Tout islamiste utilisera la démocratie pour mieux l’assassiner

Publié le 27 juin 2013 - par - 1 214 vues
Share

Selon la charia, la loi de la barbarie humaine seule norme juridique pour les musulmans, l’homme n’a pas le droit de légiférer et de rendre des ordonnances, faudrait-il déjà qu’il existe en tant que tel.

Supposée être de source divine, tous les musulmans sont tenus de s’appliquer sous peine de commettre une apostasie.

Elle est le cordon ombilical qui relie les musulmans à leur religion, il ne peut donc  y avoir d’islam sans la charia.

Jamais un fondamentaliste musulman ne fera allégeance à toute autre loi si elle n’est pas censée être l’oeuvre de dieu.

Comme les promesses n’engagent que celui qui les écoute, les islamistes n’auront aucun scrupule ou mauvaise conscience à renier leurs engagements citoyens et démocratiques par nécessité dogmatique.

ll est utopique et irresponsable de croire qu’un islamiste va se muer demain en fervent démocrate par un coup de baguette magique alors que seuls les prescrits de sa religion ont force de loi.

Lui qui est obsédé par la mise en oeuvre de la feuille de route que Dieu a fixée aux musulmans, il ne va pas y déroger  sous peine de commettre une hérésie.

Comment peut on croire un seul instant qu’un islamiste se croyant investi d’une mission divine de propagation de la parole sacrée par tous les moyens afin d’instaurer l’ordre voulu par Dieu puisse dévier de sa ligne de conduite politique pour adhérer ou veiller au respect des lois républicaines sans que cela ne heurte ses propres convictions religieuses ?

Comment peut-on être naïf au point d’imaginer un islamiste qui prêche dans les mosquées un islam pur et dur englobant tous les aspects de la vie sociale, religieuse et politique va oeuvrer pour la séparation de la religion de l Etat ?

Adhérer aux valeurs de la démocratie consiste tout simplement pour un islamiste à aller l’encontre de la volonté d’Allah, seul maître absolu des lois qui contrôlent dans les moindres détails la vie des fidèles.

Autant demander à un islamiste de se convertir à une autre religion, ce qui est un péché mortel dans l’islam, que de le voir demain se draper dans les habits de la République qui est incompatible avec la pensée musulmane fondamentaliste qui récuse toute idée qu’ils puissent exister des sphères d activités ou des aspects de l’existence humaine échappant à l’emprise de la religion ou de la loi divine.

Tant que l’islam continue à vouloir englober le politique et le religieux, l’islamiste ne fera qu’ appliquer fidèlement les prescrits de sa religion.

L’islamiste qui est avant tout un combattant fidèle à sa foi et un prosélyte invétéré  et velléitaire maniant l’épéeà l’époque du prophète et la bommbe aujourd’hui, ne dit-on pas que le paradis est à l’ombre de l’épée ?

Par conséquent toute stratégie basée sur la supercherie, la duperie, le mensonge, le dol, destinée à abuser ou vaincre la crédulité des gens est rendue licite tant qu elle s’inscrit dans le cadre du djihad.

Ce qui est réprouvée par la morale humaine ne l’est pas nécessairement par Dieu tant qu elle porte le sceau d’Allah dans la mesure où tous les actes prétendument accomplis pour le bien de ses desseins hégémoniques sur le monde ne peuvent  pas etre considérés comme illicites.

La fin justifie les moyens. Il est permis de renier sa parole dans l’islam quand  un musulman est sur le sentier de guerre.

En conclusion, un islamiste est le nouveau Tartuffe de notre temps.

Mais en plus immonde, plus cruel et plus perfide, il est telle cette créature immonde et répugnante qui glapit, hurle, vocifère et s’agite dans la marre de l’hypocrisie, l’infamie et l’ignominie.

Il est comme un helminthe, ces vers parasites qui se propagent dans  l’organisme humain en l’ occurrence le corps social musulman.

Aucune thérapie démocratique ne saurait enrayer ou juguler l’épidémie infectieuse qui affecte aujourd’ hui les populations musulmanes avec des forts risques de contamination des non-musulmans suffisamment non-immunisés contre le virus létal musulman.

Elle attaque directement les neurones et la rend insensible et allergique à tout traitement médicamenteux  qui n a pas de caractère divin.  

Salem Benammar

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.