Ukraine : interview exclusive d’un mercenaire français désabusé

 

Il se dit écœuré. Il pensait se battre pour la liberté. Alors qu’il servait les intérêts d’oligarques corrompus. Et qui plus est radins.

Ses soldes sont versées avec des mois de retard. Les avantages en nature sont restés à l’état de promesses. La cordialité du début a cédé la place au mépris.

Bien sûr, il faut faire la part d’aigreur et d’affabulation et ne pas croire sur parole un soldat d’infortune. Mais lorsqu’il fournit des informations circonstanciées, avant que les médias s’en emparent, force est de se dire que le gus y était et n’a sûrement pas tout inventé.

Bonjour lieutenant Marko. Première question : Confirmes-tu les pertes françaises annoncées par les Russes ? 50 hommes au moins.

Affirmatif. Et au moins une dizaine de femmes. Certaines avec un parcours atypique. Je pense à une Franco-Kurde venue en Ukraine par goût de la bagarre et parce qu’elle espérait trouver des Turcs à éliminer… Mais soyons réalistes, 60 tués sur 400, ça fait 15 %, un taux de pertes acceptable.

Les forces polonaises et celles de la Légion Géorgienne, présentes partout, accusent des pertes doubles, de l’ordre de 30 %. Le même que celui des armées régulières d’Ukraine. Plus important au début. Stabilisé aujourd’hui.

Comment t’es-tu retrouvé à servir dans des forces étrangères ?

J’étais très motivé parce que ma mère d’origine polonaise m’a fait partager sa détestation des « soviétiques » (sic) En plus, on offrait des primes très intéressantes à ceux qui s’engageaient, surtout s’ils parlaient plusieurs langues.

Tu avais un passé militaire ?

Sans donner des détails, je m’étais engagé en France dans une unité d’interventions actives, par goût de l’action et de l’aventure. Après un certain temps, on m’a expédié en Afrique. Là-bas, j’ai eu la chance de sauver la vie d’un préfet lors d’une embuscade islamiste.

Cet homme était le petit neveu du président du pays où nous étions en garnison. Celui-ci, après m’avoir fait subir un « entretien d’embauche » a demandé à ce que je sois détaché dans sa garde personnelle. De caporal, je me suis retrouvé lieutenant. Si j’étais resté là-bas, je serais probablement général aujourd’hui (sourire narquois).

Mais tu es parti ? Pour aller où ?

Après le coup d’État qui a éliminé « mon » président africain, la France m’a proposé de m’intégrer dans la réserve, en conservant mon nouveau grade, à condition que je reste disponible pour des missions un peu spéciales. Entre autres, infiltrer les groupes nationalistes et surveiller les Gilets Jaunes dont Macron avait une peur bleue au début de son premier mandat…

Plus tard, quand j’ai demandé à aller me battre en Ukraine, on m’y a vivement encouragé. Avec la garantie écrite qu’en cas d’accident, ma compagne et nos deux gamins seraient correctement pensionnés.

Peux-tu en dire un peu plus sur tes actions en Ukraine, sans trahir des secrets militaires ?

Au début, c’était la pagaille complète. Aucune coordination, aucun plan de bataille, et la plupart des responsables pensaient plus à fuir le plus loin possible qu’à se battre. Tous les médias étrangers ont pu le déplorer.

Je me suis retrouvé instructeur d’une armée de soldats de bois qui ne savaient pas par quel bout prendre un fusil. J’ai réalisé que ces paysans et ouvriers, mobilisés de force, n’avaient qu’une seule envie : se planquer en attendant que la guerre finisse.

Les chefs ont donc décidé d’utiliser leurs compétences comme cuisiniers, mécanos, chauffeurs routiers ou cantonniers. Et ils nous ont envoyés « nous » battre à leur place. Sous uniforme ukrainien bien sûr.

Qui « nous » ?

Une vraie tour de Babel où tout le monde s’est mis à l’anglais. Je me souviens de beaucoup d’Anglais et d’Allemands, quelques Américains et Canadiens, des Scandinaves, et un assortiment de Français, Belges, Hollandais, Espagnols, Maghrébins, Brésiliens, et même un Libanais, un Bolivien et un Panaméen.

Nous étions plusieurs milliers… Sans oublier des Albanais, des Bosniaques et des Kosovars. Mais ceux-là, leurs intentions sont troubles et ils essaient de profiter de la guerre pour faire toutes sortes de trafics. On ne les considère pas comme fiables.

