Un couple sénégalais punissait ses enfants avec du piment pilé sur le sexe : sursis!

A peine retombée (légèrement) ma rage contre une ordure de juge-pédophile ayant tenté de vendre (ou plutôt louer) sa fille sur un site libertin (tout le monde comprend ce que cela signifie comme dose d’horreur pour une enfant de 12 ans !), et n’ayant écopé que du sursis, peine bien trop légère infligée par des collègues tolérants, au lieu de partir illico en prison… que me voici à nouveau submergée par une colère noire à propos d’un nouveau verdict, scandaleusement  charitable, offrant également du sursis à un couple abject de deux Sénégalais, ayant torturé leurs cinq enfants, âgés de deux à douze ans au moment où ils se confient aux enquêteurs de Thionville.

J’ouvre une parenthèse pour avoir une pensée désolée pour ces policiers (et tant d’autres) qui, une nouvelle fois, vont voir leurs efforts pour faire triompher la vérité et punir le mal copieusement méprisés par des magistrats indignes de leur haute fonction !

Entendus fin 2021 parce que leur père est soupçonné de frapper leur mère, lequel sera condamné à un stage de sensibilisation contre les violences dans le couple (*), et présentant des cicatrices sur tout le corps, les cinq petits vont être amenés à faire de bien curieuses confidences aux enquêteurs ; décrivant des violences presque quotidiennes à leur égard, comme des coups portés avec le câble d’un chargeur de téléphone…

(*) Euh… si vous avez connaissance d’un tel stage ayant donné de bons résultats, faites-le-moi savoir, car je n’y crois absolument pas… surtout dans ce cas précis !

Mais le summum de l’horreur est atteint quand l’aînée détaille d’autres révulsant sévices ; elle explique que sa maman broie du piment, et qu’elle le lui frotte sur le sexe pour la punir !

Ses cadets évoquent également l’usage du piment sur leurs yeux, leurs bouches, en réponse à leurs « grosses bêtises » nous apprend le Républicain Lorrain !

Assistés d’un interprète et d’une avocate (rappelez-vous que Coluche nous a dûment avertis depuis longtemps que « c’est nous qu’on paye »), ce qui ne pourra que décupler votre colère à leur endroit (et leur envers aussi d’ailleurs… tentant irrésistiblement nos pointes de pieds), ils ont commencé par nier… puis se sont décidés à reconnaître leur responsabilité :

La maman demande pardon. Elle a perdu pied, submergée, isolée.

Le papa prononce son « regret total ».

Ils invoquent l’éducation violente qu’ils ont subie et reproduite.

Le couple est aujourd’hui accompagné par un psychologue. Ils sont suivis par une assistance sociale, en visite quatre fois par semaine. (Sans commentaire !)

L’avocate de la défense, Me Lallement-Hurlin, insiste sur cette prise de conscience, salue les aveux entendus lors de l’audience.

Elle ne veut pas qu’on leur donne une médaille pendant qu’elle y est ?

Elle rappelle le parcours chaotique de cette famille qui a fui son pays, « des parents dépassés par les difficultés éducatives ». « Leur situation est en cours de régularisation », ajoute l’avocate.

On parie que « l’incident » (pour utiliser les qualificatifs d’un Dupont-Moretti) servira à faire activer leur dossier qui, du bas de la pile, pourrait bien arriver tout en haut… ?

Verdict : un an de prison avec sursis pour la mère, et six mois avec sursis pour le père.

Mais attention : « faudrait pas croire » que les juges ont oublié les enfants… Détendez-vous, c’est la minute de rigolade qui suit !

Ils « ordonnent » aux parents d’indemniser financièrement les enfants pour les préjudices subis, tant pour le moral que le corporel !

Le journal ne dit pas si les juges fournissent la tirelire, ou si c’est aux parents de l’acheter…

C’est combien déjà le tarif pour un sexe d’enfant brûlé au piment ? Et des yeux, et des bouches ?

Surtout que vu leur origine, ce ne devait sûrement pas être du piment d’Espelette, bien plus doux que celui de Cayenne !

https://www.republicain-lorrain.fr/faits-divers-justice/2022/10/06/enfants-fouettes-brules-avec-un-piment-les-parents-condamnes

Arrivée à ce stade de fureur, une remarque bien amère me submerge : est-ce parce que ce couple de tortionnaires est « de la couleur adéquate », à la mode dans les milieux wokes déjantés (pléonasme) n’ayant d’intérêt, de bonté et de soumission que pour les plus sauvages, en provenance directe de leur pays d’origine souvent en guerre, et donc sans aucune instruction ni éducation… que les juges ont été si cléments… ou bien parce que la cruauté des tortionnaires est une autre facette de la leur qui « torturent » des enfants de toutes autres façons ???

