Trump bashing : cela ne marche pas…

Publié le 1 janvier 2018 - par - 28 commentaires - 1 810 vues

Il va de soi que vous ne l’avoueriez jamais en public, mais, au tréfonds de vous-même vous l’avez souvent suspecté : vous n’êtes pas très intelligent ! Vous craignez bien sûr que cela ne se voie, ne s’entende ou ne se devine. Alors, il faut donner le change ! Comment faire ?
Les journaleux vous donnent votre chance. En lieu et place de la gymnastique du matin, ils commencent par se demander ce qu’ils pourraient dire de mal du président des États-Unis.
La recette est là : pour vous voir attribuer un vernis d’intelligence, il suffira de critiquer publiquement le chef de la première puissance mondiale. Sa mèche de cheveux, sa manie de tweeter, ses relations russes, sa femme importée, sa passion pour le golf, son climatoscepticisme… Les journaux, radios et télévisions vous fourniront chaque jour un nouvel argument qui vous permettra de faire étalage de votre sagesse par opposition à ce vilain. En affirmant qu’il est stupide, vous ne risquerez plus d’être considéré comme tout à fait con.
Vieux, je me souviens. La même ritournelle était entonnée chaque matin sur les postes de radio européen à l’époque du président Nixon. Ce grand homme, avec le secrétaire d’État Kissinger, a pourtant mis fin à la guerre du Vietnam. Il a renoué des relations avec la Chine et a œuvré à l’apaisement des conflits raciaux dans son pays. Il était diplômé d’Harvard, mais qu’à cela ne tienne ! Le balayeur parisien ou bruxellois n’ayant jamais pu finir l’école élémentaire répétait que Richard Nixon était un imbécile…
Autant que vous le sachiez tout de suite : j’aime beaucoup Donald Trump ! Il m’est même arrivé de le dire à voix haute devant des gens qui m’ont regardé comme si je venais d’avouer avoir participé à un cambriolage ou mon appartenance à la secte de Charles Manson. Tant ma déclaration leur paraissait impensable, des amis m’ont dit qu’ils ne me croyaient pas, que ce n’était qu’une provocation et qu’en réalité je ne l’aimais pas…
Étrange pays où l’énoncé d’une préférence politique rationnelle, devant des gens qui par ailleurs font profession de tolérance, vous expose à l’ostracisme. Pourquoi rationnelle ? Pour de multiples raisons dont la principale est que ce politicien, honni par les médias et ceux qui les suivent, agit en conformité avec ce qu’il avait promis. Qualité, vous en conviendrez, rare dans nos contrées !
Il a promis de lutter contre l’immigration illégale et il essaie de la juguler malgré toutes les mines placées sur son chemin par les humanitaroïdes. Il a promis de donner la priorité aux emplois dans son pays. Il a diminué l’impôt des sociétés – oh là là, il l’a remis dans la moyenne européenne, quel scandale ! Il a informé le dictateur de Corée du Nord que, s’il dirigeait ses fusées vers un territoire américain, son pays serait anéanti. Il a promis de rendre l’Amérique grande à nouveau et c’est probablement ce qui déplaît le plus à notre jeunesse conditionnée par de bons maîtres à un antiaméricanisme primaire.
Vieux encore, je me souviens. Le 14 avril 1986, Ronald Reagan a pris la décision de bombarder la Libye qui finançait, notamment, les terroristes de l’Ira, des Brigades Rouges italiennes et de la Fraction Armée Rouge allemande. Des gens comme Kadhafi ou Kim Il Young, ne comprennent que l’expression de la force pour modérer leur ardeur à nuire.
Et pourtant… Un gouvernement français a autorisé le dictateur libyen à planter sa tente bédouine au fond du jardin de l’hôtel Marigny. Il y avait 10 milliards d’euros de contrats potentiels à la clé. « A ce prix-là, on peut lui offrir cinq nuits dans ce palace de l’Etat français bénéficiant des services du personnel de l’Elysée tout proche » pouvait-on lire dans les colonnes du Parisien.
Cette magnanimité n’était plus de mise lorsque les journalistes français ont commenté les séjours de Trump dans sa propriété de Floride. Combien d’articles sur la gabegie d’argent public (américain, certes, mais tout de même…) occasionnée par l’organisation de sa sécurité. Le ticket d’avion d’un Premier ministre à 350 000 € pour ne pas attendre deux heures supplémentaires, les Français peuvent le comprendre. Mais l’Américain mobilisant la sécurité au lieu de rester dans le bureau ovale de la Maison-Blanche, cela, c’est honteux !
Ils vous donneront également à entendre que le président des États-Unis doit nécessairement appartenir à la catégorie des pervers sexuels dont le modèle est l’horrible producteur hollywoodien Weinstein. Comment pourrait-il en être autrement d’un bonhomme qui a été client de prostituées russes ? Un vrai satyre, je vous le dis.
Aujourd’hui, les mêmes plumitifs poussent leurs cris d’orfraie chaque fois que Donald Trump profère une menace contre le bouffon nord-coréen à l’allure de panda. S’il montre les muscles en envoyant ses bombardiers au large de la péninsule coréenne, c’est un ennemi de la paix dans le monde. Quoi qu’il fasse ou ne fasse pas, l’homme sera de toute manière voué aux gémonies.
Probablement n’y a rien de nouveau sous le soleil. Les écrivaillons des journaux bien-pensants ont besoin d’un bouc noir qui emportera le mal avec lui lorsqu’il sera chassé.
Quant à nous, gardons-nous de toute hagiographie. Le Président Trump n’est pas non plus un archange illuminé par une prescience céleste. À mes yeux, Il a le gros défaut, très américain, d’être un homme religieux soutenu par les évangélistes. Nul n’est parfait !
Je souhaitais seulement m’opposer ici à la puérilité d’une critique trop systématique. Ceux qui la formulent et la propagent veulent en réalité défendre l’image qu’ils ont d’eux-mêmes, de grands sages qui comprennent les enjeux de la politique internationale et savent le bien du monde entier. Ils sont semblables aux humanitaroïdes se lançant dans une entreprise altruiste pour confirmer leur propre bonté. Ceux-là peuvent y réussir. Les adeptes du Trump bashing, au contraire, finissent par démontrer leur pauvreté intellectuelle.

