« Tirailleurs » : encore un appel à repentance, il y en a marre !

« 200 000 Tirailleurs dits « sénégalais » ont combattu aux côtés des poilus pendant la Grande Guerre. 30 000 sont morts sur les champs de bataille… Dans « Tirailleurs », le réalisateur Mathieu Vadepied raconte le destin tragique de deux d’entre eux : un père, Bakary Diallo incarné par Omar Sy, et son fils Thierno, joué par Alassane Diong. Le film « Indigènes » de Rachid Bouchareb, présenté à Cannes en 2006, sur des Tirailleurs algériens pendant la Seconde Guerre mondiale avait marqué tous les esprits. Il aura fallu attendre 15 ans de plus pour que l’histoire de Tirailleurs dits sénégalais pendant la Première Guerre mondiale soit à son tour racontée… (Extrait d’un article du « Huffpost »).

Tous les ans, depuis une trentaine d’années, le Festival de Cannes se croit obligé de nous infliger un message « politiquement correct » en faveur des minorités : féministes, racialistes, wokes, indigénistes, LGBT, migrants, etc. et nous avons le devoir de nous extasier et de nous auto-flageller.

En 2006, le film « Indigènes » (1) faisait croire aux imbéciles que la France avait utilisé des Maghrébins comme « chair à canon » durant la Seconde Guerre mondiale. Cette année, le film « Tirailleurs », de Mathieu Vadepied, nous parle des Tirailleurs sénégalais utilisés comme « chair à canon » (encore !) par ces salauds de Français durant la Première Guerre mondiale. Le film sortira en salle le 4 janvier 2023 et tous les médias bien-pensants – soit plus de 90 % d’entre eux – se croient obligés de nous en faire la retape et d’interroger l’acteur principal, Omar Sy, l’exilé fiscal, qui doit pourtant tout à la France mais qui a toujours une vacherie à dire sur le pays qui l’a vu naître. Notons au passage que, pour fuir cette France odieusement raciste, il aurait pu s’expatrier au Sénégal, patrie de son père, ou en Mauritanie, patrie de sa mère, mais il a préféré une vie de nabab aux USA, le pays de Martin Luther King et de Gorges Floyd. Il y a chez ces gens-là une part de masochisme qui m’étonne, mais je suppose qu’à Los Angeles, au milieu du Gotha gauchissant des milliardaires du show-biz, on ne souffre pas trop de racisme.

En France, Omar Sy s’est vu proposer des rôles « de Blanc » comme le docteur Knock ou Arsène Lupin, le gentleman-cambrioleur. Il ne manque plus à son répertoire qu’Astérix le Gaulois ou Blanche-Neige, mais Astérix sent le soufre puisqu’il défend son pays contre l’envahisseur romain, quant à Blanche-Neige, dont le patronyme frise la provocation, elle exploite de manière honteuse sept « personnes à taille réduite » (qu’on ose traiter de « nains »).

Nous devrions boycotter les films mensongers qui insultent notre histoire, mais, depuis des années, la France est entrée en repentance. Elle culpabilise sur son passé colonial. Des tas de bobos iront voir « Tirailleurs » et en ressortiront émus, scandalisés, honteux, péteux et en maudissant leurs géniteurs d’avoir osé faire – ou laisser faire – de telles ignominies. En 2006, lors de la sortie du film « Indigènes », Jacques Chirac avait fait semblant de découvrir que l’Armée d’Afrique, qui a libéré la France, était constituée d’Africains, du Maghreb ou d’Afrique Noire. On croit rêver !

Ainsi donc, durant nos guerres, nous aurions utilisé nos troupes indigènes comme « chair à canon ». C’est inexact, mensonger, ou, pour le moins, très exagéré !
À l’époque coloniale, nos forces étaient réparties en trois ensembles : l’Armée métropolitaine, les troupes coloniales et l’Armée d’Afrique qui dépendaient d’un seul état-major général.

