Trois Afghans expulsés. Tout ça pour ça ?

On apprend donc qu’après le « démantèlement » de la « jungle » calaisienne, où 250 personnes ont été interpellées, seuls trois Afghans ont été reconduits – et à grands frais – dans leur pays, où le gouvernement français va s’occuper – toujours aux frais du contribuable français – de leur « réinsertion » (sic !). Tout ça pour ça ?
Ce n’est que du show médiatique, où Eric Besson tente de contenter à la fois la droite et la gauche, dans une posture ridicule et grotesque.

Ces Afghans « réfugiés » en France fuiraient, d’après eux, la mainmise des talibans sur leurs territoires. Mais très curieusement, alors que ce sont les femmes qui sont les plus menacées par ces talibans – depuis les écoles incendiées jusqu’aux filles vitriolées –, ces braves « réfugiés » n’ont guère pris soin d’emmener avec eux leurs épouses, leurs sœurs ou leurs filles : on ne voit que des hommes afghans dans la « jungle » de Calais ou dans les squares parisiens. Aucune femme, aucune fillette. Etrange, non ? Et alors même que le Président de la République, dans sa campagne électorale, promettait d’accueillir en France toutes les femmes victimes de la charia.
La fable du « réfugié afghan » tombe d’elle-même devant cette constatation.
Il est également curieux que l’on fasse grand cas de ces « victimes » des talibans, alors que nos « talibans » bien de chez nous sévissent dans nos banlieues, violentant ou tuant les Ghofrane, les Sohane, les Shézarade, les Ilan Alimi et Sébastien Selam, agressant les « blancs » dans les transports en commun (1). Ce n’est d’ailleurs pas propre à la France : en Belgique, par exemple, on torture allègrement les « blancs » (2) sans que le Mrax (le Mrap local) s’en offusque.
Et alors que nos braves soldats servent de supplétifs à l’armée de Barak Hussein Obama en Afghanistan et se font tuer dans une guerre perdue d’avance, que dire des « talibans » qui sévissent toujours en France, au sein de l’UOIF, comme Hassan Iquioussen le prêcheur négationniste et anti-juifs, ou Hani Ramadan le défenseur de la lapidation, qui continuent à être régulièrement invité dans des conférences, et souvent dans des lieux prêtés ou loués par les municipalités (3) ?
Tout cela démontre une politique de gribouilles et d’hypocrites, qui ne mérite qu’un bon coup de balai que les citoyens donneront tôt ou tard, puisque nous avons déjà atteint le point de non-retour.
Roger Heurtebise
(1) http://rutube.ru/tracks/1734557.html
(2) http://www.dhnet.be/infos/faits-divers/article/286040/20cm2-de-cheveux-arraches.html
(3) http://le-rappel.over-blog.com/article-conference-sur-le-mariage-et-la-famille-37348720.html

image_pdf
0
0