Un Angolais agresse sexuellement sa visiteuse de prison

Publié le 25 août 2018 - par - 34 commentaires - 1 966 vues
Share

Le présent article est essentiellement récréatif, je ne souhaite pas soulever un scandale de plus. C’est vrai, on a si peu l’occasion de rigoler actuellement. Moi, depuis quelque temps, ce seraient plutôt les flots de larmes dès l’aube.
À mon avis, cette femme n’avait pas toutes ses frites dans le même sachet, comme on dit chez nous. Cela n’aurait pas pu m’arriver, et pour cause.
Si vous m’avez déjà lue précédemment, vous aurez compris que j’ai exercé le même type d’activité 9 ans durant. Prudence oblige, j’avais réservé mon dynamisme à la prison pour femmes, on ne s’y ennuie pas non plus.

https://ripostelaique.com/prison-belge-des-friandises-pour-le-ramadan.html
https://ripostelaique.com/prison-belge-des-sucreries-au-gout-amer.html

Entre-temps, la direction de l’établissement a décidé de me gâcher la vie. Trois fois de suite, je me suis rendue sur place pour voir une détenue, et trois fois on m’en a empêchée. À présent, je suis dégradée, je peux la voir mais plus dans un isoloir. Je dois me contenter de la grande salle.

Arrivée obligatoire 45 minutes avant l’ouverture des portes, 45 longues minutes, donc, dans un hall sans fenêtres à attendre, entourée de tout un troupeau de fatmas, de moukères et autres camouflées, odeurs de transpiration, de saleté, d’haleine fétide, de graisse de chameau et de sang de mouton égorgé. J’ai même lu récemment qu’elles ne portent pas de culotte, afin de pouvoir plus rapidement se soulager en public. Je ne sais pas si mon amour du prochain ira jusque-là. Cette perspective me terrorise tellement que j’ai annoncé à la jeune femme que je serais absente jusqu’en octobre (le temps de réfléchir…). Je lui écris régulièrement depuis. Assez parlé de moi. Revenons à Caen et à une histoire rocambolesque ! Car à Caen, c’est sur leur lit que les prisonniers reçoivent leurs bienfaitrices, violeurs récidivistes ou non !

En Belgique, ce genre de rendez-vous s’appelle VHS, visite sans surveillance. Le détenu peut recevoir une personne de son choix – généralement le conjoint, les parents, un enfant – pendant plusieurs heures dans une sorte d’appartement avec salle de douche et cuisine, plumard apprêté, le tout dans une atmosphère totalement privée, rien à voir avec l’effroyable drame que je voudrais vous décrire ici.
Un homme de 39 ans, au passé de délinquant sexuel extrêmement chargé, a été jugé ce mercredi 22 août pour avoir tenté de satisfaire ses infâmes pulsions sur sa visiteuse de prison à Caen. Rennes, Argentan, Meaux, Villepinte, Fresnes, Saint-Martin-de-Ré. Depuis dix-huit ans, Pablo Tambo, Angolais, écume les établissements pénitentiaires. Il y purge des peines très lourdes. Fin 2002, il avait déjà écopé de huit ans de cabanon pour viol.

Selon les informations du quotidien régional, une bénévole, qui avait l’habitude de venir faire causette avec lui, est entrée le 16 août dernier dans sa cellule (erreur numéro un). Au moment de poser son arrière-train sur la couche (ce n’est plus une erreur, c’est du suicide), la situation a dégénéré. « Il m’a ceinturée au niveau du buste, a déclaré la victime (victime de sa seule naïveté, à mon avis) durant son audition racontée par Ouest France. Je l’ai supplié de me laisser sortir. » Agressée dans sa plus profonde intimité et menacée, la complaisante mémé de 68 ans (notez l’âge) en sort totalement bouleversée. Après avoir reconnu les faits, Pablo Tambo a été condamné à trois ans de prison ferme supplémentaires par le Tribunal correctionnel de Caen.
Mercredi, l’individu a donc été jugé pour avoir agressé sexuellement la rombière. Parions qu’aucune visiteuse ne viendra plus poser ses fesses sur sa couchette !

La visiteuse avait totalement confiance en lui (fallait pas…)
Cette philanthrope ingénue de près de 70 ans rendait visite à Pablo deux fois par semaine – à mon avis, elle doit habiter juste à côté. L’homme ne se disait pas amoureux d’elle, mais il l’aimait bien (pourtant, je me suis laissé dire que cela existe, des hommes de 39 ans qui sont amoureux de femmes de plus de soixante).
Le jeudi 16 août, l’humanitaire, désireuse de se mettre à l’aise, pose son séant sur le lit du captif (mais elle est inconsciente, la bénévole ?) à l’intérieur de sa cellule afin de converser innocemment, comme si souvent. Le reclus, en grave manque d’affection, se poste devant la porte dans l’espoir de garder la douairière sous son emprise.