Dans la terminologie militaire, les troupes coloniales désignaient les troupes « indigènes », hors Afrique du Nord, et métropolitaines : les anciennes formations de Marine (« Marsouins » pour l’infanterie et « Bigors » pour l’artillerie), qui fusionnent, en 1900, pour former l’« Armée coloniale » (ou « la Coloniale »). Ces troupes se distinguent donc des troupes d’Afrique du Nord « indigènes » (Tirailleurs, Spahis) et européennes (Zouaves, Chasseurs d’Afrique, Légion Étrangère), qui forment l’Armée d’Afrique (19ème Corps d’Armée) et provenaient essentiellement d’Algérie.

Certains régiments, mixtes, regroupaient des Chrétiens, des Juifs et des Musulmans, comme les unités de Zouaves ou de Tirailleurs. On estime que l’Empire a fourni, en quatre années de guerre, entre 550 000 et 600 000 « indigènes » à la  mère-patrie, dont 450 000 vinrent combattre en Europe.

270 000 mobilisés, dont 190 000 combattants, étaient des Maghrébins, 180 000 mobilisés, dont 134 000 combattants, étaient des « Sénégalais » (2). Les autres venaient de tout notre Empire : Madagascar, Indochine, Océanie et Somalis.
Les « indigènes » ont représenté 7 % des 8 410 000 mobilisés de l’armée française, affectés majoritairement dans les régiments de Tirailleurs. La proportion de Français au sein des régiments de Tirailleurs nord-africains était d’environ 20 %. Un peu moins dans les bataillons de Sénégalais.

En 1918, à la fin de la Grande Guerre, notre armée disposait de cent divisions dont six divisions composées de troupes de l’Armée d’Afrique et sept divisions composées de troupes de l’Armée coloniale. La moitié des effectifs de ces treize divisions étant d’origine métropolitaine.

Si ces effectifs peuvent sembler relativement faibles, les troupes « indigènes » comptent à leur actif bon nombre de faits d’armes glorieux et leur rôle ne saurait être sous-estimé (3). Leur apport a été très important dans les semaines décisives de septembre 1914, lors de la bataille de la Marne. Si quelques cas de panique furent signalés lors des premières semaines de combats, par la suite, ces unités indigènes se montreront à l’égale des meilleures.

Durant la Grande Guerre, le nombre de tués de nos troupes « indigènes » est estimé à plus de 70 000 (dont 36 000 Maghrébins et 30 000 « Sénégalais »).
Sur 450 000 combattants engagés, le taux de pertes a été de 19 % chez les Maghrébins et de 23 % chez les Sénégalais. Ces chiffres sont à rapprocher du 1,5 million de tués de la Grande Guerre.
Les monuments aux morts des villes et villages français sont là pour nous rappeler que la grande boucherie de 14-18 aura été, hélas, assez « égalitaire » : les combattants de notre Empire y ont eu leur part… comme les autres, ni plus ni moins, et à ce titre, ils méritent le même hommage que les « poilus » métropolitains : le paysan breton ou auvergnat – vêtu d’un pantalon garance au début du conflit – qui montait à l’assaut à la baïonnette devant les mitrailleuses allemandes, servait lui aussi de « chair à canon » et le fait qu’il soit blanc de peau ne minimise en rien son sacrifice.

Au sujet du film «Tirailleurs », un journaliste a déclaré que c’était « un devoir de parler des Bataillons d’Afrique », ce qui prouve, une fois de plus, que ces plumitifs ne connaissent rien à notre histoire : les « Bataillons d’Infanterie Légère d’Afrique » (BILA), plus connus sous les surnoms de « Bat’ d’Af’ », étaient des unités qui relevaient, effectivement, de l’Armée d’Afrique.
L’Infanterie Légère d’Afrique a été créée en 1832 pour recycler les soldats condamnés par la justice militaire. Cantonnées en Afrique du Nord (Algérie, Tunisie, Maroc), « à Biribi », nom générique pour désigner leur casernement, ces unités constituaient l’instrument répressif de l’armée française : destinées à mater les fortes têtes, elles furent conçues pour « redresser ceux qui ont failli ».

