Trappes : L’affectueux Valls responsable et coupable !

Publié le 22 juillet 2013 - par - 1 757 vues
Share

Môssieur Valls n’est pas le ministre de l’Intérieur et des Cultes, Môssieur Valls est le ministre de l’Intérieur et DU CULTE, le seul qui ait droit à ses égards et à son « affection » -et à ceux du gouvernement : l’islam.

Et je n’affabule pas, c’est  le ministre lui-même qui a déclaré que, par sa présence à la Grande Mosquée de Paris,  «la République  adresse des regards d’affection aux musulmans de notre pays.»
Voilà une déclaration d’amour qui a le mérite de la franchise !
Donc, en ce 18 juillet 2013, (par ordre alphabétique) adventistes du septième jour, agnostiques, animistes, athées, bouddhistes,  catholiques, juifs, orthodoxes, protestants et témoins de Jéhovah ont dû se rendre à cette évidence qu’ ils n’ont pas droit, eux, à l’«affection » de la République… ni à celle du ministre du Culte.
Ils le subodoraient déjà, notez bien, puisque l’an passé le président fraîchement élu avait adressé « tous [s]es vœux de bonheur, de santé et de réussite aux musulmans de France », à l’occasion de l’Aïd-el-Fitr, qui consacre la fin du ramadan (merci pour les autres, Flanby !)
Au moins, c’est clair : pour les non-musulmans, la République « n’a pas pour Rodrigue les yeux de Chimène » ; elle leur réserve au mieux indifférence et mépris, au pire haine et hostilité déclarée (et c’est le cas du catholicisme, auquel le ministre du Culte a déclaré la guerre, si l’on en juge par la répression policière contre les Veilleurs)

Ri7lèche Vals Hollande DelanoéMôssieur Valls s’indigne haut et fort de ce qui est défini comme  « profanation », si par aventure on retrouve des têtes de cochon devant une mosquée, comme à Montauban en août 2012  ;  Môssieur Valls serre les mâchoires et tempête, l’œil allumé de colère, pour le moindre graffiti  écrit sur le mur d’une mosquée ou la moindre crotte de chien posée sur son seuil ; Môssieur Valls s’acharne contre des jeunes (sans guillemets : des jeunes au sens propre) qui sont montés sur le toit d’une mosquée en construction, autant dire un chantier…
Mais Môssieur Valls se tait, si on saccage l’intérieur d’une église, comme à Naintré en mai 20131, en abîmant les objets du culte, en forçant la porte du tabernacle et en volant des hosties consacrées, ou bien en les jetant au sol ; ce n’est d’ailleurs dans la presse aux ordres qu’ un « acte de malveillance », que du « vandalisme »…

Quand un prêtre en soutane est tabassé par des racailles musulmanes, comme le père Grégoire en mai dernier à Avignon, Môssieur Valls se tait.
Mais quand un imam est tabassé par des racailles catholiques, Môssieur Valls…. Euh non !  là, je m’emballe : il n’y a malheureusement aucun exemple d’imam tabassé…

http://24heuresactu.com/2013/05/17/pretre-tabasse-la-photo-quon-ne-verra-pas-dans-les-jt/

Quand des catholiques sont caillassés par des racailles musulmanes après la messe ou dans l’église elle-même, Môssieur Valls se tait .
Mais quand des musulmans sont caillassés par des racailles mécréantes, Môssieur Valls… Euh non ! voilà que je m’emballe encore : il n’y a malencontreusement aucun exemple de musulmans caillassés…

J’ai écrit « malheureusement » et « malencontreusement », non pas que je regrette que ces actes répréhensibles n’aient eu lieu, mais parce que ça ne donne pas beaucoup de grain à moudre à notre ministre du Culte et au CCIF, prompts à dénoncer « la (soit-disant) déferlante islamophobe qui touche la France depuis des mois ».
Ils sont où, les « actes anti musulmans en forte augmentation », dénoncés par Abdallah Zekri ?  Elle est où, cette « montée des violences à l’égard des musulmans de France », cette « violence tout à fait inacceptable » que Môssieur Valls condamne ?
Il serait bon que le ministre du Culte communiquât, par voie de presse, la liste détaillée des exactions et agressions perpétrées à l’égard des mahométans par ceux qui n’ont pas son « affection », parce que j’ai vraiment l’impression qu’on se fout de nous :  Môssieur Valls ne confondrait-il  pas un ras-le-bol  franchouillard manifesté par quelques paroles ou gestes -regrettables certes (comme de tirer sur le voile d’une musulmane ou le lui ôter), mais compréhensibles  (ça démange parfois !)-   avec la vraie violence, celle qui recourt au coup de poing américain, au couteau, au marteau, à la barre de fer, à la batte de base-ball, à la kalachnikov, au tir de mortier, au jet de pierres ou de lessiveuse du haut d’un immeuble ?
Le ministre du Culte a adressé un « message de fermeté »  aux auteurs de ces paroles ou de ces gestes « islamophobes », que traque avec acharnement le CCIF -dernière association geignarde et inquisitrice créée en cet unique but-  mais c’est aux racailles qui leur pourrissent la vie et les terrorisent au quotidien que les Français aimeraient voir le ministre de l’Intérieur adresser le même « message de fermeté » !

