Tunisie : Obama et l’occident ont couvert les fascistes d’Ennahda

Publié le 3 août 2013 - par - 1 284 vues
Traduire la page en :

Pour sa propre survie, Ennahda que l’Occident a couvé de tous les regards, enjolivée et encensée comme étant un modèle de l’islamisme modéré, a fini par renouer avec ses vieux démons terroristes passés, n’a plus le choix aujourd’hui que d’adopter la stratégie de la terreur, tuer pour ne pas se faire tuer, terroriser pour étouffer toute velléité.

Marquer le plus de points possible pour intimider, inhiber, terroriser et effrayer ses adversaires.

Les prendre à la gorge, les comprimer, leur montrer sa détermination jusqu’au-boutiste quant à sa volonté de ne pas lâcher le pouvoir quoi qu’il arrive.

Menant ainsi à la fois une guerre psychologique et armée contre le peuple tunisien.

Restée fidèle à son idéologie nihiliste et sanguinaire et son très lourd passé terroriste, elle ne va pas verser dans un angélisme démocratique qui risque de marquer son arrêt de mort.

En tant qu’organisation fasciste, elle est consciente que ce qu’elle a obtenu par les urnes quand bien même dans des conditions douteuse, elle le perdra incontestablement par les urnes qu’elle ne manquera pas de transformer à terme en urnes du peule tunisien.

C’est pourquoi, il n’y a pas d’autre issue pour que le chaos et la stimulation d’un climat de tensions permanents, seul moyen d’ailleurs pour justifier le maintien de l’état d’urgence et s’accorder le temps nécessaire pour prendre le pays dans ses mailles de filet et renforcer sa mise sous sa coupe réglée.

Il serait, par conséquent, suicidaire pour elle, d’adopter une autre politique que celle de la violence au quotidien et des assassinats ciblés.

Le pouvoir de la peur, si ce n’est le pouvoir par la peur reste son seul atout politique, son unique moyen de gouvernance, changer de carte c’est précipiter sa propre chute.

Dogmatique et irréductible, prise elle-même dans son propre piège, tel un pyromane elle ne peut plus faire marche-arrière, elle se doit de continuer dans la voie qui a été et l’est plus que jamais sa moelle épinière : la conquête du pouvoir et et sa préservation est au prix du sang des opposants et la destruction du pays lui-même si besoin est.

Ainsi tous les assassinats politiques, les atteintes aux libertés, la profanation des mausolées, les arrestations arbitraires, les menaces réitérées quant à la mise en mort de la Tunisie elle-même en tant que nation indépendante, et les incidents violents tels que ceux de Jbal Chaâmbi dans la région de Kasserine à l’Ouest tunisien, les croix gammées de Jerba et l’Emirat de Sedjnane sont les signes avants-coureurs des années de plomb que s’apprête à vivre la Tunisie.

Chez elle la fin justifie les moyens. Il n’y a que les crédules et ses affidés qui croient qu’Ennahdha a le souci de la vie humaine et de la sécurité des tunisiens et de leurs leaders politiques comme naguère le N.D.S.A.P en Allemagne nazie.

Salem Benammar

Print Friendly, PDF & Email

Riposte Laïque vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 7 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires injurieux ou diffamants envers les auteurs d'articles ou les autres commentateurs.
  • La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de langage ordurier ou scatologique, y compris dans les pseudos
  • Pas de commentaires en majuscules uniquement.
  • Il est rappelé que le contenu d'un commentaire peut engager la responsabilité civile ou pénale de son auteur

Les commentaires sont fermés.

Lire Aussi