Toulouse : union sacrée avec les gauchos pour renverser le pouvoir…

Publié le 2 décembre 2018 - par - 13 commentaires - 1 199 vues
Share

Vendredi soir reprise du péage de M uret.

Le péage de Muret est particulièrement symbolique, à l’entrée sud de Toulouse, d’abord parce que c’est un insupportable octroi urbain que doivent payer tous ceux qui veulent entrer en ville depuis les campagnes des vallées de la Garonne (3,60 euros – 24 francs – un véritable racket au profit de Vinci).
Ensuite, parce que c’est par là que passe tout le trafic international en provenance du Portugal et du nord et de l’est de l’Espagne vers l’Europe centrale et du Nord.

Le péage avait été libéré la veille par la gendarmerie à un moment de moindre vigilance des Gilets jaunes, l’octroi était rétabli, il fallait donc impérativement le reprendre au plus vite.
Il faut signaler que pour éviter que le péage soit repris, Vinci avait barré les parkings latéraux afin qu’on ne puisse plus y garer nos véhicules pendant notre temps de présence et d’occupation. Méchante mesure mesquine et vexatoire qui ne fit que renforcer notre détermination.

Donc, en retour immédiat : réunion nocturne secrète d’une centaine de personnes sur un parking, organisée par le bouche à oreille, repérage d’autres voies d’accès par les champs et décision d’une opération commando à une centaine pour reprendre le péage le vendredi soir à 22 heures.

Ce qui fut dit fut fait. Nous nous retrouvions donc à une centaine à l’heure dite, en rase campagne, à quelques encablures de notre objectif. Des hommes, des femmes, des jeunes, des plus âgés, des ruraux, des rurbains, des étudiants, des chômeurs, des artisans, des retraités, des employés, des cadres, bref, la France périphérique en colère, tenue commando et chaussures de crapahut de rigueur.

Et voila que tous ensemble, telle une troupe aguerrie, nous nous dirigions en colonne, en silence et sans lumière à travers les hautes herbes humides, la boue et les fossés vers notre objectif. Grande solidarité au moment des passages délicats, les plus agiles aidant les moins mobiles à franchir les obstacles, grillages, murs, fossés profonds et levées de terre abruptes.
Arrivés au dernier grillage, nous nous regroupions dans l’ombre et dans le plus grand silence.

D’un bond et comme un seul homme nous franchissions le dernier obstacle, puis ce fut le rush. En moins d’une minute nous avions investi les deux côtés de l’autoroute, en moins de 5 minutes nous avions approvisionné les gros plots rouges et blancs prélevés sur le stock de Vinci pour fermer et baliser le passage, levé les barrières et repris possession de l’ouvrage. Il est à remarquer que les femme ont été encore plus vaillantes que les hommes.

Le péage était repris, nous le tenions, cela fut fait sans recours aux pages Facebook surveillées, simplement par le bouche à oreille. Nous étions là, quelques militants et proches de la Ligue du Midi à la manœuvre avec les autres.

Ce n’est qu’après deux heures que nous vîmes arriver un pauvre fourgon de gendarmerie dont descendirent un vaillant maréchal des logis accompagné d’un seul gendarme. Comme je lui demandais s’il attendait des renforts d’encadrement, l’homme de forte stature et de belle allure me répondit d’une voix de stentor : « Les renforts c’est moi ».

Très belle attitude dans la tradition gendarmesque qui ne peut que renforcer la considération et l’affection que les gens simples de la France profonde éprouvent à l’endroit de ce corps qui vit immergé en son sein (malgré les excès du contrôle routier qui nous pourrit la vie). Également révélation de l’épuisement des troupes et du manque d’effectifs après plus de 15 jours d’astreinte et alors que la province a été dégarnie pour protéger les lieux de pouvoir à Paris. Nous en verrons les conséquences directes le lendemain dans Toulouse.

Pour finir, quoi qu’il advienne, le péage octroi de Muret devra être supprimé, d’une manière ou d’une autre, quelle que soit par ailleurs l’issue du mouvement des Gilets jaunes.

Samedi, manifestation à Toulouse : union sacrée pour renverser le pouvoir.

Nous nous retrouvions donc le lendemain samedi pour une manifestation dans les rues de Toulouse. Disons-le tout de suite, ce n’était pas la très grosse affluence. Au plus fort, nous n’étions que quelques milliers. En revanche, la journée fut très riche d’enseignements politiques du plus haut intérêt.

