1

Trump doit classer Les Frères musulmans comme organisation terroriste

Logo d’Al-Qaïda                                                              Logo des Frères musulmans

À l’attention des complaisants et autres ignorants, la similitude des logos d’Al-Qaïda et des Frères musulmans : sur le logo d’Al-Qaïda, en signe de modernité, les kalachnikovs ont remplacé les deux glaives du logo des Frères musulmans et, en trame de fond, le vert de l’islam est devenu le vert du globe terrestre. La conquête et le terrorisme islamiques n’ont pas de frontières.

Qu’advient-il des Frères musulmans aux États-Unis ? L’intention du président Trump de déclarer hors la loi l’organisation des Frères musulmans est connue depuis son élection en novembre 2016. Cette démarche n’est donc pas nouvelle mais elle se fait attendre.

Bref historique des Frères musulmans

Les Frères musulmans sont la plus importante et la plus ancienne des formations politico-religieuses islamiques dans le monde. La confrérie a été fondée en 1928 en Égypte par Hassan el-Banna (1906-1949). Son credo n’a pas bougé d’un iota. Il se définit ainsi : « Allah est notre objectif, le Prophète est notre chef, le Coran est notre loi, le jihad est notre voie. Mourir sur la voir d’Allah est notre plus cher espoir ». C’est clair.

Le logo des Frères musulmans représente le Coran, deux glaives et le premier mot (« Et préparez ») du verset coranique (Le butin, Al-Anfâl 8 : 60) : « Et préparez, pour lutter contre eux, tout ce que vous pouvez comme forces ». Le vert, couleur de l’islam, constitue la toile de fond.

La confrérie est définie dans les médias comme un mouvement politico-religieux international. Elle est le plus grand opposant politique dans plusieurs pays arabes. Interrogé sur cette « opposition », le fondateur avait déclaré  que la gouvernance doit être adossée au système coranique et que l’objectif final est de fusionner les États dans le califat, l’empire islamique, qui s’étendra de « l’Espagne à l’Indonésie » (à l’époque). C’est sous le slogan de la religion qu’on arrive au pouvoir et on se sert de la religion pour viser une expansion mondiale (comme ce fut le cas de l’idéologie nazie).

Le lien des Frères musulmans avec la violence, les complots, les guerres, la formation d’organisations secrètes paramilitaires impliquées dans des crimes de terrorisme et d’assassinats est indéniable. Les Frères musulmans avancent masqués.

Mais, à l’intérieur de la confrérie, les objectifs sont explicites. Ainsi, le « Mémorandum explicatif des Frères musulmans » datant du 22 mai 1991, découvert à Genève après le 11 septembre 2001 dans une banque islamique, rappelle à ses membres : « Les Frères musulmans doivent comprendre que leur action en Amérique est une variante du grand jihad. Le peuplement est un processus de jihad de civilisation qui élimine et détruit la civilisation occidentale de l’intérieur. Il s’agit de saboter leur misérable maison, et par leurs propres mains et par les mains des croyants. Ainsi, en éliminant cette civilisation, c’est la religion d’Allah qui sera victorieuse sur toutes les autres religions ». Un programme aussi clair ne laisse indifférents que les idiots.

Tous les chefs combattants, tous les idéologues d’Al-Qaïda sont issus des rangs des Frères musulmans comme Ben Laden, al-Zawahiri, Azzam, Qutb, al-Awlaqi etc. L’université al-Azhar du Caire – la référence suprême sunnite – a des les liens étroits avec les Frères musulmans et n’a jamais condamné ni Al-Qaïda ni l’État islamique.

Sous la présidence d’Obama

Il y a quatre ans déjà, le sénateur du Texas, Ted Cruz, avait déposé au Sénat un projet de loi destiné à bannir les Frères musulmans. Ce projet avait été bloqué par le président Barack Hussein Obama, lui-même musulman, en raison de sa complaisance à l’égard des Frères musulmans. Le conseiller en politique étrangère de l’actuel président, Walid Phares, a déclaré le 9 novembre 2016 au site égyptien Le 7e jour  « que Trump considère les Frères musulmans comme l’un des groupes les plus dangereux qui attisent la pensée islamique jihadiste extrémiste. Le nouveau président soutiendra ce projet de loi ». Par exemple, les Frères musulmans aux États-Unis n’ont cessé de mener campagne contre l’Égypte après la destitution en 2013 du président Morsi issu de leurs rangs.

