UE -Turquie : la révolte des peuples, seule voie de salut pour l’Europe ?

Publié le 22 avril 2016 - par - 47 commentaires - 3 390 vues
Share

Ri7RevoltedesBonnetsrougesCombien de temps encore les citoyens européens vont-ils supporter, non seulement l’aveuglement et l’irresponsabilité des dirigeants de l’Union européenne dans la gestion de la crise migratoire et notamment leur incapacité à protéger les frontières extérieures qui nous conduit à des lendemains douloureux, mais également leur arrogance et leur mépris à l’égard des peuples européens dont l’avis ne compte pas s’agissant de l’adhésion future de la Turquie à l’UE ?

L’éditorial du 07 décembre dernier  » Chronique d’un désastre annoncé « , publié après la signature, le 29 novembre 2015, d’un marché de dupes entre le Président du Conseil européen et le Premier ministre turc relançant les négociations d’adhésion de la Turquie à l’Union européenne, tentait de montrer que ce pays ne peut pas être admis au sein de l’Union européenne pour des raisons évidentes découlant de sa géographie, de son histoire et de sa culture. Il y était démontré, en outre, que devant les dangers que fait peser l’invasion migratoire en cours sur la sécurité et sur l’identité des peuples européens, la Turquie ne peut pas être considérée comme un partenaire ou un allié dans la gestion de cette crise majeure en raison de son attitude plus qu’ambiguë à l’égard de l’État islamique et de son rôle non seulement passif mais actif sur les flux migratoires en Mer Égée et sur la route des Balkans.

Rappelons l’essentiel de l’argumentation présentée dans l’éditorial du 07 décembre dernier. La Turquie ne doit pas être admise au sein de l’UE, même si sa candidature a pu être acceptée de façon irresponsable lors du Conseil européen d’Helsinki, le 11 décembre 1999, et des négociations engagées depuis. Il s’agit d’une question de bon sens qui en fait une question de principe. En effet, la première des conditions à remplir pour un pays candidat est d’être un pays européen. Or, géographiquement la Turquie s’étend sur ce que, depuis l’Antiquité, les géographes ont dénommé “ l’Asie Mineure ”. Le nier c’est refuser d’accepter la réalité et s’exposer à des erreurs de jugement qui peuvent conduire à des fautes politiques dont les conséquences ne sont pas mesurables immédiatement. La géographie disqualifie donc la Turquie comme futur membre de l’UE qui aurait, de fait, une frontière commune avec la Syrie, l’Irak, l’Iran. C’est simplement insensé. Elle discrédite également ceux qui ont accepté sa candidature et qui continuent de la soutenir. Par ailleurs, sur le plan historique, les relations entre l’Europe et la Turquie au fil des siècles ont été plus que complexes et difficiles. La bataille de Lépante (1571), le siège de Vienne (1683), le refoulement des Turcs des Balkans aux XVIIIème et XIXème siècles sont bien la marque d’un antagonisme profond dans la relation Europe-Turquie. Cet antagonisme a d’ailleurs posé depuis longtemps à l’Europe la question de son identité et a été un élément important dans l’émergence d’une conscience européenne. Enfin, culturellement la Turquie appartient à une civilisation différente par ses valeurs de celle de l’Europe chrétienne issue de l’Antiquité gréco-romaine. Là aussi la géographie y a laissé son empreinte car tout sépare un espace, européen, façonné par l’héritage judéo-chrétien qui a su dissocier le spirituel du temporel d’un autre espace, moyen-oriental, modelé par l’islam. Il faut donc accepter l’évidence: ni géographiquement, ni historiquement, ni culturellement la Turquie n’est un pays européen.