Il me semble pourtant que tous les parents sans éducation, y compris étrangers, ne mutent pas systématiquement en d’infâmes pervers prenant plaisir à humilier et faire souffrir, et qu’il faille au contraire une bonne dose d’ignoble sadisme pour ainsi torturer des innocents ; d’où le scandale de ce verdict si généreux avec deux splendides ordures !

Compte tenu de ce qu’est devenue l’actuelle société prétendue « civilisée » mais de plus en plus inféodée à la violence, la cruauté et l’injustice… il me semble que pour compléter cette régression sociétale, un retour à la loi du talion (œil pour œil, dent pour dent) serait plus conforme aux nouvelles mœurs !

Du coup, je n’hésiterais pas un instant à proposer mes services pour… piler le piment à administrer à la « douce maman » (laissant à d’autres le soin de l’appliquer) ce qui normalement devrait lui permettre de « reprendre pied » dans la réalité, et de regretter enfin sincèrement ce qu’elle a fait subir à sa fille… méthode bien plus efficace que tous les stages bidons, sortis du chapeau de stupides bobos bien-pensants, croyant utile d’opposer la douceur à des bêtes féroces !

Première phase de leur punition, avant un séjour en prison immédiat (sans les aménagements actuels !) dont la durée dépendrait de leur comportement, et bien évidemment assujettie au placement de leurs enfants, ensemble plutôt qu’éparpillés, jusqu’à preuve qu’ils ont bien assimilé l’abomination de leurs actes passés et ne risquent pas de récidiver.

Ah, une dernière chose… les petits, vous pensez qu’ils ont droit aussi à un suivi psychologique, en plus de la « compensation financière » ???

Grrrrrr !

Josiane Filio, au nom de la Liberté d’expression

image_pdfimage_print
21
1

26 Commentaires

  1. ces mesures sont tout à fait communes au Sénégal et globalement en Afrique.
    En Europe, autrefois..mais il n’y a pas si longtemps que çà, on passait du piment sur les lèvres d’un enfant qui avait dit un gros mot.

  2. Ces gens sont dégénérés à cause de la consanguinité et c’est ça que les gauchiastes et Macron qui les aime tant ( eh pour cause, ses photos nous montrent) nous les impose en les montrant comme une nouvelle richesse pour la France. Sauf que sa richesse tt droit sortie des cases d’Afrique est tellement lourde de tarés racailles feignasses improductives camées qu’elle nous entraine en vidant nos caisses, au fond du ravin avec elle à la vitesse GV !

  3. Du piment sur la chose ? Mais que voilà une super idée pour le prochain roman de la chiapa !

  4. Révoltée un max. de savoir que de tels individus vivent en France… Et les cinq enfants vont grandir et reproduiront les sévices sur leurs propres enfants (5 enfants chacun, peut-être plus…soit 25 africains de +)… Seul un retour massif de cette famille calmerait ma colère !

  5. Ben oui …. broyer du piment et le frotter sur le sexe des petites filles … c’est culturel chez ces gens là ! C’est en effet, une « pratique » bien pratique … pour « calmer » les petites filles !
    Et puis, et puis il y a aussi la « pratique » excision (pratique antéislamique mais consciencieusement renforcées par les « hadits » du fameux « beau modèle  » !)
    Passons sur les mariages forcés, la polygamie, la pédophilie (autorisées par le « fameux » bouquin rédigé par la « divinité » )
    Autre pratique bien « pratique » le repassage des seins ( voir fiche wikipédia ! )
    Un constat, il n’y a donc pas de limite dans les ignominies culturelles de ces « populations » !

  6. le sénégal n’était pas en guerre par contre il a besoin de ses ressortissants pour travailler : ces energumènes qui nous coutent nos impôts n’avaient donc rien à faire en france un bon verdict aurait été l’expulsion de toute cette clique et leurs moeurs d’un autre continent avec lesquelles ils polluent notre pays

  7. La justice française dans toute sa nullité, son idéologie laxiste et sa responsabilité dans le chaos qui ne cesse de s’amplifier dans notre pays. L’immigration continue de centaines de milliers d’individus issus de sociétés ethniques non occidentales, aux comportements et coutumes traditionnelles archaîques, pulsionnelles et totalement divergentes des cultures européennes, ne pourra qu’aboutir au chaos sociétal et civique sur tout le territoire. La compréhension psychologique des populations ethniques de la planète n’a jamais figuré aux programmes de nos énarques, politiciens, hauts fonctionnaires, et soit disant élites qui sont depuis 60 ans aux commandes du processus de l’immigration en France.

