Tuerie d’Oslo : on ne nous refera pas le coup de Carpentras

Publié le 25 juillet 2011 - par - 3 026 vues
Share

Suite à l’attentat à Oslo en Norvège et à l’ignoble massacre sur l’île d’Utoeya toute proche, notre compassion va tout d’abord aux victimes et à leurs proches. Quant à l’enquête, elle comporte encore de trop nombreuses zones d’ombre pour porter un jugement définitif.

Les rentiers de l’« antiracisme » n’ont pas ces scrupules. Sherlock Sopo et Hercule Lozès ont déjà trouvé les coupables : c’est la faute à tous ceux qui critiquent l’islam, qui osent mettre en cause les politiques d’immigration et leurs conséquences.

SOS-Racisme voit dans ces actes « le vrai visage de l’extrême-droite » dans un communiqué relativement laconique. Admirons le sophisme : « il apparaît, à ce stade de l’enquête, que l’assassin est très fortement marqué par des idéaux d’extrême-droite », donc c’est la faute à « l’extrême-droite », « l’extrême-droite », « l’extrême-droite ». Sans autre précisions. On a su rester simple… sinon qu’on aurait aimé que SOS-Racisme définisse ce qu’est « « l’extrême-droite », puisqu’aux yeux de son président même Jean Robin en ferait partie…

Patrick Lozès, président du très racialiste Cran, a trouvé un autre type de coupables : les « islamophobes » et, par transitivité, ceux qui organisent des « apéros racistes » (sic !), c’est-à-dire des apéros saucisson-pinard.

Dans les deux cas, c’est la méthode dite du « café d’Hitler » : Hitler aimait le café, donc si vous aussi aimez le café, alors vous êtes plutôt nazi sur les bords. D’ailleurs le présumé coupable de l’attentat d’Oslo et du massacre d’Utoeya est présenté en tenue maçonnique sur une photo publiée dans la presse (sans garantie qu’elle soit authentique), et on apprend qu’il dirigeait une ferme biologique. Chers francs-maçons ou agriculteurs bio, soyez sur vos gardes…

Mais comme à chaque fois, la palme de l’amalgame et de la « reductio ad hitlerum » revient au Mrap. Mouloud Aounit n’en est plus que président d’honneur, mais on sent dans le communiqué de son groupuscule toute la patte qu’il a su transmettre à ses successeurs, à moins qu’il en soit lui-même l’auteur.

D’emblée, le Mrap titre : « Cette tuerie ne saurait se réduire au seul acte d’un déséquilibré ». Les enquêteurs « antiracistes » vont-ils nous faire des révélations sensationnelles que nous cacheraient ou ignoreraient la police et la justice norvégiennes ?

Le Mrap prend l’affaire en main, et ça va barder : « La mémoire des victimes nous impose de déterminer toutes les causes et responsabilités de ce crime épouvantable. »

L’officine de Mouloud Aounit désigne tout d’abord comme responsable le « Parti du Progrès » norvégien qui « a recueilli plus de 22% aux élections législatives de 2009 ». Principalement mise en cause, sa « leader » qui « a fait de l’islamophobie – ou plus exactement de la « musulmanophobie » – la matrice de son discours politique. »

Voilà donc un nouveau terme inventé par le Mrap : la « musulmanophobie », puisque « l’islamophobie » ne faisait plus recette. Et pour le Mrap, « ceci ne pouvait rester sans conséquences. » Lesquelles ? On n’aura droit à aucune précision…

Mais les fins limiers du Mrap ont trouvé des complices à ce « Parti du Progrès » : et de citer « les partis populistes et les extrêmes droites » dans « toute l’Europe », le « Front National » en France, les « Démocrates suédois », le « Parti du peuple danois », « Jobbik » en Hongrie. Et le Mrap convoque à son tribunal de l’Inquisition « leurs personnalités » (sic !) nommément désignées : « Siv Jensen », « Geert Wilders », « Marine Le Pen ».

Tant qu’à faire, il ne pas « oublier en France la droite extrême qu’est la « Droite populaire » de l’UMP qui est présente au gouvernement ». Allons bon, même Messieurs Copé et Fillon sont dans le coup ?

Mais quel coup, au fait ? L’attentat à Oslo en Norvège et le massacre d’Utoeya ? Pas vraiment, mais selon le Mrap, tous ces gens « portent une lourde responsabilité dans le climat délétère qui pèse sur le continent tout entier. »

Nous y voilà ! C’est la faute au « climat délétère » ! (On a évité cette fois les adjectifs « nauséabonds », « nauséeux » , le « vent mauvais », les « effluves xénophobes » et toute la panoplie.) Et ce « climat délétère » est arrivé jusqu’aux narines du ou des auteurs des tueries norvégiennes. D’ailleurs le Mrap le démontre fort bien : « cette épouvantable tragédie » « ne peut être dissociée de cette sombre réalité ». CQFD.

Donc en plus du café d’Hitler, le Mrap nous sert l’homme qui a vu l’homme qui a vu l’ours. Méthodes classiques d’amalgames, alors que les mêmes pseudo-« antiracistes » ne cessent de hurler à « l’amalgame » chaque fois que leurs protégés, musulmans ou immigrés, sont mis en cause dans des affaires.

Tout cela me rappelle l’ignoble affaire de la profanation du cimetière juif de Carpentras en 1990. Des tombes sont profanées et un corps est sorti d’un cercueil pour un simulacre d’empalement.