Ensuite, dans la crise actuelle des flux migratoires massifs qui submergent depuis plus d’un an l’Europe après avoir provoqué l’éclatement de Schengen et mis en évidence l’incompétence et la passivité criminelles des dirigeants de l’Union européenne, la Turquie ne peut pas être considérée comme un partenaire pour résoudre un problème majeur qui résulte précisément d’une action délibérée et mûrement réfléchie de sa part. Il faut bien comprendre que la Turquie – pays allié militaire au sein de l’OTAN, pays laïc depuis près d’un siècle par la volonté d’un homme, Atatürk, imprégné des principes de 1789, nourri par les auteurs des Lumières et par Napoléon, qui imposa par la force  » l’européanisation  » de son pays – n’a plus rien de commun avec celle de M. Erdogan et des islamistes au pouvoir aujourd’hui qui rêvent de la renaissance de l’empire ottoman et du califat. Il faut rappeler que dès le début des révolutions survenues dans le monde arabo-musulman avec le  » printemps arabe  » la Turquie, ainsi que l’Arabie saoudite et le Qatar ont soutenu activement les djihadistes notamment d’Al-Nosra, Ahrar-al-Sham, Ghouraba-al-Sham et Fatah-al-Islam avec pour objectif le renversement du régime laïc du président Bachar el Assad contribuant, de ce fait, au développement de la guerre civile sur le territoire de la Syrie. La Turquie est donc responsable, pour partie, comme tous ceux qui soutiennent les djihadistes, des 250 000 morts attribués au seul président syrien ainsi que de l’exode du peuple syrien vers le Liban, la Jordanie et la Turquie, et depuis plusieurs mois vers l’Europe. On peut même affirmer que l’invasion migratoire que subit l’Europe depuis plusieurs mois a été favorisée par la Turquie.

Enfin, la Turquie n’est pas un allié dans la lutte contre l’État islamique. En effet, elle s’est engagée, avec d’autres, depuis l’émergence du  » printemps arabe « , dans un combat visant à faire tomber le régime syrien, régime laïc ce qui est insupportable pour des musulmans, notamment d’obédience sunnite. Alors, les dirigeants turcs participent non seulement indirectement mais directement au soutien des différentes factions islamistes et djihadistes et de l’État islamique. La situation géographique de la Turquie en a fait un passage géostratégique exploité par ses dirigeants pour le transfert des djihadistes venus des pays d’Europe et d’Asie. Par ailleurs, des livraisons et des ventes d’armes ont lieu ainsi que des soins sanitaires prodigués aux djihadistes blessés dans des hôpitaux en échange de pétrole. D’ailleurs, des journalistes turcs d’opposition ont été récemment inculpés pour avoir dévoilé et publié des articles sur ces livraisons d’armes par les services secrets turcs. En outre, des membres des forces spéciales turques sont engagés dans la partie nord de la Syrie en soutien de factions djihadistes turkmènes. La Turquie fait croire qu’elle participe à la lutte contre l’État islamique alors que dans cette guerre ses seuls objectifs sont le renversement du régime syrien actuel et l’affaiblissement, voire la neutralisation des milices kurdes qui se battent contre les djihadistes et qui sont considérées comme un danger sur le plan politique pour l’État turc.

Il a paru utile d’adresser cet éditorial du 07 décembre au Président de la Commission européenne, M. JUNCKER, accompagné d’un message lui faisant part de l’incompréhension, pour un citoyen européen ayant servi sous l’uniforme et soucieux des intérêts de l’Europe, du manque de lucidité et de clairvoyance des dirigeants de l’Union européenne qui mènent l’Europe au désastre et rappelant que les peuples des pays membres ont pourtant leur mot à dire sur leur avenir. Envoyé le 30 décembre 2015, ce courrier recevait une réponse le 29 janvier dernier. Un extrait de cette correspondance mérite d’être présenté ci-après car elle révèle, s’il en était besoin, le décalage énorme qui existe entre les inquiétudes des citoyens qui souhaitent être consultés sur des sujets concernant leur avenir et les objectifs poursuivis par les dirigeants européens sourds, aveugles et qui, manifestement, vivent dans un autre monde.

 » … Je vous remercie pour votre courriel du 30 décembre 2015 adressé au Président de la Commission européenne, dans lequel vous partagez vos idées sur les relations entre l’Europe et la Turquie. M. Juncker m’a demandé de vous répondre.