Et les Ukrainiens de souche ?

Peu à peu on a instruit ceux qui voulaient en découdre avec les Russes. La première chose à leur apprendre, en même temps que le maniement des armes, c’est de savoir utiliser le terrain et ne pas s’exposer inutilement. Par la suite, tous ceux qui avaient suivi des stages accélérés sur quelques semaines, en Angleterre et en France, sont revenus bien dégrossis et ça a été plus facile pour nous de les rendre opérationnels.

Mais tu n’as pas fait que de la formation ?

Non, en ce qui me concerne, en raison de mes compétences particulières, après quelques accrochages avec les Russes, j’ai été affecté au 131e bataillon de renseignement de l’armée ukrainienne.

D’abord, je devais me faire passer pour un journaliste français et aller dans les zones occupées par les Russes pour y faire des repérages, et entrer en contact avec les personnes susceptibles de nous aider par du renseignement et des sabotages.

Ensuite, aidé de traducteurs, je devais cibler dans nos effectifs les tièdes et les indécis, ou ceux qui critiquaient Zelensky, essayer de les ramener dans le droit chemin, et en cas d’échec les éliminer.

Les éliminer ? Tu dis ça comme ça ?

Si je m’étais fait prier, mon adjoint issu des rangs d’Azov et qui, de ce fait pouvait court-circuiter toute la hiérarchie, m’aurait liquidé. Pour l’exemple. C’est assez fréquent pour renforcer la cohésion et remonter le moral des troupes (sourire désabusé). Puis la reprise de Kherson m’a occupé à plein temps jusqu’à maintenant.

Kherson vu de France a semblé une simple promenade pour vous…

Les Russes avaient laissé des milliers de mines. Il y en avait tous les dix mètres.

Un peu partout. Les routes, les chemins, les champs. Ils espéraient sans doute qu’on attaque avec des véhicules blindés… Là où ça a été le cas, il y a eu pas mal de casse. Alors on a déployé l’infanterie sur deux lignes parallèles, et ça a limité les dégâts. On faisait passer en premier les condamnés de droit commun et les prisonniers russes pour nettoyer le terrain.

En fait, une fois les zones minées passées ou contournées, il n’y a pas eu beaucoup de combats. Les Russes étaient déjà partis ou protégeaient de loin ceux des leurs sur le départ. Ça changeait de la ligne de front où il y avait eu des combats d’artillerie acharnés depuis des mois avec de grosses pertes de part et d’autre. Même si les canons Caesar livrés par la France et les Himar américains permettent de taper loin dans les lignes ennemies, les missiles russes peuvent être redoutables.

Redirais-tu publiquement ce que tu m’a dit des autres combattants français dans cette guerre ?

Ce n’est plus un secret d’État. Il y a ceux qui savent se battre comme moi, et qui sont venus pour ça. Et puis, à côté, il y a ceux qui sont là pour aider.

Les premiers ont une bonne expérience militaire. Certains avaient retrouvé la vie civile. D’autres étaient toujours dans l’armée. On les a faits officiellement démissionner pour qu’on ne puisse pas accuser la France d’envoyer ses soldats se battre. Mais leur place leur sera rendue au retour avec du galon. Je peux le dire parce que c’est un secret de Polichinelle. Des circulaires ont même été publiées sur Internet. Nos secrets sont bien protégés !

Il ne faut pas les confondre avec la Légion Internationale Ukrainienne qui n’a de légion que le nom. Même si elle revendique 20 000 hommes, tous ne sont pas des combattants. Et beaucoup repartent chez eux, la queue basse. L’Ukraine leur a juste offert des vacances pittoresques.

Les autres sont venus faire de l’humanitaire. Mais ils ne sont pas inutiles. Ils soulagent l’intendance et les hôpitaux. Ou servent dans les bureaux pour la coordination. La plupart se sont connus sur Facebook et ont répondu aux offres du gouvernement ukrainien, avec l’approbation des autorités françaises.

Ils sont bien payés ?

Je ne crois pas. Mais tu n’as qu’à leur demander.

Penses-tu rentrer bientôt en France ?

Top secret. D’autres missions m’attendent. Ici, là ou ailleurs. Mais la première chose à faire est de me tirer de ce panier de crabes.

