Tout ça ne vaut pas un jour de fête à Hayange !

CochonhayangeVous avez tous entendu parler, bien sûr, du fameux clair de lune à Maubeuge, de l’inégalable soleil de Tourcoing, d’une inoubliable croisière sur la Meuse ou de vacances incomparables au Kremlin-Bicêtre… Mais si, voyons, cherchez bien dans vos souvenirs : une chanson des années 60 de Pierre Perrin reprise, plus tard, par Bourvil, Annie Cordy, et tant d’autres, un sommet de la chanson française…

Bon, pour les jeunots de moins de soixante ans qui ont encore dents de lait et souvenirs de la dernière pluie, je dépose ci-dessous un fil d’Ariane en guise de machine à voyager dans le temps : un simple clic, la manœuvre vous est familière, et vous voici projetés cinquante ans en arrière ! Je vous préviens, l’air va vous trotter dans la tête pendant des jours, mais il y a pire supplice après tout.

Donc, le clair de lune à Maubeuge, le soleil de Roubaix ou autres merveilles de la nature ne sont rien, je vous le dis, à côté d’une autre splendeur que je viens de découvrir : un jour de fête à Hayange ! D’autres que moi vous en feront sans doute le récit circonstancié, peut-être même vous offriront-ils photos et vidéos pour vous faire vivre (ou revivre) cette si agréable journée.

Je le fais à ma manière en réactualisant une chanson vieille d’un demi-siècle ; c’est tellement plus amusant en chantant et j’espère que vous en serez… enchantés !

C’est en tout cas un hommage souriant mais bien sincère au valeureux, à l’intrépide, à l’exemplaire édile mosellan, Fabien Hay’Engelmann ! Bravo, Monsieur le Maire, et merci encore pour cette magnifique journée. Et puisse Hayange rejoindre bientôt Maubeuge au Panthéon de la chanson française éternelle…

Bourvil (Un clair de lune à Maubeuge)

Un clair de lune à Maubeuge

Un jour de fête à Hayange

Je suis allé aux fraises

Je suis rev’nu d’Pontoise

J’ai filé à l’anglaise

Avec une Tonkinoise

Si j’ai roulé ma bosse

Je connais l’univers

J’ai même roulé carrosse

Et j’ai roulé les R

Et je dis non

Non non non non

Oui je dis non

Non non non non

Non non non non

Tout ça n’vaut pas

Un jour de fête à Hayange

Tout ça n’vaut pas

Un dimanche entre Français

Tout ça n’vaut pas

Patriotiques échanges

Tout ça n’vaut pas

Cochonnaille et vin rosé

Bien frais

J’ai fait toutes les bêtises qu’on peut imaginer

J’en ai fait à ma guise et aussi à Cambrai

Je connais toutes les mers, la Mer Rouge, la Mer Noire,

La Mer-diterranée, la mer de Charles Trenet

Et je dis non, non non non non

Oui je dis non, non non non non, non non non non

Tout ça n’vaut pas

Un jour de fête à Hayange

Tout ça n’vaut pas

Un dimanche entre Français

Tout ça n’vaut pas

Patriotiques échanges

Tout ça n’vaut pas

Cochonnaille et vin rosé

Bien frais

Raphaël Delahaut

image_pdf
0
0

6 Commentaires

  1. En tant que mosellan Germanique de souche, je peux vous dire que je crache sur le traitre Engelmann et le jacobinisme du FN.
    Je crache aussi sur vos délires xénophobes.
    Je me sens extrêmement mieux à coté d’un collègue musulman palestinien intéressé par notre culture qu’en présence de Jacobins laïcistes qui ont détruits notre langue et vidés nos églises.
    Es lebe Lothringen und die Toleranz!
    (Vive la Lorraine et la tolérance!)

  2. Bravo Raphaël, c’est exactement ce dont nous avons besoin, que l’on nous rappelle le bon vieux temps, où être patriote et bon vivant n’était pas une insulte à l’humanité, et où nous nous régalions de ce genre de romances.
    J’ai envie de vous dire « merci pour ce bon moment », mais c’est sincère et pas pour faire du fric … comme l’ex-concubine du motard casqué.
    Soyons nombreux à nous échanger ce genre de souvenir, cela nous aidera à supporter l’insupportable.

    • Merci beaucoup, Josiane, pour ce si gentil message !
      C’est bien ce patrimoine immatériel (chansons, films, gastronomie, etc.) qui nous relie les uns aux autres et fait de nous une communauté nationale. Par la magie de la transmission, ces souvenirs de nos aïeux deviennent les nôtres comme si nous les avions vécus nous-mêmes.
      Mais le Grand Remplacement en cours est aussi un gigantesque autodafé de tout ce qui fait notre mémoire française, vouée à disparaître si un violent sursaut patriotique ne vient pas contrecarrer les plans des naufrageurs qui nous gouvernent.
      L’Histoire s’accélère, funeste, et je ne suis pas très optimiste, mais il n’est pas question pour autant de se résigner à mourir sans combattre !
      Patriotiquement vôtre, Raphaël

  3. J’en pleure de rage et de nostalgie , pour nous provençaux ,C pareil
    nos petits villages , notre tranquilité ,notre folklore et nos traditions perdues et corrompues , nos crèches de Noël , Pagnol ,Daudet , Scotto , Fernandel , Sardou où etes -vous ? au secours on nous a vole et violé notre provence , notre Canebiere , j’en pleure tous les jours de ces souvenirs morts et bien morts , nous sommes des etrangers chez nous ,on nous regarde de travers , on nous insulte ,ils nous meprisent . ALLONS ENFANTS DE L’APATHIE ….. ,

  4. Ah ,la bonne vieille chanson française !
    Connaissez vous le groupe « Les Brigandes » ce sont 7 femmes patriotiques ,qui osent parler franc dans leurs chansons et font le buzz sur le site « le comité de salut public » à écouter pour se redonner le moral.

Les commentaires sont fermés.