Nous vous sommes reconnaissants de l’information fournie par votre correspondance et nous prenons note de vos préoccupations. J’aimerais aussi attirer votre attention sur notre dernière « stratégie d’élargissement de l’UE et ses considérations sur la Turquie, disponible sous le lien suivant :
http://ec.europa.eu/enlargement/pdf/kev documents/2015/20151110 strategy paper fr.pdf.

Le rapport souligne que « la politique d’élargissement de l’UE est un investissement dans la paix, la sécurité et la stabilité en Europe » qui « offre aux pays aspirant à l’adhésion une possibilité réelle à la fois de réaliser des progrès considérables dans leur marche vers l’UE au cours de la période à venir et de tirer parti des avantages d’une intégration plus étroite avant même d’adhérer à l’UE ». Par la suite le rapport souligne que « les derniers élargissements aux pays d’Europe centrale et orientale ont apporté de nombreuses opportunités » et dans cet esprit nous continuons à travailler sur la continuation de ce projet porteur avec « les pays des Balkans occidentaux et la Turquie »…  »

Chacun le constatera : la stratégie des dirigeants de l’Union européenne refuse de tenir compte d’un critère pourtant essentiel, à savoir la géographie. L’Europe et l’Asie mineure, c’est donc pour eux la même chose. Que l’Union européenne ait, si la Turquie y est admise, une frontière avec la Syrie, l’Irak et l’Iran ne dérange pas ces dirigeants. Après tout, on pourrait même dans quelques années proposer à ces pays de rejoindre à leur tour l’Union européenne puisque la stratégie adoptée par cette dernière repose sur un besoin d’investir dans la paix et chacun sait qu’il y a urgence en matière de paix dans cette région du monde. Ce n’est pas sérieux. On prend les citoyens européens pour des imbéciles. Les dirigeants de l’Union européenne considèrent, en outre, que les citoyens n’ont pas à s’exprimer, et surtout qu’ils ne doivent pas s’exprimer, car ils pourraient désapprouver leur stratégie, même si elle est contraire aux intérêts des peuples européens.
D’ailleurs, les dernières lignes de cet extrait de correspondance confirment bien l’obstination, l’entêtement des dirigeants de l’Union européenne dans leur projet d’accueillir la Turquie au sein de l’Europe :  » …et dans cet esprit, nous continuons à travailler sur la continuation de ce projet porteur avec …la Turquie  » ! Les arguments de l’éditorial contre l’adhésion de la Turquie à l’Union européenne qui mériteraient d’être analysés sont ainsi ignorés et balayés par une simple affirmation : la Turquie doit devenir membre de l’Union européenne. Circulez, il n’y a rien à voir !

Alors, face à l’absence de vision, face à l’incapacité à définir un projet politique mobilisateur et à protéger les citoyens européens, face au refus de l’évidence de la part des dirigeants de cette Union européenne à la dérive et au silence de nos propres gouvernants, il revient à présent aux peuples européens, et donc au peuple français, de se réveiller et de se manifester. Il faut être lucide car deux possibilités – pas trois – se présentent dorénavant aux peuples européens : la résignation, c’est à dire la soumission au diktat de ces technocrates qui conduisent les nations européennes à leur perte, ou la révolte. Cette dernière semble devoir être la seule voie pour le salut de l’Europe.

Général (2s) Antoine MARTINEZ

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
jan-passe-à-l\'attaque-!

A propos monsieur Martinez , faites vous partie de l’armée des Plus de 20 000 Hommes ?

Clamp

« la politique d’élargissement de l’UE est un investissement dans la paix, la sécurité et la stabilité en Europe » : celle-là c’est la meilleure !

Comment peut-on espérer préserver la paix en achetant un type que ne rêve que de nous faire la guerre ?!? Erdogan ne se cache même pas sur le fait que sa plus fervente ambition est d’islamiser l’Europe.

Il y a une procédure pour pétitionner officiellement devant l’UE ( parlement ou Commission je ne sais plus ) dans une procédure internet avec n° de carte d’identité. qui assez compliquée par rapport à une pétition classique. Je pense que si une pétition des peuples d’Europe signifiant qu’ils refusent l’entrée de la Turquie dans la Communauté était lancée, elle pourrait atteindre jusqu’à 10 millions de signataires sinon plus. Ce résultat serait retentissant et ne pourrait absolument pas être ignoré par Bruxelles – ni par Ankara !