Quel rapport avec ce qui s’est passé à Trappes, me direz-vous ? J’y viens…

Soit le ministre d’une République qui « ne reconnaît et ne subventionne aucun culte » ignore toutes les religions -et c’est ce qu’il doit faire dans un pays « laïc »-, soit il leur rend hommage à toutes à égalité.
Or, Môssieur Valls se rue à Paris ou à Lyon pour participer à l’iftar. Mais chacun est à même de remarquer -et au premier chef les musulmans eux-mêmes-  qu’il ne se rue pas à Notre-Dame le Mercredi des Cendres, par exemple, pour le début du Carême, pas plus qu’il ne souhaite de Joyeuses Pâques aux chrétiens.
Participer à titre officiel à des ruptures de jeûne, c’est faire de l’islam, ni plus ni moins, une religion d’Etat : première erreur…

Môssieur Valls brosse le CCIF dans le sens du poil (de la barbe), reçoit ses jérémiades  et lui donne raison au lieu de remettre à sa place cette association dont la création n’aurait d’ailleurs jamais dû être autorisée.
Le ministre du Culte semble ne pas comprendre que l’’islam, en tant qu’idéologie politico-juridico-religieuse, peut inspirer légitimement peur et/ou répulsion comme tous les « -ismes » (nazisme, communisme, sionisme, mondialisme etc) et prêter à critiques comme toutes les religions : cela ressortit de la liberté de conscience, de la liberté d’opinion et de la liberté d’expression.
Admettre que l’islamophobie puisse être un délit, alors qu’elle est un DROIT garanti par notre Constitution, à moins de restaurer officiellement le délit de blasphème (disparu depuis presque 3 siècles) : deuxième erreur…

Le message de Môssieur Valls, à la Grande Mosquée, a été reçu 5 sur 5 partout en France :
-les musulmans constituent une communauté à part qui jouit de « l’affection » du gouvernement  et bénéficie d’égards qu’il ne concède qu’à elle ;
-le gouvernement considère que l’ « islamophobie » constitue une atteinte gravissime, qui doit être sévèrement sanctionnée ;
-le gouvernement considère, entre autres,  comme « islamophobe » la détestation du voile islamique manifestée par les mécréants (le CCIF a parlé de  «8 agressions »  contre des femmes voilées, dont certains témoignages sont -semble-t-il-  à prendre avec précautions3…et encore faudrait-il s’entendre sur ce qu’on met sous le terme « agression »)

Voici donc qu’à Trappes une voilée est verbalisée pour port de voile intégral : pour nous, c’est normal, c’est la loi.
Mais comment diable cela pourrait-il être interprété autrement que comme un geste islamophobe par la communauté musulmane, alors même qu’elle a entendu les récriminations du CCIF contre l’islamophobie, les déclarations fracassantes et « affectueuses » du Matamore de l’Intérieur et du Culte, lequel n’a nullement contredit le CCIF mais a abondé dans son sens ?
Bien sûr que le mari s’en mêle, qui veut étrangler le policier islamophobe ! Bien sûr que voisins et amis s’en mêlent, sûrs de leur bon droit de musulmans opprimés par une islamophobie galopante (c’est Valls qui l’a dit)!
Sans vouloir faire un mauvais jeu de mots, Môssieur Valls a joué avec le feu à la Grande Mosquée de Paris : il a allumé l’incendie de Trappes !  Il aurait mieux fait de clore sa grande gueule et de s’en tenir à ce pour quoi il était venu : faire honneur au repas, après la prière de rupture du jeûne, et déguster les mets offerts par ses hôtes.

Le jour où les politiques  -et Môssieur Valls en tête- comprendront que ce n’est pas en agissant de la sorte qu’ils règleront les problèmes de cohabitation entre les communautés -communautés qu’ils ont créées de toutes pièces, faute de courage pour imposer l’unicité et l’indivisibilité du peuple français- on aura fait un progrès énorme.
Il n’est pas difficile de comprendre qu’un peuple, c’est comme une famille et une classe : il vaut mieux éviter qu’il y ait des chouchous !

1. A titre d’information, pour l’année 2010, le ministère de l’Intérieur a recensé 621 lieux de culte ou cimetières attaqués ou profanés dont 522 étaient chrétiens, soit 84,05 % des cas. Dans le bilan 2012, le nombre d’atteintes contre les édifices et sépultures se chiffre à 667, contre 620 en 2011. Les sites chrétiens sont les plus touchés avec 543 atteintes (soit 352 contre les édifices religieux et 191 contre les sépultures). Viennent ensuite les sites musulmans avec 84 atteintes (soit 83 contre les édifices religieux et 1 contre les sépultures). http://faitreligieux.com/france/cultes/2013/05/03/les_atteintes_contre_les_lieux_de_culte_en_hausse_1

2.  « Ce que nous regrettons sincèrement, c’est que le ministre de l’Intérieur ne se soit pas manifesté en deux jours. Si ça avait été un imam ou un rabbin, il serait déjà sur place », dit le père Marie-Christophe, responsable de Saint-Jean.

3. La femme voilée, « agressée » à Argenteuil , sera reçue au Ministère de l’Intérieur, après avoir porté plainte : «agression extrêmement grave», dira Valls, qui décidément ne sait plus le sens des mots .
Les policiers  ont noté « d’importantes divergences » entre les dires de la victime et ceux des témoins, et des contradictions dans le propre témoignage de la jeune femme.
Celle-ci a affirmé avoir été jetée par terre, rouée de coups et traitée de «sale arabe» ; elle aurait eu le voile arraché et des mèches de cheveux coupés.
En fait elle téléphonait, et deux loubards qui se sont approchés pour lui voler son smartphone. Pas de propos racistes, pas de voile arraché mais juste un peu déchiré, un coup à la hanche dans la bousculade, pas de cheveux coupés non plus !
Bref, tout sauf une agression anti-musulmane !

Chantal Macaire

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.