Ton grave et philanthropie

« On adopte un ton grave, catastrophique, pas moralisateur mais catastrophique. » (Alexandre Rochatte, préfet de Guadeloupe, avant la conférence de presse pour annoncer le confinement de l’île du 03/08/2021)

Eh oui, on devrait toujours vérifier les micros avant une conférence de presse, notamment lorsque l’on est préfet de Guadeloupe et que l’on veut s’adresser discrètement à la directrice de l’Agence de santé régionale. C’est dommage cette petite sortie de route car sinon, les médias récitent leur partition à l’unisson pour affoler toute la population en dénombrant des cas par milliers. Et des cas, il y en a, même sur les plateaux ! Le nombre de morts journaliers attribués au coronavirus reste faible – 40 décès quotidiens et des services de réanimation occupés par 1331 patients – alors que les plus éminents professeurs abonnés aux invitations des chaînes d’info promettaient un raz-de-marée aux urgences un mois plus tôt.

De son côté, le Conseil constitutionnel présidé par l’éminent Laurent Fabius (fin connaisseur des sujets de santé et fort de son expérience dans l’affaire du sang contaminé), n’a pas trouvé grand-chose à redire au sujet du « passe sanitaire » qui interdira donc à une partie de la population de travailler, de s’asseoir en terrasse ou de jouer au football si non vaccinée. Une décision qui ravira sans doute l’Élysée, dont la société américaine de conseils en communication pour la stratégie vaccinale est codirigée par Victor Fabius, un des fils de Laurent Fabius, à ne pas confondre avec l’autre fils de Laurent Fabius, Thomas Fabius, condamné à 75 000 euros pour faux et usage de faux le 18 septembre 2019. « Le Conseil des sages », généralement si prompt à lever les petits lièvres juridiques et constitutionnels pour interdire des mesures contre l’insécurité ou l’immigration, valide donc la loi qui entrera en vigueur le 9 août.

Qu’il est bon de vivre dans une société où règnent la vérité et la justice. Alors que d’ignobles conspirationnistes évoquent de ténébreux complots menés par un groupe imaginaire de puissants milliardaires qui chercherait à détruire les nations pour mettre en place un « nouvel ordre mondial », il est évident que le souci des grands hommes comme Jacques Attali ou Georges Soros consiste, chaque matin au réveil, à maintenir la bonne santé des octogénaires d’Occident. Qu’il est bon de voir le soleil se lever dans une société où chaque jour, les dirigeants du pays n’hésitent pas à ruiner l’État pour sauver des vies, sans aucune arrière-pensée, sans aucun conflit d’intérêt avec l’industrie pharmaceutique et le secteur bancaire. Une société où les valeurs humanistes et philanthropiques sont élevées si haut… qu’elles finiraient presque par piquer les yeux.

Axel Vontargier

image_pdfimage_print

4 Commentaires

  1. Pas bon ça la guerre civil,mais un nettoyage efficace :sans PB
    C’est regrettable mais la peine de mort devra être rétablie et pourquoi pas une injection moins spectaculaire que la guillotine mais aussi efficace et surtout plus propre avec pour faire plaisir aux écolos :seringues et aiguilles réutilisables d’où création de postes stérilisation oblige.A l’ancienne .Relance de l’économie moins de déficit extérieur car moins d’achats en Chine plus de cotisants ,la sécu et les retraites sont sauvées.Pas difficile l’économie.Et puis nous ferons renaître des Simon Wiesenthal .Parce que là « Sauve qui peut » Brigitte pourra rester? Choupinet :j’en doute Il a fortement déplu à beaucoup de monde.Bref l’histoire se répète et là ,nous avons le mode d’emploi.

  2. Certains de ces préfets sont des Bousquets en puissance…. Ils nous diront qu’il ont exécutés les ordres… Il faudra s’en occuper en premier… J’attend une bonne guerre civil qui nous débarrassera de tous ces parasites..

    • oui je l attends aussi c est la seule solution pour sortir de cette impasse et cette dictature

Les commentaires sont fermés.