Trois exemples qui confirment que le PS est devenu néo-fasciste

Publié le 12 mars 2014 - par - 1 946 vues
Share

Cela apparaît exagéré puisque tout le monde peut aller chercher son pain ou boire un verre, mais à Cuba aussi et même en Corée du Nord, on peut aller et venir ; donc être « libre » de ses mouvements n’est pas un critère. Par contre, il faut rappeler que le fascisme vient de la gauche en Italie, Mussolini en était l’un des ténors, et le nazisme aussi, Hitler ayant « réconcilié » nationalisme et socialisme, comme tente de le faire Soral et aujourd’hui le FN avec son programme économique. Aujourd’hui, le PS est néo-fasciste parce qu’il dévoile peu à peu que son social-étatisme, État Nounou, se transforme en social-fascisme ou l’État garde chiourme avec ses petits profs, ses petits juges, ses petits animateurs radio/TV qui n’ont même pas besoin d’être commandés parce qu’ils le font de façon quasi-instinctive, de vraies petites chiennes de garde.

Trois preuves à ces dires :

1) l’argument prétendant que ces institutions sont « indépendantes » trompe son monde : encore une fois, certains juges, certains profs, animateurs, n’ont pas besoin qu’on leur donne des ordres pour se considérer comme des soldats de la cause, en l’occurrence, par exemple, éliminer tout candidat non politiquement correct pour les postes d’enseignants à la faculté, attaquer tout élément susceptible de faire de l’ombre à l’hydre néo-fasciste PS qui a le culot même de nommer de ce nom son ennemi comme l’a fait la porte parole du gouvernement récemment.

2) le Pouvoir néo-fasciste a laissé l’ultra-gauche détruire, littéralement, le centre de Nantes (« c’était comme la guerre » ont dit les témoins) parce qu’il a besoin de ces nervis pour semer la terreur dans certains quartiers et facs.  Alors que les fins de rassemblement de La Manif pour Tous ont été sauvagement réprimées avec des centaines d’arrestations et intimidations.

3) Ses juges/soldats ont non seulement mis sur écoute l’avocat de Sarkozy mais ont saisi ses téléphones, ce qui est sinon illégal, du moins jamais vu, d’où les protestations actuelles des avocats. L’idée étant non seulement de semer le soupçon avant les élections municipales, mais de labourer à plus long terme pour casser toute possibilité de recomposition à droite et d’alternative en général.

C’est que ce néo-fascisme là, sous ses aspects débonnaires sur scooter et effets théâtre de boulevard, prétend non seulement détenir la vérité, mais être celle-ci elle-même, tel un dieu qui s’arrogerait tout, c’est l’État Culturel au sens fort, l’État culte autour de leur idéologie transgenre à tous les niveaux, qui se gargarise des écrits pompeux de ses gurus, et qui traite d’extrême droite tous ceux qui lui résistent alors qu’il est pire qu’elle puisqu’il en a absorbé l’intolérance sous les couverts mielleux de la « liberté d’expression » ; sauf qu’il s’agit de la liberté du condamné à exprimer ses dernières paroles.

Lucien Samir Oulahbib

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.