Au sein de ma génération, la rupture est totale, il y a deux camps

Publié le 30 mars 2016 - par - 17 commentaires - 4 082 vues
Share

banderolepoitiersidentitairesNotre fondateur, Pierre Cassen, a rencontré Damien Rieu, jeune Identitaire, à l’occasion des Bobards d’Or. Celui-ci a accepté de répondre à quelques-unes de ses questions...

Riposte Laïque : Le 20 octobre 2012, 70 jeunes Identitaires créaient l’événement, en occupant, une matinée durant, le toit de la mosquée en construction de Poitiers. Ce samedi, 130 militants de Génération Identitaire ont fait parler d’eux, en bloquant trois ponts, afin d’empêcher les clandestins-migrants d’entrer dans Calais. Quel est ton regard sur cette action, plus de trois ans après Poitiers ?

Damien Rieu : Cela faisait longtemps que nous cherchions à organiser quelque chose à Calais. Nous sommes révoltés par la manière dont les habitants de cette ville sont pris en otage à cause de la faiblesse de nos dirigeants politiques. Mais il ne fallait pas pour autant faire n’importe quoi. Pour que notre action soit efficace et notre mouvement pérenne, nous faisons très attention. Or sur place entre les migrants, les militants No-Borders et les forces de police aussi laxistes avec eux que fermes avec les patriotes, ce n’était pas évident. Je pense que nous avons néanmoins réussi à envoyer un signal fort : si vous refusez de rétablir les frontières nous allons dresser des barricades pour protéger les nôtres. Ce n’est certes pas suffisant, mais comme à Poitiers, nous voulions interpeller l’opinion et donner espoir par l’action à notre camp. Notons également que pour la première fois des cadres politiques du FN ont soutenu publiquement notre action et dénoncé la répression policière gratuite sur nos militants. C’est encourageant.

Sur un plan plus large, nous constatons que les problématiques identitaires sur lesquelles nous travaillons sont malheureusement plus que jamais d’actualité. Cette unanimité était moindre il y a encore quelques années. Mais qui pourrait aujourd’hui décemment condamner notre action de Poitiers avec ce contexte ? C’est peut-être pour cette raison que nous attendons toujours notre procès. L’Etat ne peut pas condamner des lanceurs d’alerte maintenant que nous sommes en guerre contre l’islamisme. Alors il fait traîner les choses depuis 4 ans.

Riposte Laïque : Quatorze jeunes identitaires ont été arrêtés, à Calais. Crains-tu qu’ils subissent le même harcèlement judiciaire que ceux de Poitiers ?

Damien Rieu : Trois de nos militants ont été condamnés à de la prison ferme pour des motifs totalement fantaisistes. En effet, nous avons résisté pacifiquement malgré un usage de la force gratuit et disproportionné de la part de la police, sous les ordres d’un commissaire de Calais particulièrement (et inutilement) agressif. La justice a donc pour l’instant choisit le camp de la fermeté. Cette position ne me paraît pas tenable en appel, surtout avec les vidéos qui prouvent bien que si poursuites il peut y avoir, c’est de notre part. Dans tous les cas, ces condamnations n’ont fait que renforcer notre détermination et l’indignation de l’opinion. Nous avons reçu énormément de soutien.

Riposte Laïque : Ivan Rioufol vient de publier un livre « La guerre civile qui vient ». Toi qui approche la trentaine, penses-tu que ta génération pourra échapper à ce funeste pronostic du journaliste du Figaro ?

Damien Rieu : Je pense que plus personne ne se fait d’illusion sur le futur de la France. Je n’entends plus, même chez les plus extrémistes bobos, de voix nous expliquant « ça va bien se passer vous allez voir ». Tout le monde est conscient que nous allons droit dans le mur, et que le logiciel politique dominant est incapable de nous faire changer de direction. Pour la suite, je suis incapable de faire un pronostic certain. Je ne ferme la porte à aucun scénario. Ce que je sais c’est que dans tous les cas ce sera douloureux. Et je ne m’en réjouis guère. Je ressens en tous cas une polarisation au sein de ma génération. La rupture est totale. Il y a deux camps. Et dans notre société, les quelques déconnectés qui, grâce à leur milieu social ou leur idéologie résistent encore à faire un choix, ne tiendront pas longtemps. Un jeune français de souche sur deux vote FN. Le différentiel avec les aînés est impressionnant. Je ne sais pas ce qui vient, mais ça vient.