Christian Navis

Climats sous influence (climatorealist.blogspot.com)

image_pdfimage_print
41
1

36 Commentaires

  1. Une belle vermine au service des pires ordures, j’espère qu’il se fera rapidement liquider. Ce chien serait mème prét à offrir ces services aux islamistes.Crève traite de la Nation tu n’es en plus qu’une pute macroniste

  2. Donc, un mercenaire. J’espère qu’un missile, ou un Sptsnaz l’enverra dans l’…ailleurs, pour toujours. Sale type.

  3. Pauvres Ukrainiens sur qui on tente d’expérimenter les pires saloperies pour satisfaire un soi-disant monde attalien sans frontières ; des Peuples Normaux auraient appelé à des manifs monstres quotidiennes pour obliger les salopards à arrêter leur cirque mais bon, on sait tous qu’y a plus urgent pour montrer son humanité flamboyante, fo aller bouffer en terrasse avant que ça ne refroidisse.

  4. Il y a quelque temps un « paumé » de ma région que des protecteurs avaient réussi à le caser dans un job de communauté de Communes, mal dans sa peau il a suivi la bien pensance et s est engagé dans l armée ukrainiene pour casser du Russe
    Pas de bol les popovs lui ont donné un billet de retour entre quatre planches

    • Autant que le virtuose du piano à queue.
      Il est impossible qu’un tel bouffon soit président.
      C’est comme en France, un inverti maqué à un travelo.
      Qui peut croire une histoire pareille ? 😉

  5. je souhaite que TOUS les « français » qui combattent les russes en Ukraine se fassent exploser la tronche ! Je trouve dommage que cette saloperie surnommé « Marko » s’en sorte aussi bien, il mérite de crever comme toutes les salopes qui sucent le clown juif Zelensky !
    Vive la RUSSIE !

  6. Tout le monde ne s’appelle pas Bob Denard ! Dans le temps les vrais mercenaires avaient une qualité qui s’appelait HONNEUR et ne combattaient pas aux côtés et pour des corrompus jusqu’ la moëlle comme les dirigeants ukronazis actuels. Et les petits combinards, issus éventuellement des FST, qui partent combattre la Grande Russie n’ont qu’un petit pois dans le ciboulot.

  7. Ce genre de baltringue qui va combattre les Russes pour aider le néo-nazi  » Bitensky « est un traître qui vendrait père et mère, ce bouffon déshonore l’uniforme français et la France, pour les traîtres et les mercenaires ******* dans la paillasse!

  8. Hier soir, chez Praud, on a pu voir une vidéo montrant le chef d’état-major US déclarant que l’Ukraine perdrait probablement une partie de son territoire et que la Crimée resterait russe ! Il y avait longtemps que je n’avais pas ressenti autant de bonheur !
    Les chroniqueurs ont tous abondé dans ce sens, eux ainsi que Praud ayant paru approuver la propagande affirmant que la Russie allait perdre la guerre.
    En ce qui me concerne, je suis prête à adhérer à tout discours du pouvoir tendant à dire que la Russie a perdu la guerre dans ces conditions !
    Youpi ! Vive la défaite de la Russie (dans ces conditions, ai-je dit) !

  9. Je suis d’origine Polonaise (a 100%) et je hais les soviets, mais contrairement a ce … cette chose, je fais la difference entre Russe de Poutine et l’ancienne URSS. Lui ne la fait pas, il est un traître a l’humanité.

    • ouh là Georges …. un traitre à l’humanité ….votre haine vous aveugle , mon bon …. vous êtes apparemment un bon petit soldat bien soumis à l’impérialisme US , qui lui est l’empire du mal , décadent et dégénéré ,aux mains du judéo-protestantisme anglo-saxon , qui inverse toutes les valeurs qui ont permis à notre civilisation issue d’europe de naitre , à tel point que c’est l’antéchrist , l’oeuvre de satan . ouvrez les yeux , mon brave .

    • En tant que russe, je vous le demanderai, un Polonais d’origine-et pourquoi détestez-vous les russes? Pour avoir empêché les nazis allemands de faire du savon de vos ancêtres et de faire des abat-jour?

  10. De toutes façons il me semble que zelensky est une petite merde , c’est drôle personne ne parle des deux appartements acheté depuis le début de la guerre à Londres et une très grande propriété en Israël ?????
    De ces comptes à l’étranger de sa milice nazi etc etc ……. Pas étonnant que l’Europe est choisi ce trou du cul .
    Macron doit ce reconnaître non ? Entre trou du cul 🤣🤣🤣

  11. Ce mercenaire appartient au même panier de crabes qu’il veut quitter. La Russie a parfaitement raison de faire la distinction de traitement entre les armées régulières et tous les autres (les crabes) nullement motivés par des sentiments patriotiques.