Elle lui demande à plusieurs reprises de la laisser partir et il finit par lâcher prise. Elle trouve alors refuge auprès d’un membre de la direction de la prison. Devant le Tribunal correctionnel de Caen, l’agresseur minimise les faits mais finira par les reconnaître et les expliquer. Il n’aurait pas supporté de partager la mamie avec les autres détenus.

Soyons clairs. Ce n’est pas gentil d’agresser une visiteuse et cela mérite châtiment.
Mais n’y a-t-il pas assez de détenus français qui mériteraient d’être écoutés ? (Et peut-être aussi des femmes qui, bien que très vilaines, risquent peu de vous ceinturer au niveau du buste). Goût du risque ? Solitude intolérable ? Envie de nouvelles expériences ? Pour aller deux fois par semaine s’enfermer avec un violeur, il faut vraiment avoir un grain.

Je serais psy, je lui conseillerais une séance bi-hebdomadaire, non sur le lit d’un affamé du sexe mais sur le divan d’un collègue.

Conseil au directeur de la prison : prévoir des locaux moins chauds pour les visites des bénévoles.

Anne Schubert

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
Dominique

J’ai vraiment du mal à compatir sur le sort réservé à cette visiteuse de prison….a sûrement trop de temps à perdre et une existence bien vide pour aller rendre visite à cet énergumène qui, si notre pays allait bien, aurait déjà dû depuis longtemps retourner dans la patrie de ses ancêtres….

Emile

Et bien , je ne vais pas pleurer sur ce qu’il arrive à cette femme
Elle n’avait qu’à faire sa mère Thérèsa auprès de gens qui en valent la peine

DUFAITREZ

Des surveillantes de prison « professionnelles » sont plus « accortes », voir articles récents…
Evasion par le sexe, à défaut d’une autre, complicité ou contrainte…
« Cachots ces seins que je ne saurais voir » pour rester dans votre légèreté….

patphil

le boumerang revient toujours à celui qui l’a lancé!
la soixantaine passée, on devrait supposer qu’elle était un tant soit peu sage!

BERNARD

Il faudrait quand même que l’État mette en place un service « d’Assistantes sexuelles », bien sûr payé par nos cautérisations sécu, pour satisfaire la libido de nous gentils mahométans violeurs.. en fait, ils veulent quoi : tirer un coup….. c’est tout (l’égorgement est en option)

wika

Vous plaisantez Bernard, j’espère. Nous payons déjà suffisamment pour ces déchets.
Les lâcher sur un bateau direction le sud serait la solution

BERNARD

MDR…vous pensiez vraiment que j’étais sérieux ?

jeannot

Un vieux coupe branche émoussé suffirait largement pour les calmer de leurs montées de testostérone. ça doit bien se trouver chez leurs copains d’emmaüs. Sinon, deux galets dont nos plages sont abondamment fournies feront gratuitement l’affaire. Avec nombre de volontaires pour procéder. Moi prem’s

Franc

non Jeannot moi prem’s ptdr

Bruno

Le directeur de la prison est responsable de la sécurité des visiteurs, ET DONC, il est complice de ce viol car ayant laissé une situation grandement favorable au violeur.

zabou

de toute façon il y aura toujours des follasses gauchistes pro étrangers ou pro migrants qui se mettront dans ce genre de situation à leurs risques et périls . L’hiver dernier à Ouistreham il y en a qui invitaient des migrants (‘Soudanais, Erythréens ) à dormir chez elles, j’en ai vues (à la télé) leur masser les mains avec de la crème parce qu’il faisait froid , pauvres petits choux.. Que dire ? c’est consternant

louise

Elle voulait se rendre utile. C’est chose faite. Grace à elle, ce « pauvre congolais » a pu trouver un exécutoire à ses besoins sexuels,pressants puisqu’il est dit que ces gens ne savent pas se contrôler. Comme le disait Candide, « tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes ».

nce en 2022

bien fait pour cette gauchiste mais a 70 ans peut etre que sa lui plaisait

Saintongeais

Il faut arrêter avec les visiteuses de prison dans les prisons pour hommes. Un certain nombre semblent avoir des problèmes psychologiques puisqu’elles veulent épouser un condamné à une lourde peine. Ce sont des folles…

GAVIVA

monique olivier, la femelle de fourniret en était une, y’en a qui viennent pour chasser leur désoeuvrement, leur ennui. On aide avant toute chose en fonction de SES BESOINS. Ca en dit long cette petite phrase

Céline Labeau

Quand vas t’on passé à la bonne vieille méthode..
Ma méthode serait de mettre déjà un détraqué sexuel pédophile..
Sur la place publique devant le peuple Français..
Et lui couper les couilles à vif..
Comme cela il sera une bonne fois pour toutes.. « VACCINÉ »..
Mais surtout ça fera réfléchir certains..
Amicalement.

astrid

Avec ce genre de raisonnement, on avance vraiment. Vous vous êtes inspirée de l’exécution de Ravaillac ?