Les « Joyeux », selon la tradition, arboraient le tatouage « Marche ou Crève ». C’est à cela qu’ils étaient respectés, voire craints, dans le milieu. Autre particularité des « Bat’d’Af » : la pratique de l’homosexualité dans les rangs (héritée des passages en prison). Les Bataillons d’Infanterie Légère d’Afrique formaient corps. Leurs soldats relevaient de… 54 catégories judiciaires différentes, allant du petit délit à la tentative de meurtre. Certaines sections comptaient essentiellement des proxénètes.

En 1914, à la déclaration de la guerre, les effectifs restent en garnison en Afrique du Nord afin d’y assurer le maintien de l’ordre. On a formé pour la durée de la guerre, et par prélèvement dans les cinq BILA, trois Bataillons de Marche d’Infanterie Légère d’Afrique (BMILA), qui ont été engagés en métropole où ils se sont distingués : les 1er, 2e et 3e BMILA. Les journalistes en mal de copie à sensation confondent souvent les « Bat’d’Af » avec la Légion, ce qui est, à mon (humble) avis, une insulte à notre Légion Étrangère. Le chant de marche des « Bat’d’Af » – « Le bataillonnaire »(4) – a été modifié et repris par les régiments parachutistes (5).
Si nos journalistes confondent nos valeureux Tirailleurs sénégalais avec les voyous et les maquereaux des « Bat’ d’Af’ », des unités très majoritairement constituées de repris de justice blancs, ils risquent de se voir traîner devant les tribunaux par les associations antiracistes : quand on ne sait rien, il vaudrait mieux la fermer !

Pour ma part, j’en ai marre des jérémiades victimaires de nos anciens colonisés. L’attitude irresponsable d’Emmanuel Macron, qui bat sa coulpe – au nom de la France – sur les méfaits de la colonisation, ne fait qu’attiser, que renforcer, la haine des allogènes à notre égard.

C’est insupportable car totalement injustifié. Comprenez que je ne défends pas le « temps béni des colonies » mais j’affirme que l’œuvre française, en Afrique ou en Asie, a été grande, souvent héroïque et désintéressée. Si nous devons faire repentance, faisons-la à bon escient, à l’égard des troupes – régulières ou supplétives – vietnamiennes, que nous avons abandonnées à la cruauté du Vietminh communiste ; à l’égard des Harkis fidèles à la France, que nous avons livrés désarmés aux égorgeurs du FLN. Mais ce n’est pas le peuple français qui est responsable de ces horreurs mais les dirigeants du pays qui, en Indochine, ont laissé massacrer la garnison de Diên-Biên-Phu pour hâter la signature des accords de Genève, et, en Algérie, ont tout bradé pour signer les accords d’Évian.

Je lisais récemment un article du « Monde » dans lequel Paap Seen, éditorialiste sénégalais et auteur de « Politisez-vous ! » (6) distillait son venin antifrançais et déclarait, entre autres :
« Je suis… le produit de la défaite historique de l’Afrique face à la France. La colonisation est une blessure profonde… Aujourd’hui encore, l’ancien colonisateur continue de faire preuve d’arrogance à l’égard des Africains… Par ailleurs, le traitement discriminatoire que l’État français inflige aux afro-descendants dans les banlieues françaises est perçu comme une autre forme d’humiliation… ». La dialectique antifrançaise est toujours la même, mais pourquoi la supportons-nous ? Pourquoi acceptons-nous en permanence de battre notre coulpe ?

Et, quand le show-biz et le cinéma s’en mêlent, de qui se moque-t-on ?
Les acteurs les mieux payés – donc les plus riches – du cinéma français sont : Dany Boon, Farid Hamidou à l’état-civil ; Kad Merad né Kaddour Merad ; Roschdy Zem ; Jamel Debouzze, Omar Sy et quelques autres. Ne parlons pas des chanteurs, les millionnaires du rap, qui sont, tous ou presque, d’origine maghrébine ou africaine. Et oublions les spots publicitaires qui font toujours la part belle à un allogène basané.

