1

UE : Témoignages édifiants sur l’opacité des vaccins et des contrats

Virginie Joron (Rassemblement national, groupe Parti Identité et démocratie) et Francesca Donato (Indépendante, Italie), juristes de formation, ces eurodéputés se posent en lanceurs d’alerte pour dénoncer les incohérences, iniquités et très inquiétants défauts de transparence entourant les vaccins et leurs contrats…

La Commission européenne, non élue, est sous l’emprise de lobbys et gère tout dans une opacité totale, ne répondant jamais aux questions l’importunant. Les députés n’ont pas le pouvoir de proposer des lois. C’est la Commission européenne qui dispose de ce monopole. Les élus ne peuvent que voter.

L’UE a financé la recherche des vaccins, pour ultérieurement acquérir à prix fort des millions de doses… Les achats de ces vaccins se sont faits sans appel d’offres… Nombre de vaccins existants n’ont toujours pas reçu d’autorisation de commercialisation, ils sont bloqués sans raison officielle…

Pendant fort longtemps, les contrats furent inaccessibles aux députés. Désormais, ils ont accès à des documents « caviardés », comportant trois clauses nulles. Le fabricant ne garantit pas  un minimum d’efficacité du produit, n’est pas responsable des effets secondaires, ce problème incombant aux États acheteurs. Comme on le sait, cette responsabilité étant toujours très difficile à faire reconnaître…

Si le Japon a fait retirer deux millions de doses Moderna pour divers problèmes, en Europe, contrairement à tous les autres traitements,  il est impossible d’analyser la composition des vaccins et de procéder à des contrôles de qualité.

Le 10 novembre 2021, Ursula von der Layen,  lors d’une cérémonie de l’Atlantic Council à Washington, a remis le prix du Meilleur businessman au PDG de Pfizer… lequel se flatte déjà de la vente de quatre milliards de dose à l’UE pour 2022. S’il fallait une preuve de collusion…

Les deux eurodéputés sont scandalisées par les  discriminations infligées aux non vaccinés partout en Europe avec le passe sanitaire, sans parler du confinement imposé en Autriche et en Allemagne, qui ne sont que des violations des droits de l’Homme, limitant les libertés individuelle et les droits fondamentaux, sans justifications scientifiques !

Virginie Joron s’agace : « Quel est le message ? On ne parle plus aux gens qui ne sont pas vaccinés. »

Pour sa part, Francesca Donato s’interroge sur les motivations de cette politique vaccinale à outrance : « dans le monde d’aujourd’hui, les pouvoirs judiciaire, législatif et exécutif sont passés aux mains du monde de la finance, de la technologie et des médias », lesquels ont de très importants intérêts communs. Les élus n’ont aucun contrôle de la situation : « on est dans une oligarchie privée ! » Il n’y a plus aucun respect des souverainetés, plus de contrôle démocratique, personne ne représente plus les citoyens.

D’ailleurs, la Commission vient de publier un rapport au titre édifiant : Le rôle de l’UE dans la lutte contre le Covid-19… Comment vacciner le monde ? Pourquoi l’argent des contribuables européens doit-il servir à vacciner la planète ? Pourquoi la Commission, sans vote, a décidé de donner les vaccins Astrazeneca à l’Afrique ? Sans l’exprimer clairement, il ressort du témoignages de ces députés que  tout ceci n’est qu’affaire de gros sous, au détriment sanitaire et financier des Européens.

 Elles appellent à refonder les institutions européennes, afin « qu’elles servent aux citoyens, et non à cette élite qui est déconnectée de la réalité ».

Bien que leur témoignages de presque une heure mérite écoute attentive, c’est ici que nos avis divergent, tant nous n’avons plus aucune patience, ni aucune envie de tolérer cette tyrannie européenne, par nous rémunérée.

Mitrophane Crapoussin