Riposte Laïque : Que penses-tu de l’apparente passivité des Français, après les attentats de Charlie Hebdo et du Bataclan ?

Damien Rieu : Je pense qu’ils sont surtout tétanisés. La peur c’était pour les autres. Ils voient bien le problème mais ne savent pas encore comment réagir. On est dans une phase de questionnement et de désillusion. La pression médiatique et le politiquement correct retardent et anesthésient encore un peu. Mais les Français ont changé de cap, c’est le plus important.

Riposte Laïque : Quel est ton regard sur l’état d’urgence, et la politique socialiste, depuis ces assassinats de masse ?

Damien Rieu : Comme l’explique un ancien directeur des RG, l’état d’urgence est une mesure totalement inutile. C’est cosmétique. On rassure, on se montre. Mais cela mobilise des forces importantes qui seraient plus utiles dans l’action qu’en cibles.

Prendre des mesures efficaces serait renoncer au dogme de la bien-pensance. C’est en train de se faire progressivement. Un pas en avant deux pas en arrière sur la déchéance de la nationalité par exemple. J’ai bien peur que l’Etat n’attende les prochains massacres pour enfin réagir comme il faut. Pourtant nous savons tous que les mesures sont faciles à mettre en place. Notre ennemi n’est fort que de notre faiblesse morale et psychologique.

Riposte Laïque : Penses-tu qu’en 2017, une victoire patriote soit possible, et qu’il puisse y avoir, dans ce cas, une transition démocratique ?

Damien Rieu : Il est à mon avis trop tôt pour se prononcer. La victoire face à un candidat du système tel que Juppé me paraît quasi-impossible. Tout va donc dépendre de qui sera l’adversaire au second tour. Du contexte sécuritaire peut-être. Mais aussi de la stratégie, de la capacité, et de la crédibilité du FN qui doit se battre contre le Goliath de la désinformation et les mensonges de ses adversaires. Dans tous les cas, gardons espoir. Tout ne fait que commencer.

Propos recueillis par Pierre Cassen

Print Friendly, PDF & Email
Share

17 réponses à “Au sein de ma génération, la rupture est totale, il y a deux camps”

  1. Clamp dit :

    Quelle bonne idée ces interviews régulières de personnalités de la sphère patriote ! Ça tisse des liens qui seront indispensables lorsque les évènements vont se préciser ; comme les aspérités des plaques tectoniques qui se déplacent lors des tremblements de terre, si elles sont connectées les unes aux autres, la puissance du séisme est bien plus grande car le déplacement de l’une entraîne le déplacement des autres.

    Comme dit Canis Majoris, la guerre sera certainement étendue bien que peut-être seulement au niveau européen, mais les pays non encore envahis seront bien sûr épargnés ; il faut qu’il tiennent ferme derrière Orban et d’autres, ils seront des sortes de « zones libres » qui pourront servir de repli et de soutien militaire.

    Là aussi, il faudrait pouvoir tisser des liens longtemps à l’avance pour pouvoir être prêt à concevoir des stratégies suffisamment tôt en amont pour anticiper toutes les difficultés et scénarios.

    Vivent les GI, vive RL et que flamboie notre courage !

  2. BALT dit :

    Il faut d’abord faire partir la cinquième colonne, c’est à dire des millions de gens-qui soutiennent les barbares islamiques- et terroriser les éventuels terroristes.

  3. Canis Majoris dit :

    Ce n’est pas une guerre civile qui vient juste pour la France. C’est une guerre civile mondiale, qui approche : l’EI sera sans doute vaincu, ses adeptes vont s’éparpiller partout dans le monde et tous les pays vont devoir faire face à une insurrection islamiste. On le voit déjà. C’est ce qui nous attend, à moins d’enfin demander, au moins verbalement, aux musulmans de s’homogénéiser et de régler leurs problèmes de religion. Mais comme personne ne leur dit rien, n’exige rien d’eux, ils ne risquent pas de prendre conscience qu’ils emmerdent toute la planète…

  4. gutofsalins dit :

    je rejoins les précédents commentaires sur les actions de g.i. et je reste étonné que peu de jeunes FDS rejoignent leurs actions a croire que bcp sont encore des chiffes molles ,rien a voir avec ceux des années 42/45 ou les FDS se mobilisaient pour tuer du boche, l’avantage a l’époque était qu’on savait identifier l’ennemi or maintenant hormis les politiques traitres a la patrie ils seront difficiles a éradiquer mais pas impossible et pour cela il faut que nos jeunes se mobilisent un max.