Le projet de loi de Ted Cruz de bannir les Frères musulmans inclut aussi leurs nombreuses ramifications qui sont très actives, telles le Council on American-Islamic Relations (CAIR), l’Islamic Society of North America (ISNA), Muslims Students Association (MSA) etc.

Il faut noter que la confrérie des Frères musulmans est interdite à nouveau en Égypte depuis le coup d’État contre le président al-Sissi. De même, la confrérie est interdite en Syrie, aux Émirats arabes unis, dans d’autres pays arabes et en Russie. En Europe et surtout en France, elle jouit d’une incompréhensible liberté d’action.

En 2012 déjà, la sénatrice américaine Michèle Bachmann avait introduit un projet de loi visant à déclarer les Frères musulmans mouvement terroriste. Elle avait accusé la principale assistante d’Hillary Clinton d’être un agent des Frères musulmans. Elle avait déclaré, en novembre 2016, sur WND (World Net Daily) : « En premier lieu, il est impératif de connaître l’ennemi. Le but fondamental des Frères musulmans est de supplanter toutes les structures sociales, même dans les pays non islamiques comme les États-Unis, par la charia islamique »… « À travers les États-Unis, les groupes des Frères musulmans doivent être dévoilés et démantelés. Leur objectif est de renverser notre république constitutionnelle ». Elle a ajouté : « Nous avons, avec le président Trump, quelqu’un qui veut connaître les ennemis de l’Amérique et les vaincre. Cela est bienvenu et il était temps ».

Mark Christian, ancien imam converti au christianisme, a dénoncé l’entrisme dans l’administration US des Frères musulmans dans l’administration sous les présidents Clinton, Bush et Obama. Il a déclaré lui aussi sur WND : « Les Frères musulmans étaient invités à la Maison-Blanche par les Clinton en 1996 et depuis, ils s’y sont bien installés. Tous les présidents, y compris George W. Bush, dressaient des dîners du ramadan et faisaient l’éloge de l’islam comme « religion de paix ». Par ailleurs, depuis 1996, les Frères musulmans ont été introduits dans l’armée et dans les organisations religieuses sous la couverture du « dialogue interreligieux ». Désigner les Frères musulmans comme une organisation terroriste est un bon premier pas mais c’est nettement plus grave que ça ». Mark Christian a qualifié la confrérie des Frères musulmans de « cancer » qui a métastasé jusqu’aux partis républicain et démocrate. « C’est un cancer qui a été implanté dans le gouvernement américain depuis plus d’une décade ».

Jamie Glazov, auteur du programme Glazov Gang sur canal YouTube, pense que Trump doit faire du bannissement des Frères musulmans sa toute première priorité. Il affirme : « Nous savons que CAIR était impliqué dans le financement du terrorisme. Nous le savons aussi pour ISNA, pour North American Islamic Trust (NAIT)… Ces organisations de façade des Frères musulmans sont impliquées dans le financement du terrorisme et nous étions au bord de les poursuivre et de les retirer des affaires. Qu’a fait alors Eric Holder (ministre de la Justice, 2009-2015) sous la présidence Obama ? Il a tout fait arrêter et a stoppé les investigations et les poursuites contre ces groupes ». Comment expliquer cette complaisance des présidents américains ?

Mais pourquoi donc, en 2019, Donald Trump tergiverse-t-il ?

Trump veut déclarer organisation terroriste les Frères musulmans. Cela impose des sanctions sur le groupe et ceux qui traitent avec lui. Il est soutenu par Mike Pompeo, secrétaire d’État et par John Bolton, conseiller national sur la sécurité. Mais des officiels du Pentagone et autres administrations se sont opposés et veulent une « action plus limitée ». Pour Daniel Benjamin, haut fonctionnaire du contre-terrorisme, « Il n’y a pas à se poser la question qu’il s’agit là d’un effort pour s’aligner sur l’appétit très islamophobique de Trump ». Daniel Benjamin n’a apparemment rien compris à l’action occulte des Frères musulmans qui veulent éliminer le système américain.

Les critiques ont fait leur apparition dès l’annonce du projet Trump suite à la visite du président égyptien al-Sissi à la Maison-Blanche. Ces critiques feutrées imputaient à Trump un suivisme car ce projet aggraverait les malheurs du Moyen-Orient. Les détracteurs mettent en garde le Président du retentissement de cette action sur les relations avec la Turquie car Erdogan est un supporter des Frères musulmans et a offert le refuge à tous les cadres égyptiens des Frères depuis 2013. Or, la Turquie est aussi membre de l’OTAN.

