Tous les jours, des coups de couteau mortels, on ignore l’origine des tueurs…

Seine-Saint-Denis : Noisy-le-Sec – Dimanche, au rez-de-chaussée du bâtiment qui abrite la plate-forme logistique d’Emmaüs, un individu a poignardé à plusieurs reprises une femme avec un couteau de cuisine.

Arrivés sur les lieux, les policiers ont trouvé la victime gisant sur le sol devant son agresseur qui menaçait les policiers avec son couteau.

Ils ont tenté de le maîtriser avec un « taser » mais l’individu se montrait toujours aussi violent, les empêchant de s’approcher de la malheureuse femme pour lui porter secours.

L’un des agents a sorti son arme de service et a tiré à deux reprises, le touchant notamment à l’abdomen.

La victime, gravement blessée, a été transportée à l’hôpital le plus proche. Son pronostic vital n’est pas engagé.

Toujours en Seine-Saint-Denis, une femme âgée de 30 ans a été condamnée vendredi à vingt ans de réclusion criminelle par la cour d’assises pour avoir tué son bébé, un garçon prénommé Haroun, à l’époque (le 23 février 2016) âgé de 22 mois.

Emme avait appelé son mari au téléphone pour lui annoncer : « J’ai fait une bêtise, j’ai tué le bébé ».

Les secours, arrivés rapidement sur les lieux, avaient découvert le corps du bébé et l’autopsie pratiquée avait révélé 80 hématomes, une morsure dans le dos et un traumatisme crânien, qui lui avait été fatal.

En garde à vue, la mère meurtrière avait déclaré « avoir mis le bébé dans la machine à laver, pour le laver », avant de se rétracter.

Paris (75) – Dans la nuit de samedi à dimanche, dans le 5e arrondissement, vers minuit, un adolescent âgé de 17 ans traversait le pont de la Tournelle lorsqu’un individu l’a sauvagement poignardé de trois coups de couteau.

Les secours ont tenté en vain de réanimer la victime. Elle a succombé à ses blessures (la plus grave à l’abdomen) quelques minutes plus tard.

Les policiers ont interpellé l’agresseur à 2 h 30, devant son domicile, rue Paulin-Enfert, dans le 18e arrondissement. Il a été placé en garde à vue.

Son frère, qui a tenté de s’opposer à l’arrestation, a été également arrêté.

Pont-Rémy (Somme) – Samedi après-midi, vers 15 h, un individu d’une cinquantaine d’années a poignardé à plusieurs reprises son épouse, âgée de 45 ans.

La malheureuse victime a réussi à s’enfuir et à prévenir les forces de l’ordre avant de s’écrouler.

Transportée à l’hôpital, son pronostic vital était réservé.

Le GIGN, appelé en renfort, a pénétré dans la maison à 21 h et a découvert le cadavre du mari qui s’était donné la mort par arme à feu.

Lille (Nord) – Sur le périphérique, au niveau de la porte d’Arras, le corps atrocement mutilé d’une femme a été signalé mercredi matin.

Elle gisait sur la route au milieu de la circulation, entre les camions et les voitures.

Apparemment, selon les premières constatations, elle serait tombée du pont qui traverse l’autoroute A 25, volontairement, accidentellement ou poussée par inconnu.

Actuellement elle n’a pas encore été identifiée.

Plusieurs véhicules lui auraient roulé dessus sans s’arrêter.

Un appel à témoins a été lancé par la compagnie de CRS de Quatre Cantons : 03 20 19 49 40.

Nantes (Loire-Atlantique) – Un individu âgé de 24 ans a enrôlé un jeune garçon de 13 ans pour l’aider à agresser des passants.

Dans la nuit de jeudi à vendredi, dans le quartier Bouffay, le jeune garçon aborde un passant et tente de lui voler son blouson.

L’homme se défend, alors surgit le « meneur » qui lui administre un coup de matraque télescopique sur la tête.

Témoin de la scène, un père de famille, avec son bébé dans les bras, sort de sa voiture pour tenter de s’interposer. Il est alors menacé de mort.

Les deux voyous s’en prennent ensuite à une seconde victime, assise sur un banc.

