Uber Files : Hollande et Cazeneuve lâchent Macron !

Dans l’enquête reposant sur près de 124 000 documents internes à Uber et adressés par Mark MacGann au Guardian, le nom d’Emmanuel Macron est apparu à plusieurs reprises. Alors ministre de l’Économie, il aurait fait, entre 2014 et 2015, évoluer les lois françaises afin de favoriser l’installation d’Uber sur le territoire national. Ce sont près de 17 « échanges significatifs » qui sont ainsi évoqués entre Macron ou ses proches conseillers et les équipes d’Uber… De plus, cet ancien lobbyiste du géant du VTC explique avoir aidé personnellement le ministre de l’Économie de l’époque à collecter des fonds pour LREM…

Président en exercice au moment des faits, François Hollande a assuré à Libération n’avoir rien su de ces échanges : « Il n’y a jamais eu, au niveau de l’Élysée, la connaissance du moindre deal. Si ça s’est fait, l’Élysée n’était pas au courant ». Il a dans le même temps assuré ne pas « avoir le souvenir » d’avoir rencontré à cette époque le fondateur d’Uber : Travis Kalanick.

L’ancien ministre de l’Intérieur puis Premier ministre, Bernard Cazeneuve, a lui aussi été interrogé par Libération, mais n’a pas souhaité commenter ces révélations, précisant qu’il gardait ses déclarations pour « un cadre officiel, comme une commission d’enquête parlementaire »… Ce qui tombe à pic !
Les sénateurs écologistes et socialistes demandent que la lumière soit faite au travers d’une commission d’enquête parlementaire. Une initiative portée aussi par la présidente du groupe CRCE (communiste), Éliane Assassi : « De très nombreux SMS, mails, échangés entre les dirigeants d’Uber et M. Macron et ses conseillers tendent à démontrer que ce dernier était non seulement un ministre œuvrant pour le développement de son pays, mais surtout un partenaire pour ouvrir le marché français. »

Son collègue du groupe communiste, Pascal Savoldelli, juge qu’« il y a un certain nombre d’éléments qui sont extrêmement graves ». « Il faut prendre ça au conditionnel, mais il y a des charges très lourdes de complaisance, d’aide », « il a facilité le fait qu’on contourne le droit social et la protection sociale ».

Rapporteur au Sénat d’une mission d’information sur « l’uberisation de la société », il est l’auteur d’une proposition de loi pour protéger les travailleurs des plateformes numériques. Il est même celui d’un livre, « Ubérisation et après ? ». Ce sénateur a « écrit au Président » pour lui demander des comptes : « La vérité doit être établie. Il faut que le Président s’exprime sur le sujet. Il est mis en cause sur un sujet grave, il faut qu’il s’explique. Les Français ont le droit de savoir quels ont été ses agissements quand il a été ministre de l’Économie ».

Le président du groupe PS du Sénat, Patrick Kanner, raille « un nouveau en même temps, lobbyiste et membre du gouvernement ». Son groupe « estime » aussi, dans un communiqué, « qu’une commission d’enquête sénatoriale serait bienvenue pour faire la lumière sur ce sujet grave ».

« Je suis vraiment tombé de ma chaise. Je n’étais pas au courant », raconte l’ancien collègue de Macron, alors ministre des Sports et de la Ville. « Ce qui est terrible, c’est que ça a été fait en secret, contre l’avis de ses patrons et du ministre des Transports, Alain Vidalies. C’est un mélange des genres qui n’est pas acceptable. Et quand on regarde la première loi votée en 2017, c’était la loi de moralisation de la vie politique française… »

« Je ne sais pas si c’est un scandale d’État, mais c’est une affaire d’État, au minimum. Il faut qu’il s’explique maintenant. Il a confondu la start up nation avec les règles de l’État de droit » ; « qu’Uber rencontre le ministre de l’Économie pour défendre son modèle, pas de problème. La question est de savoir s’il est devenu de fait un allié objectif ou subjectif de Uber ? Là, il y a un conflit d’intérêts potentiel », souligne Patrick Kanner, qui demande « s’il y avait des aides au financement pendant sa campagne ? Y a-t-il eu un retour sur investissement pour le combat qu’il a mené secrètement pour l’implantation d’Uber en France ? Le doute s’est installé. ».
Les députés de l’intergroupe de la Nupes ont annoncé aussi leur intention de déposer une proposition de résolution pour la création d’une commission d’enquête « sur les révélations des Uber Files et le rôle de Macron dans l’implantation d’Uber en France ». Sa portée serait cependant limitée par l’immunité présidentielle ; toutefois, les parlementaires pourront en apprendre bien davantage par d’autres auditions.