    • Yves ESSYLU dit :

      En 40 c’est une minorité qui est montée au maquis (par chez moi c’est le Vercors) pour dégommer la 5e colonne communiste avant d’allumer les Frigolins
      Les identitaires sont déclarés infréquentables par le FN et les FNJ boivent des bières
      parce que c’est pas politiquement correct de s’agiter

    • Il n’y a pas eu foule pour liquider du boche dans les années de guerre. Mais il y a eu pas mal de résistance « sous-jacente », quand c’était possible, et que les risques étaient limités. Mieux valait être prudent, car, pour un boche liquidé, c’était tout un village qui risquait d’être passé par les armes.

      • Rogibus dit :

        Ce qu’il faut surtout retenir: ces Français résistants aux Nazis n’ont pas fui à l’étranger. Nuance de taille! Or, la horde de « réfugiés » mâles en pleine santé qui déferlent chez nous aujourd’hui (mais où sont donc leurs femmes, leurs mères, leurs soeurs ?) ne songent nullement à se mobiliser pour défendre leur pays contre l’envahisseur. Ce sont des fuyards, des déserteurs Vous avez dit pleutres ou lâches ?

  5. balcaen dit :

    Bravo à ces jeunes…..qui n’ont rien de fascistes comme les qualifie la bourgmestre de Molenbeek…..ils sont interdit sur le territoire de Bruxelles…les autorités ont peur…..peur que ces quelques jeunes entraînent la masse de belges qui ne veulent plus de cette islamisation de notre pays!!!!!

  6. Glazik dit :

    Comment ne pas vous remercier Monsieur Rieu et Génération Identitaire, pour toutes les actions que vous avez menées, en espérant qu’il y en aura d’autres aussi bien ciblé, avec intelligence dans l’action pour ne pas donner de grain à moudre aux médias du pouvoir en place.
    Ils auraient tant aimé qu’un des vôtres se rebiffe et frappe un policier à Calais, cela aurait fait de belles images pour casser du patriote, mais c’est la police qui laisse une image plus que trouble dans cette affaire, surtout ce commissaire zélé.
    Deux poids, deux mesures, parfaitement démontrés par ce gouvernement pro-migrants et antifrançais !

  7. montecristo dit :

    Effectivement Juppé est le plus dangereux ! D’autant que c’est le seul qui nous fera regretter Hollande !
    Je rappelle une autre de ses casseroles : l’Affaire des Moines de Tibihirine qui auraient été assassinés à cause du grand orgueil de Monsieur Juppé !

    • henri ubeda dit :

      je ne peux plus rien ecrire mes reponses sont censurées , donc je garde ma colere pour moi seul , j’ai quand meme ecris aux responsables de Google pour la censure des 2 videos de R.L /,ma seule attaque actuellement est de parler de R.L a tous mes correspondants , le font-ils ? je ne sais pas . quand a Juppe ilnous fera regretter F.H . c’est sure . quand a moi , je me dirrige vers la sortie j’ai 74 piges et beaucoup d’espoirs places en celui qui viendra sur terre remettre les choses en place pour juger et punir les fautifs , Jesus-Christ a bien dit qu’il mettrait les siens a DROITE et les autres qui l’auront rejeté a GAUCHE il brulera l’ivraie et gardera le bon grain . Tant pis si cela vous fait rire .

    • Vous pouvez éclairer ma lanterne ? J’ignore tout de la responsabilité de Juppé en ce qui concerne le massacre des moines de Tibihirine.

  8. Yves ESSYLU dit :

    Les actions des identitaires, qu’elles viennent des militants issus du BI ou du réseau identités, sont courageuses mais manquent parfois d’une étude juridique préalable sur les sanctions possibles
    Quant au néo FN, certes il comporte encore des cadres réellement patriotes malgré les évictions et les démissions, mais désormais ils sont désormais comme l’oiseau sur la branche dans un parti de plus en plus éloigné de celui qui avait raison avant les autres et qui osait défiler, il faut que les jeunes identitaires soient bien naïfs pour s’y référer encore, leurs anciens le sont beaucoup moins surtout ceux qui ont déjà entendu siffler les balles et savent se servir d’une arme