Tribunal coranique international : droit supranational musulman

Eurabia et le drame de l

J’avais évoqué il y peu la création d’un tribunal islamique qui se donne une compétence générale étendue pour criminaliser les blasphèmes partout dans monde.

https://ripostelaique.com/droit-supranational.html

Je terminais le post ainsi « La mise en place de ce Tribunal coranique supranational doit alors être vu comme un nouveau pas vers le choc des civilisations entre le monde musulman et le reste du monde non musulman. En effet, si le musulman se met en tête de vouloir exécuter les peines de mort partout sur la planète, il va bien falloir en finir avec l’Islam si on vise la paix mondiale.

Il ne peut plus en aller autrement ».

Et bien il n‘a pas fallu attendre longtemps pour l’ouverture des hostilités puisque l’ordre de boycott économique, culturel et linguistique vient d’être lancé par fatwa contre la France dans tout le monde musulman.

La fatwa appelle « les gouvernements des pays islamiques à intensifier le boycott culturel et politique du gouvernement Macron, qui a commis un abus flagrant sur le Prophète… ».

Mais cette fatwa ne s’arrête pas aux gouvernements musulmans, elle concerne de manière plus générale TOUS les musulmans de la planète, au motif que « vous êtes tous des bergers et vous êtes tous responsables du troupeau ».

https://www.fdesouche.com/2021/11/02/inauguration-a-istanbul-de-lorganisation-internationale-de-soutien-au-prophete-de-lislam-pour-la-criminalisation-dans-le-monde-du-blaspheme-contre-mahomet/

Il est de notoriété,  dans l’histoire de l’humanité, que la guerre économique n’est bien souvent que le prélude à la guerre tout court.

Il n’est pas rare de voir des pays qui se compliquent l’existence finir par en venir aux mains.

Nous avons donc ici une véritable déclaration de guerre des musulmans contre la France, son histoire, son mode de vie, son occidentalité, sa non musulmanie, sa musique, les jupes, ses caricatures de Mahomet.

Cet appel clair à la lutte de tous les musulmans de France à se révolter contre le pays dans lequel ils se sont installés fait de ces derniers des ennemis jusque-là latents maintenant déclarés.

J’avais évoqué le principe de précaution dans la précédente analyse concernant ce tribunal : « Comme personne ne sait à l’avance lequel va être désigné, ou se croire désigné, ou se désigner d’office, ce sont tous les musulmans installés en France qui vont devoir être mis sous surveillance ».

Nous pouvons désormais identifier ceux qui sont désignés pour passer à l’acte, puisqu’il s’agit de TOUS les musulmans sans exception.

Il ne s’agit donc plus d’appliquer un simple principe préventif, mais bien de passer au stade de l’obligation de protection de tous les habitants non musulmans de la France.

Comme il parait impossible de faire suivre par la police 24 heures sur 24 tous les musulmans qui sont établis en France, la seule solution viable parait bien désormais une expulsion générale avant qu’une nouvelle fatwa les invite à prendre les armes.

Tout gouvernement qui s’y refuserait engagerait sa très grande responsabilité devant l’Histoire, si le conflit sur notre sol débouchait sur un génocide comme au Rwanda, toute la classe politique qui aurait refusé leur ostracisme serait passible du Tribunal Pénal International pour crimes contre l’Humanité pour avoir laissé faire alors qu’elle savait.

Déjà nos crétins politiques ont été avertis à de multiples reprises depuis des décennies que l’on ne laisse pas impunément des musulmans s’installer dans un pays non musulman.

Qu’un jour ou l’autre on doit en payer le prix.

Ils ont cru bon devoir passer outre, prenant celui ou celle qui annonçait le conflit inévitable pour le ou la Cassandre du mythe de mauvais augure qu’aucun élément concret ne leur permettait de comprendre, aveuglés de leur certitude que le musulman pouvait s’occidentaliser et s’acclimater à sa culture.

Or Cassandre n’explique pas et ne s‘explique pas, elle sent, c’est l’air du temps qui mène sa pensée vers des lendemains qui ne chantent pas, un bruissement de foule, elle sait l’émeute, un prêche musulman, elle sait que cela finira mal, une fatwa, elle a compris qu’il faut prendre les armes.

Cassandre, écoutée sur le Titanic, il n‘y aurait jamais eu de naufrage.

Les mythes peuvent être vus comme des allégories et des leçons de l’Histoire rapportant les comportements, les emportements, les archétypes de l’être humain devant des situations données et les solutions, y compris les travers, que le héros va apporter au tragique du destin auquel il se confronte. Le bon y côtoie le mauvais, le mal, le bien, le gentil, le méchant, et Hollywood est l’aède grec moderne qui fabrique ou recycle les mythes, en mettant en scène les catégories humaines qui s’affrontent et permettent ainsi au spectateur d’apprendre à distinguer celui qui agit pour le bien de celui qui agit pour le mal.

Regarder le monde musulman, lire ses écrits, ses interdits, ses malfaisances, ses abominations envers les non musulmans qui ont eu le malheur de naître dans ces espaces ignobles, ou ceux qui ont le malheur de devenir un déviant par rapport aux injonctions coraniques comme l’homosexuel, c’est faire voler en éclat le mythe d’une religion d’amour et de paix pour voir une réalité de haine et de discrimination, de guerre et de destruction.

