1

Toujours aussi vulgaire, Macron a tutoyé son pote le pape!

A sa demande, le pape François a donc rencontré Macron pendant une heure.  Il y a peu de chance que cette audience, se voulant séduire l’électorat catholique le charme, tant notre petit dictateur a laissé se multiplier les actes christianophobes sur notre territoire, sans réagir. Si selon les chiffres du Comité interministériel de la laïcité, 48 % des Français « se sentent liés » au catholicisme, ce n’est pas majoritairement avec  Bergoglio, le gaucho sud-américain étant plutôt mal vu de la plupart des cathos, très nostalgiques de Benoit XVI.

L’adoption en juin dernier de la loi Bioéthique, avec la PMA pour toutes, les embryons médicaments et les chimères… a profondément traumatisé l’électorat catholique conservateur, sept ans après une forte mobilisation contre l’ouverture du mariage aux couples de même sexe… 62 % des catholiques considèrent qu’ils ne sont pas pris en compte en tant que citoyens par les dirigeants politiques et 82 % en tant que catholiques, relève une enquête de l’Ifop pour l’hebdomadaire Le Pélerin, publiée le 20 octobre dernier. Toutefois, 85 % des catholiques interrogés considèrent que la présidentielle « représente un enjeu majeur dont dépend l’avenir du pays ». De quoi laissé présager une importante mobilisation de cet électorat en 2022…

Un président qui place un livre du putride pédophile André Gide sur sa photo officielle, invite des homosexuels et des trans à se trémousser sur le perron de l’Elysée pour « fêter » la musique… ne peut plaire aux catholiques…

Il est vrai que Macron et le pape François ont certains points communs, dont un  amour immodéré des migrants et une passion pour le « vaccin » anti-Covid!

Le pape  fut l’un des premiers à mettre le Vatican en dictature, instaurant un passe sanitaire et dans un grand élan chrétien, faisant virer les membres du personnel refusant la vaccination. Puis dans une vidéo mémorable, en espagnol, vantant les mérites des injections miracles, celles de l’amour…

Manu le judicieux a offert au pape deux livres sur Saint Ignace, comme si ce jésuite de chez jésuite ne connaissait pas sa vie par coeur… «Un petit livre sur Ignace de Loyola que tu connais mieux que moi », a déclaré  Macron, tutoyant le Souverain pontife…  lui expliquant que le livre avait été écrit par l’avocat et académicien François Sureau: « C’est un ami à moi mais il m’attaque tout le temps », puis il lui a offert une seconde biographie, plus ancienne et plus rare, rédigée en 1585 par Giovanni Pietro Maffei. 

Avant de le quitter, Macron a dit au pape : « Je t’ai fatigué avec toutes ces histoires ». Et le pontife de répondre : « Tu ne m’as pas fatigué ». Remerciant le chef de l’Église catholique, Manu a conclu: « Merci de ta patience ».  Nous ne saurons point ce que Manu lui a confié… C’est peut-être préférable.

Outre des gestes bien trop incongrus et familiers, ce malappris de Manu a tutoyé le pape pour faire croire à une grande proximité avec lui, qui n’est point. Si le pape comprend peut-être un peu le français, il ne le parle pas, quant à Macron il ne semble pas qu’il parle italien, langue dans laquelle s’exprimait l’évêque de Rome…

Une fois de plus, il s’est comporté comme un lamentable dircom, faisant un numéro pour les caméras, il a fait honte à la France, corroborant à l’instar des inoubliables photos avec les jeunes dealers Antillais de Saint-Martin, combien il était intrinséquement vulgaire. Michel Onfray le qualifie régulièrement de grossier personnage… A juste titre!

Mitrophane Crapoussin