BALT

Merci, Général, pour votre analyse parfaitement lucide et votre courage.

JACOU

Une déculottée de plus pour l’Union Européenne:

– Un orchestre de musique allemand a accusé samedi les autorités turques de faire pression sur lui et l’Union européenne, pour empêcher que le terme de « génocide » soit utilisé dans le cadre d’un concert qu’il donne autour du massacre des Arméniens en 1915.
– La Commission européenne a maintenu la subvention mais invité l’orchestre à « adoucir » les textes du spectacle en ne mentionnant plus le génocide et a retiré toute mention du concert sur sa page internet, a affirmé le directeur de l’orchestre.

http://actu.orange.fr/societe/culture/genocide-armenien-un-orchestre-allemand-denonce-des-pressions-turques-sur-un-spectacle-CNT000000nzB2h.html

Patricia J.S.

Un très bon billet.
Merci mon général !

Yves ESSYLU

Avec TRUMP aux USA et de LESQUEN en France on évitera peut-être de sortir les fusils de chasse, sinon avec CLINTON et JUPPE on n’y coupera pas

montecristo

Bien vu !

Johan
berber

migration organisée grâce à ….. »résolution des Nations Unies S/RES/2240 (2015) »……. »pour faire face aux conséquences immédiates et à long terme de la traite des êtres humains vers l’Europe, .. » ….. « les migrants doivent être traités avec humanité et dignité »

JACOU

Bien d’accord avec chaque mot de votre billet mon Général.
Concernant le rôle de Mme Merkel:
« Le président américain Barack Obama a salué «l’attitude courageuse» de la chancelière Angela Merkel et des Allemands dans la crise des réfugiés, dans une interview samedi 23 avril dans le journal Bild. Elle a su faire preuve d’un «vrai leadership moral et politique», selon lui. »
http://www.20min.ch/ro/news/monde/story/Obama-salue–l-attitude-courageuse–de-Merkel-27861232

L’Europe n’est pas sortie de l’auberge avec ses gouvernements complices de sa destruction.

archipapi

Pour ce qui est de la destruction du pays, Barack Hussein Obama est a coup sur le conseiller adequate.

BALT

De plus Obama ne veut pas que l’Angleterre sorte de l’Europe pour qu’elle se soumette à l’accueil des migrants.Obama, taupe en chef.

JOURDIER

Le mieux serait d’appliquer des sanctions économiques à la Turquie et lever celles à la Russie

Dominique

Oui, c’est une très bonne analyse.

François P

Bref il suffit d’un sourire pour embrasser un crotale sur la bouche. La Turquie n’est pas fiable. Espérons que le référendum anglais soit favorable au retrait, ce serait les début de l’explosion de l’Europe bruxelloise, et enfin une remise sur le tapis vert de la réforme de l’Europe. Au départ entre Adenauer et le Gal De Gaulle, il s’agissait de mettre en place une Europe des nations, mais les politicards en ont changé l’objectif.

Paulus

Il faut bien comprendre que ces choses doivent arriver.
Effectivement, ce gouvernement va gicler aux prochaines élections, et qui va le remplacer ? Un gouvernement encore plus méchant que le gouvernement de sarkozy et que celui de Hollande. Vous n’avez toujours pas compris que tout les cinq ans le peuple, dans son inconscient lobotomisé, veut toujours plus de chaos ?

ania

Si je fais abstraction de « un gouvernement encore plus méchant » car je ne sais pas de quoi vous parlez, ce que vous écrivez n’est pas inexact.
Peut-être que le chaos est nécessaire pour secouer les ankylosés, toujours est-il que nous n’en sommes pas loin, n’en déplaise au -marchand de sable qui veille sur nous-.