  8. En Afrique, c’est malheureux, mais le premier contact sexuel qu’a une gamine (et contre son gré), c’est avec ses oncles ou son père (ou ses pères).
    Que voulez-vous, avec le multiculturalisme, on verra de plus en plus de choses dégueulasse dans notre « ancienne » France. Bienvenu dans le monde dégoutant du WOKE !

  9. je plaide l’exception culturelle, le refus du rejet de l’AUTRE et n’oubliez pas toutes les cultures se valent.
    NA!

  10. C’est ça qu’on veut nous faire passer pour de l’enrichissement, comme ils disent. Expulsion immédiate. Si je peux me permettre Josiane, faite des phases plus courtes.

  11. Et apres application,(cela coupera l’envie de faire le sixième marmot), expulsion !

  12. Un interprète, un avocat, un psychologue. Renvoyons-les chez eux (si le Sénégal était en guerre, ça se saurait), ils pourront bénéficier d’un 3 en 1. Ça s’appelle un marabout.

  13. La justice et ce dans TOUT occident, n’est plus qu’un mot vidé de son sens originel, c’est la nouvelle justice, la justice woke…et encore un bel exemple de l’enrichissement de l’occident par ses merveilleux muslims et leur douce et tendre religion. D’ici à ce qu’on nous disent que cela fait partie de leurs merveilleuses traditions muslim, que l’on ne doit pas jugé, car au Sénégal…https://observers.france24.com/fr/afrique/20201204-au-s%C3%A9n%C3%A9gal-des-centaines-de-jeunes-s%C3%A9questr%C3%A9s-et-tortur%C3%A9s-dans-des-centres-appartenant-%C3%A0-un-chef-religieux

    • Et si on levait le tabou de la surnatalité de ces pays qui considèrent les enfants comme des bouches à nourrir mais certainement pas à chérir.
      Les enfants s’élèvent seuls dans la rue et lorsque ces familles arrivent chez nous, elles sont ravies de voir que les gosses sont pris e main par la société.
      Pire, les parents deviennent même exigeants vis à vis de ceux qui s’occupent de leurs gosses.
      N’oublions pas que dans notre pays aussi les enfants étaient élevés à la dure avant le tournant des années 70 et qu’il y a eu bien des scandales dans les orphelinats et les maisons de redressement

  14. et bien est ce meilleur quand c’est pimenté?
    lamentable de constater ça! mais surtout de savoir que c’est finalement toléré par les zotorités

  15. Bah, il y en a d’autres qui excisent, certains circoncisent, d’autres infibulent ……….bof, rien à foutre en fait, ce ne sont pas des français !

    • ouep ben je suis bien Française et d origine mais ma fille a cru aux belles paroles d un muz(elle l a regretté depuis et l a quitté emmenant ses filles

  16. Tout ça doit etre ramassé et expedié au sénégal. (Dans le cas présent), avec L’emploi de la force si nescessaire. Seul le résultat rapide, quelques jours maxi compte, l’elimination de notre territoire doit etre une urgence absolue quelqu’en soit les conséquences.

  17. Le piment pique mais ne brûle pas (au sens où, si ce sont des piments naturels ils n’ont pas d’effet néfaste résiduel sur la santé mis à part la sensation temporaire de « chaud » ou « piquant » sur les organes sensibles sur le coup), leur force est définie par l’échelle de Scoville.

    Grâce à notre somptueux Président Emmanuel Macron, plébiscité deux fois par ce formidable peuple franconnais, nous avons la chance, enfin, de nous approprier des modes culturels qui nous changent un peu de la routine, grâce à l’enrichissement incroyable que nous apporte l’Afrique.

    Et en plus, il y en a qui se plaignent.. pff.

    • j ai vu de mes yeux … mon gendre forcer sa fille de 3ans a manger un piment très fort j étais révoltée mais même ma fille ne disait rien. mon gendre est turque . donc muz

  18. si ça se passait chez eux en afrique personne n’en ferait un pataquès mais comme ça se passe en france tout le monde s’amuse à chialer de compassion alors qu’ils se foutent tous de tout, et des blacks et des Blancs.

    • Kabout, nous on le mettaient dans le four de la cuisinière à charbon si bien que lorsque ma mère s’en servait,les lanières tombaient en lambeaux, on y gagnait rien, car du fait on se prenaient le manche!😃

  19. C’est peut-être mieux que le Sildénafil ?
    Parmi les vieillards qui traînent ici, quelqu’un a-t-il essayé ? 😉

Les commentaires sont fermés.