Traduction du Ministère des Affaires religieuses du Royaume d’Arabie Saoudite

Traduction du Ministère des Affaires religieuses du Royaume d’Arabie Saoudite

La Lumière n° 24

23. Ceux qui lancent des accusations contre des femmes vertueuses, chastes [qui ne pensent même pas à commettre la turpitude] et croyantes sont maudits ici-bas comme dans l’au-delà; et ils auront un  énorme châtiment,

31. Et dis aux croyantes de baisser leurs regards, de garder leur chasteté, et de ne montrer de leurs atours que ce qui en paraît et qu’elles rabattent leur voile sur leurs poitrines; et qu’elles ne  montrent leurs atours qu’à leurs maris, ou à leurs pères, ou aux pères de leurs maris, ou à leurs fils, ou aux fils de leurs maris, ou à leurs frères, ou aux fils de leurs frères, ou aux fils de leurs soeurs, ou aux femmes musulmanes, ou aux esclaves qu’elles possèdent, ou aux domestiques mâles impuissants, ou aux garçons impubères qui ignorent tout des parties cachées des femmes. Et qu’elles ne frappent pas avec leurs pieds de façon que l’on sache ce qu’elles cachent de leurs parures. Et repentez-vous tous devant Allah, ò croyants, afin que vous récoltiez le succès.

60. Et quant aux femmes atteintes par la ménopause qui n’espèrent plus le mariage, nul reproche à elles d’enlever leurs vêtements de [sortie], sans cependant exhiber leurs atours et si elle cherchent la chasteté c’est mieux pour elles. Allah est Audient et Omniscient.

Les Coalisés n° 33

53. Ô vous qui croyez! N’entrez pas dans les demeures du Prophète, à moins qu’invitation ne vous soit faite à un repas, sans être là à attendre sa cuisson. Mais lorsqu’on vous appelle, alors, entrez. Puis, quand vous aurez mangé, dispersez-vous, sans chercher à vous rendre familiers pour causer. Cela faisait de la peine au Prophète, mais il se gênait de vous (congédier), alors qu’Allah ne se gêne pas de la vérité. Et si vous leur demandez (à ses femmes) quelque objet, demandez-le leur derrière un rideau: c’est plus pur pour vos coeurs et leurs coeurs; vous ne devez pas faire de la peine au Messager d’Allah, ni jamais vous marier avec ses épouses après lui; ce serait, auprès d’Allah, un énorme pêché.

59. Ô Prophète! Dis à tes épouses, à tes filles, et aux femmes des croyants, de ramener sur elles leurs grands voiles: elles en seront plus vite reconnues et éviteront d’être offensées. Allah  est  Pardonneur et Miséricordieux.

Traduction de Si HAMZA BOUBAKEUR

La lumière n° 24

23. Maudits soient, ici-bas et dans l’au-delà, ceux qui attentent [par leurs calomnies, à l’honneur] des femmes chastes, insoucieuses, croyantes ! Leur châtiment sera terrible.

31. Dis aux croyantes de baisser les yeux [devant ce qu’il leur est interdit de regarder], de sauvegarder leurs sexes [de tout rapport illicite], de ne pas exhiber leurs atours hormis ce qui est visible. Qu’elles rabattent leurs voiles sur leurs poitrines. Qu’elles ne montrent leurs atours qu’à leurs époux, à leurs pères, à leurs beaux-pères, à leurs fils, à leurs beaux-fils,à leurs frères, à leurs neveux[fils de leurs frères et soeurs], à leurs compagnes, à leurs esclaves, aux domestiques mâles impuissants, aux garçons qui ignorent tout des parties cachées de la femme. Qu’elles ne fassent pas tinter [en marchant] les anneaux de leurs pieds pur qu’on sache ce qu’elles portent comme bijoux cachés. Croyants, repentez-vous tous à Dieu pour que vous soyez heureux.

Commentaire

Atours : textuellement : « parures, bijoux ». Sont visés les anneaux des pieds (khalâkhîl), les bracelets (siwarun), les boucles d’oreilles (qurût), les colliers (qala’id).

Ce qui est visible : les vêtements proprement dits : robe, voiles, foulards. Selon certains auteurs, l’expression désigne les bagues (khawâtim), les bracelets. On cite aussi parmi les « choses décemment visibles » le visage et les mains.

Rappelons à ce propos que l’islam interdit au croyant de porter longtemps ou à plusieurs reprises un regard concupiscent sur une femme. Le médecin seul peut licitement examiner une femme, mais en se cantonnant dans les exigences de son art. L’islam interdit aux femmes le nudisme. Interdiction est faite à l’homme de découvrir la partie de son corps comprise entre les genoux et le nombril. Par ailleurs, l’islam recommande tout particulièrement de voir la femme que l’on se propose d’épouser.

Domestiques mâles impuissants : démunis de tout désir sexuel

Qu’elles ne fassent pas tinter : textuellement « qu’elles ne frappent pas avec leurs pieds pour que soit su ». Avant l’islam, les femmes arabes portaient des clochettes aux pieds .

60. Les femmes atteintes par la ménopause et n’espérant plus se marier peuvent, sans [qu’on puisse en faire une transgression], renoncer à leurs vêtements [de sortie], sans exhiber [toutefois] leurs atours. Mais mieux vaut pour elles s’en abstenir. Dieu entend et sait tout.

Commentaire

Atteintes par la ménopause : autre sens admis : « qui n’éprouvent aucun désir pour les hommes et ne leur inspire aucun ».