J’arrivai donc à l’avance au point de rassemblement situé au Fer à Cheval. Immédiatement, je vis que tout ce que Toulouse comptait de vieux et de jeunes activistes gauchistes était là, prêts à la manœuvre pour encadrer la manif. On est bien à Toulouse, aucun doute ce sont bien les gauchistes qui ont pris les commandes, mais sans aucun signe ostentatoire, ni bannières ni drapeaux permettant de les identifier. Seuls les mégaphones et les slogans permettaient de les reconnaître. Encore fallait-il avoir l’oeil. CNT, NPA, France Insoumise, trotskistes étaient bien là. Détail amusant, quelques-uns n’avaient pas pu enlever tous les badges et pins de leurs sacs à dos et donc ils s’affichaient discrètement malgré tout… Pas de CGT, pas de communistes, de toute manière ces zombies sous perfusion ne représentent strictement plus rien et personne ne voulait les voir. Ils ont bien tenté d’organiser leur propre cortège mais personne ne les a vus et on a même rencontré une de leurs affidées, isolée, qui nous demandait le chemin pour les retrouver… en vain bien sûr.

Je repérai un militant gauchiste de mon âge, particulièrement typique, en train de distribuer des tracts à l’ancienne. Je m’approchai et j’engageai la conversation. C’était un ancien autonome (courant anarchiste révolutionnaire ultra-marginal), sympa, ouvert, détendu.

Je lui révélai donc mon ancienne appartenance au mouvement solidariste (courant fédéraliste révolutionnaire, un peu comme lui, mais de droite, très à droite…). On s’est parlé de la révolution, de la « sociale », des vieux souvenirs, langage codé que seuls les initiés peuvent encore comprendre. De jeunes disciples à lui se sont approchés pour pouvoir dire qu’ils avaient vu au moins un solidariste encore vivant… On s’est parlé, on s’est flairés comme au bon vieux temps. Belle ambiance révolutionnaire, respect, solidarité sainte des vrais militants, des vrais radicaux, même adversaires, qui savent se reconnaître et se calculer.

J’ai beaucoup discuté avec les uns, avec les autres, de droite, de gauche, de nulle part, des macronistes déçus, des jeunes, des vieux, des hommes, des femmes, j’ai même lié conversation avec une magistrate haut placée dans la hiérarchie judiciaire et qui m’a révélé son appartenance au syndicat de la magistrature… Pour un peu, j’ai même failli la trouver sympa… Elle aussi d’ailleurs…

À signaler également, la présence de nos amis de la Manif pour tous. Bravo à toi, Tanguy, et à ton petit âne toujours aussi vaillant et aussi symbolique. On espère vous revoir pour la crèche de Noël place Saint-Georges.

Le très gros enseignement politique de la journée se résume à ceci, il m’a été formulé de manière quasi unanime : « On est tous d’accord pour renverser ce pouvoir, pour libérer le pays, on le fait tous ensemble et ensuite on s’expliquera, nous, pour savoir quelle suite donner et comment tout remettre à plat.’’

L’autre gros enseignement du jour concerne les forces de l’ordre. Très, très peu de forces de l’ordre visibles sur le parcours. Manifestement, la province avait été dégarnie pour protéger les lieux de pouvoir à Paris. Cela confirme bien le premier constat que nous avions fait la veille au soir sur le péage de Muret.

En tout et pour tout, pas plus d’une soixantaine de policiers à la manœuvre. Un point dur s’est fixé sur les boulevards quand le cortège est passé devant l’entrée de la rue Bayard qui conduit à la gare de Matabiau. Manifestement, des consignes très strictes avaient été données pour interdire l’accès à la gare.

Tout le monde ne le sait pas, mais la semaine dernière, certains Gilets jaunes avaient fait savoir à la direction régionale Occitanie de la SNCF qu’ils demanderaient la mise à disposition de trains gratuits pour Paris. Fin de non-recevoir méprisante de la part de la SNCF. Par conséquent, le pouvoir devait s’attendre à un investissement massif de la gare à titre de revanche à un moment ou à un autre.

Un soixantaine seulement de personnels de police pour barrer l’accès à 2 000 personnes environ, la réaction policière a été extrêmement violente, immédiate et radicale pour éviter la submersion.
C’est alors que des barricades se sont immédiatement dressées en travers du boulevard. Et que de violents échanges ont eu lieu.

À signaler, car c’est particulièrement significatif, que les gauchistes à la manœuvre sur la barricade ont demandé à un jeune patriote portant un drapeau français de lancer une vibrante Marseillaise reprise en chœur par les manifestants en union sacrée sous les lacrymogènes et les grenades de désencerclement.

Très émouvante séquence dans l’esprit des révolutions romantiques du 19e siècle.

Résumé de la journée et de ses enseignements politiques.

⦁ Les Gilets jaunes ne lâchent rien, la reprise en opération commando de nuit du péage de Muret en est la preuve.

⦁ Une union sacrée s’est dessinée au sein du peuple de France entre catégories sociales d’une part et groupes politiques radicaux habituellement adversaires d’autre part pour renverser ce pouvoir.

