1

Ukraine : réponse à Guy Millière que nous avons connu mieux inspiré

GuyMilliere2.jpg

Dans un article au vitriol paru sur Dreuz-info, Guy Millière nous livre sa vision du conflit ukrainien, laquelle va ravir les salles de rédaction occidentales, qui n’ont cessé d’occulter la vérité pour mieux propager le narratif antirusse de Washington. Le titre à lui seul vaut déjà son pesant d’or.

https://www.dreuz.info/2022/07/poutine-est-un-criminel-aux-buts-genocidaires-et-doit-etre-traite-comme-tel-268650.html

“Poutine est un criminel aux buts génocidaires et doit être traité comme tel”

Je ne sais pas d’où sort cette fable, mais quand j’entends Biden traiter Poutine de “boucher”, je ne peux m’empêcher de penser que l’Amérique a rasé deux villes japonaises avec l’arme atomique, vitrifiant hommes, femmes, vieillards et enfants en quelques secondes.

Je ne peux m’empêcher de penser que des milliers de tonnes de bombes, de napalm et d’agent orange, ont été déversées sur le peuple vietnamien sans le moindre état d’âme.

Je ne peux m’empêcher de penser que la guerre d’Irak a été déclenchée sur un énorme mensonge d’Etat, propagé par la CIA pour liquider Saddam Hussein. Une guerre qui fit un million de victimes, pour soi-disant neutraliser des armes imaginaires de destruction massive.

S’il fallait énumérer toutes les expéditions coloniales que l’Amérique a décidées au nom des droits de l’homme et de la démocratie, dans le seul but de préserver ses propres intérêts, une encyclopédie n’y suffirait pas.

Depuis 1945, ce sont les Américains qui sont les principaux criminels de guerre. Si Poutine voulait éliminer le peuple ukrainien, ce serait déjà fait.

Le discours de Guy Millière est des plus classiques. Il est en réalité simpliste. Poutine est l’agresseur et l’Ukraine doit gagner cette guerre pour sauver un monde occidental menacé.

Un article 100% à charge, sans nuances, accablant Poutine et l’armée russe.

Mais pas un mot sur les origines et les véritables causes du conflit.

Pas un mot sur les promesses faites à Gorbatchev de ne pas élargir l’Otan à l’Est. ( Alliance passée de 16 à 30 membres entre 1990 et 2022 )

Pas un mot sur la dissolution du Pacte de Varsovie en 1991, dans l’espoir côté russe, d’une dissolution de l’Otan.

Pas un mot sur la guerre du Donbass et la persécution, durant huit ans, des populations russophones, bombardées, violées, torturées et massacrées. ONU, Human Right Watch et Amnesty International ont dénoncé cette barbarie dans de nombreux rapports.

Pas un mot sur les 40 malheureuses victimes enfermées et brûlées vives à Odessa par les ultra-nationalistes néo-nazis.

Pas un mot sur les lourdes responsabilités de Paris et Berlin, signataires des accords de Minsk, mais qui n’ont jamais imposé à Kiev de les appliquer.

Or, si l’autonomie avait été accordée aux républiques séparatistes du Donbass, comme le réclamait Poutine, il n’y aurait jamais eu d’offensive russe. Ne renversons pas les responsabilités.

Non, depuis 1990, la Russie n’a jamais été l’ennemie de l’Otan. C’est même le contraire, par la lâche attaque de l’Otan contre la petite Serbie, alliée de Moscou. En 1999, ce sont 1000 avions qui ont écrasé la Serbie pendant 78 jours de bombardements. Une guerre engagée à nouveau sur un mensonge, affirmant que les Serbes pratiquaient un génocide contre les Albanais du Kosovo. Une fable. Et en 2008 la pauvre Serbie fut dépecée en accordant l’indépendance au Kosovo, au mépris le plus total du droit international.

Car depuis 1945, seul le droit américain doit régner sur le monde.

Peu importe que la Suède et la Finlande intègrent l’Otan. Mais jamais Poutine n’acceptera des armes nucléaires proches de la Russie.

J’ajoute que l’Otan a capitulé devant le chantage d’Erdogan, qui exige qu’on lui livre les opposants au régime turc et les membres du PKK réfugiés en Suède.