Ces gens-là ont-ils plus de talent que les acteurs, comédiens, ou chanteurs blancs ? Non, mais ils appartiennent à une minorité qui sait parfaitement exploiter notre culpabilité de colonialiste. Ils viennent régulièrement dans les médias pour baver sur la France à laquelle ils doivent leur richesse.
Eh bien, pour une fois, je m’autorise une citation en anglais «  love it or leave it ! » :

La France, aimez-là ou quittez-là ! Je suis résolument contre la double (ou triple) nationalité, contre le « Jus Solis », et contre le « regroupement familial ». Être français, à mes yeux, ce n’est pas un droit ; ce n’est pas non plus une question de race, de couleur de peau ou de religion ; c’est d’abord et avant tout une question d’amour, d’attachement viscéral à sa terre ; c’est l’adhésion à des valeurs et à une histoire communes. Soyons fiers de notre passé même si tout n’a pas été idyllique !

Éric de Verdelhan

1)- « Indigènes » (en arabe : بلديون) est un (mauvais) film algéro-franco-marocain réalisé par Rachid Bouchareb, sorti en 2006. Ce film raconte « la découverte de la guerre et de l’Europe, de l’Italie jusqu’aux portes de l’Alsace, par trois tirailleurs algériens et un goumier marocain… La guerre leur apporte la désillusion face aux discriminations… ». Ben voyons !
2)- En fait des combattants d’Afrique Noire, car tous ne venaient pas du Sénégal.
3)- J’ai rendu hommage à nos combattants indigènes dans mon livre « Hommage à NOTRE Algérie française » (Éditions Duapha ; 2020).
4)- Chanson que certains auteurs attribuent à Aristide Bruant, ce qui est inexact : Bruant a écrit « Au Bat’d’Af » qui n’est pas le chant de marche des BILA.
5)- « En passant par la portière » (« Il est là-bas en Algérie… »). Ceux qui ont eu le privilège de servir chez les paras connaissent ce chant.
6)- « Politisez-vous ! » de Paap Seen ; United Press Editions ; 2017.

image_pdfimage_print
15

18 Commentaires

  1. « Les dirigeants du pays … N’ONT PAS laissé massacrer la garnison de Diên-Biên-Phu pour hâter la signature des accords de Genève » !

    C’est le Viet-Minh qui a pilonné en masse un camp dont l’emplacement avait été (très) mal choisi, pour négocier à Genève en position de force. Seule la fermeté de Pierre Mendès-France a impressionné les représentants soviétiques au point de leur faire rabattre un peu les prétentions du représentant Viet.

  2. Tout les prétextes de victimisation sont bons pour la vermine venue d’afrique, le pire c’est que ça marche à fond, grâce à macron tête de con le repentenciste des basses-cours

  3. cette propagande vise évidemment à obliger le Peuple Caucasien à accepter l’ invasion africaine……….afin de « réparer » les soidisantes conneries qu’il aurait accomplies dans le passé….évidemment qu’ils ne causent pas de la fameuse expérience du libéria ….faut voir dans quel état se trouve le Libéria occupé par les descendants d’esclaves américains avec à leur tête un certain jehudi ashmun hiiiiiiiii.

  4. Les régiments de tirailleurs algériens, en 1940, comptaient dans leurs effectifs des appelés venant de métropole, sans aucun lien avec l’Algérie. Mon beau-père, né et domicilié en banlieue parisienne (Val d’Oise actuel) après ses classe à Périgueux, a été affecté fin 1939 ou début 1940, au 8ème (de mémoire) tirailleurs algériens à Blida dont l’effectif était, en gros, de 50% de métropolitains, les autres 50% composé d’une majorité d’algériens d’origine européenne, le reste étant des algériens indigènes.

    • d’algériens d’origine européenne?? Vous voulez sans doute dire « des Français d’Algérie »!

  5. Et en plus ,le rôle de « Tirailleurs » est joué par le plus raciste antiblanc de FRANCE . C’est un bateleur et certainement pas un acteur . Et pour de ce qui est de la repentance ça va durer encore longtemps ? ça aussi ça commence sérieusement a nous emmerder !