Un courant de pensée indigéno-culturalo-totalitaire a cru bon s’affubler du qualificatif « woke », qui se traduit par le terme « éveillé » en français, mais ceux qui s’en revendiquent ne font que créer un autre mythe où l’homme blanc est le mal et l’homme noir,  le bon.

Mais ici aussi le mythe ne tient pas devant la réalité, depuis que le blanc a quitté l’Afrique il n’y jamais eu autant de morts et de crimes, entre noirs maintenant, et l’Afrique du Sud ainsi que le Zimbabwe, qui ont cru bon faire la chasse aux blancs, sont désormais aux portes de la famine et de la guerre des tribus.

Hugues Auffray nous chantait dans « Les crayons de couleur » que la couleur ne fait pas l’homme, c’est bien pour les nouveaux mythes de vanité que cette réalité a été oubliée et va inévitablement conduire aux nouvelles radicalités, qui s’achèveront dans un bain de haine avant le bain de sang.

Nous sommes d’ailleurs entrés dans l’ère de la négation de la Démocratie qui n’est rien d’autre que l’acceptation par les minorités de la loi du plus grand nombre.

Or si chaque minorité peut promulguer sa loi, il n’y a plus de loi générale, mais seulement des lois particulières.

C’est la force des mythes qui paralyse les crétins politiques d’occident que l’on croirait anesthésiés par le venin du serpent devant le musulman, qui leur interdit de voir le réel de sa malfaisance camouflé derrière la légende, qu’ils croient partagée par le coranique, d’une universalité de Droits de l’Homme qui conduit nécessairement à la tolérance pour autrui.

Le venin du serpent qui interdit l’action, c’est justement la déclaration universelle des Droits de l’Homme de 1948, comme si c’était la vérité de tous, qui a induit cet autre mythe, ses valeurs seraient partagées par tout le genre humain sur la planète, deux fables qui viennent brouiller la vue dans la perception des desseins de l’Autre, le maure, « l’étranger », pour reprendre un terme camusien, à la civilisation d’occident, alors qu’en ces temps de guerre séculaire réactivée entre le monde musulman et le reste du monde qui refuse la soumission, il devient vital de discerner la lutte à mort qui s’est enclenchée, comme en son temps la lutte à mort entre le nazisme et le communisme.

Croire à l’universalité du texte des Droits de l’Homme de 1948, c’est sciemment s’aveugler pour ne pas voir que le musulman a proclamé ses propres Droits de l’Homme islamique qui ne s’interprètent que par la Charia.

Il est temps de se laver du mythe d’une religion islamique qui n’existe comme telle que par une des plus grandes mystifications de l’Histoire de l’Humanité, pour lui substituer la réalité d’une idéologie nauséabonde dont l’actualité du monde musulman nous montre les méfaits : viols et mariages forcés de chrétiennes, esclavage de Yézidis, chasse aux femmes qui voudraient accéder à la connaissance, chasse aux juifs, chasse au mécréant, le monde musulman n’est qu’abominations ,si on le jauge à l’aune de la déclaration universelle des Droits de l’Homme non islamique.

Continuer à croire au mythe du musulman bon, c’est ainsi croire que le viol, l’égorgement, la lapidation ne sont que des mythes qui relèveraient des fables des Mille et une nuits, l’autre allégorie du négationisme envers la réalité intolérante mahométane, qu’en d’autres temps en d’autres lieux d’autres humains nommaient nazisme.

Convoquons ceux qui ont subi ces outrages au genre humain à la barre des tribunaux de l’occident, qu’ils témoignent, comme ces rescapés de Dachau ou d’Auschwitz, ils vous raconteront l’innommable musulman : vous aurez alors à les écouter au moins appris à la force de la douleur à faire la part des choses entre le mythe et le réel sarrazin, comme à Hollywood cela a valeur éducative pour devenir un vrai « woke », au sens noble du terme : « éveillé ».

Vous aurez alors saisi que l’époque n’est plus au mythe d’amour, mais au mythe d’Achille, d’Hector et de la guerre de Troie qui aura bien lieu, n’en déplaise à Giraudoux.

En sortant du Tribunal, une idée vous enveloppera l’esprit qui ne vous lâchera plus tant qu’il y aura ces tentatives d’islamisation de la Princesse Europe  : heureux qui comme Ulysse sait tirer à l’arc…

 

Jean d’Acre

image_pdf
13
0

5 Commentaires

  1. envahisseur, immigré-soldat, poseur de bombes, ça suffit pour indiquer qu’on n’en veut pas, pas la peine de tomber dans le piège de leur idéologie, c’est là-dessus qu’ils jouent pour pouvoir s’imposer ; je dis et redis ; les tunisiens-marocains-algériens ne veulent absolument pas se faire envahir par l’un des pays cités, alors qu’ils sont tous coraniques.

  2. Que vaut un Livre écrit et réécrit par la main de l’homme de très nombreuses années plus tard ? Comment apporter un quelconque crédit à un pilleur, guerroyeur, assassin, et amateur d’une fillette de 6 ans ? De plus ce livre reprend des textes issus d’autres textes bibliques vieux de 5 OOO ans.

  3. la charia, je suis pour quand il s’agit de couper la main du voleur et par extension le zizi du violeur
    le reste je m’en contrefiche

  4. S’ils pouvaient ajouter le boycott démographique ça serait pas mal ! Vivement qu’ils nous balancent des fatwas et qu’elles soient mises en œuvre pas tous les profils muzz de par chez nous, qu’on puisse enfin apprendre à se défendre !

Les commentaires sont fermés.