L’Occident moralisateur a donc renoncé à la protection des réfugiés politiques, ce qui est un acte hautement criminel. Pas de quoi s’en réjouir !

Oui, les Occidentaux souhaitent augmenter leurs effectifs et leurs budgets militaires, mais je rappelle qu’avec un budget défense de 750 milliards de dollars, soit 10 fois le budget russe, les Américains se gardent bien d’intervenir directement en Ukraine.

Pourquoi ? Parce que l’Otan, malgré ses 30 membres ne fait pas le poids. Poutine possède des armes de dernière génération que les Américains ne possèdent pas. Ils ont 10 à 15 ans de retard.

Je rappelle qu’il y a deux jours, les Américain ont subi un énième échec avec leur missile hypersonique.

Les armes magiques livrées par l’Occident ne changeront pas la donne. La Russie est en train d’écraser l’armée ukrainienne dans le Donbass et celle-ci perd entre 600 et 1000 combattants par jour, entre les tués, les blessés, les prisonniers et les déserteurs. Toutes les meilleures troupes ont été décimées.

Quand les Ukrainiens tirent 5 000 obus par jour, les Russes en tirent dix fois plus. Quant aux pertes totales, elles sont colossales côté ukrainien. Croire à une victoire ukrainienne relève de la plus grande naïveté.

Rappelons que ce sont les Ukrainiens qui utilisent les civils comme boucliers humains et pas l’inverse. Et ce sont eux qui visent les objectifs civils dans le Donbass, voire en Russie.

Oui, Poutine va annexer le Donbass. Mais il n’a jamais été question de faire disparaitre le peuple ukrainien en tant que peuple. Encore une fable du narratif occidental, qui voit que la guerre est perdue pour Kiev. La contre-offensive de l’été, si elle est tentée, se terminera par une destruction totale des restes de l’armée ukrainienne.

Les Occidentaux n’ont pas compris que, depuis 2000, Poutine a reconstruit son armée, devenue plus moderne que les armées occidentales et possédant des armes conventionnelles imparables.

Il occupe 125 000 km2 du territoire ukrainien et ne les lâchera jamais.

Il ne suffit pas de dire qu’une victoire russe est impensable car elle signerait la victoire de l’axe du mal, Russie-Chine-Iran, encore faut-il analyser la situation.

Ce n’est pas l’armée ukrainienne qui occupe 20% du territoire russe, c’est l’inverse.

Hier c’est la république séparatiste de Lougansk qui a été entièrement libérée, au grand soulagement des populations prorusses persécutées par Kiev depuis 2014.

Il n’y aura pas de contre-offensive victorieuse. Toutes les tentatives, à Kharkov ou à Kherson, ont fini par échouer, au prix de très lourdes pertes. Voilà plus de quatre mois que les Occidentaux promettent une victoire ukrainienne, alors que l’armée de Kiev est exsangue et que Poutine n’a engagé que 20% de ses forces.

Dire qu’une victoire de l’Ukraine « sera une victoire de la démocratie et du droit sur la brutalité barbare », ne manque pas de sel. Rappelons que l’Ukraine est un Etat mafieux et corrompu qui n’a jamais été un modèle d’intégrité et de vertu, pas plus que son chef, cité par les Panama Papers.

Ce n’est pas la démocratie et le droit que l’Otan défend, mais les seuls intérêts américains, qui ont tout fait depuis 1990 pour diaboliser la Russie et interdire cette grande Europe de l’Atlantique à l’Oural que souhaitait de Gaulle.

La domination américaine a vécu, car toutes les guerres depuis 1945 ont été initiées par l’Amérique. Je crois que la victoire de Poutine va signer le début du déclin occidental et la naissance d’un nouvel ordre mondial multipolaire, loin de cet impérialisme guerrier américain qui embrase la, planète depuis trop longtemps.

Faire le procès de Poutine alors que de plus en plus de pays aspirent à se détacher de ce monde occidental dominateur, ne servira à rien. Les BRICS et ceux qui aspirent à les rejoindre, vont bâtir un monde nouveau. C’est inéluctable.

Jacques Guillemain