1

Trappes, un des Molenbeek français les plus réussis

La ville de Trappes, dans les Yvelines, est un laboratoire de l’islamisation : il y avait 3216 habitants en 1946, et 32 346 en 2015. C’est une ville qui en cinquante ans a été multipliée par dix, pour abriter l’immigration musulmane. Un Molenbeek français.

En 2005, à Trappes, 61 % des jeunes de moins de 18 ans avaient au moins un parent immigré.

Entre 60 et 80 jeunes sont partis de Trappes pour faire le djihad en Syrie, dont onze sont morts. Parmi ces morts, un animateur de la mairie, tué dans les rangs de Daesh !…Cela fait un peu désordre.

Trappes, c’est le bastion du djihad, c’est le symbole du poids du vote musulman, du changement de population et de l’islamisation de la France. Pire, « aujourd’hui, à Trappes, la République a totalement disparu. Vous avez une ville qui est gouvernée par des islamistes, des djihadistes, des Frères musulmans, des salafistes », tempête l’ancien juge anti-terroriste Alain Marsaud :

http://www.valeursactuelles.com/trappes-la-poudriere-islamiste-64544

Marsaud ajoute que la mairie PS achète, cher, la paix civile. Il est aussitôt démenti par Benoît Hamon, qui parle d’attaques méprisantes et de préjugés, mais à quoi s’attendre de la part de celui qui pense qu’il y a trop de blancs à Brest ?…N’est-il pas définitivement de l’autre côté ?…

N’oublions pas que si Benoît Hamon a été élu député de cette circonscription, c’est grâce au survote musulman de Trappes et de La Vérrière. En s’opposant à une loi contre les nounous voilées, il a conforté sa carrière de collabo.

Dans cette ville de Trappes, 70 % des habitants sont musulmans :

http://www.valeursactuelles.com/societe/trappes-lislamisme-vaincu-la-republique-60974

On n’y trouve pratiquement que des magasins d’alimentation halal. Une dizaine de boucheries sont halal, toutes les autres, boucheries traditionnelles, ont disparu. Les qamis, barbes fournies et voiles intégraux sont monnaie courante. Il y a plusieurs écoles privées musulmanes.

La ville compte actuellement cinq mosquées contre une église et une synagogue. La grande mosquée des Frères musulmans est en radicalisation constante. Elle invite souvent des prédicateurs étrangers, on devine lesquels.

Le poids du vote musulman est bien sûr énorme. Ce sont les musulmans qui ont élu le maire actuel Guy Malandain. Ce membre du PS, chevènementiste, ayant jeté son dévolu sur Trappes et profitant de ce que le maire de ce bastion communiste faisait traîner les négociations pour la construction de la mosquée, aurait en 2001 échangé son élection contre la construction de la mosquée pour les Frères musulmans :

http://www.fdesouche.com/932807-trappes-78-maire-ps-laic-chevenementiste-a-echange-election-contre-construction-dune-mosquee-geante-freres-musulmans

Trappes est une ville dont un certain nombre d’élus sont diversitaires, il suffit de regarder le trombinoscope révélateur des élus et leurs noms :

http://www.trappes.fr/documents/CM_-_062017.pdf

Ce même maire, ne doutant de rien, avait même demandé (en vain on s’en doute bien) à Riposte Laïque d’enlever de son site, le menaçant de poursuites judiciaires, l’article suivant  :

http://ripostelaique.com/Voyage-dans-la-France-musulmane.html

Au sujet de son livre paru le 4 janvier 2018 , « Communauté » (Albin Michel) écrit sur Trappes avec Raphaëlle Bacqué, Ariane Chemin dit de Trappes qu’elle est une ville « follement romanesque ». Romanesque, le djihad ?… Romanesque, l’islamisme radical ?… Romanesques, toutes ces femmes entièrement voilées qui suscitent des émeutes au moindre contrôle ?… Nous n’avons pas la même définition du romanesque. Pour nous, c’est plutôt de tragique qu’il s’agit.

De cette journaliste au monde, Houellebecq donne son appréciation : « j’ai lu plusieurs de ses articles et de ses livres, c’est de très bas niveau : aucun fait important, beaucoup d’insinuations et de on-dit, le tout hâtivement rédigé, farci de clichés d’ambiance, et sur un ton de sournoiserie malveillante, sa marque de fabrique. »

Une info intéressante malgré tout dans ce livre : la mairie de Trappes ignore le mot islam, et le mot radicalisme. Ce sont des mots tabous.

La ville de Trappes a été le théâtre le 2 janvier 2018 en début de soirée d’une tentative de bataille rangée entre deux bandes rivales. Une quarantaine de jeunes armés de couteaux. Mais la police est intervenue à temps. Cela se reproduira mais on ne le saura pas toujours…

La librairie Nour al Hidaya (« Lumière de la Guidance ») située à Trappes au bord de la nationale 10 vend des livres islamiques, des corans, des parfums, des cosmétiques, des jilbabs et autres tenues surréalistes, parfaites sans doute pour le désert mais inadéquates en France. Une de mes relations s’étant perdue sur la route, elle a vu cette librairie sans réaliser ce que c’était et, ne doutant de rien, est allée y demander son chemin.

Le libraire du moment, en idéale tenue du parfait petit musulman, ne l’a même pas regardée. Même lorsqu’elle a poliment répété sa question. Il l’a délibérément ignorée. Elle n’existait pas pour lui. Elle était transparente. Forcément il faisait très chaud cet été là et loin d’être bâchée elle était bras nus, tenue tout à fait scandaleuse on en conviendra… Elle commençait à perdre ses moyens devant cet incivisme, cette tartufferie, ce manque d’intégration, lorsqu’une voilée présente dans le magasin a finalement daigné la renseigner du bout des lèvres.

Vous qui passez devant cette librairie de la Guidance, évitez d’y demander votre chemin. Vous n’y serez pas guidé. Sauf vers l’islam le plus strict. Une voie dangereuse, négatrice de nos valeurs, négatrice de tout ce qui nous fonde. Une voie totalement sans issue.

Trappes, l’avenir de la France ? Espérons que non.

Sophie Durand