Travail : des tensions de plus en plus nombreuses avec des musulmans…

TCHOIslamRATPPrièrePanne« Un ensemble de faits travaille, insidieusement ou ouvertement, à la décomposition d’un pays en voie de libanisation », écrit André Bercoff dans le dernier numéro de Valeurs actuelles à propos de l’islamisme – autrement dit, l’islam en action – qui avance sur deux fronts : d’un côté le terrorisme et de l’autre les attaques incessantes contre notre mode de vie, dont le burkini fut la dernière manifestation.

Parmi les théâtres d’opérations intérieures de l’islam conquérant se trouve en bonne place le monde du travail, lequel est, de toute part, assailli par des exigences confessionnelles exorbitantes qui entravent sa bonne marche lorsqu’elles ne constituent pas un véritable danger : combien de conducteurs de bus, de taxis, d’engins de construction, etc., ont-ils fait le ramadan, qui tombait cette année entre juin et juillet, à une époque où les jours sont les plus longs ? Combien de risques potentiels d’accidents à cause d’une concentration amoindrie par le jeûne ? Questions qui ne se poseront sans doute que le jour où il y aura des victimes, avec toute la prudence requise pour ne pas céder aux amalgames ! Et là, nous ne parlons que de conséquences indirectes d’un précepte de l’islam.

Car il y a le reste, plus agressif. Ghislaine Dumesnil, dans Mahomet au volant / La charia au tournant, racontait comment l’atmosphère religieuse avait gangréné la RATP – où elle était conductrice de bus. Elle racontait aussi comment la Régie avait fini par abdiquer : « Aujourd’hui, au nom des convictions religieuses de certains et du maintien de la paix sociale, la RATP a cessé de mettre en application cette notion de respect et de neutralité qu’elle apportait autrefois à ses clients. » Rappelons que l’un des tueurs du Bataclan était chauffeur de bus à la RATP.

mahometauvolant14

Pourquoi céder face à l’islam ? Parce que l’islam se pare de ses plus beaux atours pour contrecarrer la moindre objection : le souvenir de la Colonisation, le racisme, et autres sésames que les droits-de-l’hommistes leur ont si bien enseignés, dans un souci de traîtrise qui force le respect !

Seulement voilà, le mode de vie occidental, par nature, heurte considérablement les préceptes du Coran et ce, jusqu’au travail, comme vient de le révéler le site breizatao.com : l’usine Monique Rannou de Saint-Evarzec (Finistère) – spécialisée dans la transformation du porc – connaît « de vives tensions ethno-religieuses du fait de la présence de militants islamistes sur le site. »

Tout est parti du recours à « du personnel afro-musulman » par l’entreprise TFN, chargée du nettoyage des locaux. Résultat : « des salles de prière sauvages ont été installées ponctuellement dans l’usine tandis que les agents musulmans de TFN ont régulièrement été vus en train de déambuler en djellabas dans l’enceinte du site. »
Inévitablement, puisque nous sommes dans une région très attachée à son identité culturelle : « Cet activisme, ponctué de provocations diverses, entraîne de fortes tensions avec les ouvriers bretons. » La provocation, marque de fabrique de cet islam qu’on dit modéré !

Avant, on taisait la réalité des faits, mais depuis que le phénomène a pris une ampleur considérable – pouvant, à terme, mettre en péril l’équilibre de certaines entreprises, avec le risque d’une perte de chiffre d’affaires –, les médias officiels se sentent obligés d’en parler. Ainsi, en avril 2016, capital.fr titrait l’un de ses articles : « Comment les entreprises font face à l’islam radical ». On pouvait y lire entre autres : « Tensions et conflits liés à des personnes se réclamant d’un islam radical éclatent ainsi au grand jour. Prosélytisme, refus de saluer les collègues de l’autre sexe, demandes de travailler avec des personnes de même religion, salle de prière improvisée, etc., ces situations se multiplient, même si elles restent minoritaires […] D’après une étude de l’Observatoire du fait religieux en entreprise, les cas conflictuels relatifs à la religion ont doublé en 2015 (6% des répondants affirmant y avoir été confrontés contre 3% en 2014). Les secteurs les plus exposés sont ceux qui emploient le plus de main-d’œuvre peu qualifiée : l’agroalimentaire, le bâtiment, les transports, le nettoyage, la sécurité. »