  6. Je connais ces chiffres qui sont repris par presque tous les historiens. Et que je sache je n’ai jamais dit que les Français, citadins ou ruraux, de « grattait les c…… » au contraire je salue leur sacrifice .😈

  7. Excellent article.
    (1) Une petite remarque de latin : « Jus solis » signifie… « Droit du soleil ». Vous voulez évidemment parler du « Jus soli », le « Droit du sol ».
    (2) Plus important. Pour ce qui est du film « Indigènes », je suppose qu’il se garde soigneusement d’évoquer les meurtres, les viols de masse et les pillages dont nos goumiers marocains se sont rendus coupables en Italie en 1943-44. Les Italiens en gardent jusqu’à aujourd’hui le douloureux souvenir sous le nom des « Maroquinades » (« Marrocchinate »). Moravia évoque ces horreurs dans son roman « La Ciociaria ». Sophia Loren joue dans le film du même nom tiré du roman. (Tapez sur internet « Maroquinades »)

    • Relisez l’ouvrage de Jean-Christophe NOTIN, La Campagne d’Italie, qui décrit les discriminations que voulaient imposer le commandement US lors de lembarquement des troupes français en Afrique du Nord, les indigènes sur un bateau, les européens sur un autre, alors que l’état major français a obtenu le respect de la tradition de l’Armée française, traversée en unités constituées. Il traite également de la conduite de la Military Police US qui attribuait très généralement les crimes et délits des soldats américains, l’apartheid étant appliqué strictement par l’US Army, aux troupes indigènes françaises. De ce fait les chiffres établis par les services US dont dépendaient les unités françaises, sont très largement surévalués.

      • @Roue Libre 95 Si les Italiens ont appelé ces abominations « maroquinades », ce n’est pas parce qu’ils ont été induits en erreur par la lecture des rapports fallacieux de l’Armée US, c’est parce qu’ils ont vu de leurs propres yeux des goumiers marocains faire irruption dans leurs maisons et violer indistinctement femmes et fillettes, hommes et petits garçons. Ce dernier point évoque d’ailleurs plus les moeurs de l’Afrique du Nord que celles du Mid-West : les viols commis par les soldats américains en Angleterre, puis en Normandie et surtout en Allemagne s’en prenaient à peu près exclusivement aux femmes.

  8. Ras le bol de la repentance tous azimuts !… Personnellement, je n’ai à me repentir de rien, je n’ai fait de tort à personne. Quant à mon paternel, il a été mobilisé en 1939 ( il avait 27 ans, une femme, ma mère, et un fils de 4 ans, feu mon frangin ), il a été fait prisonnier avec son régiment en 1940 et il n’a été libéré du stalag où il était détenu en Allemagne, comme tant d’autres « Kriegsgefangener », qu’en 1945 par les troupes américaines. Mon grand-père paternel a été mobilisé en 1914 – il avait 25 ans et avait déjà fait deux ans de service militaire obligatoire auparavant – il n’a été démobilisé et renvoyé dans ses foyers qu’en 1919. Mon grand-père maternel quant à lui n’était pas concerné puisqu’il est décédé en 1940 d’une pneumonie. Alors qu’on ne vienne pas me faire chier avec ces histoires de repentance !

  9. Bravo à Éric de Verdelhan qui, grâce à sa vaste culture historique remet un peu les « pendules » à l’heure en étrillant au passage les cuistres qui prétendent réécrire l’Histoire !

    • Les crimes de 1944 en Ciociaria, autrement appelés “Maroquinades”, désignent une partie des violences (homicides, viols, pillages) commises contre la population civile italienne entre avril et juin 1944 par des éléments marocains, appelés Goumiers, du corps expéditionnaire français en Italie (CEF) de l’Armée d’Afrique …
      Pas que des marocains mais aussi des artilleurs senegalais.
      Film et livre tire de cette histoire Moravia et Vittorio de Sica
      L’Onu a exigé que la France indemnise la population de Ciocciarie à la fin de la guerre.
      C’est pour cette raison qu’aucune récompense n’a été versée à l’issue de la bataille de Monte Cassino.
      Il y a encore des Sénegalais d’aujourdhui qui s’en plaignent.

Les commentaires sont fermés.