Traite négrière : pour une fois qu’un Algérien dit la vérité…

Publié le 1 juin 2021 - par - 38 commentaires - 1 982 vues
Traduire la page en :

Pour une fois qu’un Algérien dit la vérité aux “Noirs” : “que pendant 800 ans, et même actuellement, ils les ont vendus (et ils continuent à les vendre) comme du bétail !”   

N’est-ce pas ce que nous leur affirmons depuis des décennies : “que ce sont les Arabes et les chefs de tribus, leurs ascendants, leurs pères, leurs frères, qui les vendaient ! »  

Qu’ils s’en prennent à Christiane Taubira, celle qui a refusé de le leur dire “afin de ne pas culpabiliser les enfants des Arabes pour les crimes de leurs pères ! » 

Imaginons une seule seconde qu’il s’agisse d’un « Blanc » ou d’un « extrême droite » qui aurait tabassé ce livreur et insulté la femme de couleur qui le filmait, cela aurait été une révolution dans tout le pays, un déchainement de violence, de vandalisme, des voitures incendiées, des passants agressés, n’est-ce pas « Ligue de défense des « Noirs » ? La LICRA, SOS Racisme, les médias, etc. Quelle chance nous avons eue que ce soit un Algérien, presqu’un « pote », non ?

Il est bien plus facile de culpabiliser les Français pour les crimes qu’ils n’ont pas commis, n’est-ce pas Président Macron !

Lundi soir j’ai vu un film « Les figures de l’ombre ». Cela se passait en 1961 aux USA, et plus précisément à l’intérieur de la NASA.

Il s’agissait de « l’apartheid » subi par les Noirs, à cette époque pas très lointaine : places de bus séparées des Blancs, toilettes réservées aux Noirs, bureaux réservés aux Noirs et séparés des Blancs, accès des lieux interdits aux Noirs, les facultés notamment, et même les boissons (le café) à part pour les Noirs mais également, et surtout, du mépris que l’on éprouvait contre eux. Ils étaient considérés comme « une race inférieure » et ils le savaient, et ils en souffraient.

Et il ne s’agissait pas de Noirs du peuple mais de l’élite, « de l’intelligentsia », au service du gouvernement, de l’armée.

Et vous, Algériens, qui ne cessez de réclamer des excuses, des repentances, pour la manière dont vous avez été traités par « la colonisation » : les colons que (paraît-il) nous étions, vous ont-ils interdit les facultés, les écoles, les places dans les transports, les toilettes, les cinémas, les cafés, les grands magasins, des bureaux à part dans les entreprises, etc. ?

Vos mérites n’ont-ils pas été reconnus et appréciés, voulez-vous que l’on vous cite des noms d’Algériens parvenus aux postes les plus élevés : généraux, ingénieurs, professeurs, médecins, écrivains, philosophes, artistes, etc. durant « la colonisation » ?

Ceux qui vous gouvernent depuis soixante années ont-ils fait pour vous ce que la France a réalisé au cours des précédentes décennies ?

Si c’était le cas, votre jeunesse ne fuirait pas, par millions, le pays où elle pourrait s’épanouir et vos « élites » resteraient dans leur patrie au lieu de se disperser dans le monde.

Les Russes et les Chinois vous offrent-ils les mêmes chances que la France vous proposait ? Ou vous exploitent-ils bien davantage, sans rien vous offrir ?

Les réclamations, les plaintes, les exigences de repentance, d’excuses et, surtout, de dédommagements financiers, à présent cela suffit… Basta !

Manuel Gomez

Print Friendly, PDF & Email

Riposte Laïque vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 7 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires injurieux ou diffamants envers les auteurs d'articles ou les autres commentateurs.
  • La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de langage ordurier ou scatologique, y compris dans les pseudos
  • Pas de commentaires en majuscules uniquement.
  • Il est rappelé que le contenu d'un commentaire peut engager la responsabilité civile ou pénale de son auteur

Les commentaires sont fermés.

Lire Aussi