D’autres dossier ont pu faire réfléchir Trump ou retarder la décision : le conflit avec l’Iran, le bras de fer commercial avec la Chine, l’échec de la politique US au Venezuela sous les conseils de John Bolton. Les dirigeants de la révolution iranienne ne se sont jamais opposés aux Frères musulmans et ils refusent l’intention de Washington de classer les Frères musulmans parmi les organisations terroristes car ils les considèrent comme porteurs de la pensée islamique. De la même façon, en 1979, les Frères musulmans ont célébré comme leur propre victoire la victoire de la révolution islamique en Iran. À tel point qu’ils auraient proposé leur allégeance à Khomeiny en tant que calife.

Quant à la presse américaine qui n’a jamais accepté l’élection de Trump, elle s’oppose donc au projet de loi car elle estime que les Frères musulmans « n’entrent pas dans les critères standards des associations terroristes ». Le lobby musulman a-t-il exercé une influence sur la presse ?

Quelles peuvent être en France les conséquences de la décision de Trump ?

En France, nous attendons toujours l’homme ou la femme providentiel(le)  capable de donner un coup de pied dans le panier de crabes et de nous débarrasser des Frères musulmans ainsi que de la myriade d’associations qu’ils gèrent dans notre pays. Attention cependant : quand, suite aux attentats en France de Charlie-Hebdo, du Bataclan, de Nice etc., on pointe du doigt les seuls salafistes et leurs mosquées, on ne fait que réjouir les Frères musulmans dont le travail de sape de la société française est sournois. Car si vous fermez une mosquée salafiste, elle resurgit sous la gestion des Frères musulmans. Salafistes et Frères musulmans sont les deux facettes d’une même pièce, la conquête islamique mondiale. (*).

La longue attente de l’homme providentiel en France n’est pas près de prendre fin. La décision de Trump de déclarer la confrérie des Frères musulmans association terroriste aura un effet de tsunami en France et en Europe. Le Renseignement européen constate l’augmentation sensible de l’influence de la confrérie en Europe et en particulier en France, au Royaume-Uni, en Belgique, en Allemagne. La décision de Trump entraînera, nous l’espérons, le réveil salutaire de la France, imposera la fermeture de toutes les officines des Frères musulmans et la poursuite de tous ceux qui traitent avec elles.

Allez, Donald, encore un effort !

Bernard Dick

(*) Riposte Laïque a publié de nombreux articles sur les Frères musulmans et les salafistes qui visent à renverser les États démocratiques et à les remplacer par un califat mondial dont le système juridique, la charia, est calqué sur le Coran qui est leur seule Constitution et la source de la loi attribuée à Allah : 

https://ripostelaique.com/derriere-les-pro-gaza-il-y-a-al-qaeda.html

https://ripostelaique.com/convention-citoyenne-des-musulmans-de-france-pour-le-vivre-ensemble-decoder-la-takiyya-du-cfcm.html

 https://ripostelaique.com/al-qaeda-appelle-tous-les-musulmans-au-jihad.html 

http://ripostelaique.com/sayyed-qotb-ideologue-des-freres-musulmans-et-du-jihad-mondial.html

https://ripostelaique.com/le-koweit-finance-lexpansion-des-freres-musulmans-dans-les-mosquees-occidentales.html

https://ripostelaique.com/letendard-il-ny-a-de-dieu-quallah-flottera-bientot-sur-la-maison-blanche.html

http://ripostelaique.com/on-ne-combat-pas-la-menace-de-lislamisme-par-des-demi-mesures.html

http://ripostelaique.com/washington-les-lobbies-islamistes-font-la-guerre-aux-liberaux-arabes-et-musulmans.html

http://ripostelaique.com/fouad-alaoui-defend-un-auto-apartheid-musulman-jusqua-la-tombe.html

http://ripostelaique.com/savez-vous-ce-quest-vraiment-le-salafisme.html

http://ripostelaique.com/loci-fait-pression-pour-que-la-diffamation-dune-religion-devienne-un-crime.html

http://ripostelaique.com/ladministration-obama-embrasse-la-cause-des-freres-musulmans.html 

http://ripostelaique.com/le-glas-a-sonne-en-amerique-pour-les-freres-musulmans-et-en-france.html

http://ripostelaique.com/obama-est-soumis-a-lislam.html

http://ripostelaique.com/Le-Memorandum-explicatif-des.html

 

Au 29/05/2019, nombre d’attaques terroristes islamiques mortelles :