Paulus

Matthieu 24:6 « Et vous entendrez des guerres et des bruits de guerres; [mais] prenez garde que vous n’en soyez point troublés ; car il faut que toutes ces choses arrivent; mais ce ne sera pas encore la fin. »

montecristo

Paulus ! Absolument d’accord ! Les dirigeants n’en n’avaient pas assez du nazisme et du communisme … il leur faut l’islam aujourd’hui. Quant au peuple, après Chirac, puis Sarkozy, puis Hollande, il lui faudra Juppé demain …

WOLFRED

rien a dire pour se qui est écrit , vous avez tous raisons , mais voilà la FM veille

hathoriti

Si, le fait que la Turquie ne soit pas en Europe est un 1er problème. Si les martiens débarquent, seront-ils européens, eux aussi ? Soyons sérieux ! La Turquie n’est pas plus en Europe que l’Irak ou la Chine ! Cette manipulation sordide est le fait de gens qui appliquent un plan de destruction de la chrétienté…suivez mon regard… Le 2d problème est que la Turquie est musulmane et à ce problème-là, il n’y aucune solution, excepté pour nous, peuples européens gréco-latins-celtes-chrétiens, que la soumission à une idéologie religieuse répugnante ou bien la mort. C’est NON aux 2 solutions . Point barre. Nous allons donc vers la révolte et la guerre civile, c’est inévitable, car ceux qui dirigent ce plan d’infamie n’accepteront jamais de le voir s’effondrer.

Dominique

Surtout une Turquie gouvernée par un calife autoritaire et islamiste.

Charlie

La partie de l’actuelle Turquie située à l’ouest de Bosphore de la mer de Marmara et du détroit des Dardanelles est bien située en Europe.

C’est cette partie, et celle-là seulement qui devrait être intégrée à l’Union Européenne.
Cela supposerait sa sécession d’avec le reste de cet état créé artificiellement.
Avec une majorité chrétienne (donc assimilable sans problème), cette « petite Turquie » reviendrait naturellement à ses origines.

Un jour, peut-être, le peuple chrétien de Turquie revendiquera son indépendance ?
Ce jour là, avec l’aide des autres chrétiens d’Europe, Istanbul redeviendra Constantinople et Sainte Sophie une basilique.

Dans cette attente, pas d’état islamique en Europe !

Patricia J.S.

@Charlie – Très pertinente votre réflexion car, en fait, ce petit bout de territoire, à l’origine, n’était pas turque. Aujourd’hui le passage du Bosphore appartient entièrement à la Turquie et là est, à mon avis, le vrai furoncle.

Charlie

Absolument: Ce qui devrait constituer une frontière et une barrière naturelle est, en fait, une vraie passoire délibérément laissée ouverte par la bande à Erdoğan.

Les deux détroits et la mer de Marmara sont entièrement aux mains des turcs.
Le jour où l’Europe en contrôlera les rives occidentales, le flux des migrants sera plus efficacement contenu; ainsi que tous les trafics divers et variés (drogues, armes, tabac, etc…)

Patricia J.S.

Ce n’est que de la géopolitique et c’est ce qui dirige le monde ; – ) l’important est que ce soit dans notre intérêt et non pas dans l’intérêt de l’ennemi. Pour notre grand malheur, ce n’est pas ce pourquoi a été fait l’UE et je reprendrai une expression d’un certain GWG en disant que nous sommes dirigés par des « salauds bornés, bas du front » et nous allons le payer cher, très cher ….

Catalan

Je suis d’accord avec cette vue des choses , mais ce que j’aimerai plus que tout c’est que ce Général et les autres qui viennent sur ce site arrétent les palabres et passent à l’action avec l’armée , la police suivrait et des centaines de Français aussi . Un coup d’état est nécessaire et vite , car si en plus les accord de libres échanges sont signés avec les E.
U sous l’influence de merkel  » elle ne mérite pas une majuscule  » nous sommes définitivent perdus

Catalan

Je voulais dire des centaines de milliers

Mondelval

Je dirais même plus : quelques millions surement !

echec&mat

Le général (cr) Michel Franceschi, ancien commandant du 1er RPIMA, nous rappelle dans son ouvrage « Napoléon, mémoires de l’au delà », le rôle salvateur du général Bonaparte, le 18 Brumaire de l’An VIII qui sauva la République. Alors que faire d’autre ? Sans leur armée, les Français ne pourront à eux seuls changer la situation actuelle.Il y a fort à parier qu’une majorité des Français approuveraient un renversement du régime actuel. Un tel événement se traduirait par un véritable séisme en Europe. N’en doutons pas, nous retrouverions des coalitions avec des risques majeurs de conflits qui nous éviteraient le pire, c’est à dire la disparition de la France : question de calculs ?