Après Benalla et son coffre disparu, Alstom, les cabinets conseils et McKinsey… l’affaire Uber n’arrange pas l’image d’un Foutriquet prévaricateur…

Qui s’occupe de ses liens avec Pfizer et des injonctions vaccinales ?

Coquerel à la commission des Finances, ce n’est peut-être pas pour le pire.

Daphné Rigobert

image_pdfimage_print
16

27 Commentaires

  1. « Hollande et Cazeneuve lâchent Macron « …ces deux trous d’balle leur tour arrive aussi,ils rendront des comptes un jour sur cette affaire du Bataclan,tout fini par ce payer.

    • Répondre à kabout: Vous avez raison, il faudra des cordes et des arbres… A la libération !

  2. Dans un état de droit et pas de passe droits, la mise à disposition de jets, de salles de spectacle et de médias de propagande à un politicien en échange de faveurs pour contourner la loi, puis le récompenser en versant des fonds à son parti politique pour l’aider à se faire élire, cela s’appelle prévarication et corruption et tombe sous le coup du code pénal.
    Le paltoquet n’aura en répondre qu’après 2027, sauf si… Les parlementaires étaient assez couillus pour avoir recours à l’art 68 de la Constitution et voter sa destitution pour « manquements incompatibles avec l’exercice de son mandat. » D’autant qu’avec son arrogance coutumière, il s’enferre dans sa délinquance, et a reconnu publiquement qu’il continuerait dans cette voie !

  3. c est quand il se croit au dessus des lois et indetronable au CAPITOLE qu il se dirige deja vers la ROCHE TARPEIENNE . a force de scandales semblant enterres , il y en aura bien un qui lui explosera a la tronche et tant mis pour sa perruque ! le drame est , en plus , que ce soit l article dans THE GUARDIAN qui mette le feu a la meche et ridiculise un peu plus la FRANCE . meme l immonde s est cru oblige d en parler histoire de ne pas passer pour un merdia et voyou de grand chemin ; c est dire ! meme c news en cause . d ailleurs sur cette derniere , un plaisant bandeau soulignait que L EURO EST A LA PARITE AVEC LE DOLLAR . ce n est pas un exploit vu que c est l euro qui s est effondre a 0,9 $ .mais ca , c news ne le precise pas pour ne pas facher nos mozarts de l economie … quand au malheureux THOMAS THEVENOUX , on comprend toute la haine qu il a declenche contre lui avec sa loi qui a deplu au poudre qui l a tres certainement fait punir pour cela !

  4. UBER FILES le pédéraste,non seulement il assume. MAis il provoque prêt à RECOMMENCER si l’occasion se représente.
    Un pédéraste ça ose tout.

  5. Bah, faut les comprendre les 2 anciens, Manu la Moumoutte a agi dans leur dos…. gnark gnark gnark

    Y zon rien vu rien compris.
    « Ah les cons » comme disait mon vieux pote Roger. Je pense bien à toi Roger. Repose-toi bien sur ton nuage, toi la crême des amis.
    Hou là là, je m’égare là….

  6. et pourtant c’st bien sous leur gouvernement que la loi pro-uber a été votée !

  7. regardez seulement la tronche de ces 2 personnages ; la veulerie y est inscrite ; c’est ça un homme politique

  8. « Uber Files » : le Code pénal appelle ça du « trafic d’influence ».

    Dans l’ombre d’un gouvernement socialiste pourtant déjà enclin à déconstruire la France, Macron aurait orchestré personnellement l’implantation d’Uber en France alors qu’il venait d’arriver au poste de ministre de l’Économie.