Gilbert Dispaux

Print Friendly, PDF & Email
Notifiez de
CLV

Et bien moi aussi j’aime bien se Président Trump qui se fout royalement de ses opposants (pas comme cette droite molle ces France ) pour assumer sa politique patriotique et redonner l’espoir aux américains. Contrairement à vous, qu’il soit proche de l’église ne me gêne absolument pas bien au contraire croire. Trump, Poutine, Orban,Kutz etc doivent être nos locomotives pour nous sortir de la malédiction gauchiasse, islamo-gauchiste qui sont le peste de notre siècles.

Vladimir Trump

Le jour où Trump a annoncé sa candidature à l’investiture républicaine, tout le monde se fendait la poire… Ce même jour, j’ai dit que Trump allait être élu et je devins la risée de mon entourage. Plus la campagne avançait, moins ils riaient, jusqu’à ce petit matin d’octobre… J’aurais pu rire ce jour là mais je ne le fis pas car, hélas, je pressentais que la vermine obamoclintonoïde avait des armes pour saloper le mandat et la ligne de Donald Trump.

Nuch

J’éprouve de l’admiration pour ce type il fait ce qu’il a dit il a des couilles je souhaite qu’une chose c’est qu’il réussisse et si c’est le cas il sera réélu en espérant qu’ils ne le tue pas avant. Pourquoi nous n’avons pas la chance d’avoir un gars comme lui chez nous

dufaitrez

Vieux, moi aussi, j’assiste à une timide Renaissance du monde politique.
– Trump qui ébranle les codes habituels,
– Orban, Visegrad, qui secouent le Korrect au sein de l’UE,
– Chine capitaliste déguisée, qui devrait être notre obsession,
– Poutine, nouveau Tsar d’un Pays aux pieds d’argile.
– Macron, deux pas en avant, 3 pas en arrière…
Ainsi commence 2018….