Spipou

On dirait bien que oui !

Quand est-ce qu’on nous distribue du pain et des jeux, Céline ?

Zoroastre

Les visiteurs de prison sont des ravis de la crèche…

Raymond Tesquieu

??? Sheldon Cooper, le Professeur de Physique, celui qui sait tout et qui a toujours raison, ira comsoler cette dame et lui expliquer les merveilles du multi-culturalisme à tendance mono-culturaliste muz et les joies de l’immigration de remplacement muz. ???

Pr Sheldon Cooper

Réfléchir n’est ni votre vocation ni même un passe-temps convenable. Si vous le niez, faites-vous faire un scanner au cas où une tumeur exercerait une pression sur les centres cognitifs de votre cerveau.

René

Parce que vous, vous savez réfléchir? A mon avis, la tumeur est plutôt dans le petit pois qui vous sert de cerveau… Vous voyez comme l’insulte est facile, quand on n’a pas d’arguments. Tentez de méditer à cela..

Pr Sheldon Cooper

Un sot a beau demeurer des années en contact avec la science, il ne connaîtra pas plus le goût de la science que la cuiller plongée dans la sauce ne connaît le goût de la sauce.

Raymond Tesquieu

??? « Sheldon Cooper », endoctriné comme la plupart de ses collègues de l’Éducation islamo-Nationale, la plupart socialopathes, islamo-collabos, anti-Français, passant leurs journées à surveiller ceux qui ne pensent pas comme eux. Tenter de discuter avec « Sheldon Cooper » et ses semblables, c’est comme essayer de discuter avec un mur. ???

Pr Sheldon Cooper

Faire ma recherche, préparer mes cours, corriger les partiels et encadrer des doctorants me prends tout mon temps. Je n’ai pas le temps de vous surveiller.

Franc

comme un instruit plein de connaissance théorique ne connaitra jamais le vie le pôôôvre.

Anna Katharina

Excellent

Franc

c est un « instruit » il sait tout il a tout vu mais pas fait grand chose vu les analyses

Pierre

Hélas vous avez raison. C’est avec des gens comme ce soi disant prof que nos familles sont en danger. Espérons que les leurs se feront égorger, non pas que je sois pour cette ignoble barbarie, mais parce qu’alors ils cesseront d’encourager les sauvages à tenter de prendre notre place. par le meurtre Alors si égorgement il y a, que ‘ce soit eux mêmes qui les subissent, et non ceux des autres blancs

Pr Sheldon Cooper

Rien n’est plus proche du vrai que le faux.

Dupond

Non la vioque aime le contacte du taulard ….elle aime la virilité de celui qui est privé de la mettre en application . Elles sont légions (sans leurs maris bien , il rentre faitigué de sa journée de boulot) a se dévouer dans les assoss ou la présence de teneurs de murs encore bien costauds leurs permettent de filer le 06 pour le cas ou ??? mais pas apres 18h car bébert est devant la télé

louise

Ce que vous pouvez être vulgaire ! On peut dire les mêmes choses de façon plus élégante. Alors, c’est ainsi, vous ne vous occupez plus de votre femme car trop fatigué, et elle cherche des activités ailleurs monsieur bébert ? Non, le problème n’est pas là. Il est dans la stupidité « politiquement correcte » qui consiste à vouloir voir dans ces immigrants sans culture, sans valeur, sans respect pour nous, des autres nous-mêmes à aider, au lieu d’apporter notre soutien aux nôtres.

Olivia

Votre raisonnement est juste. C’est tout à fait ça.

Dupond

louise
Ces vioques sont des nimphomanes qui épousent un « bébert » pour le confort
……Je ne les considere pas comme étant des meres de familles qui s’épanouissent dans leur séxualité avec le « bébert » qui par son labeur prouve l’amour qui leurs porte . Peut etre que pour vous ce genre de bébert est ringard. Je vous donne mon point de vue il vaut ce qu’il vaut .Par contre un couple qui se dévoue a tout mon respect !!!