⦁ Il n’y a plus les effectifs de police et de gendarmerie suffisants pour tenir les lieux de pouvoir à Paris et en province.

⦁ Le mouvement des Gilets jaunes fait l’objet d’un soutien populaire ultra-majoritaire jamais vu depuis la libération.

Bernard Bayle

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
BOURGOIN

Pour les plus informé d’entre nous nous le savions déjà mais cela fait du bien de l’entendre dire ! ! !
👍👍👍👍👍👍👍👍👍👍👍👍

Hovid

TOULOOUSE COMME MONTPELLIER SONT DES VILLES GAGNEES PAR LA RIPOUBLIK MAIS PERDUES PAR LA FRANCE

Thierry Couvret

Je confirme pour l’avoir vécue cette union sacrée près de Lorient où des échanges cordiaux eurent lieu entre des personnes de sensibilité politique fort différentes.
Seul primait l’objectif du mouvement.

DUFAITREZ

La Ville « Rose » serait-elle devenue Jaune ? Regardez les élections….

Frederic REYNIER

s’allier avec des types qui ont la trahison dans le sang (Laval, Boudarel, Audin, Mélenchon) c’est aussi con que de brailler « rendez nous les 3 Mds d’ISF » sans penser à gueuler encore plus fort « rendez nous les 84 Mds que vous dépensez chaque année pour importer et entretenir votre lumpen électorat musulman destiné à préserver vos gamelles »

asterie85

Pour rendre du pouvoir d achat aux Français , il faut faire des économies et elles commencent par tous ces migrants qu ont nous obligent a entretenir avec des impôts et taxes ; donc a dégager .Diminuer de 50 pour cent les députés et sénateurs , supprimer les régions et les fonctionnaires qui y travaillent , supprimer l argent de BRZITTE , 516000 euros a rien foutre , L AME seulement pour les cas graves , supprimer les niches fiscales , faire payer les gafa , traquer l évasion fiscale , supprimer les retraites aux étrangers de 150 ans etc., etc….

Sniper 338

Frédéric Reynier…je vous presente mes plus imense respect !
Tout est dit …le racket fiscal des francais heleno-chretien blanc dont l unique but de financer
l invasion-Mahometan pour organiser le grand remplacement c est d ailleur se qui cloche dans
L insurection des gilets jaunes ils s insurgents que l orsque l on touche leurs frigo ..
Mais destruction de la france par l invasion-Mahometan les emeutes des racailles des banlieu sa les touche pas ..le probleme c est la republique franc-maçonne messianique anti-france anti-occident anti-blanc anti-chretien anti-famille. ..si ils ne le conprene pas… jamais ils ne sent sortirons c est la mondialisation de l hipper-classe mondialistes cosmopolites appatride qu ils faut detruire a tout jamais…. !🤔

ASCAL

Vous écrivez: il n’y a plus les effectifs de police et de gendarmerie ………. pouvoir à Paris et en province.
C’est effectivement très très grave si un de ces jours les voyous des quartiers interdits décident dans toute la France de foutre le grand bordel, seront-nous prêts pour les contenir?

Parlervrai

Vos nouveaux amis veulent certes abattre macron mais aux prochaines élections ils voteront mélenchon !
En tout cas ils ne voteront pas MLP !!!

Sniper 338

Devant le ras le bol tout est possible qui aurais oser faire un paris sur la monter en puissance des gilets jaunes. ..?

France-org

Acte I – Manifestation pacifiste des GJ. Blocage.
Acte II – Manifestation des GJ . Blocage des ronds points. Pillages et exactions de l’ultra gauche, blessés morts
Acte III – Manifestation des GJ .Blocage des ronds points et raffineries. Pillages et exactions de l’ultra gauche. blessés, morts
Acte IV – Manifestation des GJ . Blocage des ronds points , raffineries , ports, tunnels ,autoroutes, pillages et exactions de l’ultra gauche. blessés , morts. Etat d’urgence
Acte V – Dito acte IV
Acte VI – Dito acte V . Soulèvement général et insurrection
Acte VII – Dito acte VI. Démission de Macron

France libérée. Nomination Du Général de VILLIERS comme Premier Ministre et nouvelles élections.

Marie Claude

Certainement pas De Villiers! Vous l’avez vu chez Ruquier?…Moi,j’ai vu la vidéo.(ma télé est définitivement éteinte)..enfin le début,parce que prise de nausées,j’ai très vite zappé:c’est un VENDU!!! Il a trouvé très bien,la cérémonie DEGUEULASSE DU 11/11,sous l’Arc de Triomphe.

Sniper 338

Si seulement sa pouvais se realiser ! 🤔