Hellène

La VRAIE union européenne serait faite avec la Russie, et non la Turquie.

NON A CETTE EUROPE AVEC HER DOGAN QUI ASSASSINE LES KURDES ET CES DIRIGEANTS EUROPEENS AVEUGLES OU COMPLICES !!!

Filochard

Vous enfoncez des portes ouvertes.Par un texte long qui ne nous apprend rien de bien nouveau. Quand à la seconde solution que vous préconisez , allez y démarrez je serai juste derrière vous…..

ania

Ne soyez pas méprisant, les lecteurs n’ont pas tous votre érudition, l’article du Général Martinez est didactique pertinent utile nécessaire etc.
.
Merci Général.
« Devoir d’expression d’un citoyen (pas) ordinaire » Mais quel citoyen, un de ceux qu’aucune famille française ne pourrait renier ! (à part bien sûr celles des F MdS*)
http://lecolonel.net/devoir-dexpression-dun-citoyen-pas-ordinaire-general-antoine-martinez/
*français musulmans de souche

La Mécréante !

« le peuple européen » est déjà daubé, gangréné. l’affaire est entendue.
l’Allemagne hypocrite se planque derrière l' »UE » pour ne pas dire ouvertement : « Allemagne-Turquie » pour reconstruire et imposer leurs empires respectifs.

l’Allemagne de Hitler l’a tenté par le fer et le feu,
L’Allemagne de Merkel le fera, le fait déjà, par la ruse et l’hypocrisie.

la revanche « revenge » du teuton…

pauledesbaux

ils étaient déjà copains comme cochons pour s’entendre sur le GENOCIDE ARMENIEN ILS ONT BEAUCOUP DE SANG SUR LES MAINS madame makrel devrait aussi passer devant un TRIBUNAL D EXCEPTION et mérite BIEN L ECHAFFAUD A REMETTRE EN PLACE ET LA NOUS SOMMES NOMBREUX A SIGNER SON ARRET DE MORT MAIS PAS SEULEMENT LES PRESIDENT FRANCAIS AVAIENT DEJA OUVERT LE BAN signé paule di Malta

Auguste

Le fait que la majorité de la Turquie est en Asie, n’est pas un problème. Le fait que la Turquie est un pays islamique gouverné par un islamiste, constitue une impossibilité d’intégration à l’Europe.

FRANCE

Si, c’est un problème, aggravé par sa soumission à l’islam.

P.Parnaudeau

Cette Union Européenne est tout sauf une démocratie puisqu’on se garde bien de consulter les peuples sur les grands sujets de société. D’où le non intérêt d’aller voter. Ca serait super que personne ne se dérange pour aller voter et affiche ainsi le mépris de cette mascarade Européenne qui n’a que trop durer. Sortir de l’Euro et sortir de l’Europe…et vite !!

gutofsalins

désolé mais le fait de ne pas aller voter est et reste une grosse erreur.il suffit de voter massivement blanc ou contre et démontrer le mécontentement des Français et des européens et sin cela ne marche pas et que ces vendus de politiciens continuent de vouloir nous imposer cette Europe inutile et couteuse pour nous alors il faudra que le peuple descende dans les rues pour renverser ces politiques.

montecristo

Je vois poindre à l’horizon une révolte qui débouchera sur une guerre civile comme nous n’en n’avons jamais vue !
Déjà, les turcs n’ont plus besoin de visas pour se rendre en Europe. Qui nous dira que ce ne sont pas des Turcs mais des Afghans, des Iraniens, des Irakiens ou des Syriens qui nous arrivent par la Turquie ? A quel jeu s’amusent nos dirigeants européens ?
Il est temps de fourbir ses armes ! C’est pour bientôt !