Laurent Droit

Nous, on est mal…!!

esperanza

les moutons de Panurge avancent en rang serré manipulés qu’ils sont par les merdias et le gouvernement tous jaloux des sa réussite et de ses futurs succès en particulier en matière économique n’écoutez pas cette désinformation systématique . VIVE DONALD

patphil

trump BASHING … ne pouvez vous pas utiliser le français pour vous exprimer?

Michel de Belcourt

Donald Trump est un grand président et il le montre, si seulement nous avions le même en France, faut pas rêver. Pour la critique nous sommes champion du monde, regardez autour de vous.

Pierre

Sa femme importée ? Mais toutes les saucisses américaines sont importées, même la Clinton…

JILL

La ” connerie ” de Trump a été déclinée sous toutes les formes .On ne donnait pas cher du mandat de ce tonitruant et caricatural président .Et puis voilà que pour la déconfiture de ses détracteurs,voire ses ennemis,après avoir pris ses marques,le père Trump s’est mis à faire le président,un vrai président au point que certains de se demander si il ne va pas s’inscrire parmi les meilleurs .C’est triste hein ?

Boudry

TRUMP est gênant ,parce qu’il autorise un comparatif entre l’intelligence et la liberté contre la pensée unique européenne…….
Que les Français au moins se réveillent puisqu’ils ont été,en leur temps,la lumière du monde !!!

Pierre

Ta gueule, Despaux! Il a aussi raison d’être religieux, et quoique d’accord avec toi sur tout le reste, même dans la forme et l’humour, je te,’,emm…infiniment!7

katastrov

Alors ça c’est Chrétien ! Merde bouse.

Gilbert Dispaux

Comme j’aime votre commentaire ! Comme il est amusant !

Laurent Droit

On peut rester poli, quand même !

Laurent Droit

Je suis jaloux, j’aurais aimé écrire cet article, Gilbert, mais c’est un autre que j’ai publié ici hier soir. Merci ! :o)

Gilbert Dispaux

Merci pour cette précieuse expression de sympathie ! Vos articles sont également une invitation constante à la réflexion.

Laurent Droit

Merci. Je fais ce que je peux. Mais ce n’est pas toujours une réussite…! :o)

Lanlignel+Armand

Le cow-boy Donald Reagan était dans le système corrompu de l’élection américaine: faire financer sa campagne électorale par des industriels. Lorsqu’il a été au pouvoir en janvier 1981, sa toute première décision a été de licencier le responsable de la FDA (Food and Drug Administration) qui avait le tort d’être honnête en refusant la mise sur le marché de l’aspartame (un vrai poison longtemps autorisé chez nous aussi). Son remplaçant Donald Rumsfeld autorisa la mise sur le marché de cet édulcorant trois mois plus tard puis démissionna pour prendre un poste juteux chez un fabriquant d’aspartame.

obelix 71

plus de 2 millions d’emploi de créé, une usine qui va s’installer dans le centre des usa avec 22 000 emplois a la clé !! des taxes a 35% pour des usines qui délocalisent (et qui ont renoncées a ce projet) ,dans l’histoire des etats unis les présidents efficaces regan,nixon ou trump ont toujours eté dédaignés par la bourgeoisie americaine !! ah voir un obama quel joie !! lui qui avec son obama care (securité sociale payante et obligatoire ) a endetté des milliers d’americains ça c’etait un président comme les bobo français adorent noir,musulman e surtout distribuant de l(argent a toutes les organisations humanitaires !! trump en se retirant de la cop 21 a economisé aux usa : plus de 300 miliards !! ,il a decidé de suspendre sa participation aux programmes des nations unis (22% du budget) !!

Schumann Albert

Monsieur Trump est un Patriote Américain qui aime son pays et ses compatriotes ce qui est déjà formidable par les temps qui courent et surtout dont nous ressentons un manque considérable!Il est impossible qu’il fasse exactement ce que nous aimerions que cela soit en politique étrangère ou intérieur!Et nous savons tous qu’une certaine oligarchie financière exerce une formidable pression sur lui!Mais laissons du temps au temps et nous aurons des surprises!!

