameux « Allez, les Blacks, on fait une photo ensemble » à l’issue de la finale (gagnée) de 98 ?
Avec Marcus, et après la finale (perdue) de 2022, cela aurait donné : « Allez les gars, on fait une photo de toute l’équipe, sauf Lloris ».

On s’en sort bien, somme toute.

Jacques Vinent

image_pdfimage_print
13

9 Commentaires

  1. C’est un supremaciste noir complexe et qui croit que si les noirs sont cons c’est la faute des blancs
    Un dieudonne sans la touche antidemite

  2. QUEL CON CE THURAM!Moi je n’aime pas les noirs cependant j’admirais et venérais Pelé

  3. un grand monsieur : talentueux et éminent sympathique avec gentillesse et humilité : rien à voir avec les haineux racistes anti-français qui lui crachent dessus et ne lui arrivent pas à la cheville : ceux là qu’ils retournent chez eux

  4. pelé aimait les gens, blancs entre autres, il a duré jusqu’à 80 ans, l’autre thuram avec toute la bile qu’il doit produire ne fera pas d’aussi vieux os

  5. Ce Thuram est un infecte raciste, qui plus est un ingrat, comme tous les noirs qui ont tant reçu des blancs et qui ne peuvent le supporter.
    Qu’il retourne en Afrique, et qu’il cesse de nous emmerder !
    Comme sa consœur Rokaya, des ingrats haineux et fouteurs de merde.

  6. tu rames est très représentatif de bon nombres de tu rames décomplexés, pour ceux qui nient la réalité, penser à l’afrique de sud et au nombre de Blancs assassinés et mis à la décharge comme cela se fait aux usa

  7. et quand c’est son coequipier de l’epoque paolo cesar qui le dit, ca compte? Avec son aura, il aurait pu aider face à la junte militaire. Il ne l’a pas fait…

  8. ce balai a chiotte de thuram nous gonfle avec ses histoires de blancs/noirs,heureusement personne ne l’écoute et le soutien,par contre thuram ne sait pas géné pour user du piston de son copain Didier Deschamps pour pour « entrer » son fils dans l’équipe de France de foot au dernier mondial,on sait ce que cela a donné et le pietre talent de son fils niveau foot,famille thuram ne savent rien faire.R.I.P Pelé.

Les commentaires sont fermés.