Renonce à porter, textuellement : « déposer ».

habits, vêtements : Hamidullah traduit à tort ce mot par étoffes et Régis BLACHERE le rend aussi inexactement par « voiles ». Melle MASSON, sans doute par esprit de conciliation, traduit aussi ce mot, pourtant d’usage courant, par « voiles » et explique en note « étoffes ». Malgré ces compromis amusants, la traduction de melle MASSON est à notre avis la plus honorable qui soit faite jusqu’ici en langue française.

Certains, qu’il s’agit bien de vêtements de sortie, les commentateurs citent l’ample robe de dessus (jibab), le voile dont le femmes se couvrent la tête (khimar), le voile ou la voilette couvrant le

visage (qina), le manteau (rida), le pagne (milhafa) le grand voile couvrant tout le corps (mula’a ou mlaya).

Les Coalisés n° 33

53. Vous qui croyez, n’entrez dans les appartements du Prophète que si vous êtes conviés [et dispensez-vous] d’attendre [à l’extérieur] que le repas soit confectionné. Après avoir mangé, dispersez-vous sans chercher avec familiarité [un sujet] de conversation. En vérité, cela nuit au Prophète qui a honte [de vous blesser], mmais Dieu n’a pas honte de la vérité. Quand vous demandez [à ses épouses] quelque chose, adressez-vous à elles derrière un rideau. C’est plus décent pour vos coeurs et les leurs. Vous ne devez pas offenser l’envoyé de Dieu, ni jamais épouser ses femmes après lui. Ce serait une énormité auprès de Dieu.

59. Prophète, dis à tes épouses, à tes filles, aux femmes des croyants de ramener leurs voiles sur elles. Ce sera pour elles le moyen le plus commode de se faire connaître et de ne pas être offensées [dans la rue]. Dieu est plein d’indulgence et de compassion.

Commentaire

Leurs voiles : voile couvrant tout le corps. Sur les différentes manières de se voiler selon la tradition (cf Sourate XXII, verset 46). Nous avons signalé les ennuis qu’éprouvaient les femmes quand elles sortaient dans la rue. Même la nuit, quand les femmes sortaient pour prendre un peu d’air, les débauchés se mettaient ostensiblement sur leur passage et scandaient des vers érotiques (ghazal).

Traduction de Sami Awad ALDEEB ABU SAHLIEH

La Lumière n° 24

23. Ceux qui jettent [le discrédit] sur les femmes préservéesT1, inattentivesT2, et croyantes sont maudits dans [la vie] ici-bas et [la vie] dernière. Ils auront un très grand châtiment.

Commentaire

T1 Ce terme indique les personnes restées chastes ou qui sont mariées.

T2 traduction de Hamidullah : chastes ; traduction de Abdelaziz : innocentes

31. Dis aux croyantes de baisser leur regard, de garder leur sexe, de ne faire apparaître de leur ornement que ce qui est apparent et de rabattre leurs voiles sur leurs fentesT1. [Dis leur] de   ne faire apparaître leur ornement qu’à leurs maris, à leurs pères, aux pères de leurs maris, à leurs fils, aux fils de leurs maris, à leurs frères, aux fils de leurs frères, aux fils de leurs soeurs, à leurs femmes de suite, à ceux que la main droite possède, à ceux sans besoin [sexuel] faisant partie de la suite, ou aux enfants qui ne sont pas informés des intimités des femmes. [Dis leur] de ne pas frapper avec leurs pieds pour que l’on sache ce qu’elles cachent de leur ornement. Revenez tous à Dieu, ô croyants. Peut-être réussirez-vous !

Commentaire

T1 Le terme arabe juyub est traduit par « poitrine » (traductions de Amidullah, Abdelaziz et Chiadmi), échancrures (traduction de Berque), gorges (traduction de Blachère), seins [traduction de Kasimirski). Il est utilisé par le Coran au singulier (jayb) à propos de Moïse (sourate 27, verset 12 et sourate 28 verset 32) dans le sens de la fente de la chemise, et dans la variante de la sourate 107 verset 12 dans le sens de la fente du corps de la femme, comme synonyme de sexe. D’où notre traduction.

60. Quant aux femmes assises [dans leurs foyers]T1 qui n’espèrent plus le mariage, nul grief sur elles à déposer leurs vêtements, sans s’exhiber avec l’ornement. Si elles restent décentes, cela est meilleur pour elles.. Dieu est écouteur, connaisseur.

Commentaire

T1 : atteintes par la ménopause (traduction de Hamidullah).

Les Coalisés n° 33

53. Ô vous qui avez cru ! n’entrez pas dans les maisons du Prophète, à moins qu’on ne vous [l’]autorise pour la nourriture, sans en attendre le moment. Mais lorsqu’on vous appelle, alors, entrez, et lorsque vous vous êtes nourris, dispersez-vous, sans vous complaire dans un récit. Cela faisait du mal au Prophète, mais il se gênait de vous, alors que Dieu ne se gêne pas de la vérité. Si vous demandez [à ses femmes] quelque bien, demandez-le derrière un voile. Cela est plus pur pour leurs coeurs et leurs coeurs. Il ne vous appartient pas de faire du mal à l’envoyé de Dieu, ni d’épouser  jamais ses épouses après lui. Voilà ce qui serait , auprès de Dieu, un très grand [péché].

59. Ô prophète ! Dis à tes épouses, à tes femmes et aux femmes des croyants, de ramener sur elles leurs mantes. Cela est le moindre pour qu’elles soient reconnues et ainsi elles ne subiront pas de mal. Dieu est pardonneur et très miséricordieux.

 Jean-François Cerisier

image_pdf
0
0