Un braquage filmé à proximité du Vieux Port de la « Capitale Culturelle de l’Europe » !

Publié le 13 janvier 2013 - par - 2 028 vues
Share

« Marseille, tais-toi Marseille, tu cries trop fort je n’entends pas claquer les voiles dans le port » … C’est ce que chantait avec sa gouaille inimitable et son immense talent, la chanteuse-comédienne Colette Renard dès 1958.

Pourtant aujourd’hui, à l’heure où selon le désir de ceux qui veulent à tous prix nous imposer les soit-disant apports des civilisations méditerranéennes (entendez surtout africaines, donc n’ayant rien à voir avec l’Europe, plutôt que grecques, italiennes, espagnoles… bien Européennes, elles ) Marseille est devenue « Capitale Culturelle de l’Europe », ce n’est pas le bruit d’une chanson, même clamée à pleins poumons, mais celui des kalachnikov qui couvre le claquement des voiles… voire même peut-être le si sympathique appel du muezzin cinq fois par jour.

Car ce jeudi 10 janvier donc, c’est en plein centre de Marseille, qu’un magasin de chaussures s’est fait dévaliser :

« En tout, ce sont quatre malfaiteurs munis d’armes de poing et d’une kalachnikov qui ont dévalisé le coffre d’un magasin de chaussures du centre de Marseille (Bouches-du-Rhône).
Selon les première constatations, aux environs de 8h30 jeudi matin, les quatre individus armés se sont emparés d’une «forte somme en liquide» dont le montant n’a pas été précisé, a indiqué une source proche de l’enquête. »   Source Le Parisien.fr

http://www.leparisien.fr/marseille-13000/marseille-un-magasin-braque-a-la-kalachnikov-en-plein-centre-ville-10-01-2013-2469353.php

La vidéo filmée par un amateur, semblerait-il derrière les vitres de son véhicule, permet d’ assister en direct à la scène totalement surréaliste de passants (peut-être pas encore bien éveillés) ne paraissant pas s’étonner d’une voiture stationnée, portes ouvertes, en plein milieu de la rue, et ne semblant pas impressionnés par le fait qu’un individu cagoulé leur intime à plusieurs reprises l’ordre de « dégager »

http://www.dailymotion.com/video/xwo6m2_braquage-du-foot-locker-de-marseille_news

Plusieurs interrogations s’imposent :

1/ Les Marseillais sont-ils donc si blasés par le nombre et la diversité des exactions commises dans leur belle ville (la plupart du temps par des Vladimir) qu’ils trouvent normal de vaquer tranquillement à leurs occupations sans s’émouvoir d’un braquage de magasin quasiment sous leur nez ???

2/ Le « Truffaut amateur » n’aurait-il pas mieux fait d’alerter immédiatement la police, plutôt que filmer tranquillement la scène (afin sans doute de l’afficher au plus vite sur son mur Facebook) ???

Tout ceci ne peut manquer de nous étonner (quoique) au lendemain de la proclamation de nos zélites zélés (surtout pour brasser de l’air) que l’ex-Massilia de nos chers gaulois Astérix et Obélix, devenait, par leur auguste volonté la Capitale culturelle de l’Europe.

Capitale Culturelle de l’Europe ! Laissez-moi rigoler !

Pourquoi a-t-on justement choisi la ville qui fait face à l’Afrique du Nord, là où débarquent par milliers, ceux que nos gouvernants invitent (aux frais du Peuple) à venir se faire soigner gratos, obtenir emploi et logement prioritaires (merci mesdames et messieurs les ministres UMPS responsables de ce racisme à l’envers), percevoir des aides matérielles sans avoir jamais cotisé à quoi que ce soit chez nous ; et surtout nous imposer par grignotages patients et incessants, leurs « valeurs » moisies, dictées par un fou dangereux ayant réussi à se faire passer pour LE prophète, inattaquable sous peine des foudres d’un dieu que personne n’a jamais vu, en tout cas pas plus que ceux des juifs, catholiques, protestants, hindouistes… ???

Dans toute l’Europe, n’y avait-il pas bien d’autres grandes villes abritant des centaines de vrais chef-d’œuvre, reconnus depuis des siècles et drainant quantités de touristes, et qui auraient par conséquent mérité cet honneur bien plus légitimement  ???

Quid de Madrid et son Musée du Prado, de Rome et son Musée du Vatican, d’Athènes et son Musée National, ou même de Paris et son Musée du Louvre (avant qu’on ne lui impose à grands coups de pub, aidés du « président des minorités » lui-même, le voisinage des arts africains) ???

Tout ça c’est encore de la poudre aux yeux, jetée par de grands esprits éclairés sortis tout droit de l’ENA ( grande fabrique d’ imposteurs professionnels) ; un prétexte à jeter l’argent des contribuables par les fenêtres via un projet tape à l’œil qui servira uniquement leurs carrières en distribuant des prébendes à leurs copains… mais surtout pas à améliorer le sort des citoyens lambda, fussent-ils Marseillais.

Tous ces faisans, pédants et pompeux sont tellement infatués d’eux-mêmes et méprisants à notre égard, qu’ils pensent encore, malgré le verdict des récents sondages, que le Peuple ne voit que du feu à leurs manipulations et leurs mensonges, et qu’ils peuvent continuer à nous faire prendre des vessies pour des lanternes !

Profitez bien Mesdames et Messieurs, gavez-vous bien … puisque vous ne voulez rien entendre, le réveil n’en sera que plus brutal et douloureux.

Josiane Filio

Petit supplément pour les nostalgiques … les paroles de la chanson

TAIS-TOI MARSEILLE

Auteur: VIDALIN MAURICE / Compositeur: Jacques DATIN

Un jour les voyous de Marseille
M’ont fait goûter à leurs bouteilles
Au fond d’un bistrot mal famé
Où j’attendais de m’embarquer
Ils m’ont raconté leurs voyages
Et de bastringue en bastingage
Ils m’ont saoulé de tant de bruit
Que je ne suis jamais parti

Marseille
Tais-toi Marseille
Tu cries trop fort
Je n’entends pas claquer
Ses voiles dans le port

Je vais lire devant les agences
Les noms des bateaux en partance
C’est fou, je connais leurs chemins
Mieux que les lignes de ma main
Adieu les amours en gondole
Les nuits de Chine, les acropoles
La terre de France à mes souliers
C’est comme des fers bien verrouillés

Marseille
Tais-toi Marseille
Tu cries trop fort
Je n’entends pas claquer
Ses voiles dans le port

Je vends mon histoire aux touristes :
On fait des sous quand on est triste…
Les escudos et les dollars
Rien de meilleur pour le cafard
Pourtant j’ai toujours dans ma poche,
Un vieux billet qui s’effiloche
C’est tout mon rêve abandonné…
Je n’ose pas le déchirer

Marseille
Tais-toi Marseille
Tu cries trop fort
Je n’entends pas claquer
Ses voiles dans le port

 

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.