Trump Président ou la victoire des culs-terreux sans cervelle…

Publié le 16 novembre 2016 - par - 3 commentaires - 777 vues
Share

rogercostinitrumpAh ! Ils ont bonne mine maintenant tous ces médias, journaux, chaines de télé, sondeurs, politologues, et politiciens, qui tous avaient prédit la victoire de Mme Clinton contre ce rustre de Donald Trump qui dit des gros mots et ne sait pas se tenir à table.

Ils avaient en fait juste oublié une petite chose, un détail : comme en 2005 en France et aux Pays-Bas, comme en 2016 au Royaume-Uni, ce ne sont pas eux qui décident du résultat, mais le peuple.

Puissent-ils en retenir la leçon (mais j’en doute fort). Je ne pense pas que ce soit une question de couleur. c’est le peuple contre l’élite. Il faut arrêter les raccourcis,

Trump a été élu par des gens de toutes couleurs… l’électorat seul de la classe moyenne blanche n’aurait pas permis à Trump de gagner.

Les raisons sont autres ! les Américains de toutes souches sont lassés de tous ces politiciens de métier, de ces dynasties politiques comme les Clinton, les Bush, etc.

Ce vote est aussi le rejet des Américains envers Clinton que l’on a voulu leur imposer! A coup de sondages !

Clinton qui est une femme dangereuse :

Pour rappel, par exemple : le 11 septembre 2012, la représentation américaine à Benghazi, en Libye, fut attaquée par des terroristes islamistes.

La responsabilité de la protection du personnel incombait à la secrétaire d’État en charge des affaires étrangères d’alors, c’est-à-dire Hillary Clinton.

L’assaut, en deux endroits différents et à plusieurs heures d’intervalle, se solda par la mort de l’ambassadeur Christopher Stevens, du chef du renseignement Sean Smith et de deux agents de la CIA,

La mort d’un ambassadeur à l’étranger était la première depuis plus de trente ans. Un mois plus tôt, il s’était inquiété du faible niveau de protection de la mission américaine dans la ville…

La gestion de la protection de l’ambassade, de l’attaque puis de la crise politique qui s’ensuivit fut un échec à tous les niveaux.

Clinton a lancé ou soutenu plus de guerres que n’importe quel autre secrétaire d’État dans l’Histoire des États-Unis.

Elle a été l’instigatrice des bombardements américains sur la Libye et du changement de régime brutal qui a brisé ce pays.

Elle a soutenu l’escalade militaire en Irak, et négocié la présence permanente de milliers de soldats américains en Afghanistan.

On ne peut pas être élu aux USA sans argent. Ni ailleurs d’ailleurs. L’argent n’a pas d’odeur, mais il a une provenance.

Hillary Clinton a reçu de l’argent des Saoudiens, du Qatar, du Maroc, de l’Algérie via sa fondation alors qu’elle était secrétaire d’Etat en charge de  la diplomatie!

Et que dire de sa plus proche collaboratrice proche des frères musulmans, mariée (en instance de divorce, ouf l’honneur est sauf) à un pedophile, chez qui on a retrouvé des milliers de mails de Clinton sur son ordinateur !

Le fait que les Saoudiens financent tant les démocrates que les républicains prouve bien que les politiques suivies sont les mêmes.

Mais voilà : il y a Trump, auto-financé, qui n’aura rien à rendre : c’est sa principale force.

Quand Trump remet en question TAFTA, l’ OMC, les délocalisations, le rôle de l’ OTAN et les relations avec la Russie, les tenants de la mondialisation reçoivent le message 5/5 et ils ont peur.

Trump au pouvoir c’est le résultat de cette politique depuis le clan Bush, puis Clinton et les années Obama qui n’ont pas réduit la misère ambiante. 

http://www.lematindz.net/news/21000-quand-larabie-saoudite-finance-la-campagne-electorale-dhillary-clinton.html

http://www.lalibre.be/actu/international/l-ombre-de-benghazi-sur-hillary-clinton-577296a235708dcfedb93d47

http://ripostelaique.com/pourquoi-le-fbi-surveille-huma-abedin-bras-droit-de-clinton.html/comment-page-1

Cela n’a t’il choqué personne le fait de désigner les électeurs de Trump comme des petits blancs incultes, des ploucs, des beaufs qui n’ont pas de cervelle ?