    C’est ce que nous apprennent les « Uber Files ». Sans aucun complexe et comme d’habitude Macron revendique toutes ses actions mêmes lorsqu’elles constituent des infractions pénales ! suite : https://by-jipp.blogspot.com/2022/07/uber-files-le-code-penal-appelle-ca-du.html

  9. Et il y a deux personnages que les médias n’interrogent pas : les deux ex premier ministre Édouard Philippe et Valls. Si Macron a négocié sans en informer son 1re ministre, l’enquête parlementaire déterminera si Macron a commis un ensemble de délits très graves de « corruption de fonctionnaire », « abus de pouvoir » et « enrichissement personnel »…

  10. Donc, si on suit le propos de hollande, macron agissait en électron libre au gouvernement.
    Bref, le déni habituel de la gauche.

  11. Les électeurs Français ont le panel politique qu’ils méritent!

    Ces scélérats qui nous servent de dirigeants politiques ne sont pas arrivé par hasard, les veaux sont allé les chercher!

    Sauf accident, cette situation perdurera encore longtemps!

    Aux dernières élections présidentielles, un candidat comme il ne peut s’en présenter 1 par siècle a été malproprement rejeté par ces abruti(e)s à qui l’on a donné le droit de vote, on se demande d’ailleurs pourquoi?, préférant se faire maltraiter, empoisonner dépouillé, voir assassiné sans que cela dérange personne!

    Je vais paraphraser un ancien Général dont je partageais sa vision des choses: « j’ai mal à la France »

    • Et au coeur. Vive Macron et la gang de woke pervers gauchiaste a l’ hémicycle. Beurk. Art. 68 et vite. Sinon! Bye! Bye! France. Vivre l’immigration heureuse pour la France comme Vive l’ U.E. et la mondialisation heureuse. Pour qui?

    • @ jean haysoupé- C’est exactement ça. Humiliation totale. Et maintenant l’élan est brisé, très provisoirement sans doute mais le mal est fait.

  12. Coquerel va manger son chapeau comme les autres. Il ne va sûrement pas tuer la poule aux oeufs d’or la gamelle est bien trop remplie.

  13. Deux courageux et fourbe (pour cazeneuve pas pour flamby) se débinent …
    Hollande a peut être un petit compte à régler avec macron du temps où ce dernier ministre de l’économie a tout planté là pour commencer sa campagne au frais de l’état.
    D’autres le lâcheront se souvenant du temps où il se croyait tout permis quand il était secrétaire général de l’Elysée à 260 000 euros par an.

    • et le pauvre malgré des sommes folles gagnées depuis des années n’a ni liquidités ou si peu, ni patrimoine immobilier………

      Qui peut croire ça!

  14. il n’est pas le président de la république française, il est le président , pour ne pas dire la Marionette des lobbies et du grand capital international : un TRAITRE

  15. Je suis d’ accord avec Christian Combaz ( site campagnol)cette affaire  » uber » peut etre une diversion pour masquer des affaires plus graves ( en lien avec pedocriminalite ….ect)bon de toute maniere le systeme de l’ etat profond ( crif et compagnie) sont en train de lacher Macron ….qui pour le remplacer ? ( avec accord du crif et AIPAC americain) en novembre elections du midterm retour des republicains conservateurs

  16. C’est simple…………hollande ne gérait que ses fredaines au volant de son scooter………Quant à sa clique cazevide, valls et cie………de la frime et des coups de menton!
    Ce qui a bien arrangé le poudré qui magouillait à son aise! Et en plus, il a mis une olive à hollande!

    Aujourd’hui ce n’est pas mieux…….
    Mais les sur-connards ont encore une fois bien voté!
    Alors…….

1 Rétrolien / Ping

  1. Uber Files : Hollande et Cazeneuve lâchent Macron !  – PAGE GAULLISTE DE RéINFORMATION . Les médias nous manipulent et nous mentent, sachons trier le bon grain de l ivraie

Les commentaires sont fermés.