Je contredirai capital.fr au moins sur un point : les tensions ne sont pas minoritaires. Il suffit d’avoir un certain sens de l’observation pour se rendre compte combien ce fléau s’est étendu. L’islam, dans le monde du travail, installe progressivement sa domination. Pas un secteur qui ne soit épargné. Même la Police est affectée : « Diffusion de chants religieux en patrouille, refus de participer à une minute de silence ou de protéger une synagogue, voire incitation, sur Facebook, à commettre des attentats : la police est confrontée à des actes de gravité variable, en nombre limité, mais qui illustrent une progression préoccupante du fondamentalisme religieux dans ses rangs. » (leparisien.fr)

Bientôt, si aucune politique courageuse n’est mise en place, ce seront des gardiens de musées qui, après avoir refusé de surveiller une salle où se trouvait accrochée une Vénus trop court-vêtue, la lacéreront en conformité avec leur loi ; ce seront des éboueurs qui éviteront les rues portant des noms de saints chrétiens, etc. J’exagère ? Ecoutez plutôt les prêches d’imams comme celui de Brest et voyez de quelles effrayantes absurdités les porte-paroles de l’islam sont capables.

Que faire ?
La loi stipule que : « Aucune personne ne peut être écartée d’une procédure de recrutement ou de l’accès à un stage ou à une période de formation en entreprise, aucun salarié ne peut être sanctionné, licencié ou faire l’objet d’une mesure discriminatoire, directe ou indirecte, telle que définie à l’article 1er de la loi n° 2008-496 du 27 mai 2008 portant diverses dispositions d’adaptation au droit communautaire dans le domaine de la lutte contre les discriminations, notamment en matière de rémunération, au sens de l’article L.3221-3, de mesures d’intéressement ou de distribution d’actions, de formation, de reclassement, d’affectation, de qualification, de classification, de promotion professionnelle, de mutation ou de renouvellement de contrat en raison de son origine, de son sexe, de ses mœurs, de son orientation ou identité sexuelle, de son âge, de sa situation de famille ou de sa grossesse, de ses caractéristiques génétiques, de la particulière vulnérabilité résultant de sa situation économique, apparente ou connue de son auteur, de son appartenance ou de sa non-appartenance, vraie ou supposée, à une ethnie, une nation ou une race, de ses opinions politiques, de ses activités syndicales ou mutualistes, de ses convictions religieuses, de son apparence physique, de son nom de famille, de son lieu de résidence ou en raison de son état de santé ou de son handicap. »

A partir de là, l’employeur est pieds et poings liés, sauf à quitter le territoire et délocaliser son entreprise dans un pays où l’islam n’est pas aussi puissant qu’en France ; ce que, soit dit en passant, je lui conseille vivement, dans l’attente qu’un authentique chef d’Etat s’installe à l’Elysée et remette de l’ordre vraiment laïc !
Oui, la France en est là. Mais, via les politiques, elle persiste dans l’erreur. Les touristes désertent l’Hexagone à cause des attentats. C’est un manque à gagner considérable. Et que font les pouvoirs publics : toujours plus d’argent pour les associations antiracistes ; les initiatives pseudo culturelles des cités ; la réhabilitation des quartiers…la liste est longue !

Pendant ce temps, promenez-vous dans les régions de France et voyez ces ruraux abandonnés à leur triste sort ; voyez leurs enfants qui ne portent pas de vêtements de marque et ne paradent pas le cul vautré sur un scooter flambant neuf après avoir brûlé des bagnoles ! Parce que ceux-là sont Blancs et donc les derniers servis, s’il reste quelque chose évidemment !

Pour finir, je vais vous raconter une petite anecdote arrivée inopinément à mes oreilles :
Une maman travaillait et décida que, cet été, son fils ne passerait pas ses vacances à jouer exclusivement aux jeux vidéo. Aussi, l’envoya-t-elle faire un stage UCPA en montagne. Là-bas, le fiston se demanda un jour ce qu’il pourrait bien rapporter à ses parents. Il finit par jeter son dévolu sur du saucisson. L’affaire aurait pu en rester là mais, hélas, dans sa chambrée, le garçon comptait un musulman, lequel, lorsqu’il découvrit ledit saucisson, entra dans une colère noire, avançant l’inviolabilité de sa religion et sommant le provocateur de retirer cet aliment émissaire du Malin. L’autre refusa et cela prit de telles proportions que la directrice du centre du intervenir et donner raison au fidèle…du saucisson !

L’islam se résume dans cette anecdote : aucun compromis. Or, au travail, tout est affaire de compromis !

Charles Demassieux

image_pdf
0
0

14 Commentaires

  1. Pour votre information nous vous indiquons que notre Groupe n’est en rien concerné par cette rumeur n’étant pas le prestataire propreté de cette usine. Nous vous remercions de vous abstenir de relayer cette information totalement erronée.