    • Si j’étais russe, je retournerais ce type, et d’autres du même acabit, en leur proposant une forte somme pour liquider le Zygomyr, ou s’il est trop bien protégé, pour éliminer les stratèges occidentaux qui l’entourent, sans lesquels il serait incapable de mener sa guerre.

      • Merci pour ce 1er témoignage qui me parait authentique et bien informé sur cette guerre des américains.

      • le Zygomyr est protégé pour l’instant dans l’ambassade ricaine à Varsovie non ?

  12. Charmante personne ce type, moi, en tout cas, je n’y tournerais pas le dos.
    Après, est-il désabusé de ne pas avoir assez reçu de fric ou de ne pas avoir assez exterminé de russe… telle est la question ?
    Si un jour il y a une révolution en France, vous aurez été prévenus, on sait de quel côté il sera.

  13. Quoi ? les bobmbes tirées sur la Pologne sont Ukrainiennes ?? Quoi ? Sur un pays de l’OTAN ! Quoi ? Et l’OTAN n’ordonne pas à ses alliés de bombarder l’Ukraine ?? Mais alors l’OTAN c’est du vent !

  14. On doit aussi préciser que les Ukronazis rechignent à payer leurs mercenaires, parce que le Zygomyr a réussi, par ses discours délirants, à convaincre que la glorieuse armée ukrainienne avait gagné toutes les batailles et que les mercenaires n’avaient servi à rien.
    Les mercenaires que l’Ukraine doit payer, pas ceux rémunérés par les états tiers qui les envoient se battre, sous faux drapeau. Ceux-là, le Zygomyr en réclame encore et toujours plus.

  15. suite…..

    3) ce qui est sur c’est que la Russie et Poutine gagnerons bien ce conflit militaire malgrés toute l’aide donnée a ce con de zelenski,les merdias soumis et notre minable macron peuvent tous allés se brosser.

    4) il y a tant a faire en France,defendre les francais patriote,le vrai ennemi de l’europe est déja infiltré et il en arrive chaque jours avec ces bateaux remplis de ces pouilleux,pas la peine d’aller en Ukraine pour se battre….ca arrive en France a grand pas.

    • Une personne de ma famille, travaillant dans un secrétariat d’un service de police à Paris, m’a dit qu’actuellement tout les service de police en France nn en peuvent plus de voir qu’il n’y a plus de justice, dans leur service, des policiers handicapés à vie par des jeunes, les jeunes ont eu 3 mois ferme…. Chez eux ! Pas en prison ! Les policiers n’en en peuvent plus mais n’osent pas bouger contre le pouvoir de peur de voir leur carrière se terminer, ça va finir par exploser. Il y a un Président franchement pervers, satanique même, car tout cela il le sait forcément et ne fait rien. Il a bien décidé d’installer le chaos en Europe, pour satisfaire les désirs de ses maîtres, les Rothschild. Comment que des Français ont pus voter pour une engence pareil ????

      • L’ingénierie sociale qui sert à retourner et manipuler l’opinion, à grand coups de millions filés à Mc Kinsey, a été efficace : contre les gilets jaunes, pour la terreur sanitaire, pour l’Ukraine contre la Russie

      • «  »peur de voir leur carrière se terminer » »…ça s’appelle l’avancement au mérite non ???

      • Néhou…..c’est la France de macron ! macron a recu l’ordre de Bruxelles pour détruire au maxi la France justice,écoles,police,armée etc…..c’est pour cela que vous avez des trous du cul et incapables comme pap n diaye,moretti,darmanin enfin tout les pas bons,c’est fait éxprés.

  16. 2 ou 3 trucs pour le lieutenant Marko….

    1) « les soldes sont versées avec des mois de retard »…..pas étonnant,zélenski c’est gardé la plus grosse part du gateau avec tout ce fric donné par cette truie d’UE,il a en piqué et placé au chaud quand il se débinera a l’etranger,aux states par exemple.

    2) moi aussi je suis ancien engagé ( pilote char en Allemagne) j’ai 59 ans et pour rien au monde j’irai me battre contre les russes qui sont nos amis,me battre pour cette poufiasse d’UE qui détruit tout et veut nous remplacer par des nuées de blattes venue d’Afrique,l’UE quelle créve et se casse la gueule au plus vite.
    ……

Les commentaires sont fermés.