La chienlit non merci

Quelqu’un aurait-il l’adresse web des fuites récentes révélant les détails de l’installation du nouvel « ordre » mondial par les francs macs que nous suspectons d’orchestrer la disparition des nations et la déchristianisation du monde via l’immigration islamique de remplacement que des politiques membres de cette pieuvre et certaines organisations financières orchestrent tout en censurant quiconque dit la vérité et tout en continuant de nous prendre pour des caves ?

Menaces et chantages divers de la part de la Turquie, d’une gravité extrême, qui ne datent pas d’aujourd’hui et qui remontent à avant l’arrivée des islamistes au pouvoir :
http://reconquete-republicaine.fr/post/2016/02/18/Le-Camp-des-Saints%2C-la-reconnaissance-du-génocide-des-Arméniens-et-la-submersion-migratoire4

Quant à la pseudo laïcité à la turque, contrairement à ce qui est dit dans l’article, elle n’avait de laïcité que le nom. Il s’agissait plutôt d’une religion officielle inféodée à l’Etat, l’islam sunnite, la seule reconnue.

L’occupation et la colonisation de Chypre, le harcèlement militaire permanent de la Grèce provocant des engagements fréquents, le blocus de l’Arménie depuis 23 ans (Arménie qui aurait été envahie par la Turquie en 1992-1993 si les Etats-Unis et la Russie n’avaient pas gelé la situation), datent de bien avant l’avènement d’Erdogan et des islamistes.

JACOU

Dans la ville d’Istanbul il y a 2300 mosquées. Alors comme vous dites … la laïcité turque c’est du pipeau.

JEV

D’accord avec CATALAN (je le suis de naissance)… Que ces généraux qui fustigent avec leurs longs discours, prennent en main la destinée de la France… Nous serons derrière eux avec ou sans les a… Il faut cesser de chouiner et mettre en place un plan d’action immédiat… 5500 généraux de 2è section plus les 650 en activité, je pense que c’est suffisant pour en finir avec ce pouvoir de minables, collabos, inconscients, mais surtout dangereux pour nos peuples et notre avenir… La parole et l’action vous appartiennent mon général… Nous vous faisons confiance… Que vous faut-il de plus pour comprendre que nous sommes en danger… De mort?

Parmi les généraux, combien sont-ils à vouloir tout risquer pour sauver leurs concitoyens, quand on sait à quel point beaucoup de Français, complètement anesthésiés, resteraient les bras croisés devant leurs téléviseurs ?

Peu, en effet, mais le général Martinez a au moins le courage, et le mérite, d’alerter ses concitoyens sur ce qui se trame en haut lieux et du danger que courent tous les peuples de l’UE s’ils ne réagissent pas pour que cesse ce plan diabolique.

Le général Martinez nous rappelle également à quel point les dirigeants européens se moquent, comme de leurs premières chemises, de l’avis des « sans-dents » sur des sujets tels que celui de l’adhésion de la Turquie à l’UE, ou celui des entrées des migrants…

maujo

l’UNESCO par un vote majoritaire dont la France, a décidé de changer les faits historiques et a attribué le mur du Kotel de Jérusalem à l’Islam, de la même façon, l’UNESCO pourra voter demain et décider que la Turquie ne se trouve plus en Asie Mineure mais en Europe et voila le tour et joué.
Quand a se rebeller, je doute que la majorité des Français et des Européens soient prêts à faire une révolution.
Je serai assez curieux de connaitre la moyenne d’âge des intervenants sur ce site, certainement pas beaucoup de jeunes.
Quand je discute avec des jeunes autour de moi, ceux qui travaillent, les problèmes de l’Europe, le grand remplacement, cela ne les préoccupent pas du tout, ils ont d’autres chats à fouetter, le boulot, les enfants, les RTT, les vacances etc…
Discutez avec ces jeunes qui travaillent autour de vous et vous serez surpris de voir leur reconnaissance de ces sujets brûlants qui nous préoccupent.
Malheureusement, la Turquie fera partie de l’Europe.