  2. Pour votre information nous vous indiquons que notre Groupe n’est en rien concerné par cette rumeur n’étant pas le prestataire propreté de cette usine. Nous vous remercions de vous abstenir de relayer cette information totalement erronée

  3. La solution la plus simple est de ne pas embaucher ces braves adeptes potentiels ou non de la religion d’amour et de paix. C’est un droit régalien du chef d’entreprise. De toutes façons avec le ramadan et les prières tu es sûr d’avoir des emmerdes.

  4. Les terroristes islamistes sont de vrais musulmans, à 100%, parce qu’ils appliquent le coran et la voie de Mahomet le sanguinaire, pédophile etc.

  5. L’islam fonctionne comme une psychose qui règle chaque acte du quotidien:y déroger revient à trahir cette idéologie mortifère.Cela sera très difficile de changer la donne.

  6. C’est le même scénario qu’en Algérie, les islamistes commencèrent par ouvrir des mosquées et des salles de prière dans les lieux du travail, dans les résidences universitaires et les quartiers populaires, durant la fin des années 70 et début 80. Après une décennie, il ont déclarés la guerre au peuple y compris les musulmans (ignares qui ne connaissent pas l’islam) qui ont votés pour eux. Ce qui se passe en France est très grave, parce-que la majorité des musulmans lambdas (environ 90%) ne porte pas dans leurs cœurs les non musulmans. Il faut des actions en urgence pour éradiquer cette peste qui risque de précipité la France et l’Europe en général dans une guerre civile.

  7. Avec l’article 6 de la loi du travail de EL khomri le harcèlement anti « faces de craie » va quadrupler en quelques mois. Ce harcèlement a commencé il y a déjà quelques années, il n’est pas nouveau, il est passé sous silence par les chefs d’Entreprises concernés qui ne « veulent pas d’histoire » comme ils disent.
    La colonisation islamique dans tous les domaines fait son bonhomme de chemin en France avec l’agrément de ses « idiots utiles du vivre ensemble ». Le racisme musulman est en marche et il est exponentiel.

  8. Quelle honte ? Hollandouille aurait honte ? Que nenni ! il veut être réélu, point ! la honte d’avoir mal fait, l’honneur, pfft ! connaît pas, le gros ! Il se prend pour le roi , vous l »avez vu ? Mais, « du roi, s’il en a pris la pompe , il n’en a pas la pourpre » !!! Et toc ! J’espère que les bretons vont réagir comme les corses ! J’ai l’impression que ça commence à bouger, pas vous ?

  9. Il y a bien longtemps que çà a commencé dans les entreprises mais il ne faut pas en parler.
    Combien y a-t-il de salle de prières sur les chaînes des constructeurs automobile ? Officiellement aucune. Bien sûr.
    Comment fait-on les relèves de poste dans les ateliers en 3×8 de nuit lors du ramadan ? Pas de consigne sinon celle ci : pas de vagues.
    Pourtant je peux en témoigner après 25 ans de travail posté, çà a été de pire en pire.
    Maintenant que les femmes travaillent en poste de nuit, il est impossible de faire cohabiter celles-ci avec des muz. C’est l’agression permanente.
    Et çà va encore s’aggraver : recrutement problématique, on va chercher dans les banlieues sensibles.

  10. Et dans la vie de tous les jours, en HLM , où ils sont en grand nombre , ils se coalisent contre les jeunes Français , les marginalisent ( en été sous prétexte qu’ils ont du sang impur refusent qu’ils boivent à la meme bouteille qu’eux , les rackettent en les menaçant de leur mettre une raclée si ils ne rapportent pas de l’argent volé dans le porte monnaie des familles , se coalisent y compris pour faire des faux témoignages , les jeunes trentenaires peuvent aller jusqu’à mettre à mal la cohésion d’un escalier ou le blanc domine en semant la zizanie absolue entre voisins qui jusqu’alors n’avaient pas eu de problèmes relationnels … Ces gens sont des horreurs sociales .

  11. Si tous les chefs d’entreprise décidaient, tous en même temps, de remettre l’église au milieu du village, les politicards s’écraseraient mollement comme les chiffes qu’ils sont…

    • Mais des chefs d’entreprise préféreront privilégier leurs marchés avec les pays arabes et fermer les yeux sur les conflits avec ces musulmans au sein de leur entreprise.

  12. Merci, pour la discrimination positive et ce triste sieur veut se représenter. LA HONTE NE L’ETOUFFE PAS

Les commentaires sont fermés.