Hasso

Un modèle de ces médias est la revue de presse de France-Cuculture de 7h25. Pas un jour sans un petit ou gros crachat sur Trump ! On ne fera jamais mieux.
C’est bête à dire, mais en les écoutant, je l’aime de plus en plus, un peu comme ces peuples d’Europe de l’Est soviétique, qui demandait le capitalisme et la liberté tellement on leur disait qu’ils étaient heureux là-bas.
Histoire soviétique : “Chez nous, on vend les téléviseurs avec les essuie-glaces, tellement les gens crachent dessus !”

tom

En réalité, Trump est comme le bouton “accepter” en bas d’un formulaire : en appuyant dessus l’utilisateur confirme qu’il a bien reçu toute la propagande en amont, qu’il a bien compris que le “bien” c’est quand les médias disent que c’est “bien” et que le “mal” c’est quand les médias disent que c’est “mal”, et qu’il accepte toutes les conditions de ce contrat moral.
Autrement dit, “enfonce Trump” et tu feras partie des gentils, sinon tu es très très méchant, et personne ne t’aimera.
Pour les réfractaires à ce contrat, quels sont les risques ? isolement social ? Perte d’emploi ? agressions physiques ?
La récompense pour les moutons serait donc simplement de ne pas subir les possibles désagréments liés au refus du contrat ?
On se croirait dans un camp de rééducation communiste.

tom

Qu’un individu normal dise “Trump ? je le connais pas, et puis je m’en fous, c’est pas le président de mon pays” devrait être une réaction assez majoritaire dans une population européenne. Mais bizarrement, lorsque j’interroge des individus de différents milieux, les réactions sont très majoritairement “Trump, c’est un fou ! une ordure ! un dictateur ! il va tous nous tuer !”.
En essayant d’approfondir l’analyse, je poursuis : “je ne connais pas du tout Trump, mais vous semblez très bien le connaître, pouvez-vous me dire en quoi il nous menace, et quels sont les signes de folie ?”.
2 réactions types.
Les simples d’esprit: “regardez la télé, Trump est un salaud !”.
Les intellos: “il a refusé de signer l’accord de paris, il nie le réchauffement, il rejette les migrants, quel salaud !”

tom

Le comportement des journalaupes en France n’est pas étonnant : ils sont sélectionnés et rémunérés pour jouer cette propagande officielle.
Ce qui est plus remarquable c’est l’obéissance des populations, dont certains individus qui présentent pourtant des gages solides de capacités intellectuelles (diplômes ou raisonnement élaboré), mais qui sont immédiatement à plat-ventre dès que le sujet Trump est lâché sur les ondes. Il faudra un jour qu’un psychiatre nous explique : où est la récompense dans cette réaction moutonnière ? où sont les endorphines ? En quoi vomir sur Trump en simultané avec des journalaupes amène du bonheur ou une amélioration du confort pour un français moyen ?

montecristo

La pauvreté intellectuelle est instituée par l’école et alimentée par les média … rien d’étonnant à ce que le peuple finisse par se croire intelligent !

Bertrand

C’est justement cela qui rend fou de rage les médias islamo-gauchistes, plus ils tapent sur Trump et plus ce dernier est apprécié par la population. Il est fini le temps où les médias de gauche faisaient la pluie et le bon temps en France. A présent, avec le net, il est beaucoup plus difficile de manipuler les foules.

Vent d\'Est, Vent d\'Ouest

Pour l’ensemble de l’article, tout à fait dans votre position. Le seul bémol étant la critique (au second degré ?) du soutien à Trump par les Évangélistes. Si vous êtes sincère, une seule question : et alors ? Il a aussi droit à ses croyances religieuses et il est tout à fait cohérent dans ses intimes convictions par des actes forts ; pour ce courage parmi d’autres courages dont il fait preuve pour redresser son pays, je le salue. Vive Trump et tous mes meilleurs souhaits de réussite pour un tel président que j’envie aux Américains !

Lire Aussi