Un bus incendié, des proviseurs frappés, des policiers brûlés : Pas grave !

Publié le 31 octobre 2016 - par - 3 commentaires - 1 452 vues
Share

tchodjihadistesfranc%cc%a7aiscollaboUne goutte d’eau, ce bus brûlé à la Courneuve, un de plus, un « fait divers » sans doute pour un Laurent Mucchielli (et le syndicat de la magistrature) qui retrace sur 400 ans la baisse de la criminalité donc « cela va mieux » sauf que la baisse des crimes de sang n’empêche pas la hausse exponentielle desdites « incivilités » pourrissant la vie des Cités les mettant à mort à petit ou grand feu selon le cocktail mis en oeuvre. La peur non pas s’installe puisqu’elle y est déjà, les manifestations policières actuelles en témoignent, mais l’implosion la scission le djihad du quotidien s’instaurent on donne ainsi raison aux nouveaux metteurs en scène à la mode comme Obertone et sa « guérilla ».

La gentry au pouvoir n’en a cure, occupée à se gaver pour certains si l’en en croit les bonnes feuilles résumées par Challenge, elle est certes moins moraliste que sa soeur jumelle nord américaine qui reste persuadée que Trump se fera battre sur son comportement envers les femmes et le fisc ; mais elle n’en reste pas moins tout autant culpabilisante lorsqu’il s’agit d’observer que le harcèlement djihadiste s’approfondit un peu partout, même s’il prend une forme plus dissidente en apparence alors qu’il ressemble à ce que l’on vit déjà au Sahel, en Somalie et au Mali avec « l’islamo-gangstérisme « .

Et le fait de s’immiscer dans les relations entre maîtres et élèves comme cet instituteur de CE2 frappé (mais le relativisant sans doute), le fait de faire pression sur certains établissements publics en tabassant le/la proviseur(e), devient une espèce de prélude de type « boko haram » au sens où l’éducation, l’instruction, « occidentale » s’avère de plus en plus « haram » (souillée, impure et donc interdite).

Dur échec pour tous ces efforts de longue durée des désormais relativistes façon Sormann / Manent /  Trudeau and Co ; sans compter tout le postgauchisme ayant suivi la voie ouverte par Foucault et Garaudy pour se soumettre par contrition au pan islamisme khomeyniste via l’adhésion tacite aux thèses de l’OLP et du Hamas, telle une Benbassa visant à magnifier dans les manuels de 5ème l’histoire de l’Islam (en évacuant son négatif esclavagiste par exemple réservé au seul Occident) ; le prétexte implicite pour tous étant soit de se servir de l’islam comme digue contre le porno-nihilisme du mondialisme, soit comme bélier contre le technicisme consumériste mondialisée ; ces deux tendances du relativisme postmoderne connaissant cependant et le déshonneur et la guerre comme on l’a vu naguère en Algérie et en Iran lorsque l’alliance gaucho-baasiste déboucha sur la victoire de l’islam masqué sous des habits neufs tel le nassérisme qui considérait les frères musulmans bien plus comme des concurrents que des ennemis.

Tout cela est l’arrière fond, sans parler des pourtours d’une guerre d’Algérie toute présente en réalité, ses braises renaissant une par une ou la défaite la plus cinglante d’un De Gaulle encensé de plus en plus, alors qu’il a organisé en creux (par sa « politique arabe ») les prémisses de la situation actuelle qu’un Pompidou puis un Giscard ont accentuée avec la ghettoïsation et le regroupement familial.

Et pourtant, il ne faut pas négliger les efforts de toute une frange de ces jeunes issus de l’Afrique du Nord qui refusent de servir de gibier, pâte à modeler, pour tous les apprentis-sorciers qu’il s’agisse des racialistes de tous bords et des mondialistes anti-nationaux. Il faudrait qu’ils sachent réagir tels ces réfugiés syriens qui prirent l’un des leurs désireux de faire un attentat pour le remettre à la police allemande. Car il ne faut pas se leurrer : la plupart des migrants fuient en réalité l’islam réel financé par nos dirigeants de plus en plus veules et corrompus comme je l’ai dit à mille reprises ; aussi vaut mieux-t-il s’en prendre aux premiers qu’aux seconds, ne nous trompons pas de cible ; ce qui ne veut pas dire qu’il ne faille pas repenser les formes prises par l’immigration de plus en plus cyniquement manipulée par tant de faux amis.

Lucien Samir Oulahbib

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
Hellène

« Les migrants fuient l’islam »? En criant Allahu akbar? En l’apportant dans leurs valises pour nous l’imposer? En jetant au sol toute nourriture non halal?
Faudrait m’expliquer, là…

En fait, si, Lucien a raison.
De plus en plus de gens nés dans l’islam rejettent cette religion.
Le vrai problème est que la justice française condamne ces gens lorsqu’ils s’expriment, au nom de l’incitation à la haine raciale.
La vraie solution serait de leur donner largement et librement la parole.
Dans les fils de discussion, ça devient de plus en plus flagrant, il y a les nés dans l’islam totalement occidentalisés qui tiennent des propos cohérents avec une orthographe irréprochable, et les neu-neux haineux pathétiques qui ne manient que l’insulte avec une orthographe avariée.
Faut il vraiment que nous soyons dirigés par des canards décapités pour ne pas comprendre cette évolution.

madeleine

« De plus en plus de gens nés dans l’islam rejette cette religion »

« De plus en plus » ou « deux ou trois » qui s’expriment sur les plateaux TV ou écrivent des articles, et qui sont protégés par des gardes du corps ? Mis à part ces rares personnes, je ne constate que des propos haineux vis à vis des européens. Il y a aussi quelques musulmans qui ont peur de parler et donc se taisent. De là à penser que comme dans feue l’URSS les musulmans s’épient les uns les autres …