Les journalistes auraient parlé de noirs incultes et débiles, les associations antiracistes auraient crié au scandale ! Voilà encore du grain à moudre pour la colère du peuple abandonné à son triste sort ! La misère n’a pas de couleur ! Et les intellectuels bien-pensants feraient mieux de revoir leur copie ! Il y a quelque chose de complètement dysfonctionnel et pervers dans une société américaine qui crée chaque année 30 billions de dollars de richesses alors que dans le même temps 6 millions d’enfants se nourrissent grâce à des bons alimentaires. 1 135 000 enfants sont sans domicile fixe alors que dans le même temps, 115 000 ménages ont des revenus annuels supérieurs à 10 millions de dollars.


Les médias ont fait leurs grands titres sur la reprise économique américaine, le boom des marchés actions, et la baisse du chômage. Mais la bourse n’a enrichi que les 10% les plus riches de la population, en leur reversant des millions de dollars depuis la récession, alors que les nouveaux emplois sont sous-qualifiés, d’un niveau de fin d’études secondaires, et souvent dépourvus d’assurance médicale et de caisse de retraite. Trop d’Américains (blancs, noirs et hispanos inclus) autrefois prospères ont été battus, cassés, et ont attendu en vain des leaders politiques qu’ils mettent un terme à la redistribution à sens unique de la richesse nationale.


Dans “Le Prix du rêve américain”, la journaliste Hélène Eckmann filme l’Amérique oubliée par la reprise économique, et la précarité galopante de nombreux travailleurs. Edifiant!

http://television.telerama.fr/television/pour-mieux-comprendre-pourquoi-trump-a-ete-elu-president-regardez-ce-documentaire%2C149888.php?utm_campaign=Echobox&utm_medium=Social&utm_source=Facebook#link_time=1478702838
La démocratie c’est faire voter tout le monde que l’on soit diplômé ou pas, et ne pas suivre la pensée unique de la propagande ignoble des medias, les sondages truqués !

Ce vote est au contraire une preuve d’intelligence ! On traite le peuple de sans dents, les électeurs du FN d’idiots, on ne répond pas à leur souffrance, il ne faudra pas crier au loup après!


La condescendance des journalistes de gauche: hier dans 28 minutes Elisabeth Quin dit : il (Trump ) a capté la colère des cul-terreux.

Ca en dit long sur le mépris qu’ont les gens de gauche sur les personnes qui ne votent pas ou ne pensent pas comme eux.


Il faut penser le résultat comme l’échec de Clinton ! Clinton représente ce que sont les hommes et femmes politiques de nos grands partis : issus de bons milieux, ayant fait des études, sûrs d’eux, conscients qu’ils n’auront jamais rien d’autre à faire que de la politique, ignorants de ce qu’est la vie à la ville ou à la campagne à 5 heure du matin, et satisfaits de cette ignorance. On a les mêmes avec quelques variantes à New York, Paris, Londres… et Bruxelles.

ALICE CHAMBORD

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
Pierre

Vive Newsweek qui avait déjà imprimé son numéro CLINTON PRÉSIDENT dans lequel on disait que la dame avait enfin brisé le plafond de verre. Finalemenrt, il semble que ce soit d’autres objets qu’elle a brisé avant d’être « contrainte» , « mise sur médication» et qu’on a envoyé John Podesta pour rencontrer le peuple leur déclarant : « Mme Clinton fera une déclaration demain. » Une chance qu’elle n’avait pas le code nucléaire en main.

reuri

Les médias racistes parlent de « petits blancs » , avec une haine , un mépris contre le populo et aucune association de pleurnicheurs professionnels ne moufte. Je radote mais le prochain gouvernement doit couper les vivres de ces journaux et supprimer les avantages fiscaux de cette soit disant profession qui se permet de donner des leçons aux gueux .
Ils crèveront dès qu’on arrêtera de leur donner nos impôts.

BALT

Les électeurs de Donald Trump sont décrits par les médias comme des p’tits blancs. Entendez par là, des p’tites cervelles.Les soi-disant journalistes ont, eux, de grosses cervelles, mais vides à l’intérieur. Ce sont des moutons de Panurge, c’est à dire -mille excuses pour les moutons- des gens avec un caillou à la place du cerveau.