Immédiatement, tout le gouvernement se met en branle, et tous les « antiracistes », Mrap en tête pour désigner « le » coupable : le Front national ! Immense manifestation avec le président de la République François Mitterrand en tête. On y a montré des figures de Jean-Marie Le Pen au bout de piques avant d’être brûlées en public. L’enquête piétine, et disculpe six ans plus tard totalement le Front national dont aucun de ses membres n’a participé à la profanation (alors que deux de ses dirigeants locaux faisaient eux-mêmes partie de la communauté juive…)Ca a été l’une des plus grosses manipulations politico-médiatiques de la 5ème République. Christophe Hondelatte, dans l’une de ses émissions « Faites entrer l’accusé » sur France 2, a démonté toute cette affaire et largement expliqué comment l’enquête a été volontairement orientée voire sabotée pour faire accuser le FN. (Résumé ici.) Aucune réparation n’aura été donné au FN malgré les diffamations, les injures, les incitations à la haine et la violence.

J’ai l’impression de revivre cette « affaire de Carpentras » : la même célérité des « antiracistes » et des médias alors que l’enquête ne fait commencer, et cette fois on ira chercher des coupables de faits commis en Norvège jusque dans les rangs de l’UMP en France. C’est délirant. Du reste, Marine Le Pen envisage de porter plainte pour diffamation. Et elle serait fondée à le faire, de même que les leaders de la Droite populaire, le ministre Thierry Mariani et le chef du gouvernement français.

Mais il y a eu « Carpentras », et aussi l’attentat de la rue de Copernic (également immédiatement attribuée à tort à « l’extrême-droite »), et l’affaire du Marocain Brahim Bouarram jeté dans la Seine par des skinheads sans rapport avec le FN, et bien d’autres…

C’est pourquoi on ne nous refera plus le « coup de Carpentras ». Pour plusieurs raisons.

La gauche et les « antiracistes » ne nous prendront plus au piège. D’ailleurs, les officines Mrap-SOS-Racisme-Licra-Cran sont détestées par les Français parce que leurs méthodes sont désormais connues et de plus en plus grossières. Il suffit de lire les réactions des internautes sur internet ou des auditeurs sur les ondes de RMC et RTL.

Les partis dénoncés par le Mrap gagnent de plus en plus de terrain, et participent même parfois à des gouvernements. Et ils gagnent du terrain parce qu’ils sont démocratiquement élus par des gens qui partagent leurs idées et qui n’ont rien de « racistes ». Ou alors 44% des ouvriers français, prêts à voter Marine Le Pen en 2012, seraient « racistes » ? Et 22% des Norvégiens ? Et les 57,5% de Suisses qui ont voté contre les minarets ?

La technique du « café d’Hitler » échoue donc parce que ça reviendrait à traiter de plus en plus de Français (de Norvégiens, de Suisses, d’Européens) de « racistes », or ces électeurs savent qu’ils ne le sont pas. Ils veulent simplement vivre « comme chez eux » et pas « comme chez les autres », ne pas subir les méfaits de l’islamisation et de l’immigration massive.

Cet « coup de Carpentras » norvégien et européen pourrait même se retourner contre ses auteurs. C’est l’avis donné sur Euronews par Mariano Aguirre, un responsable du Centre pour la Paix à Oslo. Il explique que cet attentat aura des effets dans la politique norvégienne, particulièrement laxiste (« multiculti », vivre-ensemble, etc.) En effet, selon lui, cette attaque « porte un message politique fort » contre le gouvernement norvégien estimé « trop indulgent ». La Norvège était considérée comme « un pays sans problème d’immigration », mais le drame de ce week-end va poser le débat public sur l’immigration et l’islam d’une manière « très forte » et faire encore évoluer les mentalités (et donc le gouvernement) vers une gestion plus stricte de l’immigration, justement pour éviter de tels drames.

Je partage cet avis, mais toutefois avec prudence parce qu’il pourrait encourager d’autres imbéciles meurtriers. Il ne faut en aucune manière excuser le ou les tueurs sauvages de ce week-end en Norvège.

Pour être plus précis, je dirai que c’est justement en posant les vrais débats sur l’islam et l’immigration sur la table (et non en voulant les faire taire selon le souhait de la gauche et des « antiracistes »), qu’on évitera que des fous pètent des plombs. On leur coupe l’herbe sous les pieds, en quelque sorte, et on évite ce qui pourrait devenir une guerre civile. C’est la démocratie, basée sur l’échange d’idée et non la répression ou le terrorisme d’un bord ou de l’autre qui empêche la cocotte-minute d’exploser.

Comme de plus en plus de nos concitoyens français et européens sont conscients des problèmes liés à l’islamisation et à une immigration mal assimilée, nos gouvernants n’ont que trois choix :

1. La dictature ; en l’occurrence ce que Jean Robin appelle « la nouvelle extrême-droite » si bien illustrée par Dominique Sopo.

2. La soumission à la volonté populaire ; c’est la base même de la démocratie (et l’UMP l’a compris, dans les mots mais hélas pas dans les actes).

3. Ou alors… on change de gouvernants, et c’est le sens des votes dits « populistes » mais qui n’ont rien d’extrémistes, et qui viennent autant de la part de gens de gauche que de gens de droite, donc qui ne sont pas « d’extrême-droite ».

Seules les deux dernières solutions sont conformes à nos valeurs républicaines. Je laisse donc la première à nos pseuso-« antiracistes » et aux pleutres politiques qui les suivent, et je les combattrai comme je combats toutes les dictatures et tous les totalitarismes.

Roger Heurtebise

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.