Le scénario est identique : le jeune garçon s’approche de lui pour le voler et vlan ! coup de matraque sur le crâne, bilan 5 jours d’arrêt de travail.

Les deux voyous ont été interpellés. Le plus âgé, au casier judiciaire très chargé et actuellement incarcéré, mais bénéficiant d’une permission de sortie, a retrouvé sa cellule.

Quant au mineur, il sera convoqué devant le juge pour enfants, en présence de ses parents.

Selon la formule désormais habituelle : nous ne sommes informés ni des identités ni des origines des individus impliqués dans ces faits divers !

Espagne : province de Murcie – Dans la localité de Mula, la police locale a interpellé un individu âgé de 42 ans, d’origine marocaine, qui a tenté d’abuser sexuellement d’une jeune fille mineure de 15 ans durant les fêtes patronales de la localité.

Les policiers ont reçu l’appel à 1 h 32. La patrouille s’est rendue aussitôt dans la zone du parc Cristobal Gabarron et l’adolescente leur a indiqué qu’un homme l’avait agressée par-derrière et tenté de lui ôter sa robe.

Un jeune garçon a réussi à photographier l’agresseur, qui s’était enfui, ce qui a permis de l’identifier et de l’arrêter.

Deux autres adolescentes, également agressées, ont pu se mettre à l’abri et demander de l’aide.

Manuel Gomez

image_pdfimage_print

13 Commentaires

  1. identités des auteurs des ces agressions aux couteaux toujours mis sous silence ( maisl’ont sait que ces toujours les memes) mais quand c’est un francais de souche qui viole ( jean-marc reiser) nom et photo du violeur et trés vite diffusé sur les medias !!

    • Kabout, maintenant on en a l’habitude ,on sait comment ça marche.Identité cachée=Agresseur d’origine étrangère. Bien à vous.

      • Encore les bouddhistes intégristes.
        Vite ! un suppositoire « pas d amalgame 500gr »

  2. Une étudiante âgée de 22 ans a porté plainte pour un viol commis dans la nuit du vendredi 21 au samedi 22 septembre, vers 3 h, à Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme), place de Salford. La jeune femme a expliqué qu’elle rentrait d’une soirée lorsqu’elle a été abordée par un inconnu, rapporte La Montagne.
    L’homme l’aurait frappée, lui aurait plaqué la main sur la bouche , avant de l’entraîner à l’écart entre deux voitures,. Il l’aurait alors déshabillée puis violée.
    « Tout va bien, le bateau coule « 

  3. Les journalistes ne donnent pas les noms car la police ne peut pas leur transmettre vu que ces prénoms et noms sont trop difficiles à orthographier …voilà pourquoi il faut enseigner certaines langues et dialectes à l’école (ex. arabe, pakistanais, afghan, bambara, swahili, wolof, sérère, etc.)..(dois-je préciser que j’ironise ?)

    • Jamais vu une réflexion aussi con, heureusement que tu ironises… Il faut surtout les renvoyer manu-militari dans leur pays ou une ile déserte du Pacifique dont plusieurs appartiennent à la France

      • excellente idée! on en profiterait pour reprendre les esais nucléaires? et moi je n’ironise pas!

    • ils n’on qu’a dire » les chances pour la france » nous on comprendra,en france grace a l’immigration,les francais vont disparaitre,attentats, tout les jours des morts au couteau,et macron continue a les faire rentrer,le jeu de bonneton il connait le macron,on les refuse en france d’accoster,on les mets a MALTE et ensuite ils freviennent en france,il est fort ce macron

    • pourtant la solution est simple, l’ecriture phonetique: etant donné que dans la langue francaise on peut se passer de l’ortographe pour les noms propres

    • Cette loi perfide qui interdit de donner les origines devrait être annulée. Ils veulent cacher la vérité, censurer l’information

  4. que de couteaux fous!
    jamais le prénom de celui ou celle qui le tenait
    et les français de continuer à chausser leurs lunettes roses!

  5. Aiguisons NOS couteaux !
    Nous aurons tort, nos noms et prénoms publiés !
    Ouf ! Ca changera !

Les commentaires sont fermés.